Archive | 13 novembre 2007

L’INRA a présenté les conclusions de son expertise

La consommation de fruits et légumes est considérée comme un enjeu de santé publique et fait l’objet de recommandations nutritionnelles au niveau mondial par la FAO et l’OMS. En France, la recommandation incluse dans le Programme national nutrition santé de « manger 5 fruits et légumes par jour » est bien connue, mais encore peu suivie par les consommateurs. La consommation demeure inférieure aux apports conseillés.

pommes.jpg

Dans le même temps, le marché des fruits et légumes représente un enjeu économique pour les producteurs nationaux dans un contexte commercial international et européen qui génère une concurrence accrue sur les prix. C’est dans ce contexte que le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a commandé à l’Inra une expertise scientifique collective pour faire l’état des lieux des connaissances scientifiques disponibles concernant les enjeux de santé liés à un accroissement de la place des fruits et légumes dans l’alimentation, les facteurs susceptibles de favoriser la consommation et l’impact sur la filière.

L’objectif de cette expertise, dont les conclusions ont été présentées aujourd’hui à Paris, au museum d’histoire naturelle, en présence de Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, était d’éclairer les pouvoirs publics, et le ministère de l’Agriculture et de la Pêche en particulier, sur les actions à mener, aussi bien du côté de l’offre qu’auprès des consommateurs, pour répondre au double objectif de soutien économique aux filières de production et de protection de la santé publique.

Le champ retenu pour l’expertise scientifique collective identifiait les principales questions suivantes :
-les fondements scientifiques des recommandations nutritionnelles : bénéfices et risques éventuels pour la santé ;
-la variabilité des caractéristiques nutritionnelles des fruits et légumes liées aux facteurs génétiques, aux conditions de culture, aux traitements post-récolte et aux transformations industrielles et culinaires ;
-la variabilité de la consommation et ses déterminants socio-économiques ;
-l’impact des politiques de promotion de la consommation de fruits et légumes ;
-les liens entre les caractéristiques des produits et le fonctionnement des filières.

Comme toute expertise scientifique collective, elle n’a pu traiter ces questions que dans la mesure où elles ont fait l’objet de recherches et de publications scientifiques.

Un groupe d’une vingtaine d’experts a été mobilisé par l’Inra pour conduire cette expertise. Ils représentent un large éventail de disciplines : épidémiologie, toxicologie, nutrition, agronomie, génétique et amélioration des plantes, technologie de la transformation, économie, sociologie, marketing, et sont issus de l’Inra, de l’Institut Pasteur de Lille, de l’Inserm, d’AgroParisTech, du CIHEAM/IAM, de l’INH et de l’Ensat.

La synthèse du rapport (82 pages) peut être consultée sur inra.fr

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

Les effets des pesticides sur la santé

L’Observatoire des résidus de pesticides (ORP) dont la coordination technique et scientifique est assurée par l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET) étudie la cancérogénicité de ces produits sur la population des agriculteurs. Une vaste étude, baptisée Agrican (Agriculture et Cancers) est en cours et les premiers résultats devraient être connus fin 2009.

L’ORP souligne que chez les agriculteurs, malgré une espérance de vie plutôt supérieure à la moyenne du fait d’une sous-mortalité par maladies cardiovasculaires et par cancer en général, il semblerait que la mortalité et l’incidence de certains types de cancers soient augmentées. Il s’agirait en général de cancers peu fréquents voire rares tels que les cancers des lèvres, des ovaires, du cerveau ou de la peau.

Une association significative avec l’utilisation des pesticides a été retrouvée par certains auteurs pour certaines localisations tumorales. Toutefois, il n’est pas exclu que d’autres facteurs de risque, présents en milieu agricole, puissent jouer un rôle dans les associations trouvées tel le tabagisme (cancer des lèvres), le rayonnement solaire (cancer des lèvres, mélanome), l’alimentation (cancers de la prostate, de l’estomac), des virus (lymphomes, cancer de la prostate, myélomes…). Les études mettant en cause certaines classes spécifiques de produits sont très rares.

Un accroissement du risque de cancer chez les enfants exposés à des pesticides avant la naissance ou pendant l’enfance est souvent évoqué. L’exposition pourrait provenir du travail agricole des parents ou de contaminations domestiques de l’habitat ou de l’alimentation. L’exposition des enfants aux pesticides a été le plus souvent associée aux tumeurs cérébrales et aux leucémies.

