Archive | 15 janvier 2008

Poursuite du “feuilleton”

L ‘association pour le maintien de l’abattoir de La Côte-St-André communique :
 » Décidément c’est devenu un véritable feuilleton.
Nous avons créé il y a un mois une association pour la défense de l’abattoir de la Côte-St-André avec pour seule préoccupation, l’intérêt des éleveurs à défendre leur outil de proximité. Nous étions ouverts à toutes propositions pour trouver une solution avec le Conseil Général et nos organisations professionnelles. Mais nous n’avons pas été entendus. Nous avons lu avec amertume dans la presse << les problèmes sanitaires de l’abattoir de la Côte-St-André ont conduit à sa fermeture>>.
Mort et enterré, sans aucune proposition de compensation pour les utilisateurs.
La colère monte et nous démentons formellement ces affirmations. L’abattoir de la Côte-St-André vient d’être reclassé favorablement en classe 3 au niveau sanitaire. Il lui reste encore des travaux de mise aux normes mais il a jusqu’à 2010 pour les réaliser. Quant au tonnage abattu à Grenoble il est sensiblement le même que celui de la Côte-St-André grâce aux chevillards, car il faut savoir que le tonnage concernant les éleveurs et particuliers de la Côte-St-André (265 T) est le double de celui de Grenoble (147 T). Il ne s’agit donc en aucun cas d’un problème économique ou sanitaire mais bien d’une décision politique. »

Chantal Gondart Marit, co-présidente de l’association
pour le maintien de l’abattoir de la Côte-Saint-André

Catégorie filière viandeCommentaires fermés

Trièves: étude pour éliminer les points dangereux

Une étude a été conjointement réalisée, par l’ONF et le CRPF, afin de qualifier les points délicats qui existent à la sortie des bois, au niveau des voiries départementales et communales. Le but de cette étude étant bien entendu d’améliorer la sécurité de la circulation partout où sont situés ces point délicats.

diapositive1.jpgdiapositive2.jpgdiapositive3.jpgdiapositive4.jpgdiapositive5.jpgdiapositive6.jpgdiapositive7.jpgdiapositive8.jpgdiapositive9.jpgdiapositive10.jpgdiapositive11.jpgdiapositive12.jpgdiapositive12.jpgdiapositive13.jpg

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

coulées de boues: Chuzelles et Seyssuel seront indemnisés

La préfecture de l’Isère nous informe que par arrêté interministériel du 10 janvier 2008 publié au Journal Officiel du 13 janvier 2008, les communes de CHUZELLES et de SEYSSUEL (arrondissement de Vienne, canton de Vienne nord) ont été déclarées en état de catastrophe naturelle au titre des inondations et coulées de boues survenues le 21 août 2007.

Les sinistrés disposent en conséquence d’un délai de dix jours à compter de la date de publication de l’arrêté interministériel, pendant lequel ils devront déposer auprès de leurs compagnies d’assurance (si cela n’a pas encore était fait) un état estimatif de leurs pertes afin de bénéficier du régime d’indemnisation prévu par la loi.

Au titre du même arrêté, la commune de MEYLAN (arrondissement de Grenoble, canton de Meylan), quant à elle, n’a pas été reconnue en état de catastrophe naturelle pour les inondations et coulées de boue du 29 au 30 août 2007.

Catégorie assuranceCommentaires fermés

Panier de la ménagère: l’analyse de “Familles rurales”

Les résultats 2007 de l’Observatoire des prix réalisé par « Familles Rurales » mettent en évidence un ralentissement dans la hausse des prix par rapport à l’année 2006. Si cette augmentation est mesurée, elle reste contrastée. Les produits « 1er prix » constituent la première cible pour les distributeurs.

Les prix évoluent différemment selon :
-le type d’enseigne : les hausses sont plus élevées dans les hypermarchés (jusqu’à 8 % d’augmentation pour les produits « 1er prix ») que dans les supermarchés.
-le département : le Finistère est le département où les prix des panels sont les plus élevés. Le Nord se distingue sur le panel « 1er prix » avec un prix moyen largement supérieur aux autres départements. Les écarts entre départements se creusent depuis 2006. Sur le panel « marques de distributeurs », une différence de plus de 40 € est constatée entre les départements. Le prix moyen du panel « grandes marques » varie d’environ 26 € entre le Finistère et les Landes. 18 départements se situent dans une fourchette de prix de 12 euros : entre 155 et 167 €. L’Isère et la Drôme se situent parmi les départements les plus chers, dans ce domaine, avec respectivement 173,57 € et 171,81€.

