Archive | 12 janvier 2008

réactions divergentes !

Suite à la mise en place de la clause de sauvegarde concernant les cultures OGM les réactions ne se sont pas fait attendre.
José Bové qui a stoppé net sa grève de la faim: « C’est une bonne nouvelle mais le combat continue. Il va se polariser pour s’opposer au projet de loi concernant les OGM. »

François Lucas , président de la Coordination rurale: » C’est une bonne nouvelle, elle va profiter au consommateurs, à l’environnement et aux producteurs de maïs. »

« C’est faux » lui rétorque Christophe Terrain, président de l’association des producteurs de maïs: « On devra continuer à nourrir des hommes qui seront de plus en plus nombreux, remplacer certaines énergies comme le pétrole par des végétaux, le pari est important et il ne faut pas prendre des décisions à la légère. Une culture OGM est une bonne plante qui a les capacités pour se défendre, elle est à mon sens bio. La culture de maïs, pourra t-elle survivre sans OGM, en France, je n’en suis pas certain… »

DOSSIER TRAITE A LA LEGERE
Reste la réaction très attendue de la FNSEA. Elle est arrivée par la voix de son président Jean Michel Lemétayer:  » Cette décision est affligeante, pas sérieuse, on est en plein politique spectacle. On a voulu faire plaisir à une poignée de grévistes de la faim… C’est ridicule, choquant ! Il s’agit d’un dossier sensible que l’on traite à la légère. La FNSEA restera toujours respectueuse des règles, des lois, elle attend beaucoup des décisions qui seront prises au niveau européen »

Catégorie OGMCommentaires fermés

Grande victoire mais le cruiser arrive !

Les apiculteurs professionnels de la région Rhône Alpes réunis au sein d’un syndicat, le SAPRA, se sont réunis en assemblée générale à La Côte- St-André.

Dans un premier temps, ils ont déploré un manque d’organisation au niveau de la représentativité nationale. Les apiculteurs ont trop de structures et il serait plus avantageux pour eux d’avoir, par exemple, un inter-syndicat qui défende leurs intérêts.

Bien entendu la question des OGM a largement été abordée. Les apiculteurs étant en première ligne. Ils se sont félicités des décisions prises concernant la clause de sauvegarde. C’est pour eux une grande victoire due à une mobilisation forte, tant syndicale que de l’ensemble des structures, associations et personnes concernées par les OGM.

« Par contre, on est arrivé à éliminer un fléau, on l’espère pour longtemps, qu’un deuxième surgit: le cruiser. Il faudra à nouveau entrer en bagarre alors que l’on préférerait mieux nous occuper de nos abeilles. » A t-on entendu.

Franck Repellin, apiculteur sur le plateau du Vercors a soulevé un autre problème, plus local.  » Les agriculteurs sur le plateau ont, cette année, fait des fauches de façon précoce. Conséquence: ils ont coupé les fleurs mellifères, diminué la densité florale, cela nous a porté préjudice. »

Christian Nucci vice président du conseil général de l’Isère en charge de l’agriculture a rappelé combien le monde des abeilles est important pour l’agriculture.  » Sans abeilles, point d’agriculture ». Il a souligné que le Conseil général de l’Isère soutenait l’apiculture de façon durable à travers une charte.

abeilles.jpg

L’apiculture dans notre région a un bel avenir, a tout pour réussir, « on a une forte demande d’installations » mais c’est une filière fragile qu’il faut soutenir car elle est attaquée de toutes parts.

Catégorie apicultureCommentaires fermés

La confédération paysanne crie victoire

Après l’annonce officielle de l’activation de la clause de sauvegarde sur le MON810, les anti OGM ont été les premiers à faire connaître leur réaction: « L’annonce de la clause de sauvegarde est une victoire de la Confédération paysanne, une étape importante vers une alimentation sans OGM pour les citoyens. C’est la reconnaissance d’un combat mené depuis dix ans presque jour pour jour par la Confédération Paysanne ».

José Bové a annoncé dès hier soir qu ’ il cessait sa grève de la faim entamée le 3 janvier avec 16 militants.

Le syndicat émet toutefois quelques recommandations et critiques:

« La clause de sauvegarde devra être rédigée de manière rigoureuse. Elle devra s’appuyer sur les études internationales officiellement publiées, notamment les plus récentes, telles qu’elles ont été répertoriées par la Haute Autorité Provisoire sur les OGM.