Malgré cela, il n’existe aujourd’hui aucun consensus sur l’existence d’une augmentation du risque de cancer, en particulier en raison des incertitudes liées à la détermination des expositions aux pesticides et du manque de données expérimentales sur les mécanismes biologiques impliqués.

Etude Agrican: l’Isère concernée

Agrican est une vaste étude qui permettra de connaitre le risque de cancer en milieu agricole en France. Cette étude concerne les personnes affiliées à la Mutualité Sociale Agricole (MSA) des départements couverts par un ou plusieurs registres des cancers. Elle est coordonnée par le GRECAN (Groupe régional d’études sur le cancer) de Caen, en partenariat avec le LSTE (Laboratoire santé, travail et environnement) de Bordeaux, les registres des cancers et la MSA.

Il s’agit d’une enquête de cohorte qui permettra l’inclusion par un questionnaire et le suivi de la population agricole en activité ou à la retraite résidant dans douze départements français , dont l’Isère, disposant d’un enregistrement continu et exhaustif des cancers. La première phase, qui a débuté en septembre 2005, a consisté en l’envoi d’un questionnaire à plus de 600 000 personnes.

Les premiers résultats pourraient être disponibles dès la fin 2009 sur le rôle de certains facteurs professionnels (viticulture, céréales, utilisation de pesticides…) dans la survenue des cancers les plus fréquents (cancers du sein, de la prostate…). Un suivi plus long sera nécessaire pour les cancers les moins fréquents et les activités agricoles les plus rares.

source ORP

Catégorie pollutionCommentaires fermés

PPAM: Journée technico-économique

banniere-journee-ppam.jpg

Corabio (la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique) et la Chambre régionale d’Agriculture, organisent une journée d’information et d’échange sur les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM) biologiques en Rhône-Alpes, autour des questions ‘’un marché en expansion’’ et ‘’des circuits de commercialisation variés’’.

Cette journée aura lieu le mercredi 5 décembre à Bougé-Chambalud, en Isère.

Cette journée s’inscrit dans un programme de développement de la production biologique dans un contexte de pénurie de l’offre face à un marché en forte croissance. Elle permettra un partage d’expérience et la rencontre des différents opérateurs du secteur. Elle s’articule autour de deux temps forts.

Le matin, à partir de 9 heures : la demande du marché
9h30 : Production et marché des PPAM bio en France par Viviane Cataldo de l’ONIPPAM
10h : Production et vente directe, témoignage de Philippe Fraisse, production sur 2 Ha et cueillette, vente d’huiles essentielles et eaux florales.
10h30 : Approvisionnement d’entreprises de commercialisation d’herboristerie sèche et d’huiles essentielles, témoignages de Guy Leclercq, responsable des achats chez Fytosan, de Philippe Soguel, gérant de la Société Bleu Provence, de Tiber Vinck, PDG de l’Herbier du Diois.

L’après-midi, à partir de 14 heures : solutions techniques
14 h : Les espèces à produire dans la zone, les itinéraires techniques, les premières transformations par Pierre-Yves Mathonnet, Tête de réseau PPAM Bio Rhône -Alpes.
14h30 : Les maladies et ravageurs des PPAM et moyens de lutte en AB par Muriel Saussac, ITEIPMAI.
15 h : Les fermes ressources du comité Bio du CEPPARM par Robert Desvaux du CEPPARM
16h30 : Visite du GAEC Joyeuse (Fréderic Nivon) spécialisé en production de Plantes médicinales biologiques à Lapeyrouse-Mornay.

Cette journée est ouverte à tous les professionnels intéressés ou concernés par ces questions. Elle aura lieu le mercredi 5 décembre à la salle du Mille clubs à Bougé-Chambalud (38).

