Archive | 03 juillet 2008

Stéphane Blohorn, parrain de la fête du bleu

La fête du bleu qui va se dérouler les 9 et 10 août à La Chapelle-en-Vercors, célèbrera notre fromage avec plus de passion encore que les années précédentes. Et pour cause: le bleu du Vercors Sassenage a obtenu l’AOC en 1998, il y a juste 10 ans.

La tradition veut que chaque fête soit parrainée par un grand défenseur de notre gastronomie, de nos fromages. En cet anniversaire, les responsables de cette manifestation n’ont pas longtemps hésité. Ils ont proposé à Stéphane Blohorn d’être l’ambassadeur privilégié de la fête du Bleu.
Ce dernier acceptant cette mission avec un enthousiasme rare.

about-1-1.jpg

Stéphane Blohorn a racheté, fin juin 2005, à l’âge de 34 ans, la maison Androuët et il continue l’oeuvre qui a fait la renommée de cette maison dans l’univers des fromages. Il perpétue donc une grande tradition française de l’excellence.

Son rêve: faire en sorte que la diversité et la richesse gastronomique de nos fromages soient transmises aux nouvelles générations…

Pour se convaincre de la passion que porte le maître pour les fromages, il suffit de lire son intervention au sénat, ou il est venu défendre la valeur identitaire et culturelle du fromage, comme ambassadrice de la créativité française.

« Aujourd’hui, ce sont plus de 1000 variétés de fromages qui représentent la créativité de notre pays et donnent toute sa dimension à notre civilisation. Cette richesse n’existe dans aucun autre pays du monde. Par exemple le fromage était totalement étranger à la civilisation japonaise. Pourtant, les Japonais sont aujourd’hui parmi les plus gros importateurs de fromages fermiers français, ce qui prouve qu’ils s’intéressent autant à ce patrimoine vivant qu’à nos châteaux ou à nos musées.

Par ailleurs, les phénomènes de la transhumance pastorale ou de la montée en estives, cultivés comme un art de vivre, témoignent du tissu communautaire de la production fromagère. Les très nombreuses fêtes villageoises, rites et traditions populaires autour du fromage sont également une preuve évidente du rôle actif de la production fromagère pour maintenir les liens dans nos sociétés modernes de plus en plus individualistes ».

La fête du bleu entre bien dans ce cadre.

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Concours Mieux Vivre en Milieu Rural

Avec quelques camarades ou amis, au sein d’un petit groupe (min. 3 pers.) vous avez développé un projet qui reste à mettre en oeuvre. La MSA peut vous aider à le réaliser en vous apportant un soutien technique et financier. Pour ce participez au Concours Mieux Vivre en Milieu Rural.

msan1.jpg

msa-n2_jeunes_2008.jpg

msa-n4.jpg

Catégorie msaCommentaires fermés

La Banque Populaire des Alpes finance la 1ère installation photovoltaïque

logobp_068.jpgLa Banque Populaire des Alpes finance la 1ère installation photovoltaïque dans une exploitation agricole des Hautes-Alpes.

banque-pop.jpg

Très impliquée dans le domaine du développement durable, la Banque Populaire des Alpes a récemment accompagné le projet du Gaec des Nicolas à Buissard (05500) : un investissement en panneaux photovoltaïques sur bâtiment agricole.
C’est une 1ère dans le département des Hautes-Alpes : L’action combinée de la Chambre d’Agriculture, de la FD Cuma et du Conseil Général permet aujourd’hui à l’exploitation du Gaec des Nicolas d’être équipée de 225 m2 de panneaux photovoltaïques.
Solutions de production d’énergie solaire participant à la protection de l’environnement, les panneaux photovoltaïques convertissent la lumière en électricité via des composants électroniques.
Par cet investissement, le Gaec des Nicolas, va générer une production d’électricité propre de 35 000 kwh par an !

banque-pop2.jpg

l’ensemble des acteurs économiques du département des Hautes-Alpes (institutionnels, professionnels du bâtiment, organisations agricoles, Banque Populaire des Alpes) est réuni autour des associés du Gaec des Nicolas.

