Archive | 28 novembre 2007

Plan d’élimination des déchets ménagers

En Isère, le Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, approuvé le 10 février 2005 par arrêté préfectoral, fait actuellement l’objet d’une révision soumise à enquête publique. Celle-ci se déroulera du 4 décembre 2007 au 10 janvier 2008 inclus.

Les objectifs de ce plan en matière de réduction des déchets à la source, tri sélectif, déchèteries, installations de traitement…peuvent être étudiés par tous les Isérois dans les 13 Maisons du Conseil géréral, à l’Hôtel du Département, à Grenoble et consultés via la rubrique Gestion des déchets du site www.isere.fr.

Les 13 territoires:
Agglomération grenobloise, Bièvre Valloire, Grésivaudan, Haut-Rhône dauphinois, Isère Rhodanienne, Matheysine,
Oisans, Porte des Alpes, Sud Grésivaudan, Trièves, Vals du Dauphiné, Vercors, Voironnais Chartreuse.

Pendant la période d’enquête, les intéressés pourront consigner leurs observations sur le registre d’enquête ou adresser leurs observations par écrit à :

Monsieur le Président de la Commission d’Enquête
Révision du Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés
Hôtel du Département
Direction de l’aménagement des territoires
9 rue Jean Bocq – BP 1096
38022 Grenoble cedex

Catégorie déchetsCommentaires fermés

Europe: les ministres finissent de liquider la PAC

Le Conseil des Ministres de l’agriculture européen vient de proposer la levée des droits de douane sur les importations de céréales.

Cette proposition, dont l’objectif serait de diminuer le prix des céréales européennes, continue de creuser la tombe de l’agriculture communautaire. De cette manière, l’Union européenne tente de récupérer un accord à l’OMC en donnant à nouveau des preuves de son engagement ultralibéral.

Au lendemain du bilan de santé de la PAC qui a montré un dérèglement manifeste et grave de l’agriculture européenne, cette mesure risque d’accentuer l’anarchie sur les marchés de matières premières essentielles que sont les céréales.

La Coordination rurale et l’OPG demandent au gouvernement français de ne pas s’inscrire dans ce consensus qui constitue une entorse supplémentaire à la conception de la « préférence communautaire », sans laquelle ne peut exister une réelle politique agricole commune.

Il est temps pour l’Europe de reprendre en main l’organisation des productions et des marchés agricoles dans un monde désormais confronté à la pénurie alimentaire. Les enjeux sont sanitaires et politiques : il en va de la sécurité alimentaire des populations et de la souveraineté politique de l’Europe.

Les responsables européens ne doivent pas avoir la naïveté de croire que cette levée des droits de douane est temporaire. Avant d’aggraver un peu plus notre dépendance alimentaire, ils seraient aujourd’hui bien inspirés de réfléchir au propos de Georges Bush à l’adresse de son pays :

« Une nation qui peut nourrir sa population est une nation en sécurité »…

Catégorie PACCommentaires fermés

PAC: La Confédération paysanne mobilisée à Bruxelles

Venus de 20 pays de l’Europe de l’Est et de l’Ouest, 350 délégués paysans de la Coordination Européenne dont la Confédération paysanne, ont manifesté hier à Bruxelles. Une délégation a été reçue par M. Jaime Silva, Président du Conseil des Ministres agricoles.

M. Jaime Silva a confirmé, que nous sommes bien actuellement dans une phase de bilan, que les décisions d’orientation, notamment celles proposées par Mariann Fischer-Boel, ne sont pas prises. Au contraire, d’après lui, les marges de manœuvre sont énormes.

Les organisations paysannes ont affirmé la nécessité d’un réel bilan de la réforme de la PAC initiée en 2003, notamment sous son aspect humain. L’ensemble des pays européens subit, en effet, une vague de « mise au rebus » de ses paysans :

* ceux là même qui créent et induisent l’emploi dans les territoires,
* ceux là même qui produisent l’alimentation de qualité, de diversité, de proximité à laquelle, les consommateurs européens aspirent,
* ceux là même qui peuvent faire diminuer les dépenses de santé des États,
* ceux là même qui limitent les transports de marchandises sur la planète et les gaz à effet de serre,
* ceux là même qui respectent l’environnement et les spécificités locales.

