Archive | 16 octobre 2007

2,5 millions d’euros pour les éleveurs de porcs

Lors de la séance des questions au gouvernement, ce mardi à l’assemblée nationale, Yannick Favennec député de Mayenne a interpellé Michel Barnier, ministre de l’agriculture, à propos de la crise porcine.

« La filière porcine traverse une fois encore une crise très grave, en raison de la hausse du prix des matières premières alimentaires. Le doublement en quelques mois du prix des céréales retentit fortement sur les coûts de production, au point de menacer l’existence même de la filière française.
Alors qu’en 2006, pour un prix moyen de l’aliment de 158 euros la tonne, le coût de production d’un kg de carcasse de porc était de 1,24 euros, on est passé cet été à 235 euros la tonne et 1,57 par kg; dans le même temps, le prix payé aux éleveurs est passé de 1,40 à 1,24 euro le kg, soit une perte de 20 euros par cochon produit; aujourd’hui, on est à 1,10 le kg, soit une perte de 34 euros par animal.
Or ce secteur, important pour notre alimentation, l’est aussi pour notre économie puisqu’un élevage de 100 truies représente environ 7 emplois indirects. Mais il attire de moins en moins de jeunes: il n’y a eu qu’une seule installation en Mayenne en 2006, et jusqu’à présent aucune en 2007 – alors que 35 % des producteurs seront bientôt à la retraite. Des mesures d’urgence, telles que des aides à l’exportation, vont-elles être prises au niveau national et au niveau européen pour lui redonner des perspectives d’avenir ? »

Réponse de M. Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche.

« La crise porcine actuelle, l’une des plus graves que notre pays ait traversées depuis de longues années, est en effet due à l’augmentation du prix des matières premières alimentaires, qui n’est pas répercutée dans le prix de vente.
Pour accompagner les éleveurs, j’ai tout d’abord demandé à la Commission européenne de déclencher le plus vite possible des mécanismes de soutien au stockage privé et de soutien aux exportations par le système des restitutions. Nous espérons une première réponse en début de semaine prochaine.

Deuxièmement, malgré les difficultés budgétaires, j’ai dégagé 500 000 euros pour des allègements de charges et 2 millions pour des reports de charges.

Enfin, je réunirai demain l’ensemble de cette filière avec les distributeurs, pour rechercher avec eux les moyens de soutenir cette filière, qui en a vraiment besoin. »

Catégorie porcinsCommentaires fermés

Bilan de la récolte 2007

C’est la récolte la plus basse depuis 2000. Au 1er octobre, les prévisions de la récolte 2007 s’élèvent à 46,7 millions d’hectolitres. Elles sont inférieures à la moyenne des cinq dernières années de 11 %, et en-dessous de la récolte 2006 de 12 %. La production de vins d’appellation serait en baisse par rapport à la moyenne de 3 % et par rapport à 2006 de 5 %. En vin de pays, elle serait en-dessous de la moyenne de 6 %, et en recul de 9 % par rapport à la dernière récolte.

Les prévisions en autres vins, jus et moût connaîtraient la plus forte baisse : – 37 % par rapport à la moyenne, – 34 % par rapport à 2006.
Enfin, pour les vins aptes à la production de cognac, dont les prévisions ont été encore abaissées ce mois, les volumes seraient inférieurs de 21 % à la moyenne et de 23 % à ceux de 2006.

vignes2.jpg

photo Patrick Morand (www.patmo.net)

Depuis la fin du printemps, la production a été affectée par divers facteurs climatiques : d’abord, le froid au moment de la floraison, à l’origine de coulures parfois importantes (vignobles de la moitié sud); ensuite, un stress hydrique enregistré dans certaines zones du
Sud-Est ou, dans d’autres régions, un été majoritairement humide et frais, favorisant le mildiou et le développement de foyers de pourriture (botrytis) qui rendent nécessaires des opérations de tri parfois de grande ampleur (Bourgogne Beaujolais ou Jura notamment) ; enfin, à divers stades, des orages de grêle touchant parfois violemment le Sud-Est (notamment Vaucluse) et le reste de la France (Gers, Champagne, Beaujolais, Alsace, Val de Loire). Des arrachages, en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées ou Beaujolais, ont également contribué à la baisse du niveau de 2007 par rapport à l’année passée.

La végétation présentait quelques jours d’avance jusqu’en juillet ; en août, la météo maussade et fraîche a ralenti le développement des baies et réduit l’avance de végétation (Champagne et Val de Loire notamment). Les vendanges ont commencé parfois avec quelques jours de retard (Bourgogne Beaujolais, Alsace …) en raison d’une maturité des grains insuffisamment avancée et pour profiter du soleil prévu en septembre. Les conditions climatiques de septembre, souvent journées sèches et ensoleillées / nuits fraîches, ont été globalement bonnes pour les vendanges, et favorables à la maturation des baies. Toutefois, les vents observés dans le Sud ou en Champagne, associés à ces conditions sèches, ont relativement asséché les grains, réduit le poids des baies et donc le potentiel de production.

source Agreste

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Prévention des risques d’inondation

Les risques d’inondations constituent un enjeu majeur. Ils concernent 5 millions de personnes et près d’une commune sur quatre. Les dommages potentiels des grandes inondations s’élèvent à plusieurs dizaines de milliards d’euros sur le territoire français.

