Archive | 03 décembre 2007

Trois projets pour accroître la consommation

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, a réuni, ce jour, l’ensemble de la filière fruits et légumes afin d’étudier les différentes actions possibles pour augmenter la consommation

de fruits et légumes.fruits-et-legumes.jpg

Cette réunion fait suite aux résultats des travaux de l’INRA qui ont montré que la consommation de fruits et légumes était insuffisante en France par rapport aux recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS) de 5 fruits et légumes par jour correspondant à 400g. Les français ne consomment en moyenne que 350 grammes et le déficit est particulièrement important pour les jeunes et pour les personnes de milieux défavorisés ce qui constitue aux yeux de Michel Barnier une « injustice alimentaire ».
Il a été décidé de travailler sur trois projets:
· La distribution à la rentrée 2008 de fruits dans les écoles maternelles et primaires : un cahier des charges va être rédigé d’ici fin janvier pour lancement d’un appel à projet auprès des communes intéressées,
· L’expérimentation à la rentrée 2008 de mise en place de distributeurs automatiques de fruits et légumes dans des lycées agricoles
· La mise en place d’une charte de promotion des fruits et légumes de saison et de proximité.

Sur ces trois projets rendez-vous est pris fin janvier pour un premier point d’étape.

Michel Barnier a par ailleurs indiqué qu’il consacrerait deux millions d’euros au financement de divers projets d’amélioration de l’accessibilité des fruits et légumes portés par les professionnels.

salades.jpg

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

XIVe congrès National de la Coordination Rurale

Le XIVe congrès national de la Coordination Rurale aura lieu ce mardi 4 décembre  au Centre des congrès de Vittel.

Le thème essentiel en sera: l’agriculture est une activité vitale, fragile et pratiquée par des spécialistes, les paysans. « En désarmant nos politiques agricoles au GATT et à l’OMC, n’a-t-on pas fini par oublier que la sécurité alimentaire des populations devait faire l’objet de toute notre attention pour aujourd’hui et demain ? Fortes tensions sur les marchés et remontée des cours : une nouvelle ère commence, où l’agriculture retrouve toute son importance pour…

« Nourrir les hommes, développer le monde »

Ouverture des débats: 9h30

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Installation/transmission: le soutien de la Région

Lors de la session plénière du Conseil régional qui s’est tenue en fin de semaine dernière, le dossier agricole a été abordé (voir article précédent). Nous avons des informations complémentaires que nous tenons à mettre en ligne.

Rappel : en juillet 2005 l’Assemblée régionale définissait sa nouvelle politique régionale en adoptant le Plan régional pour l’agriculture et le développement rural. La mise en œuvre des 24 mesures de ce plan est aujourd’hui pleinement engagée, avec des clauses de révision comme c’est le cas pour les mesures relatives à l’installation et à la transmission en agriculture.

En ouverture du débat, Eliane Giraud, conseillère déléguée à l’Agriculture, au Développement rural et aux Parcs naturels régionaux, a tenu à indiquer : « Si Rhône-Alpes compte parmi les 3 plus grandes régions agricoles françaises, elle doit faire face à une sévère chute du nombre d’exploitations puisque 11 000 exploitations ont disparu en cinq ans. Actuellement, seulement 30 à 40 % des cessations d’activité sont compensées par des installations ».

Mardi 25 septembre, à l’initiative de la Région Rhône-Alpes, la profession agricole, dans sa diversité, et les représentants des collectivités locales, se réunissaient au siège du Conseil régional pour une journée d’échanges et de débats sur l’installation et la transmission en
agriculture. Le rapport soumis au vote de l’Assemblée régionale reprend les priorités dégagées au cours de cette journée :

- proposer des modalités d’accompagnement plus lisibles et répondant mieux à la diversité des parcours et des acteurs,
- mettre en place des outils s’appuyant sur la diversité des territoires en particulier sur la question foncière et le logement,
- renforcer le fonctionnement en réseaux des acteurs de l’installation-transmission et la mise en commun des compétences et des moyens.
Ce rapport qui réaffirme le soutien de la Région Rhône-Alpes à la création et à la transmission d’entreprises agricoles s’articule autour de six axes :
- accueillir tous les porteurs de projets sur le territoire,
- affirmer le rôle de la Région dans les instances de gouvernance,
- sensibiliser et informer sur les métiers d’agriculteur et sur les enjeux économiques et fonciers du maintien de l’agriculture,
- anticiper le départ des cédants sur le territoire,
- mettre en réseau toutes les structures d’accompagnement,
- accompagner tous les porteurs de projets avant, pendant et après l’installation. Sur ce dernier point, sont envisagés : un accueil et un auto-diagnostic, une formation personnalisée, un stage et une étude préalable du projet d’installation, une aide au conseil et à l’investissement.

