Archive | 06 décembre 2007

CLUB DE CHATTE: ÊTRE MEMBRE à 50 ANS

logo_ar_petit.jpgLe club des aînés ruraux de Chatte a officiellement été créé le 29 janvier 1976. A l’époque il avait pour mission première de lutter contre la solitude des retraités et des personnes âgées. Le bureau d’alors ayant pour mission de » leur permettre de se rencontrer, d’organiser leur vie et de leur procurer détente et loisirs ainsi que toute aide dont ils pourraient avoir besoin. »Cela est stipulé dans les statuts.

Chacun doit se rappeler qu’ à cette époque la retraite se prenait à 65 ans, »et même plus tard pour les agriculteurs » précise Michel Chorot président du club de l’âge d’or. » Au démarrage des clubs des aînés ruraux ceux ci étaient constitués essentiellement d’agriculteurs. » Les temps ont bien changé! »

Aujourd’hui le club propose diverses activités.

Les lundis après midi les membres féminines du club peuvent s’entretenir grâce à de la gymnastique. Celle ci est dispensée par une monitrice diplômée.

Tous les les mardis les adhérents sont invités à se retrouver afin de s’affronter aux cartes, à divers jeux de société et aux boules.Un sympathique goûter concluant l’après midi.

Plusieurs fois dans l’année sont organisées des rencontres inter-clubs. »On s’affronte amicalement aux cartes et à la pétanque, cela nous permet de tisser des liens amicaux et d’échanger nos idées »

En mars la commune » avec qui on a d’excellent rapports nous offre la pogne de Pâques. »

Un repas cabri est au menu du mois d’avril.aines-ruraux2.jpg

Le club propose entre 5 et 6 voyages par an. « On va essayer l’année prochaine d’aller visiter le marais poitevin et Le Puy du Fou »

De nombreux adhérents sont confrontés à des problèmes juridiques, des rencontres avec un notaire sont programmées.

De quoi satisfaire les 170 adhérents du club de l’âge d’or de Chatte. Pourtant le président Chorot montre une certaine inquiétude.
« On souffre d’un manque évident de renouvellement de nos membres. On ne sait que faire pour attirer les jeunes retraités et même davantage car nous sommes prêts à accueillir des cinquantenaires. Sans doute que les activités proposées ne les concernent pas mais comment savoir ce qu’ils veulent. Sur ce sujet on est désarmé, on manque d’imagination et pourtant croyez nous on se creuse la tête.. »

Pas adapté

Une question a été posée: est ce que de nos jours le terme d’aîné est il encore adapté? La réponse est sans équivoque: non. » Je sais qu’au niveau national une réflexion est engagée. Le mot aîné peut être péjoratif et ne concerner que les personnes âgées, je miserai en ce qui me concerne, sur un terme plus rassembleur qui parle d’inter-générations. »

Le club de Chatte attend beaucoup de la fédération départementale. »Elle est un formidable vecteur de rencontres, elle nous fournit de nombreuses et utiles informations. De plus elle organise la formidable fête de l’amitié à Voiron. Je me permets une petite remarque, ne serait- il pas le moment d’apporter un peu de jeunesse à cette fête, un soupçon de modernité. Je suis persuadé qu’une dose de renouvellement plairait. »

Et l’avenir du mouvement et du club?

Pour Paul Bossan ancien président départemental et membre du club de Chatte, » il faut que le mouvement reste fort et qu’il continue à être présent dans les différentes structures décisionnelles, qu’il fasse entendre sa voix et être une force de propositions. Quant à l’avenir Il faut rester optimiste et y croire. J’ai toujours coutume de dire qu’un mouvement doit être toujours en mouvement…  »

Michel Chorot:

« Notre salut passe obligatoirement par la conquête de nouveaux adhérents et par le rajeunissement de notre mouvement, il n’y a pas d’autres issues. Notre mouvement va être reconnu d’utilité publique. Nous serons dans un très proche avenir, confrontés à de sérieux problèmes: la maladie d’Alzheimer par exemple. On aura besoin de beaucoup d’énergie, de moyens humains, de solidarité pour accompagner les malades mais surtout leurs familles. Ce n’est donc pas le moment de baisser les bras ».