Persuadée que l’investissement dans le développement durable n’est pas qu’une question d’image, mais aussi un moyen de faire des économies d’énergie et d’assurer le confort de tous au travail, la Banque Populaire des Alpes développe depuis plusieurs années déjà, des offres spécifiques pour les investissements écologiques :
- à destination des professionnels et les Pme avec les prêts « Provair » et « Provair Plus »,
- à destination des particuliers avec le produit d’épargne « Codevair », labellisé Finansol, avec les prêts « Prévair » et « Prévair Plus » pour les investissements immobiliers neufs ou rénovés.
A noter aussi que la Banque Populaire des Alpes s’est également dotée en interne d’un plan de développement durable.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Décharge de Cessieu: réaction du président de l’A.V.E.C

Suite à l’interview du préfet concernant la décharge de Cessieu, que nous publions par ailleurs, le président de l’A.V.E.C ( association de vigilance pour l’environnement de Cessieu), Christian Muet tient à réagir:

« Que veut dire le préfet en parlant de remarquable, a-t-il pensé à la zone humide et inondable sans doute encore moins de la nappe phréatique ?
Des 50000 m3 qui ne seront pas retenus lors de cru, aucune recréation de zone humide, car les mesures compensatoires sont à l’intérieur d’une zone humide existante.
Dans le dossier rien n’interdit les ordures ménagères, encore moins les mâchefers, aucune route déterminée et sécurisée.
La reprise de la décharge existante et son tri restent flous, avec la nature des déchets entreposés depuis toutes ces années, une grande partie devrait se retrouver en décharge de classe 1, car si c’est juste pour les transférer dans des nouvelles alvéoles, je ne vois pas l’intérêt surtout sans leur imposer du génie civil, car l’argile est peu présente le long du chemin de Mouchon, là où vont être effectués les premiers casiers
En conclusion, un préfet a-t-il le droit de passer outre les lois et de prendre en otage la population de Cessieu ? »

Catégorie déchetsCommentaire (1)

Cessieu: réaction de l’association Porte de l’Isère environnement

L’association Porte de l’Isère Environnement Isère a tenu à réagir face au projet d’extension de la décharge de Cessieu. Elle le fait après que ses membres aient pris connaissance du dossier d’enquête publique déposé en mairie de la commune. L’association s’est adressée au commissaire enquêteur par courrier. Nous nous sommes procurés la teneur de ce dernier que nous portons à votre connaissance.

Monsieur le Commissaire Enquêteur,
Des représentants de notre association ont consulté le dossier d’enquête publique en Mairie de Cessieu, ont rencontré l’association locale AVEC de Cessieu et ont échangé avec notre Fédération, la FRAPNA, qui suit l’élaboration de ce projet depuis plusieurs années. Après avoir examiné le projet proposé, notre association demande :
- que le projet d’extension du site soit refusé, le site en zone humide et inondable étant inadapté à l’accueil d’une décharge
- que l’Etat exige de Véolia la mise aux normes (comme prévu dans le projet présenté : sorti, tri, remise en casiers étanches avec collecte des lixiviats …) de la décharge existante, car Véolia a acheté ce site en connaissance de cause et l’a maintenu juridiquement en exploitation.
Si le projet serait néanmoins autorisé, nous demandons les précisions suivantes :
- création (en plus de la CLIS légale) d’une commission de suivi local impliquant les associations, sur le modèle de celle mise en oeuvre à l’initiative du Conseil Général de l’Isère pour l’incinérateur de Bourgoin-Jallieu.
- renforcement des « mesures compensatoires » pour destruction de zones humides. Une réelle « remise en eau » (zones humides), au-delà d’une sauvegarde de l’existant et du changement des modes culturales est à préciser pour la totalité des 15 ha de mesures compensatoires.

– intégrer les mesures compensatoires au projet global de restauration du Marais de la Tour en cours (communauté de communes Mesures compensatoires de ZAC, STEP ; RFF ligne ferroviaire …)
- assurer la compensation de la totalité des 75.000 m3 de capacité de stockage de crue décennale perdue, et ceci en dehors des espaces prévues en mesures compensatoires zones humides
- interdire l’accueil de mâchefers d’incinérateurs dans la décharge car ces matériaux ne sont pas à stocker en zone humide
- mettre en place des dispositifs pour garantir que les camions desservant le site arrivent par autoroute et n’utilisent pas la départementale (route de Lyon), ne traversent pas Cessieu (respect des interdictions de transit affichées)
- exiger la livraison des déchets dans des camions étanches et/ou couverts (pas de poussières).
Nous espérons, Monsieur le Commissaire Enquêteur, que vous pourrez tenir compte de ces remarques dans votre rapport et dans vos recommandations, et nous vous prions d’accepter l’expression de nos sentiments respectueux.