L’élargissement syndical paysan à la dimension de la nouvelle Europe est un élément déterminant pour faire valoir la nouvelle stature que doit avoir l’Europe face à l’OMC maintenant en panne.
Le Marché ne peut pas être l’unique moteur des politiques européennes.
C’est ce que la délégation CPE-COAG, portera à Mariann Fischer-Boel, lors de leur rencontre fixée au 4 décembre prochain.

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Comment devenir paysagiste?

Nous mentionnons dans un de nos précédents articles, la distinction obtenue par deux apprentis paysagistes, en formation dans un centre de Loire-Atlantique, à l’occasion de rencontres organisées au Japon. Mais quelle formation suivre pour devenir paysagiste? Le lycée horticole de Grenoble-Saint-Ismier, entre autres établissements rhônalpins, dispense cette formation, qui passe par un Brevet d’Etudes Professionnelles Agricoles (Seconde professionnelle – Terminale BEPA), option Aménagement de l’Espace, spécialité : Travaux Paysagers.

A noter que le lycée organise une opération Portes ouvertes le samedi 15 mars 2008.

Conditions d’Accès

Après une classe de troisième de collège, de troisième technologique ou après l’obtention d’un CAP voisin de l’option. Le recrutement est assuré courant juin, par une commission académique qui examine les dossiers scolaires et qui tient compte de l’avis d’orientation de l’établissement d’origine.

Organisation de la Formation

Durée : 62 semaines au Lycée. 10 à 12 semaines de stage en entreprise (dont 2 à 4 sur les congés scolaires).
La formation est organisée en 13 modules.

Délivrance du Diplôme

50 % de la note finale obtenus par contrôle en cours de formation, 50 % lors des épreuves terminales (dont une épreuve de rapport de stage).
Une moyenne aux épreuves terminales inférieure à 9 entraîne l’élimination.

Débouchés

Vie active. (Le taux d’insertion professionnelle est de 85%)
Poursuite d’études possible, après étude du dossier scolaire, en classe de Première Baccalauréat Professionnel au LEGTA de Grenoble Saint Ismier ou ailleurs.
Poursuite d’études éventuelles, après étude du dossier scolaire, en classe de Première Baccalauréat Technologique S.T.A.E. (Sciences et Technologies de l’Agronomie et de l’Environnement).

site: lycee.horticole-grenoble.educagri.fr

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Dans quel monde vivra-t-on en 2050 ?

Vu sur le site: www.wwwf.fr un article qui est tout sauf de la fiction. Il répond de façon très pertinente à la question: dans quel monde vivra-t-on en 2050. Pour beaucoup 2050 peut paraître loin et pour d’autres 2050 c’est demain…

« Même si ça peut sembler encore de la science-fiction, nous devons dès maintenant préparer l’Europe et la France à diviser par 4 leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. C’est la condition pour espérer stabiliser le dérèglement climatique et un tel défi se prépare dès maintenant. Dès aujourd’hui, nous devons prendre la bonne voie et faire les bons choix de société !
A quoi peut ressembler une vie en 2050, dans un monde ayant jugulé ses gaz à effet de serre dans tous les domaines ?

Quelques pistes… On vivra sans doute dans des logements très différents et plus ludiques : avec plusieurs peaux, des coques successives qui changeront complètement la ventilation et relègueront probablement le chauffage au musée. Nos bâtiments deviendront des sources d’énergie, ils seront truffés de panneaux solaires. Les fenêtres deviendront intelligentes, elles seront transparentes le jour et lumineuses la nuit. Les bons vieux éclairages à interrupteurs n’existeront plus, l’ambiance sera gérée automatiquement et avec le moins de dépenses énergétiques.
Dans 50 ans la voiture telle qu’on la connaît aujourd’hui aura disparu. Les transports seront beaucoup plus efficaces et très modulables. En ville on se déplacera en commun dans des petits véhicules et dans des tramways. Pour aller d’une ville à l’autre, on se délassera dans des TGV bien plus rapides qu’aujourd’hui. Ils seront alimentés par des éoliennes disposées le long des voies (ce qui ne gênera personne…). Par contre il faudra probablement faire une croix sur les voyages très lointains en avion, car les avions auront un coût prohibitif à l’époque s’ils continuent à dépendre du pétrole.

