Catégorie | foires/salons

Saint-Aupre: coup d’oeil dans le rétro

C’est la 402e foire aux chèvres de Saint-Aupre. Une manifestation qui, certes ne peut rivaliser avec la Beaucroissant au plan de l’ancienneté (c’était la 788e le week-end dernier) mais qui mérite le détour. Le village est en fête et sous le tilleul, près de l’église, les conversations vont bon train à la buvette.

Organisée par le Sou des écoles, c’est à la fois une brocante et un vide-grenier, un marché aux produits fermiers, une fête foraine, un lieu d’exposition pour les artisans d’art et une occasion de faire fonctionner la machine à remonter le temps. Et les chèvres, direz-vous? Elles sont au rendez-vous, en petit nombre, ainsi qu’un bouc qui a eu beaucoup de succès hier après-midi, dans le « square des métiers d’antan ».

p1000254.jpg
Les scieurs de long en plein effort

L’association Georges Antonin, créée il y a six ans, à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, par des amoureux de la vie rurale d’aujourd’hui et d’hier, anime cet espace très apprécié du public: « C’est parti d’une vieille batteuse », raconte Roland Marion, qui a revêtu le costume traditionnel pour l’occasion. « On voulait la conserver, sans pour autant la mettre dans un musée. Un musée, c’est trop sérieux. Nous souhaitons quelque chose de plus convivial. Et de fil en aiguille, une association a vu le jour qui s’emploie à faire connaître le mode de vie des anciens, dans les écoles, les maisons de retraite, et à faire revivre les métiers disparus. On est en train de chercher des aides pour sauvegarder une scierie qui date de 1850, avec une roue à aubes et tout l’équipement qui va avec ».

.p1000250.jpg
Démonstration de barattage

p1000258.jpg

Le bouc était un peu le roi de la fête

Grâce à cette association du pays Antonin, on peut voir à l’oeuvre des scieurs de long, un fabricant d’échelles et de barreaux de chaises, un équarisseur de poutres, un remouleur, un ferronnier, on peut assister à des démonstrations de barattage, de mondée, etc. Un intermède éducatif très animé, entre la recherche de l’objet rare dans les stands du vide-grenier et l’achat d’une pintade à la ferme aux mille et une plumes.

La foire se poursuit dimanche.

p1000252.jpg
Apprentissage de la traite

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2028 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

AGRICULTURE-GIF-468x60.gif

5 Commentaires pour “Saint-Aupre: coup d’oeil dans le rétro”

  1. Jean-Paul MANIN dit :

    La foire aux chèvres n’est pas organisée par Le sou des écoles, mais par le Comité des fêtes dont elle fait partie.
    Chartreusement, Jean-Paul

  2. Zerbo dit :

    je suis étudiante et je suis entrain d’élaborer un glossaire bilingue français anglais sur la filière laitière (le lait et les produits laitiers, y compris leur traitement et leur transformation). je serai très reconnaisssante si vous pouviez m’envoyer les mots techniques spécifique au domaine laitier et leurs synonymes, si possibles en français et en anglais. je voudrais procéder une comparaison avec les données dont je dispose déjà.
    merci!

  3. Christian dit :

    Il y a de quoi faire un dictionnaire, effectivement. Et ça me prendrait beaucoup de temps. Je vous conseille de solliciter l’interprofession laitière à savoir le CNIEL et des sites tels que cliclait.com qui met à disposition du monde enseignant ses ressources documentaires et pédagogiques sur l’univers laitier, ainsi que metiersdulait.com. Bon courage.

  4. menuel dit :

    bonjour je suis marchand ambulant vente de bijoux fantaisies j aimerais avoir les coordonnées pour faire la foire le dimanche d’avance merci

  5. Christian dit :

    C’est le comité des fêtes qui organise. On peut le joindre à la mairie au 04.76.06.01.06 ou 08.79.16.50.26

Trackbacks/Pingbacks


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2007
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+