Archive | 08 décembre 2007

courrier au président à propos du pouvoir d’achat

Raymonde Garreau, présidente de la fédération nationale des aînés ruraux a profité du fait que le Président de la République se penche sur le pouvoir d’achat des Français pour lui écrire… Dans sa lettre, elle expose la situation concernant les retraités et personnes âgées. Elle n’a été que partiellement entendue car sur le volet redevance télé, celles et ceux qui ne la payaient pas devront en payer la moitié!

Au premier janvier 2008, la redevance télé s’élève à 116 euros à taux plein et à 58 euros pour ceux qui devront en acquitter 50%: personnes âgées de plus de 65 ans.

aines.jpg

Les personnes âgées devront régler la redevance télé. Cela ne les empêchera pas de participer au téléthon à travers leurs clubs des aînés ruraux

« Je me permets d’attirer votre attention sur la situation des retraités et des personnes âgées, qui constatent avec inquiétude une érosion continue de leurs ressources. Outre la modestie des revalorisations de leurs avantages de vieillesse pour la plus part indexés sur l’indice des prix, les personnes âgées sont confrontées en effet à de nombreuses augmentations générales de prix qui les impactent très directement dans leur vie quotidienne. Je n’en prendrai que quelques exemples significatifs.
Il en va ainsi des augmentations successives du prix de l’énergie et des carburants qui ont de lourdes conséquences non seulement sur le poste chauffage, sur celui des déplacements; or, vous n’ignorez pas qu’en milieu rural tout particulièrement, les personnes âgées sont tributaires des transports automobiles, puisque bien souvent les transports en commun ont disparu. Elles sont donc particulièrement concernées par les augmentations répétées du coût des carburants.

Vont dans le même sens les mesures prises depuis le début de l’année pour rétablir les comptes de l’assurance maladie auxquelles s’ajouteront, dès le 1er janvier 2008 celles résultants de la Loi sur le Financement de la Sécurité Sociale telles que les franchises et notamment celle de 0,50 centime d’euro sur chaque boite de médicament. Le poste santé étant particulièrement important dans les dépenses des retraités et des personnes âgées,ces mesures, sans porter de jugement de valeur sur leur opportunité, grèveront d’autant plus lourdement leur budget.

Enfin, dernier exemple que je retiendrais, à partir de 2008 le dispositif qui dispensait un très grand nombre de retraités et de personnes âgées aux revenus modestes du paiement de la redevance audiovisuelle ne sera pas reconduit. Cette mesure va toucher ces personnes de plein fouet. Or il s’agit souvent d’une dépense quasiment obligée car, vous le savez, la télévision constitue pour beaucoup d’entre elles leur centre d’intérêt privilégié. L’image de « seniors nantis » censés jouir de revenus confortables et d’une bonne santé, a souvent été véhiculée avec complaisance par les médias.

La réalité est, malheureusement bien différente et la paupérisation des retraités et des personnes âgées est une réalité douloureuse et reconnue.

Je souhaitais, par ce courrier et au travers de quelques exemples significatifs, attirer votre attention sur cette question.

Je souhaiterais aussi, Monsieur le Président, que, dans les mesures d’amélioration du pouvoir d’achat ne soient pas oubliés ces citoyens qui ont travaillé toute leur vie dans des conditions souvent difficiles, contribuant à la prospérité de notre pays, et qui perçoivent aujourd’hui des retraites modestes.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma haute considération. »logo_ar_petit.jpg

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Le pôle bois du Trièves prend forme

ima8.jpg

Dans quelques semaines vont être terminés les travaux d’un vaste chantier à Saint-Michel-les Portes, celui du pôle bois du Trièves.

Objectif du projet: Etudier de nouveaux débouchés pour la filière bois dans une démarche de développement durable en valorisant les bois traditionnellement laissés pour inexploitables (bois inutilisables, déchets des exploitations forestières comme les écorces ou les bois d’éclaircie…, rejets des scieries).

