Archive | septembre, 2007

TAUX DE JACHèRE NUL

Les ministres de l’agriculture de l’Union européenne ont approuvé aujourd’hui la proposition de la Commission visant à fixer à 0 % le taux de mise en jachère obligatoire pour les semis de l’automne 2007 et ceux du printemps 2008.

Cette mesure intervient en réaction à la situation de plus en plus tendue sur le marché des céréales. Elle devrait permettre d’accroître la récolte de céréales d’au moins 10 millions de tonnes l’année prochaine.

Dans les vingt-sept États membres de l’Union, une récolte 2006 moins importante que prévu (265,5 millions de tonnes) a entraîné des tensions dans l’approvisionnement vers la fin de la campagne de commercialisation 2006/2007 et une hausse historique des prix. Les stocks d’intervention ont fondu, passant de 14 millions de tonnes au début de la campagne 2006/2007 à environ 1 million de tonnes aujourd’hui.

L’avenir du système de mise en jachère obligatoire fera partie du débat qui sera lancé le 20 novembre par la communication sur le «bilan de santé de la PAC». Il s’agira notamment de voir comment préserver les effets positifs de ce système sur l’environnement.

La fixation d’un taux nul n’oblige pas les agriculteurs à cultiver leurs terres.

Ils peuvent, s’ils le souhaitent, les maintenir en jachère et continuer de mettre en œuvre des programmes en faveur de l’environnement. Comme en Isère avec l’opération conjointe chambre d’agriculture-fédération des chasseurs.

p1020645.jpg

Catégorie céréalesCommentaires fermés

échanges d’animaux FRANCE-ITALIE

Michel Barnier, Ministre de l’agriculture et de la pêche et Gianpaolo PATTA, sous secrétaire d’Etat à la santé en charge des questions sanitaires et vétérinaires ont signé le 24 septembre 2007 un accord technique de coopération dans le secteur de la médecine vétérinaire.Celui ci précise en particulier les conditions sanitaires d’échange entre la France et l’Italie d’animaux sensibles à la fièvre catarrhale ovine.

Les animaux issus de la zone réglementée pourront être échangés avec l’Italie dans les conditions suivantes :

  • l’établissement d’une zone tampon autour du périmètre interdit de 50 km de profondeur dans laquelle des prélèvements seront réalisés sur des cheptels sentinelles selon les conditions suivantes :

- quadrillage de 400km2
- 60 bovins répartis dans 6 élevages sont prélevés tous les 15 jours en vue de la réalisation d’un test sérologique.

  • Dans le reste de la zone réglementée et dans la zone indemne, les prélèvements sur les cheptels sentinelles seront réalisés selon les conditions suivantes :

- quadrillage de 2000km2
- 150 bovins répartis dans 10 élevages sont prélevés tous les 30 jours en vue de la réalisation d’un test sérologique.

  • Les animaux des périmètres interdits et de la zone tampon ne peuvent être échangés.
  • Les centres de rassemblement dans lesquels sont constitués les lots d’animaux à expédier vers l’Italie ne peuvent héberger les animaux des périmètres interdits ni de la zone tampon.

Elle sera présentée à la Commission européenne lors du CPCASA* des 2 et 3 octobre prochains. Les tests sur les cheptels sentinelles démarreront dès cette semaine et l’application du protocole sera effective en fonction des résultats de la surveillance.

Michel Barnier et Gianpaolo Patta ont souligné l’intérêt de renforcer la coordination au niveau communautaire de la gestion des épizooties.

Il convient de rappeler que cette maladie ne touche que les ruminants. Elle n’affecte pas l’homme et n’inspire donc aucune inquiétude ni pour la population, ni pour le consommateur.

*Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale

Catégorie élevageCommentaires fermés

Indemnité compensatoire: versement des acomptes

66 000 exploitants sur les 100 000 ayant déposé une demande viennent de recevoir sur leur compte bancaire l’acompte de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels.

D’ici la fin du mois, ce sont au total plus de 70 000 dossiers qui auront ainsi été payés. L’acompte représente 75 % du montant total avant stabilisateur selon les nouvelles règles de financement décidées dans le cadre du programme de développement rural hexagonal (PDRH) 2007-2013 récemment approuvé par la Commission Européenne.

L’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) est une aide annuelle versée aux exploitants en zone défavorisée, notamment en zone de montagne. Elle a pour objectif de compenser les surcoûts liés aux difficultés d’exploitation dans ces zones. Elle joue un rôle majeur dans l’occupation du territoire car elle permet de garantir le maintien d’une activité économique dans des zones difficiles, contribuant à entretenir un tissu rural vivant et dynamique.

