Archive | 22 novembre 2007

4ème édition “bois d’avenir”

Nous vous rappelons que cet après midi se déroulera à St Laurent du Pont la quatrième édition de Bois d’avenir.

bois-davenir-20071.jpg

Programme
17h 00 : Accueil des participants

17h 15 : Ouverture de séance
Roger Villien, maire de la Bauche, vice-président du
Parc naturel régional de Chartreuse

17h 30 : Quel positionnement commercial pour les Bois de Chartreuse ?
Résultats des études techniques en scieries et des enquêtes d’ image.
Christophe Verdet et Jeanne-Véronique Davesne,
Réseau Cap Consultants Bois

18h 15 : Quelle qualité mécanique des Bois de Chartreuse? Résultats de l’étude de caractérisation mécanique des Bois de Chartreuse.
Patrick Lambouroud, directeur de Créabois Isère et Jean-Denis Lanvin, FCBA

19h 15 : Classement du bois, de la forêt au marquage CE.
Exemple de la Chartreuse pour l’homologation d’une machine de classement mécanique en France.
Yann Benoit, CBS CBT

19h 45 : Traçabilité des Bois de Chartreuse dans le cadre du lancement prochain de la marque de préfiguration de l’AOC : chantiers tests et entreprises volontaires.
Bruno Marielle, président du Comité Interprofessionnel du Bois de Chartreuse

20h 15 : Conclusion
Eliane Giraud, Présidente du Parc naturel régional de Chartreuse, Conseillère régionale déléguée à l’agriculture, au développement rural et aux Parcs

Renseignements
Parc naturel régional de Chartreuse
Tél. 04 76 88 75 20

Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

NON! 70% des sapins du Trièves ne sont pas des «bois de palettes»

La forêt du Trièves n’a pas le prestige médiatique d’une forêt de Chartreuse, par exemple. Ses sapins sont-ils pour autant des bois de bas de gamme, des bois à palette, comme le prétend M Eymard, scieur ? Réponse d’Antoine Pupier adhérent de l’AFTBM.

« Au cours du débat qui s’est instauré lors de la conférence sur la démarche « bois des Alpes », organisée dans le cadre de la fête de la forêt de montagne au Périer, Monsieur Eymard est intervenu en déclarant que 60 à 70% des sapins du Trièves étaient du bois de palettes.
Etant moi-même propriétaire forestier de ce secteur, j’ai été choqué par ces propos et suis intervenu pour m’élever contre de telles affirmations.

En effet, alors que l’ensemble des organisations forestières y compris celles de la filière de transformation, ont engagé depuis plusieurs années une action de valorisation et de promotion des bois des Alpes, dont ceux du Trièves, j’ai trouvé particulièrement mal venu qu’un éminent représentant de cette filière émette un avis aussi négatif et jette le discrédit sur cette production locale. J’ai d’ailleurs remarqué avec satisfaction qu’il n’avait recueilli aucune approbation de la part des intervenants de la table ronde et de l’assistance.

Etant moi-même fournisseur de bois de sapin à des scieurs locaux, j’ai pu constater qu’ils étaient satisfaits de leur qualité. Mais ceci prouve que fournisseurs de matière première, nous devons rester particulièrement vigilants face aux arguments qui peuvent être colportés dans la nature, susceptibles de nuire à l’image de marque de nos bois.

Pour cela, soutenons et renforçons l’action de nos organisations forestières, notamment pour nous propriétaires forestiers du Trièves Beaumont Matheysine (AFTBM), elle-même regroupée au sein de l’UGDFI.
La promotion du « Bois des Alpes » et par conséquent celui du Trièves, est à ce prix. »

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Carbone en stock dans les bois

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, a mobilisé l’ensemble des acteurs de la filière forêt-bois en ouvrant des Assises de la forêt qui ont pour objectif de renforcer la production forestière en l’inscrivant dans une gestion durable, prenant en compte la biodiversité forestière et la gestion les risques. Le ministre a réuni cet après-midi, les membres du Conseil Supérieur de la Forêt, des Produits Forestiers et de la Transformation du Bois (CSFPFTB). Bernard Roman-Amat, directeur de l’ENGREF-Nancy, a rendu compte de la mission qui lui a été confiée par les ministres en charge de l’Agriculture et de l’Ecologie sur les conséquences pour la forêt du changement climatique. Jean-Marie Ballu, Ingénieur Général du GREF, a présenté le rapport sur la sous- exploitation de la forêt.
Michel Barnier a déclaré : « Le Grenelle a placé la filière au centre des enjeux qui nous permettront de relever le défi du changement climatique ».

