Archive | 03 janvier 2008

grève de la faim de José Bové: rebondissements

Comme il l’avait annoncé, José Bové a entamé ce matin, à Paris, une grève de la fin en compagnie d’une quinzaine de sympathisants anti OGM. Très vite son action a connu des rebondissements puisqu’il a été reçu par la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Ensuite, Ségolène Royal en personne lui a rendu visite.

1031219157-jose-bove-en-greve-de-la-faim-contre-les-ogm.jpg

Rappelons que le leader altermondialiste réclame que la France active la « clause de sauvegarde » sur les OGM . Celle ci permet d’interdire provisoirement la culture ou la vente d’un organisme génétiquement modifié autorisé dans l’Union européenne, s’il y a un risque pour la santé ou l’environnement.

José Bové a donc été reçu reçu par la secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Celle ci a indiqué que la haute autorité indépendante d’évaluation chargée d’éclairer le gouvernement sur le maïs MON 810, le seul commercialisé en France, rendrait son avis dans les prochains jours.

« Si cet avis est défavorable voire réservé, il y aura une activation de la clause de sauvegarde conformément aux engagements du Grenelle de l’environnement ».

« J‘ai le sentiment que l’on a été compris mais on continue à réclamer un vrai moratoire » a déclaré de son côté José Bové qui a précisé qu’il poursuivrait sa grève de la faim le temps qu’il faudra : » je ne bois que de l’eau ».

Autre surprise de la journée: la visite de l’ancienne candidate PS à la Présidence de la République, Ségolène Royal.

« Je respecte et je salue son courage »… « C’est une question de morale en politique, un enjeu de santé publique. Un moratoire a été promis sur les OGM en plein champ, cette promesse doit être tenue. Je demande la transparence du débat démocratique. Il faut faire toute la clarté sur les enjeux financiers considérables, qui se jouent derrière la diffusion des OGM. On doit rendre publiques toutes les enquêtes sanitaires concernant ces derniers. »

José Bové a jugé « très important » le soutien de cette « première personnalité politique, en espérant que d’autres suivront. »

Après avoir lancé leur opération sous la Tour Eiffel, les manifestants ont tout d’abord installé une caravane devant le secrétariat d’Etat chargé de l’Ecologie avant de se rendre dans l’immeuble, baptisé « Ministère de la crise du logement » rue de la Banque, dans le IIe arrondissement de Paris. Il servira de base principale aux manifestants anti-OGM.

Catégorie OGMCommentaires fermés

Etre élu sans être candidat? C’est encore possible!

Mais peut-être plus pour longtemps. Une proposition de loi de M. Jean-Marc Todeschini, sénateur PS de la Moselle, et plusieurs de ses collègues, déposée au Sénat le 20 décembre 2007 vise en effet à étendre aux communes de moins de 3 500 habitants certaines dispositions du code électoral concernant les formalités de déclaration de candidature, telles qu’on peut les connaître dans les communes dépassant ce seuil.

Elle prend acte des remarques formulées à plusieurs reprises par les maires des petites communes qui dénoncent, à juste titre, les nombreux aléas qui résultent du mode de scrutin dans les communes de moins de 3 500 habitants, faute d’un cadre juridique suffisant. « Ces aléas mettent parfois en cause la sincérité du scrutin. Ainsi, par exemple, des bulletins peuvent être distribués au nom de personnes non candidates sans que ces dernières n’aient donné leur accord. Il est inadmissible qu’en démocratie de telles manoeuvres persistent encore », explique l’auteur de la proposition.

Par ailleurs, les candidatures n’étant soumises à aucune obligation de déclaration, les candidatures multiples y sont admises, et, il n’est pas rare que des personnes qui n’étaient pas candidates au premier tour se présentent au second tour.

La proposition de M.Todeschini, sans toucher au principe du panachage, a pour objet de remédier à ces dérives en prévoyant :

- de rendre obligatoire pour chaque tour de scrutin une déclaration de candidature qu’elle soit individuelle ou collective, dont les modalités pratiques sont inspirées de celles des communes de plus de 3 500 habitants (article 2) ;

- d’établir le principe selon lequel nul ne peut être candidat sur plus d’une liste dans la même commune ou plusieurs sections électorales d’une même commune, ainsi que dans plusieurs communes (article 3) ;

- d’interdire à toute liste de candidats de comporter plus de noms qu’il n’y a de sièges à pourvoir en considérant nuls, lors du dépouillement, les bulletins de vote comportant plus de noms que de sièges à pourvoir (article 4);

- de considérer nuls, lors du dépouillement, les bulletins de vote comportant le nom d’une ou plusieurs personnes n’ayant pas fait acte de candidature (article 4) ;

- de poser le principe que nul ne peut être élu s’il n’a fait préalablement acte de candidature (article 1er).

Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

inondations: 95 M€ pour l’aménagement de l’Isère

95 millions d’euros de travaux seront engagés à partir de 2009 pour protéger les quelque 300 000 habitants du Grésivaudan et de l’agglomération grenobloise contre les crues de l’Isère, pour mettre en valeur les milieux naturels de la vallée, et pour participer au développement des loisirs liés aux berges de la rivière.

Le conseil syndical du Symbhi (Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère) vient de voter l’avant-projet d’aménagement de l’Isère entre Pontcharra et Grenoble (projet « Isère amont »)..