L’ICHN est une mesure qui bénéficie d’un cofinancement européen dans le cadre du programme de développement rural. Les financements communautaires représentent le tiers du montant du programme, dont elle constitue la 1ère mesure.

L’année 2007 est la première année de mise en œuvre de cette nouvelle programmation. Les services du Ministère de l’agriculture et de la Pêche, de l’agence unique de paiement (AUP) et du centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA), ont tout mis en œuvre pour être en mesure de verser l’acompte de l’ICHN dans des délais identiques à ceux de l’an passé. Malgré le changement de programmation communautaire, l’acompte est versé aux dates habituelles, ce qui est particulièrement important au regard du rôle essentiel que joue l’ICHN dans la trésorerie et le revenu des exploitants concernés.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Les conseillers généraux en visite

Ce mardi 25 septembre, plus d’une trentaine de conseillers généraux du département de l’Isère ont participé à une journée d’étude et de visite du canton de Saint-Marcellin.

L’Amicale des conseillers généraux de l’Isère , présidée par Jean Balestas, avait donné rendez-vous à ses membres devant l’hôtel du Département, rue Fantin Latour à Grenoble, pour un départ en car direction le canton de Saint-Marcellin.

amicale-cg-2007.jpgAu programme de la journée :

Visite du collège de Chatte, commentée par Fabienne Hut, principale du collège ; présentation du canton par Jean Michel Revol, conseiller général et maire de Saint-Marcellin , suivie de la visite des locaux de la Maison des Associations de Saint Marcellin ; déjeuner au Château du Mollard, puis visite commentée par un guide du jardin des fontaines pétrifiantes à La Sône ; visite du Musée départemental de Saint Antoine l’Abbaye, commentée par Géraldine Mocellin-Spicuzza, responsable du Musée, et enfin retour en fin d’après-midi au Conseil général de l’Isère à Grenoble.

Une journée bien remplie…

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Indice des fermages:+1,33%

ARRETE N° 2007-07804

fixant à compter du 1er octobre 2007 l’indice départemental des fermages et sa variation permettant l’actualisation du loyer des bâtiments d’exploitation et des terres nues ainsi que des maxima et des minima du loyer.(extraits)

ARTICLE 1er
L’indice des fermages est constaté pour 2007 à la valeur de

106,6.

Cet indice s’applique dans tout le département de l’Isère à compter du 1er octobre 2007 jusqu’au 30 septembre 2008.

ARTICLE 2
La variation de cet indice par rapport à l’année précédente est de

+ 1,33 %.

ARTICLE 3
A compter du 1er octobre 2007 et jusqu’à la première constatation de l’évolution de l’indice des fermages, les maxima et les minima des loyers sont fixés aux valeurs actualisées suivantes :

• Pour les loyers des terres nues :
- maximum : 158,30 par hectare.

-minimum :7,62 € par hectare.

• Pour les loyers des bâtiments d’exploitation traditionnels et normalement adaptés à la taille de l’exploitation :

- maximum : 603,48 €
- minimum : 202,32 €

ARRETE N° 2007-07805

fixant les prix des noix et du vin pour le calcul des loyers des baux relatifs au noyeraies et aux vignes.

ARTICLE 1er
Pour les baux relatifs à des noyeraies ou à des vignes dont les demeuraient fixés, par accord entre les parties, en quantités de noix ou de vin, les prix à retenir à compter du 1er octobre 2007 et jusqu’au 30 septembre 2008 sont les suivants :

• Noix sèches calibrées : 1,83 € le kilogramme.

• Vin : 40,50 € l’hectolitre.

Catégorie agricultureCommentaire (1)

UDGFI:sacrée journée!

udgfi2.jpgLes membres de l’union départementale des groupements forestiers de l’Isère se sont rendus ce jour dans le Grésivaudan, aux frontières de la Savoie et de l’Isère afin de participer à une journée d’étude.

Pilotés par le président de l’UDGFI, Jean Bernard, ils ont dans un premier temps découvert l’entreprise ECOTIM, située à la Rochette. Dans l’après-midi c’est au Cheylas, qu’ils étaient attendus, afin de visiter la scierie du bois du Dauphiné, la plus importante de l’Isère. Pour l’ensemble des participants, cette journée, même si elle est conviviale, est très importante. Jean-Bernard  » cette rencontre entre dans le cadre des journées d’information intergroupements, nous avons décidé d’en faire une par trimestre.
Ces rencontres ont, de plus, pour effet de créer des échanges entre sylviculteurs. De manière plus informelle et plus étendue que ce qu’on peut faire lors d’ un conseil d’administration »udgfi1.jpg.

