Catégorie | foire de Beaucroissant

Pourquoi les canaris et pas les poules?

Comme nous l’avons précisé dans nos articles précédents, la foire de Beaucroissant devra se conformer aux mesures de précaution prises par le ministère de l’Agriculture depuis le 3 juillet dernier en raison du risque de grippe aviaire (ou influenza), pour prévenir toute contagion dans les élevages français. Tout rassemblement de volailles et d’oiseaux est interdit sur le territoire. C’est la règle. Adieu, la basse-cour de Beaucroissant!

cou-nu-rouge-pattes-jaunes-1.jpg

Pourtant, il y aura quelques animaux à plumes. Les organisateurs auront, en effet, tout loisir d’accueillir un volailler -et un seul- chaque jour. Pourquoi? Réponse du directeur des Services vétérinaires de l’Isère, M.Vernozy: « Nous avons essayé de trouver une solution pour que la Beaucroissant ne soit pas un désert (de volailles) tout en respectant les textes. Et la participation d’un seul éleveur par jour, ce n’est pas un rassemblement. Mais on ne peut pas faire plus. Sinon, il faudrait qu’ à chaque marché de village, on s’emploie à inventer des règles ».

Quant à la question des oiseaux d’ornement ou d’agrément, quelques-uns de nos lecteurs se sont demandé pourquoi ils avaient droit à un traitement de faveur. Pourquoi les canaris et pas les poules, nous demande l’un d’entre eux? Réponse de M.Vernozy: « Les oiseaux d’ornement ou d’agrément sont élevés en cage ou en volière et sont donc considérés comme ne présentant pas de risques de contamination relatifs à l’influenza aviaire ».

Le seul fait d’élever et nourrir les volailles à l’intérieur de bâtiments réduit considérablement le risque d’infection. Dans le cas où l’élevage des animaux comporte des parcours en plein air, la distribution d’aliment peut en effet attirer des oiseaux sauvages. La distribution d’aliment à l’intérieur minimise donc la promiscuité entre oiseaux sauvages et domestiques, ce qui vise à restreindre le risque (estimé très faible par l’Afssa) de passage de virus entre les espèces sauvages et domestiques.

Comment se fait la transmission du virus entre oiseaux ?

La contamination entre oiseaux se fait essentiellement par contact direct ( matières fécales et secrétions respiratoires ), mais elle peut être aussi indirecte par l’intermédiaire d’aliments ou d’eau pour oiseaux, qui auraient pu être accidentellement contaminés par des fientes d’oiseaux sauvages porteurs du virus, ou encore par divers matériels contaminés (vêtements, chaussures, véhicules de transport, cages, cartons, paille, …).
La voie d’entrée du virus dans l’organisme de l’oiseau est la voie respiratoire, mais la voie digestive est également possible car le système digestif des oiseaux, contrairement à celui de l’homme, ne permet pas la destruction de ce virus.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2007
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+