Catégorie | nature

Des corridors pour la faune sauvage

Le Conseil général de l’Isère a adopté aujourd’hui un projet de restauration des corridors biologiques du Grésivaudan (Voreppe, Pontcharra) visant à permettre à la faune sauvage de traverser sans risque les ouvrages autoroutiers et les voies ferrées et de passer, par exemple du massif de la Chartreuse à celui de Belledonne ou à celui du Vercors. Ces passages adaptés constituent, en outre, un gage de sécurité pour les automobilistes, à qui il arrive parfois d’entrer en collision avec ces animaux.

C’est Jean-François Noblet, conseiller technique Environnement au Conseil général qui, après avoir étudié longuement les flux de déplacement de la faune terrestre dans le Grésivaudan, est à l’origine de ce projet. Un projet qui bénéficie déjà d’une reconnaissance européenne: il est en effet désigné comme site pilote, le premier du genre, selon Serge Revel, rapporteur du dossier, par la Convention alpine.

Le Conseil général est désormais autorisé à mettre en oeuvre ce projet pour les années 2008 à 2013, à déposer un dossier d’un montant global avoisinant 8,5 millions d’euros au titre du Fonds européen de développement régional (FEDER) auprès de la Région Rhône-Alpes et de l’Agence de l’Eau. L’AREA, partenaire de l’opération, prendra la maîtrise d’ouvrage du passage supérieur sur l’A48 à hauteur de Voreppe ainsi que la modification des passages inférieurs ou supérieurs contenus dans le projet.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+