La délégation a donc visité l’entreprise ECOTIM, entreprise créée en 2005, qui a pour principale mission l’utilisation du bois en aval par une charpenterie à commande numérique. Les sylviculteurs ont également découvert la scierie bois du Dauphiné, entreprise qui traite 700 m cube jour sur 230 jours. Des bois provenant, certes du Dauphiné, mais également de la région Rhône-Alpes, de la Bourgogne, du Morvan et du Massif central. Des bois travaillés qui repartent essentiellement vers l’Italie pour ce qui concerne le marché des poutres, vers le national, la Belgique et l’Italie pour le sciage.

Jean-Bernard retient de cette journée: »Il ne faut pas se voiler la face: l’évolution de la forêt, la compétitivité et l’utilisation des bois d’importation nous imposent à nous bouger, à faire quelque chose si l’on veut assurer des débouchés à nos bois. On se rend compte que les bois qualifiés mécaniquement permettent de réaliser au niveau architectural des structures très innovantes.

Les bois sur notre secteur sont prometteurs pour réaliser ce que nous demandent les architectes et les bureaux d’études.

La réussite passe par la mise en place sur le massif des produits plus élaborés. Une étape importante qui va passer obligatoirement par un engagement fort de l’aval, au niveau de l’interprofession, certes, mais également au niveau politique. Pour Jean Bernard, la scierie doit également jouer un rôle primordial dans ce schéma  » il s’agit du premier partenaire, de la première étape du parcours du bois après sa sortie de forêt. C’est donc un rouage éssentiel ».

udgfi3.jpg

En ce début d’automne, comment se comporte le bois?

 » Bien, on a eu des difficultés sur les chantiers durant cet été, car ce dernier a été plus arrosé que d’habitude. Au niveau des cours, ceux-ci sont à la hausse. Cela n’empêche qu’il faut rester vigilant, en particulier à propos du bois énergie par rapport au bois d’oeuvre. »
Cette journée s’est terminée par une rencontre conviviale organisée à la chambre d’agriculture de l’Isère. Les animateurs du dernier salon du bois étant remerciés pour leur dévouement. Chacun a pu découvrir un film retraçant l’événement.

Une journée bien remplie, on dira même une sacrée journée, pour les membres des 8 groupements forestiers de l’Isère.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

suite du feuilleton…

Le feuilleton des OGM se poursuit. Épisode du jour : Jean-Louis Borloo ministre de l’écologie annonce que la question du moratoire n’est pas tranchée, que rien n’est fait. La FNSEA quant à elle, décide de ne plus boycotter le Grenelle de l’environnement. Suite au prochain épisode…

Catégorie OGMCommentaires fermés

JACHèRES : les chasseurs demandent 5%

La Fédération Nationale des Chasseurs s’inquiète des propositions actuelles de la Commission Européenne, soutenue par les organismes agricoles, de supprimer la jachère pour la campagne agricole 2007-2008. Si certes le contexte économique des prix élevés et la demande importante sur le marché mondial incitent à la production, l’environnement et plus particulièrement la biodiversité ne doivent pas être mis de côté.

Les jachères représentent actuellement 1,3 million d’ha en France dont 400 000 ha cultivés à des fins non alimentaires. Les 900 000 ha de terres non cultivées représentent des zones indispensables de refuge, de reproduction et d’alimentation pour la faune.

La remise en culture de ces terres aura, selon la FNC, un impact très défavorable pour les mammifères, oiseaux et insectes que l’on observait dans les plaines.

La FNC demande le maintien de la jachère obligatoire à hauteur de 5 %, ceci sans possibilité de cultures non alimentaires, afin de préserver la biodiversité.

Catégorie chasseCommentaires fermés

FAIBLES RECOLTES, PRIX EN HAUSSE

Pendant l’été 2007, la situation agricole a été fortement perturbée par des conditions météorologiques exceptionnelles. Les températures partout inférieures aux normales saisonnières et la forte pluviosité, supérieure à la normale sauf dans quelques départements, ont nui aux productions végétales, hormis pour les cultures d’été en place. La production d’herbe au champ a, en effet, bénéficié des pluies fréquentes même si elles ont ensuite rendu difficile la récolte; en moyenne, la totalité de la production annuelle normale d’herbe était déjà réalisée au 20août, au lieu de 80% habituellement.

Après la vague de chaleur d’avril, les excès de pluie ont retardé les récoltes et du même coup pénalisé les rendements de façon plus ou moins importante selon les régions et en particulier ceux de la production céréalière française qui diminue en 2007 de 8% par rapport à la moyenne 2002/2006. De même pour les autres pays de l’Union européenne, la Commission européenne annonce une production de céréales à 255 millions de tonnes, en dessous des anticipations de juin et juillet.