Laurent Schwartz,
Président de l’APIE

Catégorie déchetsCommentaires fermés

FCO: un cas de sérotype 8 dans l’Aveyron

Un nouveau cas de FCO de sérotype 8 a été confirmé dans le département de l’Aveyron, à Huparlac. La localisation de ce cas implique une extension des périmètres interdits dans les départements de l’Aveyron et du Cantal. A ce jour, 6 017 cas de FCO sont répertoriés en France pour l’année 2008 (dont 6 cas de FCO sérotype 1). 13 cas de FCO BTV8 de l’année 2008 sont issus de la circulation virale 2008.
Pour information : 15 569 cas de FCO déclarés en 2007 (dont 3 cas de FCO sérotype 1).

Petit rappel : la fièvre catarrhale ovine (FCO), également appelée maladie de la langue bleue ( »Bluetongue » en anglais), est une maladie virale, transmise par des insectes vecteurs du type Culicoides (moucherons). 24 sérotypes viraux différents sont répertoriés dans le monde. Les espèces sensibles à la FCO sont les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages.

Cette maladie n’affecte pas l’homme et n’inspire donc aucune inquiétude ni pour la population, ni pour le consommateur.

Jusqu’en 1998, la FCO était considérée comme une maladie exotique avec une répartition tropicale. Elle a alors fait son apparition au Sud de l’Europe (Grèce, Italie, Espagne, Corse) où plusieurs sérotypes ont été identifiés (1, 2, 4, 9 et 16). Un nouveau sérotype, le séroype 8, est apparu en 2006 dans le Nord de l’Europe (Allemagne, Belgique, Pays-Bas et France continentale) et s’est en 2007 largement répandu sur le territoire communautaire. L’année 2007 a également vu l’apparition du sérotype 1 en France continentale.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

Revenus 2007: de fortes disparités

La Commission des comptes de l’Agriculture de la Nation s’est réunie le 1er juillet  pour examiner les comptes de l’agriculture française pour l’année 2007. Les résultats confirment très largement les prévisions du mois de décembre 2007. Le revenu net d’entreprise agricole par actif non salarié progresse de 17 % en termes réels par rapport à 2006. Cette seconde année de hausse permet au revenu agricole de retrouver, après sept ans de baisse, son niveau de 1998. Il se situe à plus du double de la moyenne des pays européens, si l’on retient le résultat agricole par actif, indicateur utilisé pour les comparaisons européennes.
Ces résultats favorables s’expliquent avant tout par la forte progression de la valeur de la production agricole de 5,7milliards d’euros. Près de 80% sont imputables à la hausse des prix des céréales, des oléagineux et des protéagineux. Les prix des vins s’améliorent également, mais dans une moindre mesure. Les prix des bovins et des porcs sont en baisse.
L’année a également été marquée par la reprise de la hausse des coûts de production avec une augmentation des prix des engrais de 5% et des aliments composés pour animaux de 15,9%.
Ces évolutions génèrent des disparités importantes pour le revenu des entreprises agricoles selon leurs spécialisations :

- le revenu des exploitations de grandes cultures augmente en moyenne de 71 % avec une progression élevée pour les producteurs de céréales, oléagineux et protéagineux et moindre pour les autres productions en raison des baisses de prix des pommes de terre et des betteraves,
- le revenu se redresse en viticulture grâce à un assainissement du marché, mais le revenu des viticulteurs en vin de table reste inférieur de 60% au revenu agricole moyen,
- le revenu des éleveurs est lourdement affecté par la hausse du coût de l’alimentation animale avec une baisse en élevage bovin allaitant de 24,7 %, de 32% en élevage ovin et de 38,4 % dans l’élevage hors sol avec une situation particulièrement difficile en production porcine. L’élevage laitier connaît une situation plus favorable avec une progression du revenu de 2,5 %, conséquence de la hausse de prix du lait.