Le projet en bref

C’est un projet remarquable à de nombreux égards :
- multi-partenarial : le projet engage de multiples acteurs publics et privés, et intègre tous les acteurs de la filière économique,
- développement local : valorisation des ressources locales, pérennisation et rénovation d’une filière économique traditionnelle, préservation et création d’emplois,
- démarche environnementale : contribue au maintien et à l’amélioration de la qualité paysagère de la forêt, et contribue à la réduction des gaz à effets de serre

Les équipements
-La plate-forme de production de bois énergie comprenant un hangar de séchage de 800m2 dont 300 m2 ventilés avec de l’air récupéré dans la cheminée de la chaufferie : maître d’ouvrage Commune de St-Michel- les-Portes et gestionnaire la COFALP-AFTBM.
- La chaufferie du séchoir bois : maître d’ouvrage et gestionnaire GEG Source d’Energies.
- Le séchoir à bois : maître d’ouvrage SVBT (Société de Valorisation des Bois du Trièves)

Articulation et fonctionnement du pôle bois
-Mise à disposition du terrain par la Commune de Saint Michel-lès-Portes pour accueillir la plate-forme de valorisation des bois; la commune est maître d’ouvrage du projet
- Les bois sont livrés des forêts environnantes (forêt privée, forêt publique, scieurs, agriculteurs)
- Les déchets sont broyés pour être transformés en plaquettes de chauffe, appelées également « bois-énergie »
-Les plaquettes sont ensuite brûlées dans une chaudière à bois exploitée par GEG Source d’Énergies. L’énergie thermique produite par cette chaufferie assure à la fois le séchage artificiel des bois d’œuvre dans un séchoir à bois exploité par la Société de Valorisation des Bois du Trièves (qui réunit 4 scieries locales).

Le Pôle Bois devrait être inauguré et mis en fonctionnement début 2008 (1er trimestre).

poleima1.jpg

Descriptif du projet

Pôle d’approvisionnement bois
Ce pôle permet de centraliser une offre de bois énergie par la mobilisation de différents gisements (bois issus des forêts et de l’entretien de l’espace, bois déclassés, produits connexes issus de scieries)
Le pôle regroupe sur un seul site :
- un hangar de stockage des plaquettes de 800m2 permettant de stocker 2800 tonnes et permettant d’approvisionner les chaufferies bois du secteur et comprenant un poste de broyage
- un bâtiment administratif

Une unité de séchage bois
Elle permettra d’apporter une plus-value aux produits issus de scieries (séchage des bois). Elle sera complétée par le classement mécanique des produits, avec marquage CE et labellisation.
L’unité comprend deux équipements
- Un séchoir à bois à façon sous maîtrise d’ouvrage SARL des scieurs
- Une chaufferie bois pour alimenter en chaleur le séchoir sous maîtrise d’ouvrage GEG, (voire ci-dessous)

Réseau de chaleur
Le projet repose sur l’utilisation de plaquettes bois déchiquetées produites sur le pôle bois à partir de billons et grumes issues de l’entretien des forêts alentour (en utilisant plus de 1 800 tonnes de bois par an, cette chaufferie distribuera la consommation d’environ 500 équivalent logements tout en assurant l’entretien et la valorisation d’une ressource naturelle locale). Gaz Electricité de Grenoble fournira l’énergie thermique nécessaire au fonctionnement du séchoir et alimentera les différents bâtiments du pôle.

Un projet inscrit dans son territoireim2pole.jpg

Réalisation des premières unités de source de chaleur sur le territoire.
Le territoire s’est engagé dans une politique de sensibilisation et de valorisation des énergies renouvelables et des ressources naturelles. Quatre chaufferies bois pilotes seront réalisées par les communautés de communes pour alimenter en source de chaleur des ensembles d’équipements publics communaux et intercommunaux (chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Monestier de Clermont, chaufferie bois et réseau de chaleur maison de retraite Monestier de Clermont, chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Mens, chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Clelles). Ils seront les sites pilotes d’expérimentation pour l’ensemble du territoire.
Actions transversales de sensibilisation et de formation sur les métiers du bois
Le projet prévoit la création de vingt emplois directs ou induits sur l’ensemble de la filière, mais cette filière souffre déjà de problèmes de recrutement (il manque actuellement des bûcherons, et des ouvriers dans l’exploitation, le débardage et chez les scieurs). Or, sur ces métiers nous n’avons pas actuellement de demandeurs d’emploi à positionner. Il convient donc d’agir en amont pour favoriser l’émergence d’une demande sur ces emplois.
En 2007, et en fonction des besoins recensés : proposer des actions de sensibilisation, un chantier d’insertion sur la découverte des métiers du bois et envisager des formations qualification ou des contrats d’apprentissage en partenariat avec les employeurs potentiels.

