Catégorie | environnement

Feu vert au diagnostic immobilier

A compter du 1er novembre 2007, les diagnostics de performance énergétique devront être réalisés par des opérateurs dont les compétences auront été certifiées.

Comme l’avait décidé Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement durables, toute vente ou location de logement doit désormais s’accompagner d’un diagnostic de performance énergétique (DPE).

Le DPE permet à chaque ménage qui achète ou loue un logement de mieux évaluer sa consommation énergétique et son coût, de mesurer l’impact sur l’effet de serre et de disposer de conseils pour maîtriser sa consommation d’énergie.

Plus de 4 300 opérateurs ont d’ores et déjà obtenu leur certification pour les différents types de diagnostic, après avoir passé avec succès des examens théoriques et pratiques permettant de vérifier les compétences exigées par arrêté ministériel. Le nombre de professionnels certifiés va encore s’accroître dans les prochaines semaines.

Depuis 2006, les professionnels du diagnostic immobilier se sont engagés dans une démarche de formation et dans la procédure de certification, offrant ainsi au consommateur une garantie supplémentaire en terme de compétence des diagnostiqueurs et de fiabilité du dossier de diagnostic technique.

Les coordonnées de diagnostiqueurs certifiés sont indiquées sur les sites Internet des organismes certificateurs. Cette démarche de certification concerne également les diagnostics termites, amiante, plomb et gaz.

Voir le site du ministère de l’écologie pour la liste des diagnostiqueurs certifiés

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+