Catégorie | viticulture

Vente de vin sur le net: les producteurs s’impatientent

Dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 19/06/2008 , M. André Vallet (Bouches-du-Rhône- UC-UDF) attire l’attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur les limites de toute publicité sur le vin. Il lui rappelle qu’actuellement, toute évocation du vin, sous quelque forme que ce soit, y compris un article de presse, est considérée comme un acte publicitaire.

Il lui indique par ailleurs, qu’Internet n’est pas un support de communication autorisé pour les boissons alcoolisées alors que son développement est bien postérieur au vote de la loi. Il lui indique également que, de par cette interdiction, il est impossible aux producteurs de vin français de vendre leur production sur Internet, comme le font pourtant leurs concurrents étrangers. Dès lors, il lui demande si elle envisage d’adapter le code de la santé publique aux nouveaux moyens de communication.

Réponse du Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative publiée dans le JO Sénat du 21/08/2008

L’interdiction de publicité en faveur de l’alcool par le biais d’internet a été rappelée dans une ordonnance de référé du 8 janvier 2008 du tribunal de grande instance (TGI) de Paris et confirmée en appel le 13 février 2008. En effet, la loi Évin, intégrée à l’article L. 3323-2 du code de la santé publique, fixe une liste limitative des supports autorisés pour la publicité en faveur des boissons alcooliques, sur laquelle ne figure pas internet.

Au regard du poids croissant d’internet dans la publicité, et pour répondre à la question spécifique de la publicité sur le vin et les autres boissons alcooliques au travers internet, le Gouvernement a décidé, dans le cadre du plan de modernisation de la viticulture, de mettre en place « un groupe de travail entre les différentes parties, qui appréciera avant l’automne 2008 l’opportunité et la nécessité de faire évoluer le cadre dans lequel s’inscrit la publicité pour les boissons alcoolisées, au regard des nouveaux modes de communication (internet), dans le respect de nos objectifs de santé publique ».

Ce groupe de travail, coordonné par les cabinets des ministères chargés de la santé et de l’agriculture, a pour mission d’élaborer des propositions à caractère technique, qui doivent être soumises au Gouvernement prochainement, afin d’actualiser le code de la santé publique, au regard d’un moyen de communication nouveau, internet, tout en respectant l’esprit de la loi Évin. Cette reconnaissance d’internet comme support autorisé doit ainsi s’accompagner de précautions particulières liées à l’utilisation massive de ce moyen de communication par les jeunes, population par ailleurs sensible aux pratiques d’alcoolisation ponctuelle massive. Les conclusions du groupe de travail devront donc notamment respecter l’esprit de la loi Évin dans sa dimension de protection des jeunes.

La crainte de majorer les conduites d’alcoolisation des jeunes en cas d’une libéralisation non encadrée de la publicité en faveur de l’alcool sur internet est en effet fondée. Elle s’appuie sur la littérature scientifique qui montre le fort impact de la publicité sur les comportements d’alcoolisation. La nécessité de protéger les jeunes d’une consommation précoce d’alcool s’impose à tous et est un impératif.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2008
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+