Le pôle bois du Trièves prend forme

ima8.jpg

Dans quelques semaines vont être terminés les travaux d’un vaste chantier à Saint-Michel-les Portes, celui du pôle bois du Trièves.

Objectif du projet: Etudier de nouveaux débouchés pour la filière bois dans une démarche de développement durable en valorisant les bois traditionnellement laissés pour inexploitables (bois inutilisables, déchets des exploitations forestières comme les écorces ou les bois d’éclaircie…, rejets des scieries).

Le projet en bref

C’est un projet remarquable à de nombreux égards :
- multi-partenarial : le projet engage de multiples acteurs publics et privés, et intègre tous les acteurs de la filière économique,
- développement local : valorisation des ressources locales, pérennisation et rénovation d’une filière économique traditionnelle, préservation et création d’emplois,
- démarche environnementale : contribue au maintien et à l’amélioration de la qualité paysagère de la forêt, et contribue à la réduction des gaz à effets de serre

Les équipements
-La plate-forme de production de bois énergie comprenant un hangar de séchage de 800m2 dont 300 m2 ventilés avec de l’air récupéré dans la cheminée de la chaufferie : maître d’ouvrage Commune de St-Michel- les-Portes et gestionnaire la COFALP-AFTBM.
- La chaufferie du séchoir bois : maître d’ouvrage et gestionnaire GEG Source d’Energies.
- Le séchoir à bois : maître d’ouvrage SVBT (Société de Valorisation des Bois du Trièves)

Articulation et fonctionnement du pôle bois
-Mise à disposition du terrain par la Commune de Saint Michel-lès-Portes pour accueillir la plate-forme de valorisation des bois; la commune est maître d’ouvrage du projet
- Les bois sont livrés des forêts environnantes (forêt privée, forêt publique, scieurs, agriculteurs)
- Les déchets sont broyés pour être transformés en plaquettes de chauffe, appelées également « bois-énergie »
-Les plaquettes sont ensuite brûlées dans une chaudière à bois exploitée par GEG Source d’Énergies. L’énergie thermique produite par cette chaufferie assure à la fois le séchage artificiel des bois d’œuvre dans un séchoir à bois exploité par la Société de Valorisation des Bois du Trièves (qui réunit 4 scieries locales).

Le Pôle Bois devrait être inauguré et mis en fonctionnement début 2008 (1er trimestre).

poleima1.jpg

Descriptif du projet

Pôle d’approvisionnement bois
Ce pôle permet de centraliser une offre de bois énergie par la mobilisation de différents gisements (bois issus des forêts et de l’entretien de l’espace, bois déclassés, produits connexes issus de scieries)
Le pôle regroupe sur un seul site :
- un hangar de stockage des plaquettes de 800m2 permettant de stocker 2800 tonnes et permettant d’approvisionner les chaufferies bois du secteur et comprenant un poste de broyage
- un bâtiment administratif

Une unité de séchage bois
Elle permettra d’apporter une plus-value aux produits issus de scieries (séchage des bois). Elle sera complétée par le classement mécanique des produits, avec marquage CE et labellisation.
L’unité comprend deux équipements
- Un séchoir à bois à façon sous maîtrise d’ouvrage SARL des scieurs
- Une chaufferie bois pour alimenter en chaleur le séchoir sous maîtrise d’ouvrage GEG, (voire ci-dessous)

Réseau de chaleur
Le projet repose sur l’utilisation de plaquettes bois déchiquetées produites sur le pôle bois à partir de billons et grumes issues de l’entretien des forêts alentour (en utilisant plus de 1 800 tonnes de bois par an, cette chaufferie distribuera la consommation d’environ 500 équivalent logements tout en assurant l’entretien et la valorisation d’une ressource naturelle locale). Gaz Electricité de Grenoble fournira l’énergie thermique nécessaire au fonctionnement du séchoir et alimentera les différents bâtiments du pôle.

Un projet inscrit dans son territoireim2pole.jpg

Réalisation des premières unités de source de chaleur sur le territoire.
Le territoire s’est engagé dans une politique de sensibilisation et de valorisation des énergies renouvelables et des ressources naturelles. Quatre chaufferies bois pilotes seront réalisées par les communautés de communes pour alimenter en source de chaleur des ensembles d’équipements publics communaux et intercommunaux (chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Monestier de Clermont, chaufferie bois et réseau de chaleur maison de retraite Monestier de Clermont, chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Mens, chaufferie bois et réseau de chaleur équipements publics Clelles). Ils seront les sites pilotes d’expérimentation pour l’ensemble du territoire.
Actions transversales de sensibilisation et de formation sur les métiers du bois
Le projet prévoit la création de vingt emplois directs ou induits sur l’ensemble de la filière, mais cette filière souffre déjà de problèmes de recrutement (il manque actuellement des bûcherons, et des ouvriers dans l’exploitation, le débardage et chez les scieurs). Or, sur ces métiers nous n’avons pas actuellement de demandeurs d’emploi à positionner. Il convient donc d’agir en amont pour favoriser l’émergence d’une demande sur ces emplois.
En 2007, et en fonction des besoins recensés : proposer des actions de sensibilisation, un chantier d’insertion sur la découverte des métiers du bois et envisager des formations qualification ou des contrats d’apprentissage en partenariat avec les employeurs potentiels.

