Catégorie | interview

Arnaud Fréchat: “Grâce à nouveaux.producteurs.com, on touche une autre clientèle”

Chez les Fréchat, on n’est pas agriculteur par hasard ou par défaut. « Nous sommes installés à Sardieu, à la ferme du Rival depuis plusieurs générations et c’est tout naturellement que j’ai pris la succession de mon père le 1 er janvier 2006″, annonce fièrement Arnaud.

cochon1.jpg

L’exploitation est uniquement basée sur l’élevage de porcs. 40 mères et leurs suites. L’exploitation est labéllisée bio. Cela signifie que l’alimentation est réglementée de même que les soins. Les antibiotiques, par exemple, sont bannis. « Nous sommes un peu des précurseurs car depuis 1966, nous utilisons le concept bio… »

Les porcs sont élevés en plein air, ils ne manquent pas d’espace et vivent de façon tout à fait naturelle. « Rien n’est fait pour les contrarier ». En moyenne, 6 porcs sont abattus par semaine, « quand ils sont au top ! « . Ceux-ci sont ensuite transformés sur l’exploitation de façon artisanale.

 » C’est mon père qui a assuré ce boulot pendant 20 ans. Il m’a tout appris et j’ai repris ses recettes pour fabriquer mes saucissons, saucisses, godiveaux, pâtés, terrines sans oublier les traditionnelles grillades. »

cochon2.jpg

La vente se fait sur les marchés bio de Meylan, le mercredi, de Tullins le vendredi après midi et de la place Hoche à Grenoble le samedi matin. Les produits sont de qualité et les clients sont fidèles. » Ils sont prêts à payer un peu plus cher la marchandise s’ils sont sûrs que celle-ci est irréprochable. Par contre, on nous rabâche que les produits bio sont plus chers, c’est sans doute vrai mais les coûts de production et de fabrication sont supérieurs à ceux pratiqués dans le traditionnel. Par contre, il m’est arrivé de trouver des produits en grandes surfaces à des prix plus élevés que les nôtres. Pour quelles raisons ? Tout simplement parce que nous n’avons pas d’intermédiaires. »

Pour reprendre une maxime célèbre, on dira que c’est livré directement du producteur au consommateur !

cochon-4.jpg

Depuis un an, les produits de la ferme du Rival sont distribués par les nouveaux producteurs.com. « J’ai trouvé le concept novateur, des responsables dynamiques et sérieux, ils ne cherchaient à vendre que des produits de qualité, bio de préférence. On a tout de suite accepté, d’autant plus que l’on ne prenait aucun risque. Ils nous passent commande par internet, viennent chercher la marchandise avec des véhicules frigos et ils livrent leurs clients dans la foulée. La fraicheur du produit est donc à son maximum, le porc étant abattu le jeudi, débité le lendemain et vendu dans la foulée. »

.cochon-3.jpg

Ce concept « me plaît bien car il permet de s’ouvrir vers l’extérieur, et la culture internet : c’est l’avenir. »

Grâce à nouveaux producteurs.com, Arnaud Fréchat touche une autre clientèle. « Une clientèle que je n’aurai pas eue. De plus, si au début, il a fallu un temps d’adaptation, aujourd’hui ça tourne bien et les clients sont de plus en plus fidèles et nombreux. Je suis ravi de cette collaboration et de livrer des clients qui n’ont pas la possibilité de se rendre sur les marchés pour acheter nos produits ».

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8548 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Un commentaire pour “Arnaud Fréchat: “Grâce à nouveaux.producteurs.com, on touche une autre clientèle””

  1. MONTOYA dit :

    Je fais partie des nouveaux clients via nouveaux producteurs. J’en suis ravie. les produits sont excellents et je n’ai pas à courir sur des marchés loin de chez moi (Nord isère). j’espère que l’aventure continuera longtemps…

Trackbacks/Pingbacks


Catégories

Archives

Agenda

mars 2008
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+