Archive | 10 septembre 2007

Les JA à la techno parade

La Techno Parade est un évènement qui rassemble 400 000 participants à Paris, tous les ans depuis 10 ans. La 10e Techno Parade a lieu samedi. Et les Jeunes agriculteurs y seront.

L’ objectif de cette grande fête est de favoriser la reconnaissance de la musique électronique auprès des pouvoirs publics et sa promotion auprès du grand public. L’édition 2007 « fête la planète » en mettant en avant une thématique environnementale.

Les Jeunes agriculteurs, seul syndicat professionnel composé exclusivement de moins de 35 ans, ont décidé d’être présents à la Techno Parade « pour échanger avec d’autres jeunes et partager notre modernisme, notre ouverture et notre esprit de convivialité ».

Un char Ja, tiré par un tracteur Same Deutz-Fahr, parcourra les rues de Paris l’après midi du 15 septembre, avec le slogan « L’agriculture rythme nos cultures », et sur le rythme de Dj Joren. Les Ja présents pour cet évènement « Terre Attitude » , le label des événements Ja, pourront ainsi communiquer sur leurs pratiques agricoles relevant le défi d’une agriculture durable respectueuse de la planète. Chaque année, 600 000 visiteurs se rendent sur les événements « Terre Attitude ». Les Ja organisent, en effet, toute l’année, sur l’ensemble du territoire, des opérations de communication pour promouvoir l’agriculture et ses produits, pour sensibiliser les jeunes au métier d’agriculteur.

Labourer en écoutant de la techno, ça doit être possible, non?

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

SPACE : le mondial de l’élevage

Le SPACE, Salon professionnel des productions animales en France, est le rendez-vous incontournable pour toutes les entreprises du secteur de l’élevage au niveau mondial.

Il se déroule tous les ans en septembre, pendant 4 jours, au Parc-Expo de RENNES.
SPACE 2007 se déroule du mardi 11 au vendredi 14 septembre, de 9h à 18h.

Situé au cœur d’une des plus grandes régions d’élevage en Europe, il regroupe l’ensemble des acteurs français et étrangers impliqués dans les productions animales dans toute leur diversité : aviculture, cuniculture, lait, productions bovine, ovine et porcine.

Les exposants du SPACE sont tous des fournisseurs des éleveurs : alimentation et nutrition animales, bâtiments et équipements d’élevage, génétique, santé animale, manutention et transport à la ferme,…

Le SPACE est un carrefour exceptionnel d’échanges et de contacts professionnels. En complément de leur visite des stands, les visiteurs peuvent également :

  • Assister à des conférences et des colloques de haut niveau. Au SPACE 2007, plusieurs d’entre elles seront consacrées aux thèmes de l’énergie et de la qualité.

  • Prendre connaissance des résultats des travaux de la recherche grâce à la plate-forme Recherche et Développement.

  • Assister à des concours, présentations (plus de 800 animaux), et ventes aux enchères d’animaux d’une haute valeur génétique.

  • Découvrir des élevages et unités agro-industrielles de la région, grâce à un programme spécifique destiné aux étrangers.

LE SPACE 2007

Avec plus de 1800 marques représentées, plus de 800 animaux, sur une surface nette d’exposition supérieure à 51000 m², et plus de 100000 visiteurs professionnels attendus, ce 21ème SPACE sera de loin le premier Salon mondial dédié à l’élevage en 2007.

 

1283 exposants présents, dont 371 internationaux, en provenance de 33 pays. De plus, 103 entreprises (dont 71 internationales) et 531 marques (dont 194 internationales) représentées.Le SPACE 2007 sera aussi le salon de référence au niveau mondial pour la génétique bovine.Il sera marqué notamment par un show national en race Normande (le mardi 11 septembre) et un Festival génétique national en race Limousine (le vendredi 14 septembre)

A noter que Space 2007 sera inauguré ce mardi matin par le président de la République, Nicolas Sarkozy.

bann.jpg

Catégorie élevageCommentaires fermés

Ovins: la coordination rurale réagit

La coordination rurale réagit face aux mesures annoncées par le gouvernement afin de juguler la crise ovine.

« Les quelques mesures proposées par le gouvernement le 30 août dernier pour soutenir les éleveurs de moutons sont inadaptées et ne l’engagent que très peu.