Pour Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la pêche, l’année 2007 est l’année de tous les contrastes. L’augmentation du prix de certaines matières premières agricoles sur les marchés mondiaux génère une amélioration du revenu pour certains et constitue une charge pour d’autres. Ce sont les éleveurs qui paient le prix le plus lourd. Le bilan de santé de la PAC qui sera conclu sous présidence française doit être l’occasion à la fois de prendre en compte la réalité des marchés marquée par leur volatilité et de réorienter les soutiens.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Méaudre: le bio pour tous

Comme elle le fait depuis l’an 2000, la commune de Méaudre sera ce week-end à l’heure du bio (voir nos articles précédents). En complément de la foire où vous trouverez une centaine d’ exposants, dans des domaines aussi variés que l’alimentation, l’habitat, l’habillement, l’hygiène et la santé, l’office de tourisme a peaufiné un programme d’animations pour les petits et les grands.

affiche-foire-bio-2008.jpg

Programme de dimanche 6 juillet

10h/12h : « aux mille saveurs et merveilles de nos aliments», proposé par Caroline, animatrice au centre «le bois de lune», Précotel à Méaudre (rendez- vous à l’espace enfant). Plusieurs ateliers seront proposés aux enfants pour découvrir ce qui se cache derrière le mot «bio». Les différents éléments qui composent le repas : une approche par les sens pour découvrir leurs multiples saveurs.

10h30 : conférence «du bioclimatisme à la construction saine et ressourçante» par Yves Capelle, architecte biogéologue, concepteur de constructions saines, basse consommation d’énergie. Pourquoi construire sain? Géobiologie et énergies, les champs électromagnétiques, orientations des constructions et mesures du lieu.
10h30/12h30: Initiation à la biodanse avec Viviana Ricciardi (salle des sports). Envie de prendre un moment pour soi, de bouger en liberté, de se sentir bien dans son corps, de s’amuser et se détendre ? Un parcours d’épanouissement personnel à travers le mouvement. Gratuit. Inscription à l’OT au 04 76 95 20 68.

11h30 : concert de la chorale « la clef des chants ».

12h : apéritif pour fêter la naissance de la coopérative artisanale «maisons bio-passives en Vercors» : groupement d’artisans ayant vocation à construire des maisons respectueuses de l’homme et de son environnement (stand sur la foire). Démarrage des premières constructions le 1er semestre 2009.

14h-15h : « jeu recycle »proposé par Claudine, ambassadrice du tri à la Communauté commune du massif du Vercors (espace enfant).

15h : « Salsifis au pays des crasses tignasses »présenté par l’association les Arts verts. Spectacle ludo-éducatif sur le thème de l’équilibre alimentaire et de notre société de consommation (salle des fêtes). « Maintenant qu’il est suffisamment grand pour quitter ses parents, Salsifis, le petit renard, part à la recherche d’un nouveau territoire. Il va
devoir apprendre à être malin comme un renard pour déjouer les pièges de ce monde où tout est si amusant et facile à consommer. Mais cela peut cacher de gros dangers ! »

16h : conférence « une installation électrique de qualité biotique » animée par Pierre Joanin, électrotechnicien (site en cours : www.alternatif- elec.com).
- Les pollutions électromagnétiques générées par notre installation électrique par les appareils branchés, mais aussi par le voisinage : mesures & solutions.
- L’éco-éclairage : basse consommation & qualité de l’éclairage artificiel.
16h à 17h : « jeu recycle » proposé par Claudine, ambassadrice du tri à la communauté commune du massif du Vercors (espace enfant).

Demain nous vous communiquerons d’autres informations sur cet événement. Vous pouvez aussi le consulter sur infos@meaudre.com

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

AG des communes forestières

L’Association des Communes Forestières de l’Isère fédère 130 communes. L’association, présidée par Guy Charron, fait partie de l’Union Régionale des Communes Forestières Rhône-Alpes et de la Fédération Nationale des Communes Forestières. Elle organise son assemblée générale le mardi 8 juillet  à la Mairie de Seyssinet-Pariset de 18h à 20h30.

Au programme :

18h-19h, partie statutaire

19h-20h, questions d’actualité :
-  L’actualité forestière (Plan mobilisation FFI, Grenelle de l’environnement…)
- Le marché du bois. Intervention de M. Jean-Pierre Viguier, Directeur de l’Agence ONF de l’Isère

20h, Fin de l’Assemblée Générale et Apéritif d’honneur.

Catégorie forêtCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2008
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+