A noter que ce rapport a été adopté à l’unanimité.

Catégorie installationCommentaires fermés

Les services vétérinaires redoublent de vigilance

Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche renouvelle son « Opération fêtes de fin d’année » (OFFA) du 3 décembre 2007 au 4 janvier 2008. A l’occasion de l’activité accrue durant cette période, les services vétérinaires renforcent leurs contrôles. L’objectif est de vérifier que la fabrication et le commerce des denrées alimentaires se font dans le respect de la réglementation sanitaire en vigueur.
C’est l’ensemble de la chaîne de fabrication et la distribution qui est ciblé. Une attention particulière sera portée au gibier et aux coquillages, ainsi qu’aux produits traiteurs. Les importations et les exportations des denrées festives feront également l’objet de contrôles renforcés.
Dans le cadre de l’OFFA 2006 les services vétérinaires ont réalisé 7 753 contrôles. La restauration commerciale demeure le secteur le plus contrôlé avec près de 1.500 visites, soit 18% des contrôles réalisés.

Tout au long de l’année, les agents des directions départementales des services vétérinaires (DDSV) du ministère de l’Agriculture et de la Pêche veillent sur l’ensemble du territoire à la bonne application de la réglementation sanitaire. Au service du consommateur, ils surveillent et contrôlent la qualité de la chaîne alimentaire, du champ à l’assiette. Ils contribuent à la protection de la santé publique, de la santé et de la protection animales et de l’environnement.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Quelles perspectives pour le bois énergie?

La biomasse forestière suscite un intérêt croissant pour de nouveaux usages énergétiques et industriels. Le Cemagref aborde cette question dans la dernière parution de son bulletin d’informations, faisant l’inventaire de la biomasse forestière  en France et soulignant les obstacles à une mobilisation optimale du bois disponible en bois énergie.

depotfenat.jpg

Dans le Vercors, comme dans de nombreux autres massifs, exploitants forestiers privés et publics unisent leurs efforts pour mobiliser une partie du bois disponible vers une unité où il est stocké sous forme de plaquettes

La France est riche d’un patrimoine forestier estimé à plus de 15 millions d’hectares soit près de 2,3 milliards de m3 de bois. Pour une gestion durable des forêts, seule une partie des intérêts de ce capital est exploitée. Or aujourd’hui, sur une production nette annuelle estimée à environ 103 millions de m3, on ne récolte que 50 à 60 millions de m3. Dans un contexte d’épuisement des énergies fossiles, cette réserve de biomasse serait-elle une opportunité pour de nouveaux usages, notamment énergétiques ?

À la demande du ministère de l’Agriculture et de la Pêche, spécialistes de sylviculture et modélisateurs de la croissance végétale du Cemagref ont estimé, à partir des données de l’Inventaire Forestier National, les possibilités d’exploitations forestières supplémentaires de bois à usages énergétiques et industriels pour la période 2006-2016. Les économistes ont complété l’étude par une approche macroéconomique basée sur l’équilibre de l’offre et de la demande. Coopératives forestières, industriels du bois et gestionnaires de l’ONF ainsi que des services du ministère ont validé les scénarios d’exploitation dans un contexte régional.

Le décompte est complexe. En effet, de la «disponibilité théorique», on doit déduire la «disponibilité effective» et tenir compte des conditions d’accessibilité aux bois et du morcellement très important de la propriété forestière ; de plus, le comportement socioéconomique des 3 millions de propriétaires forestiers français est mal connu avec des motivations à gérer très diverses. Ainsi, sur les 12 à 20 millions de m3 par an de bois théoriquement disponibles, toutes choses égales par ailleurs en termes de desserte, de technologie et de comportement des propriétaires, il est probable que seulement 5 à 10 millions de m3 par an soient mobilisables dans les années à venir.

source: Cemagref

Catégorie forêtCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+