Le caractère innovant du projet

La principale caractéristique de ce projet se trouve dans une association forte entre forêt publique et forêt privée d’une part mais aussi dans l’investissement fort des collectivités et des professionnels de la filière (scieurs notamment). La filière bois (ensemble des acteurs publics, privés et socioprofessionnels) s’organise et rassemble sur un lieu unique et commun: un certain nombre d’équipements indispensables à la valorisation de la filière bois et à la création d’une filière bois énergie.
Ainsi par les actions du projet, nous couvrons la totalité de la chaîne du bois sur pied jusqu’à la consommation en combustibles ou en bois d’œuvre, avec :
- Les tests de résistance sur pieds des bois,
- Les actions de formation et de sensibilisation sur les métiers du bois, notamment bûcherons et débardeurs,
- Une chaîne de production de plaquettes forestières avec un hangar de stockage.
- Une chaufferie alimentée par les plaquettes produites
- Un séchoir bois alimenté en énergie par la chaufferie à bois
- Le marquage aux normes CE des bois d’œuvre
- Les quatre premières chaufferies pour assurer le démarrage de l’opération.

La deuxième caractéristique est le partenariat qui a été mis en œuvre dès sa genèse. L’initiative de la démarche est issue des propriétaires forestiers privés rapidement rallié par les communes forestières puis par les autres acteurs de la forêt, (rappelons que la charte forestière est signée par 49 partenaires). C’est ainsi que l’ensemble des acteurs de la forêt a participé à la réflexion et au montage du projet. Cela a permis de créer une dynamique intéressante et fortement mobilisatrice.

La troisième caractéristique innovante réside dans le regroupement sur un même lieu des équipements tant privé que public permettant ainsi une meilleure rationalisation dans la gestion et évitant les transports inutiles des grumes, et donc dans une meilleure efficacité économique mais également dans une préoccupation environnementale avec une diminution de la production de gaz à effet de serre.
L’innovation s’inscrit également dans une stratégie de valorisation des bois du Trièves. Le tri préalable puis le séchage des bois et le classement mécanique permettant de mieux commercialiser les bois d’œuvre et ouvre la voie à une labellisation et à une éco-certification des bois du Trièves.

pole-n6.jpg

La plus-value du projet
La plus-value réside particulièrement dans deux domaines :
1. une plus-value en premier lieu économique :
- une meilleure commercialisation des bois en agissant sur la qualité et donc un meilleur prix de vente du bois d’œuvre
- une qualité et une plus–value garantie grâce au séchage et à la classification mécanique
- la création d’un marché local de bois énergie à travers une filière d’approvisionnement, – un impact également sur l’emploi local (20 emplois induits)
- le maintien et la pérennisation de l’activité bois
- l’adaptation des professionnels du secteur aux nouvelles exigences du marché

2. une plus-value sur l’aménagement et le développement durable du territoire :
- une ressource naturelle à nouveau exploitée
- une source d’énergie durable alternative aux énergies fossiles
- un renouvellement d’une forêt vieillissante qui favorisera la consommation de CO2
- une gestion de la forêt qui diminuera les risques d’incendie et les risques naturels
- un entretien de l’espace et des paysages, les bois issus de cet entretien (haies, champs à l’abandon et friches diverses) devenant une source de revenus pour les agriculteurs.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8592 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

2 Commentaires pour “Le pôle bois du Trièves prend forme”

  1. vidal jacques dit :

    J’ai actuellement un jeune qui travaille en scierie mais voudrait utiliser ses compétences en constructions-bois rustiques; d’autre part je suis prêt à acheter des parcelles forestières à entretenir et renouveler; avez vous des pistes ? Merci de bien vouloir me contacter. Envoyer mail à jvidal_38@yahoo.fr

  2. cazelles dit :

    Bonjour, bravo à tous pour cette initiative qui est vraiment intéressante à plusieurs titres je passerai vous voir pour vous saluer !
    encore chapeau !

Trackbacks/Pingbacks


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+