Archive | 04 janvier 2008

Les 10 ans de la confrérie de la noix de Grenoble

nois-conf.jpg2008 sera une grande année pour la noix de Grenoble. Son AOC a été proclamée en 1938, elle a donc 70 ans et la confrérie de la noix va fêter son dixième anniversaire. Ce qui fait dire à son grand maître Bruno De Montal: »On a une vieille AOC et une jeune confrérie ».

Des réflexions ont été menées dans les années 80, en particulier avec la maison de tourisme de Grenoble, sur la création d’une confrérie mais elles n’ont pas abouti.

C‘était reculer pour mieux sauter et le Comité de la Noix de Grenoble à confié à Robert Mazin le soin de mettre en mouvement une confrérie. » Robert Mazin était un personnage, il a beaucoup oeuvré pour la noix, pour l’organisation des producteurs et étant le premier président du comité fruits et légumes de Rhône Alpes, c’était l’homme qu’il fallait. »Un homme qui a réussi à réunir toutes les énergies, les différentes structures de la filière, et tout naturellement la confrérie a vu le jour en 1998.

Défense et promotion de la noix

Bruno De Montal: « notre rôle est d’assurer la défense et la promotion de la noix, de parler de la noix ». Pour ce, la confrérie organises plusieurs actions. Des chapitres qui permettent d’introniser des personnes qui d’une façon ou d’une autre sont impliquées dans le monde de la noix. a ce jour la confrérie compte dans ces rangs 150 confrères. Celle ci participe également à diverses manifestations, mondées, foires, salons… » on a même participé cette année aux vendanges au quartier Montmartre à Paris. » Parmi les actions spectaculaires nous retiendrons la célèbre pressée avec dégustation de l’huile sortie tout droit du pressoir et dégustée avec un morceau de pain. C’est excellent!

confrerie.jpg

La confrérie et ses membres ont un moral à toute épreuve: « On suit de près la récolte. Nous sommes ravis quand celle ci est bonne en quantité et excellente en qualité. »

La confrérie est elle la vitrine de la noix ?

 » Elle devrait l’être mais il faudrait que toutes les noix produites sur la zone soient des noix de Grenoble AOC »

Êtes vous l’élément fédérateur de la filière?

« On devrait pouvoir jouer ce rôle de courroie de transmission »

La confrérie entretient des rapports cordiaux avec bon nombre de ses consoeurs, » surtout celles du sud, de la Drôme en particulier; sans oublier la confrérie du bleu du vercors Sassenage avec qui on a des relations privilégiées. »

La confrérie fêtera ses 10 ans à Tullins, ce vendredi 11 janvier en présence de nombreuses personnalités et surtout de défenseurs de la noix de Grenoble, plus vieille AOC de France. Comme on l’a dit, celle-ci fêtera ses 70 ans. On en reparlera en temps voulu.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Quand La FRETTE TIRE LES ROIS…

logo_ar_petit.jpgLe club de la chaumière de La Frette réunit ses adhérents tous les vendredis après-midi. Ces derniers s’affrontent de façon très conviviale à la pétanque, la belote, au scrabble…Le premier vendredi de l’année est consacré à la fameuse galette des rois. En cet après-midi, une quarantaine d’adhérents, certains accompagnés de leurs enfants ou petits enfants (futurs membres du club?) ont tiré la galette des rois et ont trinqué à la nouvelle année.

.la-frette-n1.jpg

Reines et rois ont été félicités dans une ambiance très décontractée, arrosée d’une excellente Clairette de Die, ou la bonne humeur était de mise.

la-frette-n2.jpg
Dans un prochain article nous présenterons plus en détail le club de La Frette.

Catégorie aînés rurauxCommentaire (1)

Schéma de desserte forestière: consultation

Dans le cadre de la charte forestière du Trièves, le Syndicat d’Aménagement du Trièves a décidé de réaliser un schéma de desserte forestière sur les 29 communes du Trièves.
Cette étude réalisée par l’Office National des Forêts et le Centre Régional de la Propriété Forestière Rhône-Alpes a pour objectif d’améliorer la mobilisation des bois, en abaissant les coûs d’exploitation et de tri tout en respectant les aspects multifonctionnels de la forêt.
Un premier inventaire des chemins à vocation forestière a été réalisé et classé selon trois catégories : route forestière, piste forestière, piste et route déclassées.

Afin de prendre en compte les avis d’un maximum de personnes et pour valider l’exactitude des relevés, une carte avec un document explicatif sera consultable dans chaque mairie du 7 au 23 janvier 2008. Vous pourrez apporter d’éventuelles corrections ou compléments.

Renseignements auprès de :
David HOUMEAU, technicien forestier CRPF
Tel : 04 76 34 47 58 – Mob. 06 27 44 30 71
Lionel COURTOIS, animateur de la Charte forestière du Trièves, SAT
Tel : 07 46 34 49 11

Pour tous les adhérents de l’AFTBM, un suivi de vos remarques sera pris en compte en adressant une copie de celles-ci au bureau de Saint Michel les Portes.
Contact :
Bruno LAVOYE, technicien forestier AFTBM
Mairie – 38930 St Michel les Portes
Tel : 04 76 34 35 92

Mob. 06 08 11 06 50 -

Mail bruno.lavoye@aftbm.org

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Bois énergie et pollution: ça chauffe!