Spirale haussière non maîtrisée

En juillet, le recul de la récolte a provoqué sur le marche intérieur français une forte hausse des cours des blés, meunier et fourrager, qui ont flambé courant août et début septembre. La situation française s’inscrit dans celle du marché mondial du blé pris dans une spirale haussière non maîtrisée:

les prix n’ont jamais été aussi élevés. Les stocks déjà bas devraient encore diminuer, la consommation dépassant la production cette année encore.

Les prix des autres céréales ont aussi fortement augmenté par rapport à 2006 mais moins que ceux du blé. La production de colza, nettement accrue par l’extension des surfaces de production, atteindrait 4,6millions de tonnes. Elle profite du développement de la filière des biocarburants. Les cours du colza sont toujours en forte hausse par rapport à la campagne 2006-2007 dans le sillage de ceux du soja.

La production des légumes a été également affectée par le climat qui a favorisé la consommation de légumes à cuire, tels que la courgette, au détriment des crudités, tomates et concombres. Globalement, les prix de l’ensemble des légumes sont plutôt en hausse.

En ce qui concerne les fruits, le niveau de production a été peu affecté, le climat ayant plutôt provoqué une récolte précoce. La campagne de l’abricot, faible en volumes mais de belle qualité, a connu de bons niveaux de prix.abricots.jpg Au contraire, le marché de la pêche a connu cet été des difficultés liées à un démarrage des cours particulièrement bas et une demande découragée par le temps maussade, il s’est redressé en août avec la baisse de l’offre et de nombreuses mises en avant.

En août, les prix des animaux de boucherie sont remontés, fortement pour les ovins, de façon plus limitée pour les bovins et surtout les porcins. Les prix des gros bovins sont remontés tout en restant en retrait par rapport à 2006. Ils subissent encore l’effet d’une offre accrue de la réduction des exportations sur l’Italie. La cotation de l’agneau a fortement remonté en août pour dépasser son cours de l’année 2006. Les ovins bénéficientd’un recul des importations accentué par l’épisode de fièvre aphteuse au Royaume-Uni. Les abattages poursuivent, quant à eux, leur tendance à la baisse.

Le cours du porc charcutier baisse de 12%par rapport à 2006. Bien qu’il ait un peu augmenté en août, il n’a pas rattrapé le niveau de l’an passé. Les abattages de porcins ont progressé sur les huit premiers mois de l’année. L’excédent du commerce extérieur de viande porcine se détériore par rapport à 2006.

Les volailles, à l’exception de la dinde, poursuivent leur reprise par rapport à 2006, année marquée par la crise de l’influenza aviaire. Les abattages de volailles sont toujours largement supérieurs à ceux de 2006, de même que les exportations.cou-nu-rouge-pattes-jaunes-2.jpg

Les cours du poulet restent à un niveau relativement élevé. En août 2007, le prix des œufs est supérieur de 42% à celui de2006. Sur les dix premiers mois, la production française d’œufs serait inférieure à celle de l’année précédente, comme dans la plupart des autres pays européens. La hausse du prix des céréales se répercute sur ceux des aliments pour animaux (+12% sur un an en juillet). Elle affecte particulièrement les exploitations d’élevage de porcins et de volailles, l’alimentation animale représentant 80% des achats courants.L’ensemble de leurs coûts de production augmentent de 10% en juillet.

Léger mieux pour le lait

La collecte de lait de vache, réduite dès le début de campagne à cause de la forte croissance des cessations d’activité, semblerait se reprendre légèrement au cours de l’été. Elle progresserait de 0,6% en juillet 2007 par rapport à juillet 2006. En juillet 2007, les prix agricoles à la production accroissent leur avance par rapport à 2006. La croissance des prix alimentaires à la consommation reste en revanche modérée.

Les grandes cultures et les vins d’appellation contrôlée sont les deux acteurs essentiels du renchérissement des prix à la production, avec respectivement 38% et 9% par rapport à juillet 2006. La répercussion de cette hausse sur les prix à la consommation est limitée pour les produits à base de céréales pour lesquels le coût de la matière première représente une très faible part du prix de vente Les hausses de prix des céréales et, dans une moindre mesure, des vins et champagne ont également contribué à l’amélioration du solde du commerce extérieur agroalimentaire

source: Agreste

Catégorie agricultureCommentaires fermés

La FNSEA reçue par J.L. Borloo

Les responsables de la FNSEA, qui ont menacé de se retirer du Grenelle de l’environnement si un gel de la commercialisation des semences OGM était décidé, seront reçus ce mardi à 11h par Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie.
Le président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer mènera la délégation composée des présidents des fédérations: Philippe Pinta, blé, Christophe Terrain, maïs, et Xavier Beulin, oléagineux et protéagineux.

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2007
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+