La cotisation est fixée à 19 euros annuels.
Au niveau des activités futures les dates ne sont pas encore fixées. elles seront mises en ligne au plus vite.

contact: Michel Chorot au 04 76 38 14 18

Chatte est une commune rurale du sud Grésivaudan, située à peu de distance de St Marcellin. Elle compte environ 2600 habitants. Les aînés se souviennent d’une époque pas si lointaine où on recensait à Chatte 150 exploitations agricoles, 106 permis de tabac délivrés. Aujourd’hui, on ne compte qu’une petite dizaine d’exploitations agricoles!

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Le gel du MON 810 est officiel

Pendant le Grenelle de l’Environnement, le statut des organismes génétiquement modifiés (OGM) avait été étudié par une formation intergroupes : reprises par la table ronde finale, les conclusions de son rapport sont désormais mises en œuvre.

Le gouvernement vient de prendre, comme il s’y était engagé, les mesures opérationnelles annoncées :

1. Un projet de loi sur les OGM sera examiné au Conseil des ministres du 19 décembre. Il prévoit la création d’une haute autorité sur les organismes génétiquement modifiés se substituant aux trois commissions existantes, autorité composée de deux comités, l’un scientifique, l’autre économique, éthique et social, assurant la nécessaire pluralité de l’expertise. Dans un souci de clarification du droit applicable, de transparence, de précaution et enfin de mise en œuvre concrète du libre choix de produire et de consommer sans OGM, il définit un régime de responsabilité de l’exploitant, pose une obligation d’assurance et accroît la transparence de l’information accessible au public.

2. En attendant le vote de la loi, le gouvernement mettra en place par un décret paru ce matin un comité de préfiguration de la haute autorité sur les OGM. Ce comité pourra être saisi conjointement par les ministres chargés de l’Environnement, de l’Agriculture, de la Recherche et de la Santé de toute question ayant trait à la mise en culture d’OGM en milieu fermé ou en milieu ouvert. Les ministres lui confieront une mission d’éclairage sur le maïs Mon 810, seul OGM actuellement cultivé en France à des fins commerciales ;

De plus, en attendant les résultats de la mission confiée au comité, le gouvernement, conformément aux conclusions arrêtées par le Président de la République à l’issue du Grenelle, suspend par arrêté, paru ce jour, la commercialisation de semences de MON 810 sur le territoire national jusqu’au vote de la loi, et au plus tard jusqu’au 9 février 2008.

source: ministère de l’Ecologie et du Développement durable

Catégorie OGMCommentaires fermés

Une chatte atteinte de rage en Vendée

Une jeune chatte a été déclarée atteinte de rage le 23 novembre en Vendée, à Fontenay-le-Comte, à la suite d’analyses réalisées par l’Institut Pasteur. Le virus de la rage identifié indique que cette chatte a été contaminée par une chauve-souris.
Il s’agit du premier cas de contamination autochtone d’un carnivore depuis 1998. En revanche depuis 1989, 31 cas de rage ont été répertoriés chez des chauves-souris sur l’ensemble du territoire national.
En ce qui concerne la santé humaine, l’ensemble des personnes ayant été en contact avec ce chat atteint de rage ont été prises en charge par un centre antirabique et ont reçu un traitement antirabique préventif.
Concernant les animaux qui auraient pu entrer en contact avec cette chatte, stérilisée et sortant peu, des mesures de surveillance ont été mises en place dans un périmètre autour de son lieu de vie. Ces mesures s’appuient notamment sur un recensement et une identification des chiens et chats vivants à proximité immédiate.
Les propriétaires de ces animaux devront consulter immédiatement leur vétérinaire en cas de modification de comportement ou d’apparition de troubles quels qu’ils soient et ainsi qu’en cas de mort inexpliquée. La période estimée à risque pour les experts, en dehors de tout nouveau cas, est de 6 mois.
Suite à cet événement géré localement, il importe de rappeler les recommandations générales suivantes, applicables en tout lieu et en tout temps :

- tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé un homme ou un animal, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours.

- en cas de morsure, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon de Marseille, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique.