Depuis 2002, une réforme de la politique de prévention a donc été engagée. Elle s’articule autour de la mise en place des Programmes d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) qui regroupent les propositions définies par les collectivités et les services de l’Etat. Forts de leur réussite, quinze nouveaux PAPI ont été lancés sur des bassins versants particulièrement sensibles, début 2007, s’ajoutant ainsi aux 42 PAPI retenus en 2003.

Afin d’échanger leurs savoir-faire et expériences en la matière, les responsables en charge de ces programmes se sont rassemblés aujourd’hui, au ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables, dans le cadre d’une réunion de coordination nationale.

A cette occasion, Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, a annoncé qu’une évaluation des PAPI à mi-parcours, a été confiée à l’Inspection Générale de l’Environnement, dont les résultats seront présentés au cours de l’année 2008.

Par ailleurs, l’adoption de la directive européenne relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondations, adoptée le 18 septembre dernier, implique l’ouverture de nouveaux chantiers : la transposition de la directive en droit français, l’actualisation de la cartographie des aléas et des enjeux et l’élaboration des plans de gestion des risques d’inondations à l’échelle d’unité hydrographique cohérente. « Les PAPI sont des instruments d’avenir, d’autant plus qu’ils constituent le modèle qu’il nous faudra mobiliser pour l’élaboration de ces plans d’actions », a conclu la Secrétaire d’Etat.

Catégorie hydrauliqueCommentaires fermés

Transhumance des vaches pour un prix équitable du lait

L’ « European Milk Board », en partenariat avec ses organisations nationales de producteurs de lait, organise dans l’ensemble de l’Europe une action unique en son genre.
Des opérations en direction de la presse et des consommateurs seront ainsi organisées simultanément le 17 octobre 2007 dans 11 pays en Europe.
Pour la France, l’Organisation des Producteurs de Lait (OPL) vous invite à participer à une action intitulée la « Transhumance des vaches pour un prix équitable du lait ». Elle prendra la forme d’une vente directe de produits laitiers (fromages, lait, beurre).
Rendez-vous le 17 octobre à partir de 10 h 30 sur la place de la gare St Lazare à Paris.

Cette action européenne vise à obtenir un prix équitable du lait pour les producteurs.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Inauguration d’Agrapole à Lyon

Le vendredi 26 octobre, l’ensemble des organisations professionnelles agricoles et agroalimentaires présentes sur le site Agrapole (à Gerland) inaugureront leurs nouveaux locaux en présence de Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche. Ce site se veut un pôle d’excellence pour la formation, la recherche, le développement et le management de l ’innovation.

Sur les 18 150 m2 (hors stationnement), dédiés à ce pôle, 10 500 m2 seront occupés par l’ISARA- Lyon (école d’ingénieurs en alimentation, agriculture, environnement et développemnt rural) et 4800 par les organisations régionales. En outre une partie des locaux et des services seront communs. C’est une SCI dénomméee Agrapole qui a porté le projet immobilier, constituée par l’ISARA-Lyon, la Chambre Régionale d’Agriculture, 6 Chambres d’agriculture départementales, la Fédération régionale des Coopératives, la SAFER, le GIE Lait-Viandes et la Fédération régionale Laitière.

Cette réalisation représente un investissement de l’ordre de 23 millions d’euros HT dont 7,460 sont apportés par la Région Rhône-Alpes (pour 4,716 millions d’euros) et le Département du Rhône (pour 2,744 millionsd’euros), propriétaire du terrain.

L’objectif commun poursuivi par l’ensemble des partenaires de ce Pôle unique en Rhône-Alpes est de permettre de créer des synergies entre les différentes structures, métiers et compétences chargées d’impulser et d’accompagner le développement de l’agriculture régionale dans tous ses aspects.

Au programme de la journée d’inauguration :
10h-12h : visites guidées sur le thème des sens
16h-17h30 : table ronde sur le thème « Nos productions agricoles et agroalimentaires à l’heure de la mondialisation » avec :
Jean René Buisson, Président de l’ANIA (Assosiation Nationale des Industries Agroalimentaires), Luc Guyau, Président de l’APCA (Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture), Philippe Mangin (Président de COOP de FRANCE), Pierre Pagesse, Président de Limagrain et du Moma (Mouvement pour une Organisation Mondiale de l’Agriculture).

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Aujourd’hui, journée mondiale de l’alimentation

Plus de 150 pays dans le monde célèbreront aujourd’hui la Journée mondiale de l’alimentation (JMA), par des événements de toutes sortes, des conférences, des concours, des activités sportives et une veillée mondiale aux chandelles sur “le droit à l’alimentation”.

La FAO (Food and agricultural organization) célèbre la JMA chaque année le 16 octobre, jour anniversaire de la fondation de l’Organisation en 1945 à Québec.

Le thème de la JMA de cette année, « le droit à l’alimentation”, met en lumière un droit fondamental de l’homme souvent bafoué, car plus de 850 millions d’êtres humains continuent à être victimes d’une grave insécurité alimentaire.

Le droit à l’alimentation, d’après la législation internationale, est le droit de tout être humain à avoir un accès régulier à une nourriture suffisante, adéquate sur le plan nutritionnel et culturellement acceptable, pour mener une vie saine et active. Il s’agit du droit de subvenir dignement à ses besoins plutôt que de celui d’être nourri.

Depuis le Sommet mondial de l’alimentation de 1996, la FAO travaille avec les gouvernements et les communautés du monde entier pour reconnaître ce droit fondamental de l’homme.

Catégorie planète TerreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+