Le caractère innovant du projet

La principale caractéristique de ce projet se trouve dans une association forte entre forêt publique et forêt privée d’une part mais aussi dans l’investissement fort des collectivités et des professionnels de la filière (scieurs notamment). La filière bois (ensemble des acteurs publics, privés et socioprofessionnels) s’organise et rassemble sur un lieu unique et commun: un certain nombre d’équipements indispensables à la valorisation de la filière bois et à la création d’une filière bois énergie.
Ainsi par les actions du projet, nous couvrons la totalité de la chaîne du bois sur pied jusqu’à la consommation en combustibles ou en bois d’œuvre, avec :
- Les tests de résistance sur pieds des bois,
- Les actions de formation et de sensibilisation sur les métiers du bois, notamment bûcherons et débardeurs,
- Une chaîne de production de plaquettes forestières avec un hangar de stockage.
- Une chaufferie alimentée par les plaquettes produites
- Un séchoir bois alimenté en énergie par la chaufferie à bois
- Le marquage aux normes CE des bois d’œuvre
- Les quatre premières chaufferies pour assurer le démarrage de l’opération.

La deuxième caractéristique est le partenariat qui a été mis en œuvre dès sa genèse. L’initiative de la démarche est issue des propriétaires forestiers privés rapidement rallié par les communes forestières puis par les autres acteurs de la forêt, (rappelons que la charte forestière est signée par 49 partenaires). C’est ainsi que l’ensemble des acteurs de la forêt a participé à la réflexion et au montage du projet. Cela a permis de créer une dynamique intéressante et fortement mobilisatrice.

La troisième caractéristique innovante réside dans le regroupement sur un même lieu des équipements tant privé que public permettant ainsi une meilleure rationalisation dans la gestion et évitant les transports inutiles des grumes, et donc dans une meilleure efficacité économique mais également dans une préoccupation environnementale avec une diminution de la production de gaz à effet de serre.
L’innovation s’inscrit également dans une stratégie de valorisation des bois du Trièves. Le tri préalable puis le séchage des bois et le classement mécanique permettant de mieux commercialiser les bois d’œuvre et ouvre la voie à une labellisation et à une éco-certification des bois du Trièves.

pole-n6.jpg

La plus-value du projet
La plus-value réside particulièrement dans deux domaines :
1. une plus-value en premier lieu économique :
- une meilleure commercialisation des bois en agissant sur la qualité et donc un meilleur prix de vente du bois d’œuvre
- une qualité et une plus–value garantie grâce au séchage et à la classification mécanique
- la création d’un marché local de bois énergie à travers une filière d’approvisionnement, – un impact également sur l’emploi local (20 emplois induits)
- le maintien et la pérennisation de l’activité bois
- l’adaptation des professionnels du secteur aux nouvelles exigences du marché

2. une plus-value sur l’aménagement et le développement durable du territoire :
- une ressource naturelle à nouveau exploitée
- une source d’énergie durable alternative aux énergies fossiles
- un renouvellement d’une forêt vieillissante qui favorisera la consommation de CO2
- une gestion de la forêt qui diminuera les risques d’incendie et les risques naturels
- un entretien de l’espace et des paysages, les bois issus de cet entretien (haies, champs à l’abandon et friches diverses) devenant une source de revenus pour les agriculteurs.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires (2)

Bonus/malus auto: des réponses à vos questions

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le bonus/malus écologique mis en place par le gouvernement se trouve sur le site du ministère de l’Ecologie et du développement durable. Nous avons sélectionné quelques-unes des meilleures questions-réponses afin de permettre à chacun de s’ y retrouver dans les modalités d’application de cette mesure.