L’inscription est indispensable et il suffit d’appeler Corabio

au 04 75 61 19 35 pour obtenir un programme et un bulletin d’inscription. CORABIO – INEED Rovaltain TGV
1 rue Marc Seguin – BP 11150 Alixan – 26958 Valence cedex 9

Tél : 04 75 61 19 35 – Fax : 04 75 79 17 68
visoterra-champ-de-lavande-6739.jpg

Catégorie bioCommentaires fermés

Opération Sénégal en Isère: rencontres de la coopération

senegal-depliant-imp1.jpg

Lundi 19 novembre, au Palais du Parlement (Place St André-Grenoble)

10h30 – 12h : Ouverture officielle avec Doudou Salla Diop, ambassadeur du Sénégal en France, Cheickh Abdul Khadre Cissokho, Président du Conseil régional de Tambacounda et André Vallini, Président du Conseil général de l’Isère

15h15 – 16h45 : « Le codéveloppement »
Programme financé par le Ministère français des affaires étrangères en lien avec la diaspora sénégalaise de France, le codéveloppement est aussi un concept qui a évolué et se trouve au cœur de l’actualité des relations franco-africaines.

17h15 – 19h15 : « La coopération dans le domaine de l’eau »
De l’utilité de la mise en relation des acteurs dans les programmes de solidarité internationale dans le domaine de l’Eau – l’exemple de la loi Oudin / Santini : zoom sur les problématiques hydrauliques des régions sahéliennes, et en particulier de la région de Tambacounda, et les dispositifs de coopération pour y répondre. Echanges de bonnes expériences

Mardi 20 novembre, au Conseil général de l’Isère (7, rue Fantin-Latour -Grenoble)

Thème de la journée : « Regards croisés sur la culture »

10h30 – 11h30 : présentation de la journée et exposé introductif sur l’originalité culturelle de l’Afrique de l’ouest et les défis contemporains pour l’avenir de ces cultures dans un contexte de modernité par Jacques Barou, ethnologue, chercheur au CNRS-Grenoble

14h – 15h30 : « La culture comme moyen d’échanges »
Grâce notamment aux collaborations entre les artistes, les associations et les institutions culturelles, les échanges artistiques internationaux constituent l’un des moyens de dialogue entre les peuples. Et le milieu culturel isérois a su tisser avec le Sénégal des liens qui donnent à cette coopération décentralisée son épaisseur humaine.

16h – 17h30 : « Comment mettre en valeur des savoir-faire traditionnels dans un contexte de modernité ? »
Comment valoriser le patrimoine culturel sans le dénaturer ? Regards critiques et expériences sur la sauvegarde de traditions notamment en Isère et à Tambacounda.

20h – 22h30 : L’Afrique et ses littératures, au CRDP, 11 avenue Gal Champon – Grenoble
Mise en perspective et lecture d’œuvres issues de la dynamique littéraire africaine qui va de sa tradition orale à la modernité littéraire et aux pratiques contemporaines qui réutilisent notamment le conte.

Mercredi 21 novembre, au Conseil général de l’Isère

Thème de la journée : « Regards croisés sur l’école »

13h30 – 15h : Présentation de la journée et exposés introductifs suivis de débats par Pierre Soëtard, directeur national des actions éducatives d’Aide et action-Paris, Maxfu Diouf, Aide et Action Sénégal, Oumou Diamé, directrice du Centre régional d’éducation en économie familiale et sociale de Tambacounda

15h30 – 17h : « Mobiliser et impliquer les familles dans la vie de l’école »
Dans la plupart des pays et quel que soit le contexte socio-économique, il n’existe que très peu de lien entre l’école et les familles des enfants. Tout se passe comme si l’école était un espace clos sans interactions avec le milieu dont elle fait pourtant partie.

17h15 – 19h : « Pourquoi éduquer les femmes ? »
Un triple regard sera porté sur l’objectif de l’égalité femmes/hommes : la situation sénégalaise, la situation française et la situation d’émigré-es en France pour étudier les motivations, outils, avancées et freins à l’éducation des filles.

Catégorie planète TerreCommentaires fermés

rappel: réunions d’information

Trois réunions d’information sur les prophylaxies et les maladies
réglementées (dont la fièvre catarrhale ovine) sont organisées par le GDS Isère:

ce 13 novembre à 13h30
à la salle des fêtes de VIF

le 14 novembre à 13h30
à la salle des fêtes de Brezins

le 16 novembre 2007 à 13h30
au Lycée Horticole de La Tour du Pin

Le GDS vous propose de lui communiquer votre numéro de portable et/ ou votre mail afin que ses services puissent vous alerter si l’actualité sanitaire l’exige.
Contact GDS – BP 2314 – 38033 Grenoble cedex 2

Tel: 04 76 20 68 89 – FAX : 04 76 33 11 3

www.gds38.fr

mail: info@gds38.asso.fr

Catégorie élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+