Les famille modestes sont les plus touchées
Les produits MDD -marques de distributeurs- (entre 2 et 4 % d’augmentation en 2007) et « 1er prix » ( jusqu’à 8 % d’augmentation en 2007) vendus dans les hypermarchés tirent l’évolution des prix vers le haut. Les familles modestes, nombreuses, fragiles sont les premières touchées. Ce constat est renforcé par deux observations :
-la hausse annoncée des produits laitiers s’est répercutée, en premier lieu, sur les produits laitiers « 1er prix » (jusqu’à + 6%).
-l’augmentation des cours du blé s’est traduit en 2007 par des hausses du prix des pâtes, surtout sur les pâtes « 1er prix » ( entre 6 et 27 %).

L’Observatoire montre que les consommateurs les plus pauvres, qui achètent des produits « 1er prix » ou MDD, connaissent en priorité une dégradation de leur pouvoir d’achat. Un encadrement des prix pour ces deux catégories de produits est à envisager afin de les protéger.

Catégorie consommationCommentaires fermés

“bon St antoine, donne-nous des truffes en abondance”

Le syndicat des trufficulteurs de l’Isère va fêter ses 20 ans d’existence à St-Antoine-l’abbaye. Nous serons dimanche 20 janvier. Le choix de cette commune ne s’est pas fait au hasard. Le bon St Antoine n’est autre que le grand patron des charcutiers et des rabassiers (trufficulteurs)

Qui est l’abbé St Antoine l’Abbé ?
Un saint lourd de symboles et d’histoire avec ses attributs et ses caractéristiques : le cochon, le livre, la clochette, le Tau, l’aube sombre à capuchon, le chapelet de bois.
Le saint aurait subi « les tentations » dont celle de la nourriture, alors qu’il était ermite dans le désert égyptien. L’ordre des moines de St Antoine rayonna sur l’Europe au moyen âge, à travers 380 hôpitaux, précepteries et hostelleries, grâce auxquels il apportait aide, soins et nourriture aux malades. L’ordre est à l’origine de la médecine et la chirurgie occidentale (nombre de vieux hôpitaux possèdent un pavillon « St Antoine »).
Lieu de pèlerinage très couru au moyen âge, les premiers chrétiens à manger du cochon l’on fait, nourri par ces moines hospitaliers dans le sens premier du terme.
Ainsi St Antoine l’Abbé, appelé aussi le grand, l’Egyptien ou l’ermite, est le patron des charcutiers et des rabassiers (trufficulteurs).
Il est de tradition en Provence que les trufficulteurs organisent une fête de la truffe en hommage à St Antoine, donc aux alentours du 17 janvier.

Saint-Antoine-l’Abbaye stantoine2.jpg
Un village de l’Isère qui a gardé son fort caractère médiéval, sur les bords de la Drôme, niché à l’entrée des Chambarans. Cet ancien siège de l’ordre des moines de St Antoine a été relativement préservé car il a été oublié une bonne partie du XXe siècle.
Progressivement, il est restauré et il redécouvre sa propre histoire : une destinée européenne, un lieu d’accueil, de pèlerinage et de tradition, mais aussi de manifestations comme la foire de la St Antoine. Dans la première partie de ce XXe siècle, elle réunissait un très grand nombre de colporteurs du Dauphiné et d’Ardèche, mais aussi des maquignons et des maraîchers. Les marchands ambulants, les paysans, les éleveurs, les vignerons, les charcutiers, les citadins, tous se retrouvaient chaque année en ce milieu du mois de janvier pour un grand marché qui couvrait tout le bas du village.
La Truffe et Saint Antoine :
La « Tuber Melanosporum » ou « rabasse » en provençal pousse principalement au pied de chênes truffiers, mais aussi d’autres essences : noisetiers, tilleuls, charme etc.. . Elle est récoltée de novembre à mars et vendue sur nombre de marché et foire. Elle est fêtée à l’occasion de la St Antoine par des marchés, des messes, des cérémonies de confréries.

melano2.jpg

L’occasion de célébrer le Diamant Noir.

La prière qui rend hommage à Saint Antoine le Grand, patron des trufficulteurs est la suivante :

« Bon Saint Antoine, donne-nous des truffes en abondance »

Catégorie trufficultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2008
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+