Il convient de souligner l’efficacité du traitement préventif de la rage humaine et de rappeler que l’ensemble de ces mesures de précaution ont permis d’éviter tout cas de rage humaine contractée sur le territoire de la France continentale depuis 1924.
Il est rappelé qu’il ne faut pas manipuler les animaux sauvages surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés. Il est recommandé, dans ce cas, de contacter le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche.(1)
Par ailleurs, toutes les espèces de chauves-souris représentées sur le territoire national sont protégées. Leur capture, leur destruction ainsi que celle de leur milieu de vie restent donc interdites.

(1) le site de ces centres région par région : www.uncs.org.

source: ministère de l’Agriculture

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

Plantes à parfum, aromatiques et médicinales: un marché en expansion

Cultiver la lavande, le lavandin, le thym, la sauge, la menthe, la mélisse ou le romarin, intéresse de plus en plus d’agriculteurs. 332 exploitations sont recensées actuellement sur la région Rhône-Alpes, soit une progression de 21% par rapport à 2005. Le marché des PPAM (plantes à parfum, aromatiques et médicinales), qui concerne la parfumerie, l’alimentaire, la cosmétique et l’aromathérapie, est en expansion et offre des circuits de commercialisation variés. On dénombre près de 300 entreprises en France qui importent, transforment ou conditionnent des PPAM biologiques.

C’est ce contexte porteur qui a conduit Corabio (coordination Rhône-Alpes de l’agriculture biologique) à organiser hier, mercredi 5 décembre, à Bougé-Chambalud, une journée technico-économique qui a réuni une centaine de personnes, exploitants, techniciens, jeunes agriculteurs, jeunes en formation, venus de tous les départements rhônalpins. Avec 1050 ha de PPAM bio, dont 344 en conversion, la région Rhône-Alpes se situe au premier rang en France avec 43% des surfaces nationales (la Drôme arrivant largement en tête).

Cette journée, très documentée, a permis de mieux cerner les tenants et les aboutissants de la production des PPAM, qui demeure complexe et nécessite une bonne organisation du travail. L’investissement moyen, pour un atelier PPAM, a été évalué, par les techniciens présents, à 30 000€, le chiffre d’affaires anuel étant en moyenne du même ordre. Ce qui dégage un revenu disponible équivalent au smic. Le démarrage de la production peut s’avérer laborieux mais l’organisation actuelle de la filière permet de développer son projet dans de bonnes conditions.

La lutte contre les maladies et ravageurs, qui ne manquent pas, a fait l’objet d’un exposé détaillé. Les remèdes préventifs préconisés sont: rotations des cultures, choix variétaux, pas de succession de cultures de même famille botanique, recours au soufre et au cuivre ou à des préparations de plantes.

ppam1.jpg

Frédéric Nivon explique aux participants de cette journée PPAM les étapes de sa production de plantes médicinales

La visite du GAEC Joyeuse, à Lapeyrouse-Mornay, spécialisé en production de plantes médicinales biologiques, a été riche d’intérêt pour les participants à cette journée. Frédéric Nivon, installé en 1989, formé à Nyons, exploite avec son frère Olivier près de 100 ha. Frédéric a commencé seul en faisant du tabac, du cassis et des cérales jusqu’en 1998. Puis il s’est lancé dans la culture de racines jusqu’en 2003. Ayant connu des années difficiles, il décide en 2003 de convertir une partie de l’exploitation en PPAM bio. Il ne regrette pas ce choix:
« On commence à avoir des résultats cette année, explique t-il. Il y a eu un renversement de situation en 2005. On se rend compte aujourd’hui que les labos adoptent une autre démarche. A la différence du conventionnel, soumis aux aléas, en bio, on arrive à sécuriser la vente, il y a des prix qui tiennent ».

ppam2.jpg

Un guide de l’installation en PPAM bio est disponible sur demande à la Chambre d’agriculture de la Drôme. Joindre Pierre-Yves Mathonnet au 04.75.26.27.51

Un forum a été mis en place pour tous ceux qui souhaitent demander conseil à d’autres producteurs. Envoyez vos messsages à PAMbio-subscribe@yahoogroupes.fr

Catégorie bioCommentaires (5)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+