► Quelle est la philosophie générale de la mesure ? Pourquoi maintenant ?
Le bonus-malus est la première application concrète du Grenelle de l’Environnement. Pour la première fois, un pays introduit un avantage compétitif sur les produits propres et pénalise les produits polluants. C’est le début d’un processus qui concernera ensuite une vingtaine de produits de grande consommation. L’idée, c’est que les consommateurs poussent les producteurs et les distributeurs à aller vers des produits toujours plus vertueux.

► Qu’ est-ce que l’écopastille ? Quelle différence y-a-t-il entre écopastille et bonus- malus ?
En fait, ce sont deux dispositifs différents mais il n’y a que le bonus-malus qui s’applique. L’écopastille avait un caractère annuel et portait sur la détention du véhicule. Le bonus- malus quant à lui joue directement sur l’acte d’achat : son objectif est d’introduire un peu d’empreinte écologique dans le prix des produits.

A partir de quelle date je peux toucher le bonus ?
Le bonus s’applique aux véhicules commandés à compter du 5 décembre 2007 inclus. Donc, pour le bonus, ce qui compte, c’est la date de la commande.

A partir de quelle date s’applique le malus ?
Le malus s’applique à la première immatriculation en France des véhicules à partir du 1er janvier 2008. Donc, pour le malus, ce qui compte, c’est la date de la première immatriculation.

Quand le dispositif de prime à la casse entrera-t-il en vigueur?
Le super bonus ou prime à la casse s’applique aux commandes passées à compter du 5 décembre 2007 : depuis cette date, toute commande d’un véhicule propre accompagnée du retrait d’un véhicule de plus de 15 ans déclenche le versement d’un super bonus a de 300 €.

J’ai acheté une voiture le 2 décembre. Est-ce qu’elle peut bénéficier du bonus ?
Si la commande date du 2 décembre, non. Si en revanche, la voiture a été commandée le 5 décembre, vous pourrez bénéficier du bonus.

J’ai commandé un véhicule le 6 décembre, qui sera livré après le 1er janvier ? Est-ce que le malus s’applique ?
Oui, car la voiture sera immatriculée pour la première fois après le 1er janvier 2008.

Quels sont les seuils de déclenchement du bonus et du malus ?
Le bonus concerne les voitures émettant au maximum 130g CO2/km. Le malus quant à lui s’applique aux voitures émettant plus de 160g CO2/km. Nous avons également prévu un super bonus a si on acheté un véhicule et qu’on met à la casse une voiture de plus de 15 ans. Ce super bonus sera de 300 euros. Il s’ajoute au bonus. Il existe enfin une zone intermédiaire où il n’y a ni bonus et ni malus. Elle concerne les voitures qui émettent entre 131 g et 160 g de CO2/km.

► Comment fonctionne le bonus ? S’agit-il d’une réduction sur le prix de vente, d’une réduction d’impôt ou d’un chèque adressé par le Trésor Public ?
Le bonus est déduit du prix d’achat TTC. Il doit être identifié et visible sur la facture : il y aura une ligne spécifique avec le montant du bonus accordé.

Comment fonctionne le malus ? Comment je le paye ?
Généralement, c’est le concessionnaire qui procède à l’immatriculation du véhicule à la préfecture. Donc, c’est lui qui va faire l’avance du malus. Il l’inclura ensuite dans la facture dans la catégorie des frais d’immatriculation.
Si vous procédez vous-même à l’immatriculation de votre véhicule à la préfecture, vous paierez le malus en même temps que votre carte grise.

Est-ce que le malus est payable tous les ans ?
Le malus est payable en une seule fois à la première immatriculation du véhicule. Néanmoins, une évolution du malus allant dans le sens d’une annualisation partielle réservée aux véhicules les plus polluants est à l’étude.

Comment cela fonctionne pour une location longue durée (LLD) ou location avec option d’achat du véhicule (LOA) ?
Le bonus bénéficiera à la personne qui loue la voiture. Il sera déduit du montant de la première quittance de loyer.

