pérenniser les ressources en provenance de la forêt

La commune de St-Michel-les-Portes, blottie au pied du Grand-Veymond compte aujourd’hui 180 habitants. « C’est donc une petite commune rurale qui a peu de ressources. Dire que c’est une cité dortoir n’est pas loin de la vérité. Bon nombre d’actifs travaillent sur Grenoble », confie le maire, Jean Bernard Bellier. La principale source de revenus de la commune provient de sa forêt.

st-mpichel.jpg

« Elle nous rapporte entre 10 et 15000 euros, elle joue donc un rôle essentiel dans notre budget. » Pourtant, la forêt du Trièves, n’a pas la la renommée d’une forêt du Vercors, de Chartreuse. Doit-elle être dénigrée pour autant? « Pas du tout » ( voir dans cette rubrique le coup de gueule d’Antoine Pupier). Mais c’est normal, il faut savoir que notre forêt a été plantée par nos anciens afin qu’elle joue le rôle de protection. Ceux ci ont surtout planté du pin noir qui a le gros avantage de pousser très vite. Sa présence est indispensable car il évite des descentes de terres et de cailloux ».

 » Une forêt qui constitue le budget essentiel d’une commune doit être choyée. » Par pur hasard, un jour on a croisé Patrick Chion, Président de l’AFTBM qui nous a indiqué qu’il avait, dans sa tête, un projet pour valoriser notre forêt à travers une plate-forme de stockage de bois. On a tout de suite adhéré à son projet, d’autant plus que l’on avait une zone d’activitéde 2 hectares non utilisée ».

st-michel-n1.jpg

La plate-forme aujourd’hui: vaste chantier

Du projet à sa concrétisation, il y a plus qu’un pas! « Il a fallu convaincre les partenaires concernés, trouver les sources de financement, pas une partie de plaisir… » A travers cette réalisation, le maire est persuadé de pérenniser ses ressources en provenance de la forêt. » Par contre, cette plate forme n’apportera pas, ou peu d’emplois sur la commune. Cependant, il faut penser territoire et là elle apportera un formidable soutien a la filière, je pense en particulier aux entreprises qui vivent du bois. »

st-michel-n2.jpg

C’est le futur séchoir! l’ensemble devrait être opérationnel au printemps

Pour Jean Bernard Bellier: « Si on arrive à développer les trois piliers que sont le social, la nature et l’économique, la forêt du Trièves a un bel avenir devant elle. Pour l’instant, on est dans le vrai avec le parcours accro-branches aux pieds du Mont Aiguille et le site de St- Michel- les-Portes. »

Par contre, le maire estime que la forêt est sous-exploitée, »celle située dans des zones difficiles d’accès est totalement abandonnée ». A cause d’un manque de desserte, la question mérite d’être posée et la rédaction de sillon38 la pose…

Le maire de St Michel-les-Portes se demande également si une réflexion globale ne devrait pas s’ouvrir sur des débouchés telles que les constructions à ossature bois.

Et que dire des plaquettes?

 » Quand je pense que certains gros bêtas, pour leur chaufferie, préfèrent s’approvisionner en bois, sur Grenoble, plutôt que d’acheter celui du Trièves, ça me met hors de moi !

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8642 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Un commentaire pour “pérenniser les ressources en provenance de la forêt”

  1. Chion Patrick dit :

    Monsieur le Maire,
    vous avez raison le développement local n’a de sens que lorsque l’on apporte un salaire decent aux propriétaires, aux bucherons,Entreprises de travaux forestiers, aux transporteurs de grumes pour l’approvisionnement de nos chaufferies locales avec du bois local et une qualité environnementale, c’est a dire avec du bois issu de la foret avec le plus faible taux d’humidité; comme nous avons le souci de le développer sur ST Michel les Portes.
    Patrick Chion Pdt de l’AFTBM

Trackbacks/Pingbacks


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+