Dans les semaines et les mois à venir cette étape devra être confirmée par une loi sur les OGM qui reconnaîtra le droit pour tous à produire et consommer sans OGM.
Cependant, cette annonce est équivoque. En même temps que le premier ministre annonce que des doutes sanitaires et environnementaux justifient la mise en œuvre du principe de précaution, il ajoute que cette technologie aurait un intérêt pour  » relever les défis alimentaires et environnementaux  » et envisage de multiplier par 8 les crédits dédiés aux biotechnologies (45 millions d’Euros).
Si cette recherche est publique et a pour but d’évaluer les risques évoqués par la Haute Autorité, cette dépense envisagée peut être cohérente.
Pour la Confédération Paysanne, les enjeux alimentaires et environnementaux, les problèmes actuels de l’agriculture et de l’alimentation ne sauront trouver leurs solutions dans ces technologies qui ne respectent ni les territoires, ni les savoir-faire paysans, ni la diversité biologique et alimentaire.
La Confédération Paysanne refuse que ces 45 millions d’Euros soient destinés au développement de ces technologies; l’inquiétude et la vigilance sont de rigueur ».

Catégorie OGMCommentaires fermés

TER Lyon-Grenoble: peut mieux faire

Un mois après la mise en place des nouveaux horaires au 9 décembre 2007, la Région Rhône- Alpes et la SNCF ont constaté que la qualité du service rendu n’était pas satisfaisante au mois de décembre, en particulier sur les lignes Lyon-Grenoble et Lyon-Ambérieu.

Ces lignes ont notamment subi en décembre des incidents de passage à niveau forcé, de caténaire arraché, de signalisation défectueuse et plus récemment l’accident du convoi exceptionnel ayant entraîné le déraillement du TGV à la Vavrette-Tossiat (près de Bourg en Bresse). Ce dernier incident de passage à niveau a notamment eu pour conséquence le détournement des trains de Fret par les gares de Perrache et Part Dieu, déjà saturées par les circulations de trains de voyageurs.

Depuis début janvier, la situation tend à s’améliorer. Toutefois, la Région et la SNCF ont décidé d’aller à la rencontre des voyageurs pour faire un point après le premier mois de mise en œuvre du cadencement, leur apporter toutes les précisions nécessaires sur les difficultés rencontrées en décembre et leur présenter les solutions proposées par la SNCF, lors de deux réunions publiques qui se tiendront

en Gare de la Part Dieu Salon Alizée
(entrée côté Vivier Merle- Ascenseur à droite – 2e étage)

lundi 14 janvier à 18h pour la ligne Lyon-Grenoble

mardi 15 janvier à 18h pour la ligne Lyon-Ambérieu

Ces réunions sont ouvertes à tous les voyageurs utilisant les services TER sur ces deux lignes.

Catégorie transportCommentaires fermés

MON 810: clause de sauvegarde activée

C’est officiel. L’information a été communiquée hier à 23h39 sur le site du Premier ministre, rubrique agriculture. Cette heure tardive et cette discrétion, s’agissant d’une décision aussi attendue, donnent lieu à toutes les conjectures.

Le communiqué dit ceci: »Le Gouvernement engage la procédure contradictoire afin de déposer une clause de sauvegarde sur la culture du maïs OGM MON 810, jusqu’à la réévaluation par les instances européennes de l’autorisation de commercialisation de cet OGM.

Cette décision, prise en application du principe de précaution, s’appuie sur les conclusions du comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM, faisant état d’éléments scientifiques nouveaux et la nécessité d’expertises complémentaires sur les effets sanitaires et environnementaux de l’OGM MON 810 à long terme.

Le Gouvernement rappelle que les doutes sur cet OGM, actuellement cultivé en France, ne condamnent pas l’intérêt de cette technologie pour relever les défis alimentaires et environnementaux.

Aussi, annonce-t-il un plan sans précédent d’investissement dans les biotechnologies végétales de 45 millions d’euros, soit une multiplication par 8 des budgets actuels ».

L’année 2008 devrait donc être, en principe, une année sans maïs OGM.

Catégorie OGMCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2008
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+