Archive | 21 novembre 2007

Suisse: pas d’AOC pour la raclette

La Fédération laitière valaisanne (FLV) a perdu son procès pour l’obtention d’une AOC raclette. Le verdict, attendu depuis 4 ans, n’est tombé que le mois dernier, sans bruit. Selon le tribunal fédéral, le terme raclette désigne un plat et non pas un fromage. N’importe quel producteur de fromage suisse ou étranger peut l’utiliser.

Traditionnellement, depuis 1574 déjà, le terme évoque un plat d’origine valaisanne à base de fromage fondu. Ce n’est que récemment, depuis le milieu ou la fin des années 1970 qu’il désigne le fromage servant à la préparation du mets. Cette nouvelle acception a simplement entériné un usage elliptique de la locution « fromage à raclette ». Cette acception ne renvoie pas spécialement à un produit d’origine valaisanne, conclut le tribunal, qui confirme le verdict de la Commission de recours.

L’état de la législation suisse en vigueur au moment du dépôt de la demande d’enregistrement conforte cette apprécation. En vertu d’une ordonnance du Département fédéral de l’intérieur datant de 1981, l’inscription « raclette » ne devait être incrustée que sur les « fromages à raclette » tandis que les fromages à raclette valaisans devaient seulement indiquer leur provenance.

Président de la FLV, le conseiller national Maurice Chevrier est partagé. Le refus de l’AOC est une déception, mais le tribunal « reconnaît que notre produit mérite une protection » et confirme l’AOC « raclette du Valais » (obtenue fin 2003 NDLR), a-t-il déclaré. La FLV parle tout de même d’ »autogoal ». Les producteurs industriels européens pourront continuer à utiliser l’appellation raclette pour écouler dans le monde, du fromage à des prix défiant toute concurrence, estime-t-elle dans un communiqué.

L’association Raclette Suisse ne partage pas ces craintes. Selon son responsable Markus Tschumi, la Suisse ne sera pas envahie de fromages à raclette étrangers. La France par exemple en produit depuis des décennies et en vend aussi en Suisse.

Déboutée, la Fédération laitière valaisanne devra verser un émolument judiciaire de 10 000 francs. Elle devra également verser des indemnités de dépens à Cremo, à l’association Raclette Suisse ainsi que 5000 francs à la société Burger Käse AG.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Stations de sports d’hiver et développement durable

Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, sera vendredi en Savoie, avant l’ouverture de la saison d’hiver, pour promouvoir le développement durable dans les stations touristiques de montagne. « La montagne est un milieu fragile touché de plein fouet par les effets du réchauffement climatique. Les espaces de montagne se doivent, plus qu’ailleurs encore, de concilier harmonieusement tourisme et protection de l’environnement » souligne Nathalie Kosciusko-Morizet.

Les stations de skis sont particulièrement concernées par le changement climatique: baisse de l’enneigement sur les moyennes montagnes, fortes émissions de CO2 causées par les transports, l’habitat et les remontées mécaniques. A cela s’ajoute le fait que les loisirs et les périodes de congés sont propices, été comme hiver, à des pratiques plus polluantes que celles adoptées dans la vie quotidienne.

Après une visite de différents sites, la secrétaire d’Etat participera à une table ronde sur le thème « faire de l’arc alpin un territoire de référence pour un tourisme durable ». A l’issue de ce débat, elle assistera à la signature par André Vernaz, maire de la commune de Beaufort-sur-Doron à laquelle est rattachée la station d’Arèches-Beaufort, de la Charte nationale en faveur du développement durable dans les stations de montagne.

Cette charte est élaborée par Ski France, l’Association nationale des maires des stations de montagne, en partenariat avec l’ADEME et l’association Mountain riders, cette charte se fonde sur huit principes : l’aménagement durable des territoires et de l’habitat, la préservation des paysages et des espaces naturels, la gestion équilibrée des
ressources, la promotion de modes de déplacements performants et respectueux de l’environnement, l’intégration des activités touristiques dans les paysages, l’incitation à des comportements éco-citoyens et la mise en œuvre d’un système transparent d’application de la charte et du contrôle de son respect.

Catégorie montagneCommentaires fermés

la filière viande et les crises sanitaires

Selon une étude parue dans le numéro 166 d’Insee première, les crises sanitaires ont un impact fort à court terme mais sont limitées dans le temps

Encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) en 1996 et 2000, fièvre aphteuse en 2001, grippe aviaire fin 2005… Les filières de la viande ont été à plusieurs reprises perturbées par des crises sanitaires de nature économiquement différente : crise de confiance du consommateur liée à l’ESB faisant s’effondrer la demande, ou insuffisance de l’offre lors de la crise ovine, le choc est brutal sur la consommation de la viande concernée. Les chutes peuvent atteindre 20 à 30 % sur deux ou trois mois. En revanche, l’impact de ces chocs sur les habitudes alimentaires dure peu. Les consommations de chaque type de viande retrouvent, la plupart du temps au bout d’un an environ, un niveau proche de celui d’avant la crise.

Lire la synthèse sur:www.insee.fr

Catégorie élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+