  • L’harmonisation de la réglementation sanitaire en Europe est certes une évidence afin de limiter des distorsions de concurrence ; mais il serait indispensable de considérer également les importations massives de moutons néo-zélandais qui ne subissent aucune de ces contraintes.
  • L’organisation des capacités d’amélioration génétique en créant des pôles techniques et de concertation n’est ni utile, ni souhaitable. Les UPRA, les sélectionneurs, les éleveurs n’ont pas besoin de « pôles » pour se concerter et travailler correctement. La preuve en est faite depuis des décennies. La compétence existe, laissons les professionnels travailler !
  • Quant à la meilleure prise en compte du secteur ovin dans l’enseignement, c’est à croire que la crise profonde du secteur est due à l’incompétence des éleveurs…Quelles formations ? Nous proposerions volontiers un module spécifique                 « comment travailler sans pouvoir en vivre », ou pour les jeunes : « comment supporter l’indigence après l’installation ».

Enfin, les mesures financières annoncées (quelques 2000 € maximum par exploitation), ne représentent qu’environ 3 € par animal pour un troupeau de 650 brebis (taille minimale d’un cheptel pour la survie d’une exploitation).

Une réflexion communautaire sur l’avenir de l’élevage ovin sera menée lors du bilan de santé de la PAC en 2008. Ne serait-ce pas dès à présent l’aveu de l’échec inéluctable de ce plan national ?

Les éleveurs sont fatigués des discours politiquement corrects et des effets d’annonces, ils exigent un véritable et réel soutien. Il y a urgence, c’est l’avenir de cette profession qui se joue, avec celui de notre économie et de l’occupation de notre territoire. »

Catégorie ovinsCommentaires fermés

prévisions météo

Selon les premières prévisions fiables, la météo pour la foire Beaucroissant devrait être clémente.

Pour vendredi 14, jour de l’inauguration et journée agricole, quelques nuages sont annoncés en matinée, le soleil étant largement présent dans l’après-midi. Les températures minima étant de 12 et maxima de 24°. Pour samedi 15, la matinée sera grise mais le soleil brillera l’après-midi, les températures s’échelonnant entre 12 et 23°. Dimanche 16 , le soleil sera très généreux, seuls quelques nuages épars devraient être présents. Les températures allant de 11 à 25°. La 788e foire de Beaucroissant s’annonce donc sous les meilleurs auspices au niveau de la météo.

Catégorie foire de BeaucroissantCommentaires fermés

HORSJEUX

horsjeuxa-publier.jpg

 

Et si la seule et vraie rencontre au sommet de la Coupe du monde de Rugby, ce n’était pas, finalement, ce match que l’on attend tous, lorsque le coup de sifflet final retentit : des chefs cuisiniers qui régalent des rugbymen ?

Parce qu’il est difficile d’imaginer un match de rugby sans sa sacro-sainte 3e mi-temps, sans ses tablées festives, sans ses banquets joyeux, ses verres d’Irouleguy ou ses magrets de canard grillés que l’on partage entre deux chants basques; parce qu’il n’existe aucun autre sport qui partage avec la gastronomie autant de valeurs communes, comme la convivialité et l’art de vivre, mais aussi le sens aigu de la fête et de la générosité, Philippe Boé, journaliste gastronomique, a eu l’idée de réunir et de rapprocher ces deux univers, si proches et si complices.
Original et unique en son genre, ce très beau livre est préfacé par Serge Blanco, président de la Ligue Nationale de Rugby. Il réunit un casting de rêve : 45 grands chefs et 45 internationaux de rugby. Il propose aussi des recettes, des produits d’exception et des vins.

Horsjeux publié aux éditions de l’if .

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Le Trièves, terre de bio

n5.jpg

Après le « festival de l’avenir au naturel » de l’Albenc, c’est Mens qui prend le relais avec sa foire bio, les 15 et 16 septembre. C’est la onzième du nom. Organisée par l’office de tourisme et le Centre écologique Terre vivante, cette manifestation est devenue le rendez-vous annuel des consommateurs de produits bio. Le Trièves qui compte 20% d’agriculteurs cultivant en bio, alors que la moyenne nationale est de 2%, affirme toujours plus sa vocation écologique. Le Centre Terre vivante n’y est certainement pas étranger.

Promouvoir le bio dans le respect de l’environnement et du consommateur, tel est l’engagement des organisateurs de la foire qui opèrent une sélection rigoureuse des exposants. Tous doivent être labelisés ou certifiés bio, quels que soient les produits, fruits et légumes, cosmétiques, matériaux de construction, etc. S’il n’existe pas de label, la foire applique un cahier des charges strict pour chaque exposant.

