Archive | 05 février 2008

La Coordination rurale choquée

Alors que le Sénat a ouvert cet après-midi le débat sur le projet de loi relatif aux organismes génétiquement modifiés, la Coordination Rurale se déclare choquée par les amendements à la loi OGM déposés mardi par la Commission des affaires économiques du Sénat visant à instaurer un fonds d’indemnisation pour les dégâts causés par les OGM. Ce fonds serait alimenté par des agriculteurs ayant cultivé des OGM. La CR, syndicat représentatif d’agriculteurs, totalement indépendant de toute organisation économique, réfute énergiquement l’affirmation du rapporteur de cette loi selon laquelle cet amendement proviendrait de « la profession agricole ». D’ailleurs le rapporteur a omis d’entendre l’avis de la Coordination Rurale sur l’ensemble de ce projet.

« Ce n’est pas aux producteurs de prendre la responsabilité du risque OGM en lieu et place des assureurs qui refusent, pour l’instant, d’assurer un risque qu’ils n’identifient pas précisément », souligne la CR, opposée à la mise en place d’un tel fonds. « Imaginerait-on des concessionnaires automobiles obligés d’alimenter un fonds de garantie pour couvrir les conséquences des défauts des voitures mal fabriquées par leur constructeur ? De la même manière que cette responsabilité incombe au fabricant automobile, elle devrait en matière d’OGM incomber aux sociétés semencières ».

Pour la CR cette proposition va à l’encontre de l’objet de la loi elle-même qui veut organiser la coexistence des filières. Si cette coexistence est possible, alors pourquoi prévoir un fonds d’indemnisation ?

Le débat se poursuit au Sénat les 7 et 8 février.

Catégorie OGMCommentaires fermés

Eliane Giraud à l’honneur

Éliane Giraud, conseillère régionale déléguée à l’Agriculture, au Développement rural et aux Parcs naturels régionaux, a été nommée au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur dans la promotion de début d’année annoncée le jeudi 31 janvier au Journal Officiel. Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, a associé l’ensemble des conseillers régionaux pour la féliciter.

eliane-giraud.jpg

Une implication majeure au sein des parcs naturels régionaux de France
Vice-présidente du Parc naturel régional de Chartreuse de 1998 à 2001 puis Présidente du Parc naturel régional de Chartreuse depuis 2001, elle s’est illustrée par la mise en place d’une politique active pour la filière bois en Chartreuse avec un accompagnement des sylviculteurs, la création de routes forestières, et le développement de pôles d’excellence rurale.
Dans le cadre de la Fédération des parcs naturels régionaux de France dont elle est membre du bureau, elle a été chargée du Forum sur la Biodiversité et des relations entre la FNPNR et l’Association des Régions de France pour la mise en place du document signé par l’Etat, l’ARF et la FNPNR sur les Parcs régionaux à l’occasion des 40 ans des parcs régionaux.

Une action reconnue dans le domaine de l’agriculture et du développement durable
Conseillère régionale déléguée à l’Agriculture, au Développement rural et aux parcs naturels régionaux, Éliane Giraud a mis en œuvre un plan régional pour l’agriculture et le développement durable s’appuyant sur trois grands axes : un soutien aux hommes et aux femmes ; un soutien aux filières grâce à la mise en place de contrats d’objectifs et un soutien aux territoires par les projets stratégiques agricoles et de développement durable.

C’est à la suite d’une période de dialogue et de concertation de trois mois au sein d’une Conférence régionale pour l’agriculture qu’elle a contribué à faire émerger ce plan régional. Celui-ci compte 25 mesures et vise à la mise en valeur d’une agriculture de qualité mais aussi à accompagner la politique forestière et le pastoralisme.

Son parcours

Diplômée de Sciences économiques, Eliane Giraud devient responsable du service communication de la Ville de Saint-Egrève en 1978. Elle a occupé par la suite les fonctions de Chef de Cabinet puis directrice Générale des Services de la Ville de Saint-Martin-le Vinoux (38). Elle a ainsi participé au lancement d’une politique de développement social urbain centrée sur la citoyenneté et a contribué à la mise en place d’un projet ambitieux de requalification urbaine de la ville.

Élue conseillère régionale en 1998 et réélue en 2004. Elle a été présidente de la commission régionale habitat – politique de la ville – sport – santé de 2001 à 2004.



Catégorie zoomCommentaires fermés

Pourquoi Brion est mobilisée

Pour bien comprendre la mobilisation des habitants de la commune de Brion, il faut savoir que la décharge serait située à 600 mètres du centre village : « Au-dessus de nos têtes ». Pour le maire Jean-François Meary-Dubois, cette situation est intolérable.

Brion, petit village rural de 140 habitants est accroché sur les pentes du col des Toutes Aures.  » On a tout fait pour garder un cadre de vie agréable, on a même réussi à conserver l’école et un accueil périscolaire avec une cantine à Brion. Mais depuis l’annonce de cette décharge, nous sommes tous perturbés. Cette décharge sera certes située sur la commune voisine de Roybon mais son centre d’exploitation sera distant de 7 kilomètres du village. Par contre, il sera en limite de notre commune. Nous serons donc les premiers à bénéficier des nuisances causées par cette décharge. »

brion3.jpg

Parmi ces nuisances, on peut citer les rondes incessantes des camions : « On en annonce 50 par jour « , les odeurs, les poussières, « surtout en périodes ventées », sans oublier la pollution de l’eau. « Ce versant des Chambaran et le berceau d’importantes sources d’eau qui alimentent Brion mais également les communes voisines de la plaine de Bièvre. Plus de 4200 personnes sont concernées. A cela, il faut bien sûr ajouter une quarantaine de sources privées. Il ne faut pas se leurrer, à moyen terme celles ci seront touchées par les jus de la décharge ».

