Archive | 16 décembre 2007

action anti ogm

Notre département va t-il devenir une plaque tournante des manifestations anti ogm? La question mérite d’être posée après l’ action menée ce samedi à Moidieu Détourbe, dans le nord du département. Des dizaines de faucheurs volontaires venus de l’Isère mais également de l’ensemble de la région Rhône-Alpes ont conduit un assaut contre un silo situé sur la commune. Il contiendrait des grains contaminés. La manifestation à laquelle n’a pas pu se joindre José Bové, pourtant annoncé, a été dispersée par les forces de l’ordre quelques heures après le début de l’action.

Catégorie OGMCommentaires fermés

Mobilisation iséroise autour de l’eau

La conférence départementale de l’eau, organisée par le Conseil général de l’Isère, aura lieu jeudi 20 décembre à Minatec. Ce rendez-vous s’inscrit dans les précédentes initiatives du Département visant à concilier les usages de l’eau et la pérennité de la ressource et des milieux aquatiques.

Le rapport de Christian Nucci, vice-président du Conseil général chargé de l’Agriculture, de l’équipement rural, de la forêt, des politiques de l’eau, présenté jeudi lors du vote du budget primitif 2008, a souligné le fait que si le département de l’Isère est un territoire richement doté en ressources d’eau, le climat des années 2003-2006 a montré que les périodes de sécheresse et de canicule pouvaient avoir des conséquences non négligeables dans certains secteurs du département et donner lieu à des conflits d’usages.

Une situation qui justifie l’élaboration, en 2005/2006, d’un schéma directeur d’irrigation et de la ressource en eau, d’un projet d’observatoire départemental de l’eau, d’une étude sur la récupération des coûts de l’eau.

Tous ces éléments seront présentés aux différents acteurs de l’eau isérois lors de la conférence de jeudi prochain. Une charte départementale de l’eau sera présentée à cette occasion, signée par les acteurs institutionnels de l’eau que sont l’Etat, le Conseil général, la Région Rhône-Alpes, l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, l’association des maires et adjoints de l’Isère, les chambres consulaires de commerce et d’industrie et d’agriculture de l’Isère.

Les quatre priorités de la charte:

1/mieux connaître la richesse en eau, les exigences des milieux et les besoins des usages

2/ promouvoir une gestion patrimoniale de l’eau, collective et citoyenne

3/ anticiper les situations, maîtriser les coûts et les prix

4/ développer des stratégies, partager des savoir-faire, éduquer les usagers de demain

Un appel à signature sera proposé par la suite pour que les communes et intercommunalités en charge de l’eau, ainsi que d’autres acteurs comme les associations ou les professionnels de l’eau, s’engagent à respecter les valeurs défendues par la charte.

Catégorie eauCommentaires fermés

La solidarité citoyenne au service d’ un jeune agriculteur

Sylvain Bernard, 33 ans, veut s’installer comme éleveur de chèvres et fromager à Mont Saint-Martin, aux portes de Grenoble. Seul, il n’y arriverait pas. L’association Terre de liens , qui a examiné de près son projet, s’est engagée à le soutenir financièrement en faisant appel à l’épargne citoyenne.

montstmartin.jpg

Sur les balcons sud de la Chartreuse, la commune de Mont-Saint-Martin, qui compte déjà un éleveur de daims, est prête à accueillir un éleveur de chèvres

S’installer en zone périurbaine, pour un jeune porteur de projet, est devenu un parcours d’obstacles quasi infranchissables. Le coût du foncier, la rareté des terres agricoles, le montant de l’investissement, sont de nature à décourager les plus motivés. C’est là que la solidarité, la mobilisation collective peuvent faire oeuvre utile. L’association Terre de liens a précisément pour vocation d’accompagner les porteurs de projet sur les questions d’accès au foncier et au bâti par une démarche collective afin d’y accueillir et pérenniser des projets écologiques et solidaires. Elle a mis en place des outils de finance solidaire: la Foncière, destinée à recevoir de l’investissement solidaire et la Fondation, qui collecte des dons.

Sylvain Bernard, 33 ans, un diplôme d’ingénieur en poche (en logistique industrielle) , a travaillé 7 ans dans l’industrie. Suffisamment longtemps pour se rendre compte que ce n’était pas sa vocation. Sa vocation, il la connaît depuis toujours: éleveur des chèvres.

« Depuis tout gamin je rêve d’être éleveur. Mes parents pensaient que ce n’était pas un métier d’avenir et m’ont poussé à faire des études. J’ai fait l’EIGSI à La Rochelle. Et puis, une fois dans l’industrie, j’ai eu des difficultés avec le management. J ‘ai beaucoup réfléchi. En 2003, je me suis renseigné au Point Installation de l’Isère et en avril 2005, j’ai sauté le pas. J’ai fait des stages de 15 jours chez des producteurs fermiers, à Monteynard, Tramolé, Saint-Pierre-d’Entremont et ça se passait très bien à chaque fois. J’avais la confiance des agriculteurs. j’étais dans mon élément ».

Sylvain s’engage ensuite dans son parcours installation. Un parcours sans fautes. Il obtient le BPREA à la MFR de Vif, fait un stage d’application de 7 mois, enchaîne avec un stage de 6 mois chez des éleveurs (chèvres et transformation). Fin mars 2007, il est embauché par le Service de remplacement des producteurs fermiers. Et depuis ce jour, il cherche activement à s’installer. L’ADASEA qui lui signale une demande sur les Balcons sud de Chartreuse, le met sur la piste de l’association Terre de Liens. Le courant passe. Le projet de Sylvain Bernard s’inscrit parfaitement dans l’optique de l’association.

« J’ai eu le temps de mûrir mon projet. Ce que je veux, en tant qu’éleveur, c’est être pâturant et sans OGM. Mon projet est éligible à la DJA et à un prêt JA bonifié. J’ai réalisé un prévisionnel, validé par des éleveurs. Sur le plan de l’acquisition, l’objectif, c’est que l’association achète la maison d’habitation- c’est une ferme- et que moi j’achète la terre, 1,5 ha, qui se trouve à coté. Je devrais aussi construire un bâtiment agricole -chèvrerie et fromagerie- à 60m de la ferme ».

En ce qui concerne la commercialisation, Sylvain envisage la vente directe via les Amap, la vente à la ferme et sur les marchés les plus proches.

Le projet se présente bien. Il a le soutien de la commune de Mont-Saint-Martin, du Parc naturel régional de Chartreuse et de la Communauté de communes des Balcons sud de Chartreuse. Terre de liens, qui a déjà contribué à deux installations en Isère, s’est entretenu avec les propriétaires, qui ont bien accueilli le projet. Le compromis n’est pas encore signé.

En attendant, la souscription continue. Il manque de l’argent pour financer cette acquisition qui, pour Terre de liens, s’élève à 240 000 €. L’association lance donc un appel à la générosité citoyenne pour que le projet puisse voir le jour avec le nouvel an. Les souscripteurs sont invités à contacter Terre de liens Isère, chez Bernard Dupeloux: bdupeloux@orange.fr ou au 04.76.45.02.30.

Catégorie installationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

décembre 2007
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+