La forêt stocke chaque année autant de CO² que le volume que l’on demande à nos industriels de réduire dans leurs émissions.

Le bois est une forme durable de stockage du carbone : il est nécessaire d’accroître sa part dans la construction. Un doublement de la consommation nécessite de trouver 9Mm3.

Le bois est indispensable, si l’on veut obtenir en 2020, 20 % d’énergie d’origine renouvelable. Pour atteindre cet objectif, nous aurons besoin de 12 Mm3 supplémentaires.

Sur la base des rapports qui lui ont été présentés, le ministre a retenu l’objectif de sortir de nos forêts, 21 Millions de m3 supplémentaires à moyen terme. Atteindre et traiter ce volume nécessite un engagement de tous les acteurs. Michel Barnier a précisé que de son point de vue « tous les acteurs étaient appelés à un vrai changement d’échelle dans leurs réflexions, leurs actions et leurs investissements d’autant plus qu’un autre challenge doit être relevé simultanément pour adapter la forêt au changement climatique ».

Les membres de la filière ont été invités par le ministre à réviser les outils d’actions et d’interventions existant et à en élaborer de nouveaux qui devront trouver place dans le projet de loi consécutif au Grenelle – environnement. A cet effet, trois groupes de travail ont été constitués, leur composition a été élargie à tous les acteurs concernés par le sujet. Deux réunions de chacun des groupes de travail sont programmées dans les prochains jours.

Catégorie forêtCommentaires fermés

FCO: le point en France et en Europe

Le point épidémiologique hebdomadaire de l’Afssa sur l’épizootie de fièvre catarrhale ovine à sérotype 8 en Europe pour la semaine 46 (12-18 novembre 2007), fait état des résultats suivants:

Au 19 novembre, 9 979 foyers ont été confirmés en France, dont 583 au cours de la semaine 46. C’est en France que l’incidence hebdomadaire est la plus élevée. Au cours de cette semaine, deux nouveaux départements métropolitains ont été atteints : le Puy-De-Dôme (63) et les Deux-Sèvres (79), impliquant une extension de la zone réglementée.

En Europe, le nombre de foyers de fièvre catarrhale ovine (FCO) à sérotype 8 confirmés depuis juillet 2007 s’élève à :
-18 407 en Allemagne au 16 novembre 2007, dont 443 foyers confirmés au cours de la semaine 46
-6 158 aux Pays-Bas au 5 novembre 2007 (non réactualisé pour la semaine 46)
-5 741 en Belgique au 14 novembre 2007, dont 84 foyers confirmés depuis le 12 novembre
-1 200 au Luxembourg au 15 novembre 2007, dont 12 foyers confirmés depuis le 31 octobre
-64 en Grande-Bretagne au 19 novembre 2007, dont 1 foyer confirmé au cours de la semaine 46
-3 en Suisse au 9 novembre 2007, aucun nouveau foyer confirmé au cours de la semaine 46
-1 au Danemark au 12 novembre 2007, aucun nouveau foyer confirmé au cours de la semaine 46

Au total, au 19 novembre 2007, 41 553 foyers de FCO à sérotype 8 ont été notifiés en Europe depuis le début du mois de juillet 2007.
Hormis en France, la diminution d’incidence observée depuis le début du mois d’octobre 2007 se poursuit dans les autres pays atteints.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

La confédération paysanne conteste les orientations de la PAC

Pour la Confédération paysanne,  » la Commission européenne veut abandonner l’agriculture et l’alimentation aux marchés ».
« La Commission européenne prétend lancer une consultation sur la PAC auprès des États membres. Or, avant même d’en tirer un bilan, elle propose déjà de maintenir et développer les outils de la PAC réformée en 2003, à savoir le démantèlement des OCM qui entraîne la dérégulation des marchés.
Ce n’est pas un bilan que propose Mariann Fischer-Boel, Commissaire européenne à l’agriculture, mais déjà des orientations. Elle paraît faire confiance aux lois du marché pour relever les défis de la lutte contre les changements climatiques, du développement des bioénergies ou de la gestion des risques. En revanche, elle n’affiche aucun objectif pour l’alimentation et l’emploi.
Contrairement à la méthode de Mariann Fischer-Boel, nous affirmons qu’il est nécessaire de définir les objectifs que l’on assigne à la Politique agricole commune avant d’en définir les outils et d’y adapter le budget ».