brion4.jpg

Cette dernière, qui devrait s’étaler au final sur 80 hectares sera située sur des terres couvertes aujourd’hui de belles forêts domaniales  » qui sont très recherchées par les promeneurs, les citadins, le chasseurs et les ramasseurs de champignons. Entre la décharge et le Center Parc, c’est notre forêt que l’on décapite !  »

Center Parc, le mot est lâché : »Beaucoup de questions se posent autour de ce centre de loisirs, verra t-il le jour si une décharge est construite à proximité… cette dernière est elle prévue pour avaler les déchets du Center Parc… »

Les Brionnais sont mobilisés et ils ne baisseront pas les bras : « On se battra jusqu’au bout. La non participation des Brionnais aux dernières élections législatives a été un formidable coup médiatique, il en faudra d’autres pour se faire entendre. »

brion2.jpg

Quoiqu’il en soit, cette décharge laissera des traces, le maire actuel et son conseil, usés moralement, ont décidé de laisser la place à une nouvelle équipe. Elle sait déjà qu’elle a un imposant dossier qui l’attend.

brion1.jpg

Catégorie décharge en ChambaranCommentaires fermés

Un comité de pilotage pour les PCB

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports et la Secrétaire d’État chargée de l’Écologie, installeront demain le premier comité de pilotage national pour les PCB (polychlorobiphényls ou pyralènes sont des dérivés chimiques chlorés, regroupant 209 substances apparentées). Outre les ministères concernés, le comité associera les différentes parties prenantes à la réflexion : élus, associations de protection de l’environnement, pêcheurs professionnels et amateurs, industriels, organismes de recherche et d’expertise.
Cette première réunion doit permettre de partager l’état des lieux des connaissances sur la pollution par les PCB dans les rivières, mais surtout d’informer sur les actions mises en œuvre par l’Etat.

Depuis la découverte, en 2005 dans le cadre du plan de surveillance de la qualité des aliments, de teneurs élevées en PCB dans des brèmes prélevées dans le Rhône, les services de l’Etat ont mis en œuvre un plan spécifique de contrôle sur le fleuve Rhône. Les analyses de poissons et de sédiments ont été multipliées en 2006 et 2007 pour délimiter la zone contaminée sur ce fleuve, conformément aux recommandations de l’agence française de sécurité sanitaire des aliments.

Suite à la mise en place par Nathalie Koscisuko-Morizet du comité de pilotage sur le fleuve Rhône le 10 octobre 2007, des analyses complémentaires ont été lancées sur l’ensemble de la France, notamment dans la Somme et la Seine et ont conduit le gouvernement à l’élaboration d’un plan national d’action.
Le gouvernement, particulièrement impliqué sur cette problématique, entend poursuivre son action en toute transparence. Il souhaite en particulier approfondir les évaluations des impacts écologiques, économiques (filière pêche en eau douce) et sanitaires des différentes pollutions et les plans d’action à appliquer pour répondre efficacement à ces enjeux.

Catégorie eauCommentaires fermés

Pour la défense du bien-être animal

Le Président de la République vient de demander à Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, de lancer un travail de réflexion sur la question de la protection animale, en y associant pour la première fois l’ensemble des acteurs impliqués de la société et les pouvoirs publics et rassemblant les cinq collèges suivants :
-les élus locaux et les parlementaires
-les représentants des secteurs professionnels concernés
-les représentants des organisations non gouvernementales concernées
-des scientifiques
-des représentants des ministères concernés

L’objectif est d’aboutir d’ici fin juin 2008 à un plan d’action de mesures concrètes recueillant le consensus des participants en s’inscrivant dans le cadre de nos engagements internationaux et communautaires.
La défense du bien-être animal constitue un enjeu majeur de notre civilisation moderne. La France doit relever ce défi, en conciliant la préservation de notre patrimoine culturel et religieux et la protection animale. Cet enjeu doit également tenir compte des réalités d’un développement économique durable.
Michel Barnier veillera à l’établissement d’un dialogue approfondi entre les différents participants au sein de groupes de travail qui seront constitués et installés au cours des toutes prochaines semaines.

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche et son équipe consulteront à cet effet dans les prochains jours les principaux responsables associatifs, professionnels et du syndicalisme agricole concernés.

Catégorie élevageCommentaires fermés

mondial des métiers

logo.jpglieu-dates-theme.jpg

La 12e édition du Mondial des Métiers en Rhône-Alpes, se déroulera du 7 au 10 février 2008 à Lyon Eurexpo.
Cette année encore, les visiteurs (élèves, enseignants, familles et demandeurs d’emploi) pourront partir à la découverte des métiers sur plus de 30 000 m2 pendant 4 jours pleins.

Pour cette 12e édition, les métiers qui recrutent seront une nouvelle fois mis à l’honneur avec une définition précise des besoins en recrutement dans notre région à moyen et long terme.

Pour la première fois, cette année, le Mondial des Métiers proposera un espace offre d’emplois dans les secteurs qui recrutent, répondant ainsi à une attente exprimée par le public « demandeurs d’emploi et adultes ».
Rendez-vous est donc donné avec l’ensemble des branches professionnelles pour des démonstrations grandeur nature permettant au public de manipuler, échanger avec les jeunes et les professionnels présents.

Des conférences et un espace dédié aux adultes et demandeurs d’emploi contribueront également à l’animation de cet événement aujourd’hui unique en France par sa taille, par la mobilisation des branches, des enseignants et des élèves et par l’éventail des démonstrations proposées
Retrouvez l’ensemble des informations et l’actualité du 12e Mondial des Métiers en Rhône- Alpes, sur le site internet : www.mondial-metiers.com.

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2008
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+