Depuis l’an 2000, le nombre de chaufferies automatiques au bois a grimpé en flèche en Isère. On compte environ 47 chaufferies portées par des collectivités locales ou des bailleurs sociaux et plus de 700 chaufferies individuelles ou en collectif privé. L’AGEDEN, association pionnière en matière d’ énergies renouvelables (fondée en 1977), est pour beaucoup dans cette évolution qui a dynamisé la filière bois et généré un véritable élan de développement durable local. Mais ce mode de chauffage est-il exempt de toute nuisances?
Les promoteurs de cette énergie renouvelable soulignent le fait que le CO2 libéré pendant la combustion du bois est le même que celui qu’il a absorbé par photosynthèse pour sa croissance et même inférieur à celui qui serait rejeté dans l’atmosphère lors de sa dégradation naturelle. En se décomposant naturellement le bois produit du CH4 (méthane), en plus du CO2, jouant un rôle nettement plus important sur l’accroissement de l’effet de serre. En l’utilisant pour le chauffage, il est donc neutre vis-à-vis de l’effet de serre.

Un début de polémique est né quant à la propreté de cette énergie, portée par un élu de Saint-Martin d’Uriage, Gabriel Ullman, expert auprès de la cour d’appel de Grenoble pour les questions d’environnement. Il s’oppose au projet municipal d’installation d’une chaufferie automatique à bois, à proximité de l’école maternelle, estimant que l’absence de nocivité des effluents de ce mode de chauffage n’est pas démontrée. Il a notamment fait état de ses griefs sur ce sujet, sans ménagement, dans Le Monde du 29 décembre 2007, allant jusqu’à évoquer « une bombe à retardement sanitaire…similaire à ce qui s’est passé pour les incinérateurs ». Son intervention n’a pas été vaine: une étude d’impact, menée par l’ADEME, est en cours à Saint-Martin-d’Uriage.

Du côté de l’AGEDEN, où l’on a toujours privilégié sobriété énergétique et efficacité, on s’efforce, avec beaucoup de pédagogie, de rééquilibrer les choses. Explications d’ Alain Weber, responsable du secteur biomasse:

« Ces critiques opérent un amalgame entre le chauffage au bois bûche en général -cheminées ouvertes, anciens poêles, inserts, etc- et les chaufferies automatiques. Personne ne conteste le fait que dans le premier cas, les rejets d’effluents contribuent à la pollution de l’atmosphère en poussières et HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Mais ça n’a rien à voir avec les chaudières automatiques qui sont des appareils performants, réglementés, qui, eux, permettent une combustion complète du bois « .

Les rejets, précise l’AGEDEN, sont essentiellement constitués de dioxyde de carbone, de vapeur d’eau et de cendres. Ils contiennent très peu de goudrons et d’ acides.

Il existe, bien sûr, plusieurs types d’appareils, notamment de très bonnes chaudières fonctionnant avec du bois bûche mais n’ayant pas d’autonomie importante (alimentation au minimum deux fois par jour, des phases de ralentis entraînant la formation de polluants en plus grand nombre) et ne pouvant donc pas être comparées avec d’autres chaudières à énergie fossile reliées à un chauffage central.

Le fonctionnement des chaudières automatiques au bois est proche de celui des chaudières classiques (fioul, gaz). Seuls le système d’alimentation et le combustible changent. Ces chaudières ont des performances intéressantes avec des rendements de combustion élevés (de l’ordre de 85 à 95 %) et une combustion presque totale du bois entraînant très peu de cendres (1 %). Elles possèdent aussi une grande autonomie car l’alimentation, l’allumage et le décendrage sont automatiques.

C’est dans le cas d’une combustion incomplète (cheminées ouvertes, poêles ou inserts de mauvaise qualité, régime de ralenti, etc.) qu’il y a matière à s’inquiéter: la pollution et l’entretien augmentent énormément. Beaucoup de chaleur est perdue dans le conduit de fumée. Des goudrons, de l’acide acétique et des poussières se déposent dans ces mêmes conduits et s’échappent par la cheminée entraînant une pollution importante ainsi que des risques d’incendies (feu de cheminée). Leur concentration est conditionnée par la qualité du matériel utilisé, les phases de ralenti, la qualité de la combustion ainsi que la qualité du bois son humidité.

Contribution du bois énergie dans le bilan national des émissions
Source ADEME/CITEPA 2003

chauffagebois.jpg

Les chiffres se trouvant dans les cases rouges (CO, COV et HAP) sont justement dus aux appareils ayant une combustion incomplète du secteur domestique (cheminée ouverte ou ancien poêle) et non aux chaudières bois automatiques ou poêles performants type flamme verte.

L’AGEDEN souligne que l’utilisation d’un matériel performant, respectant les normes en vigueur, permet de se chauffer avec le même confort et un budget de fonctionnement nettement inférieur à une énergie fossile, tout en diminuant notre empreinte écologique. Et au prix du baril de brut, cette alternative ne peut que s’apprécier.

Lire le rapport Atmo Rhône-Alpes Combustion bois et qualité de l’air sur /http-::www.atmo-rhonealpes.orgin


Catégorie environnement, pollutionCommentaire (1)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2008
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+