Pour la Confédération paysanne, les objectifs de la politique agricole européenne doivent être :
-la souveraineté alimentaire de l’Europe,
-le développement de l’emploi et la garantie du revenu des paysans,
-une agriculture paysanne et durable, associant les dimensions sociale, économique et environnementale.

La Confédération paysanne appelle, avec la Coordination Européenne – Via Campesina, à défendre ces objectifs à Bruxelles, le 26 novembre à l’occasion du Conseil des ministres agricoles.

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Le stock de carbone en baisse dans les sols agricoles

Les changements d’usage du sol et de pratiques agricoles influent sur l’évolution du stock de carbone des sols. Le stock de carbone organique dans les sols agricoles a diminué. Cette perte est estimée à 6 millions de tonnes de carbone par an, soit près de 0,2%, entre les périodes 1990-1995 et 1999-2004. Néanmoins, les sols forestiers ont stocké de l’ordre de 0,7 million de tonnes par an sur la même période.

protection-des-sols.jpg

Le stock de carbone est fortement dépendant des types de sols et de leur occupation

C’est le constat que fait, dans son dernier « 4 pages » (n°121), l’Institut français de l’environnement (Ifen). Les matières organiques du sol assurent de nombreuses fonctions environnementales. Elles constituent notamment un réservoir temporaire de carbone organique, pouvant agir comme source ou comme puits de carbone vis-à-vis de l’atmosphère.

Les matières organiques du sol, composées de 58 % de carbone organique en moyenne, participent à la fertilité du sol, le protègent de l’érosion, lui permettent de piéger certaines pollutions et participent au cycle des gaz à effet de serre.

Pourquoi le stock de carbone diminue t-il?

Le stock de carbone est fortement dépendant des types de sol et de leur occupation. Les stocks sont très faibles dans les sols peu profonds ou en zones de culture intensive. Les stocks mesurés sous forêts et prairies sont plus élevés que sous culture, à sols et conditions climatiques identiques.

Par ailleurs, ce stock varie sous l’influence de changements d’usage des sols ou de pratiques agricoles. La conversion des cultures en prairies ou en forêts favorise le stockage de carbone dans les sols ; l’action inverse entraîne un déstockage, deux fois plus rapide.

Face à la baisse en matières organiques des sols européens, la Commission européenne a adopté une stratégie thématique de protection des sols et proposé une directive-cadre invitant les Etats membres à recenser les zones à risque et à envisager des mesures.

Cette publication est le fruit d’une collaboration avec l’INRA dans le cadre du Gis Sol, chargé de constituer et de gérer un système d’information sur les sols de France.

http://www.ifen.fr/publications

Catégorie environnementCommentaires fermés

Accueil paysan fête ses 20 ans

Le mouvement Accueil Paysan fête ses vingt ans les 30 novembre et 1er décembre à Grenoble. L’occasion de faire le point sur ses actions en faveur d’un tissu rural vivant et d’une agriculture paysanne.

Accueil paysan est un groupement de paysans et d »acteurs ruraux qui prennent appui sur leurs activités agricoles et rurales pour mettre en place un accueil touristique et social en relation avec tous les acteurs du développement local.

logo-accueil-paysan.jpg

Fondé en 1987, le réseau s’est développé en proposant une alternative au modèle intensif agricole autour de réflexions portant sur la désertification du monde rural et le respect environnemental. Il rassemble aujourd’hui 700 adhérents en France et une centaine dans 19 pays à l’étranger.

Pour cet événement, une rencontre entre paysans, médias et partenaires est organisée samedi 1er décembre à Crolles sur le thème: Accueil Paysan – hier, aujourd’hui, demain – quels sont nos projets?

Un rendez-vous festif et gastronomique est prévu pour le grand public, avec un marché paysan regroupant des paysans de différentes régions, proposant leurs produits, des stands de commerce équitable et de tourisme solidaire. Il se tiendra place aux Herbes à Grenoble, samedi 1er décembre de 14 à 18h.

site: accueil-paysan.com

Catégorie tourismeCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+