Ce projet repose essentiellement sur la mise en place de 16 champs d’inondation contrôlée (étalement de la crue dans 3400 ha de zones agricoles et naturelles) qui permettront de contrôler et de réduire le débit de la crue bicentennale et ainsi d’éviter les ruptures de digues. L’ensemble de ces aménagements permettra de réguler le débit de crue qui passera de 1 900 m3/s à Pontcharra à 1 200 m3/sec à Grenoble.
Le projet retenu prévoit en outre :
• une restauration environnementale de la rivière, afin de relier l’Isère aux milieux naturels qu’elle fertilise (300 ha de forêt alluviale), de redynamiser les espaces naturels (restauration de sept anciennes gravières, de trois bras morts) et de restaurer le corridor biologique de la vallée (20 ha de plantations, 35 km de haies, 7 ouvrages de franchissement pour les poissons).
• la réappropriation des berges par les habitants, via l’aménagement d’un itinéraire cyclable continu de 50 km sur les berges et la réalisation de rampes d’accès à l’eau pour les sports d’eau-vive par exemple.

web_chemin_329_1121939311.jpg
Les travaux d’aménagement seront financés à hauteur de 60% par le Conseil général de l’Isère, 17% par Grenoble Alpes Métropole, 20% par l’Etat, 3% par les intercommunalités de la vallée .

Plus d’infos : www.symbhi.fr.

Contact : Daniel Verdeil d.verdeil@cg38.fr.

Tel 04 76 00 61 74

Catégorie hydrauliqueCommentaires fermés

Lait de chèvre bio: journée technico-économique

banniere-journee-lait-bio.jpgCORABIO (la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique) et la Chambre régionale d’agriculture, organisent une journée d’information et d’échange sur le lait de chèvre biologique en Rhône-Alpes, autour des questions techniques et économiques, notamment sur les possibilités de valorisation en circuits longs.

Cette journée aura lieu le mardi 29 janvier à Vaugneray dans le Rhône. Elle s ‘achèvera par une visite de ferme.

Cette journée s’inscrit dans un programme de développement de la production biologique dans un contexte de pénurie de l’offre face à un marché en forte croissance. Elle permettra un partage d’expérience et la rencontre des différents opérateurs du secteur. Elle s’articule autour de deux temps forts.

Le matin, à partir de 9 heures : Solutions techniques
10 h : Bilan des expérimentations conduites en élevage caprin bio avec le PEP Caprin
11h15 : Gestion du parasitisme en élevage caprin bio :
Utilisation de méthodes alternatives pour gérer les parasites de la chèvre avec le Dr Pierre Froment.

L’après-midi, à partir de 14 heures : Situation du marché
14 h : Situation de la filière et du marché par Sylvaine Lartigaut d’Appui Bio
14h30 : Du producteur au consommateur, l’intérêt d’être en bio, témoignage de Monique Pérusset, éleveur fromager en vente directe
15 h : Fromagerie du Val d’Ormèze : ses besoins en lait de chèvre bio, par son responsable, Gilles Gamon
15h30 : Laiterie Bernard : ses besoins en lait de chèvre bio, possibilité de collecte ponctuelle par son responsable, Joël Bernard
16h15 : Visite de la ferme de Monique et Marc Pérusset à Vaugneray, ferme de démonstration du réseau Corabio

chevres.jpg

Cette journée est ouverte à tous les professionnels intéressés ou concernés par ces questions. Elle aura lieu le mardi 29 janvier salle du Lavoir, à la mairie de Vaugneray (69).

L’inscription est indispensable, il suffit d’appeler Corabio au 04 75 61 19 35 pour obtenir un programme et un bulletin d’inscription.

Catégorie bioCommentaires fermés

La confédération paysanne continue le combat

Alors que le projet de loi OGM sera examiné les 15-16-17 janvier au Sénat, et les 5-6-7 février à l’Assemblée Nationale, avec de nombreuses ONG, la Confédération paysanne appelle tous les citoyens à interpeller leurs parlementaires afin que ceux-ci votent une loi qui garantisse la liberté et le droit à produire et consommer sans OGM.
Elle les appelle aussi à signer massivement la pétition « pour la liberté et le droit de produire et consommer sans OGM » disponible sur le site www.stop-ogm.org avant le 15 janvier.
« Le mois de janvier sera décisif pour l’avenir de l’agriculture française, car le gouvernement soumet au Parlement son projet de loi sur les OGM. S’il devait être voté en l’état, ce projet de loi rendrait possible le développement des cultures d’OGM au mépris complet des engagements pris à l’issue du Grenelle de l’environnement », souligne la Confédération.
« Les OGM ne peuvent «coexister» avec d’autres formes d’agriculture sans les condamner inexorablement à une contamination croissante. La «coexistence» est un leurre qui nous privera définitivement de notre liberté de produire ou de consommer sans OGM.
Alors que la Confédération paysanne s’est battue depuis des années, notamment au cours du Grenelle de l’environnement, pour obtenir une Clause de Sauvegarde
Alors que des citoyens dont José Bové, entament une grève de la faim pour ces mêmes raisons
Alors que 86 % de la population désire un moratoire sur les OGM (clause de sauvegarde)
Nous demandons aux parlementaires d’entendre la voix populaire opposée aux OGM. Le maintien de la diversité des systèmes de production agricoles, la survie des productions de qualité, l’autonomie de décision des agriculteurs, sont en jeu ».

Catégorie OGMCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2008
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+