Archive | 11 septembre 2007

MENACES SUR LES BOVINS ET OVINS

L‘espace charolais se monte, ce mardi après-midi, dans la sérénité mais non sans une certaine fébrilité. Les raisons de cette inquiétude: la fièvre catarrhale. Maurice Perron, président du syndicat charolais sud-est, et Jean-Marc Vallet, responsable de la logistique, nous expliquent :

« La Côte-d’Or située en zone réglementée, le nord du Jura également, un cas litigieux annoncé en Puy-de-Dôme, en un mot la maladie gagne du terrain d’heure en heure. »

Celle-ci gagnera t-elle la région Rhône-Alpes?

« La question mérite d’être posée. Le département le plus exposé semble être la Loire. Si c’était le cas, nous serions en attente des décisions prises par les services vétérinaires. Celles-ci pourraient aller jusqu’à la non venue de bovins et d’ovins sur le site de Beaucroissant. Cela signifie l’annulation pure et simple du concours régional charolais. Nous venons également d’apprendre qu’une grosse manifestation charolaises qui devait se dérouler à Magny-Cours est annulée. Nous sommes donc optimistes mais également très inquiets à J-2 de notre concours. Si celui-ci ne devait pas avoir lieu, ce serait une énorme déception et on irait vers de graves problèmes financiers.

charollais.jpg

Les structures, par exemple, sont déjà toutes montées. On suit donc le cours des événements au fil des heures. On croise les doigts pour que tout se passe comme prévu tant pour le concours que pour la journée du bétail « .

Après la volaille, verra-t-on les ovins et les bovins exclus de la foire de Beaucroissant?

Pierre Fouque, maire de la commune, est lui également dans l’attente:

 » Je suis inquiet car les nouvelles ne sont pas bonnes, la maladie gagne du terrain, et on peut apprendre d’une minute à l’autre que les bovins et ovins n’auront pas accès au foirail. Si tel était le cas, cela dénaturerait totalement la foire, mais que faire? Il est en effet trop tard pour se retourner « .

Chacun espère ici, à Beaucroissant, que tout se passe comme prévu….

Catégorie foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Régimes spéciaux, PAC !

Nicolas Sarkozy, le chef de l’Etat, a inauguré ce mardi le Space à Rennes. Il a abordé deux thèmes essentiels : les régimes spéciaux de retraite et la PAC.

À propos des régimes spéciaux de retraite, le discours du président de la République a été clair : » Je veux changer cette situation parce qu’elle est indigne, on ne peut admettre qu’il existe des régimes spéciaux de retraite qui ne correspondent pas à des métiers pénibles et qu’il existe des métiers pénibles qui ne correspondent pas à un régime spécial de retraite« . Et d’ajouter à propos des retraites agricoles : » La revalorisation des petites pensions et le maintien du pouvoir d’achat des retraités agricoles seront au coeur de la deuxième étape de la réforme des retraites en 2008 « .

En ce qui concerne l’agriculture, le chef de l’État a annoncé, devant un parterre d’agriculteurs, sa ferme intention de réformer la politique agricole commune : » Je souhaite une nouvelle PAC parce que je n’ai pas l’intention de laisser tomber les agriculteurs. Ceux-ci ne veulent plus être des assistés, ne veulent plus vivre de subventions et ne veulent plus être contrôlés sur la longueur du poil de leurs animaux…. La Refondation de la PAC est donc indispensable. »

Nicolas Sarkozy souhaite profiter de la présidence française de l’union européenne, à partir de 2008, « pour préparer un nouveau cadre politique pour l’agriculture européenne, la PAC doit être établie selon un principe indiscutable de préférence communautaire qui recouvre des objectifs rénovés, des outils et un budget ambitieux », a conclu le président de la République.

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Effectif stable, vacataires en colère

L’enseignement agricole est le deuxième dispositif éducatif en France. Il offre une variété de parcours allant de la classe de 4e, CAP, BEP, bacs professionnels, technologiques et scientifiques jusqu’aux BTS, licences professionnelles, diplômes d’ingénieurs, de paysagistes et de docteurs vétérinaires. L’enseignement agricole propose des formations dans les secteurs de l’agriculture, de l’alimentation, de l’environnement, du paysage, du commerce, du tourisme rural, des services aux personnes et de la recherche.

A l’échelle de la région Rhône-Alpes, le nombre d’élèves accueilli il y a une semaine, pour la rentrée, dans les 95 établissements d’enseignement agricole, public et privé, est de 21 193. Un chiffre qui traduit la stabilité de l’effectif. Le nombre d’élèves en 2006 était en effet de 21 175. On peut noter qu’il existe des listes d’attente, assez fournies, dans plusieurs établissements publics.

Précarité des vacataires

Cette rentrée met à nouveau en avant la précarité des enseignants vacataires. Un grand nombre d’ établissements connaissent quelques tensions dues à des questions budgétaires, comme le confirme Paulette Poilane, du service Communication de la DRAF: « Il s’agit surtout des remplacements d’enseignants en maladie. Certains profs qui s’attendaient à être recrutés pour ces remplacements, ne l’ont pas été en raison de ces problèmes budgétaires ».

Cette situation se rencontre, par exemple, au lycée horticole de Grenoble-Saint-Ismier, qui a accueilli 353 élèves, soit un effectif stable, il y a une semaine. Mme Foriel, CPE, le confirme: « Effectivement certains cours ainsi que des enseignements optionnels prévus dans les programmes ne sont pas assurés, faute de vacataires. Cela représente environ 18h par semaine. Les élèves sont contraints de passer ces heures en permanences ».

Une situation contre laquelle s’élèvent les vacataires, dont une délégation s’est rendue à Lyon pour obtenir des explications de la DRAF sur cette limitation du recrutement. L’an dernier, lors de la présentation du budget 2007, le SGEN-CFDT enseignement agricole public, était intervenu pour dénoncer « son insuffisance chronique ».

Dans le département de l’Isère, l’effectif d’élèves total est de 4239 élèves pour cette rentrée, se répartissant en 1299 élèves dans le public et 2940 dans le privé (dont 1544 en maisons familiales).

L’Isère compte onze établissements d’enseignement agricole, publics et privés. Quatre sont publics: l’EPL de Grenoble-Saint-Ismier, l’EPL de La Côte-Saint-André (qui comprend le LEGFA de La Côte-Saint-André, le LPA de La Tour-du-Pin, le FPPA de La Côte-Saint-André, l’exploitation agricole de La Côte-Saint-André, l’exploitation agricole de La Tour-du-Pin), l’EPL de Vienne et celui de Voiron.

Les établissements privés sont au nombre de sept: le BTSA Lycée Paul-Claudel à Crémieu, le LETP Bellevue à Saint-Marcellin, le LYPPRA de La Mure, le LPP Saint-Exupéry à Saint-Siméon-de-Bressieux, le LEAP Le Vallon à Chabons, le LEAP du Guiers à Pont-de-Beauvoisin, le LEAP Les Bonnevaux à Saint-Jean-de-Bournay.

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2007
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+