Sur quel dispositif juridique est basé le système de bonus/malus ? Le calendrier d’adoption des textes est-il connu ?
La création du malus relève de la loi : l’Assemblée nationale a voté l’amendement déposé par le gouvernement en première lecture du projet de loi de finances rectificative pour 2007. La loi de finances rectificative sera définitivement publiée au Journal Officiel le 31 décembre 2007 au plus tard. Il sera donc en vigueur dès le 1er janvier 2008. Le bonus et super bonus relèvent d’un décret qui sera publié rapidement. Pour autant, le dispositif du bonus s’applique bien à compter du 5 décembre 2007.

Catégorie environnementCommentaires fermés

bilan de la quinzaine, avenir du chéquier..

Rencontre impromptue avec Stéphane Vial, président des jeunes agriculteurs de l’Isère, à l’assemblée générale d’Agritabac.

À propos de la quinzaine de l’installation: «  Le bilan est excellent. Cette opération est attendue par de nombreux jeunes mais aussi par les futurs cédants. Le salon organisé à Salagnon, une première, est marqué du sceau de la réussite. L’idée de réunir en un même lieu tous les acteurs de la filière emploi et installation est bonne. On ne doit pas en rester là. Il faut, à mon sens, renouveler cette opération et je dirai qu’il faudrait en organiser trois par an sur l’ensemble du département, par territoires, en partenariat avec les écoles et lycées concernés. La journée consacrée à l’apiculture a réuni une assistance nombreuse à La Côte-St-André. L’apiculture peut être un bon plan, d’autant plus qu’elle demande peu de foncier. Cependant, je me pose une question: peut-on en tirer un revenu suffisant ou faut-il avoir un une activité complémentaire? Cette démarche d’installation en apiculture entre bien en phase avec la volonté du Conseil général qui a mis en place une charte dans ce domaine. »

Et le tabac: « Selon mes informations les tabaculteurs ne subissent pas la campagne anti tabac menée par le gouvernement. C’est une production à ne pas négliger car elle assure une plus value intéressante à l’hectare.

Dernier point abordé, la politique agricole de la région. « Une grosse pub a été faite à propos de la politique d’installation que veut mener le Conseil régional. Il ne faut pas se laisser berner. Elle n’apportera pas grand chose. On annonce 9 millions d’euros. Ils correspondent à quoi par rapport aux autres postes? Comment comprendre enfin que l’on dise tout pour l’installation et que l’on apprend que le Conseil régional va supprimer le chéquier installation?

Le chéquier installation; il faut le conserver, il n’y a pas d’autres alternatives »

Catégorie installation, interviewCommentaires fermés

Alençon: Un Fontainois à Pékin au palmarès

Le palmarès du Prix du blog d’expression locale, organisé à Alençon, a été annoncé hier soir.
Les gagnants de ce 2e Prix du blog d’expression locale 2007 ont été désignés par le jury et le vote des internautes. Dans deux catégories, les jurés ont eu du mal à départager les blogs arrivés en tête. Ils ont donc décidé de créer une mention spéciale. C’est le cas pour Un Fontainois à Pékin. Olivier Le Clouërec, le blogueur d’un Fontainois à Pékin, s’est couché tard hier, dans l’attente des résultats. Il est heureux que son travail ait été récompensé: » Un grand merci à tous ceux qui ont voté pour un Fontainois à Pékin, qui soutiennent ce projet et je suis honoré que le jury salue la qualité du travail effectué ».

A noter: on trouve dans le top 20 d’Alençon, le blog « Mon Saint-Egrève », classé 15e.

Voici le palmarès 2007

Catégorie vie locale :
-La Piquouse de rappel
-Mention spéciale : Un Fontainois à Pékin

Catégorie culture :
-Aubusson
-Mention spéciale : Cyberbougnat

Catégorie Economie locale :
-Le journal d’une vigneronne

Catégorie tourisme :
-Beaurevoir, la maison spa

Catégorie social et santé :
-Après la rue
-Mention spéciale : Le blog de l’UPI d’Alençon

Les 2e Rencontres nationales du blog d’expression locale sont destinées à favoriser les échanges entre blogueurs locaux. Le Prix associé à ces Rencontres veut mettre en valeur les meilleures expériences et les bonnes pratiques de ces blogs.

Catégorie blogosphèreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+