Outre le grand marché de produits bio, dans le centre historique de Mens, tout un programme d’animations attend les visiteurs: des conférences sur le thème « Le bio dans l’plat! », des ateliers cuisine bio, une exposition mycologique, un espace compost avec explications et démonstration, une soirée musicale dans les rues de Mens, après 18h.

Si vous voulez être 100% écologique, prenez le train. Grâce à l’opération conjointe du Conseil régional, du Conseil général et des Communautés de communes de Clelles et de Mens, en partenariat avec la SNCF, il ne vous en coûtera que 4€ . En gare de Clelles, une navette gratuite vous emmènera jusqu’à Mens.

Horaires de la foire: samedi 15 septembre, 14h-19h, dimanche 16 septembre, 10h-18h. Entrée: 3€. Gratuit pour les moins de 18 ans. Restauration bio sur place.

 

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Le solaire reprend des couleurs

En Isère, les installations utilisant le solaire thermique sont passées de 0 en 1990 à 2320 en 2006, représentant un cumul de 20 000m2 installés. Parmi ces installations, plus de 1860 chauffe-eau, 360 systèmes de chauffage individuel, 105 installations collectives à l’instar de la piscine municipale de Gresse-en-Vercors ou l’immeuble Le Surieux à Echirolles.

Ces chiffres sont donnés par l’AGEDEN, association grenobloise d’études et de développement des énergies nouvelles, dans son bulletin d’août dernier. Créée il y a 30 ans, cette association qui s’appelait à l’époque l’AGEDES (association grenobloise pour l’étude et le développement de l’énergie solaire) a été l’une des premières à promouvoir cette alternative énergétique. On peut dire qu’avec elle, il y a eu du nouveau sous le soleil.

Pour ce qui est des installations collectives, Etienne Masson, directeur de l’AGEDEN, note que « la multiplication des projets, le développement des compétences en interne dans les organismes immobiliers et les bureaux d’études, les moyens de recherche nouveaux, la création de l’INES, institut national de l’énergie solaire (lire ci-dessous), en 2006, permettent d’être optimistes pour que le solaire thermique devienne prochainement une filière mature ». Quant aux installations individuelles, après l’audace de quelques pionniers du chauffe-eau solaire dans les années 80, il a fallu attendre la fin des années 90 pour voir un sursaut, stimulé par les premières aides financières, le plan Soleil de l’ADEME (1999) , et, finalement, l’apparition d’un véritable marché. Le crédit d’impôt dédié au développement durable ne voit le jour qu’avec la loi de finances de 2005.

Un salon des économies d’ énergie a lieu du 14 au 17 septembre à l’Esplanade de Grenoble et du 19 au 21 octobre à Bourgoin (tennis couvert)

Le solaire photovoltaïque a suivi la même montée en puissance, en Isère, passant de 0 en 1990 à 200 installations en 2006, représentant environ 520 kWc installés. La toute première installation photovoltaïque raccordée au réseau électrique a vu le jour à Lhuis, dans l’Ain, en 1992. Pour Etienne Masson, il reste du travail à faire: »En effet, le photovoltaïque ne doit pas être seulement le signe ostentatoire d’une démarche environnementale, il doit s’accompagner en amont de mesures rigoureuses d’économies d’électricité car les kWh économisés par l’optimisation des appareils et des besoins sont bien souvent moins coûteux ». Un impératif, donc: limiter les coûts de production du photovoltaïque, encore dissuasifs pour beaucoup.

p1000195.jpg

Le refuge-auberge des Allières, à Lans-en-Vercors

Malgré tout, les installations de centrales solaires photovoltaïques se sont multipliées. Quelques exemples: le centre nautique et sportif de Montmélian, le refuge-auberge des Allières, dans le Vercors, le Lycée Grésivaudan à Meylan, la piscine municipale de Chambéry, le stade Geoffroy-Guichard, à Lyon, etc.

L’Institut National de l’Energie Solaire (INES) est né le 3 juillet 2006 à Aix-les-Bains, sur le site de Savoie Technolac. Il est le fruit d’un protocole d’accord entre le ministre délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche et plusieurs partenaires, notamment le Département de la Savoie et la Région Rhône-Alpes. Bénéficiant d’un investissement de 60 millions d’euros, il pourra recevoir plus de 250 chercheurs, formateurs et industriels.

_______________________________

Les liens : ageden.org, ademe.fr, webmaster@ines-solaire.fr, via-energies.fr

Catégorie énergiesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2007
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+