Qu’est-ce qu’on mangera dans 50 ans ?
Des bons produits locaux et de saison bien sûr ! La viande provoque beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre à cause de l’énergie que sa production nécessite. Il faudra donc faire évoluer le goût de nos enfants et les réhabituer à un régime plus varié (en plus c’est meilleur pour la santé).

Ce monde sera différent du nôtre, mais il ne sera pas nécessairement moins agréable à vivre – bien au contraire ! Il reste à l’inventer et à le mettre en place assez vite. Car si l’humanité ne jugule pas ses gaz à effet de serre, le monde de 2050 sera nettement moins enthousiasmant: climat déréglé, tempêtes, canicules, récessions économiques, réfugiés climatiques, guerres pour l’eau et le pétrole, misère extrême, destructions de la biodiversité… »

Catégorie environnementCommentaires fermés

Rencontre : Du schéma directeur au SCoT

Le 3 décembre, l’ADAYG organise une rencontre/débat : Du schéma directeur au SCoT, quel avenir pour l’agriculture, la forêt et les espaces ouverts de l’Y Grenoblois ?

Le but de cette rencontre est de définir les nouveaux enjeux du schéma de cohérence territoriale, document de planification urbaine, ainsi que les attentes des citoyens sur cette question.
Une table ronde sera aussi l’occasion d’échanger tout en mettant en exergue les motivations des différents intervenants sur la question du SCoT.

Cette rencontre aura lieu à Grenoble, chambre des agriculteurs, salle Michon, le 3 décembre à 20h30.

Pour plus de renseignements :
Lilian Vargas : 04 76 20 68 31

Catégorie aménagementCommentaires fermés

Deux apprentis paysagistes récompensés au Japon

L’enseignement agricole a été à l’honneur aux 39èmes Olympiades des métiers qui viennent de se dérouler au Japon. Cédric Thabot et Nicolas Denigot, apprentis paysagistes, ont en effet remporté la médaille d’argent dans la catégorie « jardinier paysagiste ». Ils sont actuellement en dernière année de Brevet Professionnel Travaux Paysagers au Centre de Formation d’Apprentis Agricoles de Loire Atlantique.
Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, leur adresse ses félicitations les plus sincères pour avoir été récompensés lors de cette compétition, mettant ainsi à l’honneur l’enseignement agricole et les métiers du paysage.
Les deux jeunes médaillés ont bénéficié du soutien de l’Union des Entrepreneurs du Paysage.
Ils succèdent à Jérémie Jaegy et Christophe Dirry, diplômés de l’enseignement agricole et originaires du Bas-Rhin, qui avaient décroché la médaille d’or dans la même catégorie, aux dernières Olympiades en 2005 à Helsinki.
Le concours des Olympiades des métiers met en compétition des jeunes du monde entier, âgés de moins de 22 ans, en formation ou en activité dans une quarantaine de métiers. Cette opération est mise en oeuvre par une organisation internationale, Wordskills, qui a pour mission de promouvoir les métiers de l’artisanat et les échanges d’expériences. La 39ème édition s’est déroulée à Numazu City (Japon) du 14 au 18 novembre et a rassemblé 830 candidats dans 47 métiers.
Chaque année, l’enseignement agricole forme près de 20 000 élèves, apprentis ou étudiants aux métiers du paysage et de l’aménagement. Le taux d’insertion professionnelle dans cette filière est de 85% en moyenne.

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2007
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+