Archive | 25 août 2008

Une collecte toujours dynamique

Après une forte croissance de plus de 6 % au mois de mai 2008, la collecte laitière poursuit sa dynamique en juin 2008 et progresse fortement (+ 5,2 %) par rapport à juin 2007 selon les derniers résultats de l’enquête mensuelle laitière Office de l’élevage/SSP. Cette forte production est liée d’une part, à la productivité du cheptel laitier français qui a largement bénéficié de concentrés durant l’hiver et qui profite actuellement de bonnes réserves herbagères, et d’autre part, à un troupeau plus nombreux. Face à un prix du lait attractif, les producteurs ont en effet retardé la mise à la réforme des vaches laitières les plus âgées.
Fin juin 2008, le taux de matière grasse se situe à 40,05 g/l au même niveau que celui observé en juin 2007. En cumul depuis le début de la campagne 2008/2009 il s’élève à 40,54 g/l, légèrement au-dessus du niveau observé à la même période de l’année précédente (+ 0,23 g/l). D’avril à juin 2008, la collecte de lait corrigée de la matière grasse progresse de plus 5 % par rapport à la même période de la campagne précédente.
Le déficit du quota est estimé fin juin aux alentours de 350 milliers de tonnes, accentué par l’augmentation de la référence de 2,5 % pour la nouvelle campagne 2008/2009.
Au cours du mois de juillet 2008, la collecte laitière reste dynamique. Elle progresse de plus de 3 % par rapport à juillet 2007, selon les derniers sondages hebdomadaires de l’Office de l’élevage.
Dans les autres principaux pays producteurs de lait de l’Union européenne, la collecte laitière marque le pas. Elle retrouve le niveau du printemps 2007. En Allemagne, une grève concernant les livraisons de lait, organisée par un syndicat d’éleveurs laitiers, s’est traduite par une chute de près de 5 % de la collecte printanière.

source: Agreste

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Abergement Clémencia: finale régionale de labour

Samedi 30 et Dimanche 31 Août à l’Abergement Clemencia (Ain) est organisée la fête de l’agriculture avec en point d’orgue la finale régionale de labour.

L’agriculture ne cesse d’intéresser et d’attirer le grand public. Dans ce contexte, les organisations syndicales affirment plus que jamais leur volonté de communication, notamment en organisant la traditionnelle Fête de l’agriculture.

Cette manifestation est une action de communication d’envergure car elle rassemble l’ensemble du milieu agricole du département et le grand public sur un même site. L’objectif est de favoriser l’échange et le dialogue entre professionnels et population locale pour faire découvrir et comprendre l’agriculture d’aujourd’hui.

affiche_frl_reduit.jpg

Programme

 

SAMEDI et DIMANCHE:

·  8h30 – Début des essais de labour

·  10h – Début des animations

·  10h30 – Coup d’envoi de la Finale de Labour: samedi : finale départementale et dimanche : finale régionale

·  12h – Repas sous chapiteau

·  14h – Reprise du concours de labour

·  17h – Allocutions des élus et responsables agricoles

·  18h – Annonce des résultats et remise des prix

·  19h – Vin d’honneur

 

A noter que le dimanche, le ministre de l’agriculture sera présent de 11h à 15h.

 

Les finales de labour
Les concours de labour sont une tradition chez les jeunes agriculteurs qui organisent ces concours depuis 55 ans. Technique indispensable en agriculture pour permettre une bonne implantation des cultures, elle est devenue l’occasion pour les agriculteurs de développer leur savoir-faire en compétition.

Lors de la finale régionale, ce sont donc les meilleurs concurrents issus des 8 épreuves départementales de Rhône-Alpes qui s’affronteront pour accéder aux épreuves nationales (14 septembre à La Daguenière, à proximité d’Angers).


Les animations tout au long du week-end…

- Expo « De la terre à l’assiette »
- Mini ferme
- Marché fermier
- Démonstration d’agility
- Châteaux gonflables
- Quads pour les enfants
- Tours de poneys
- Exposition de matériel agricole actuel et ancien
-Tir à l’arc
- Stands des Organisations Professionnelles Agricoles

Restauration et Buvette
Pour répondre aux envies de tous…..
- A midi, repas sous chapiteau

- Restauration rapide : saucisse, frites, barbe à papa…

- Sur le marché fermier : pain, fromage, charcuterie, etc…

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Les commerçants en bestiaux inquiets

Dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 12/06/2008, M. Philippe Marini (Oise-UMP) appelle l’attention de M. le ministre de l’Agriculture et de la Pêche sur la situation économique des commerçants en bestiaux, dont l’activité subit les conséquences dommageables de l’épizootie de fièvre catarrhale ovine et de l’interruption des exportations à destination de l’Italie.
Il souhaite connaître les initiatives envisagées par le ministère de l’agriculture et de la pêche pour d’une part aider cette filière à faire face à une situation économique délicate et favoriser un retour rapide à des conditions d’activité normales, et d’autre part améliorer les instruments économiques de gestion de crise à disposition de l’État et des professionnels du monde agricole.

Réponse du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche publiée dans le JO Sénat du 21/08/2008

Plus de 20 000 nouveaux foyers de fièvre catarrhale ovine (FCO) sérotype 8 ont été recensés en France depuis le 27 juillet 2007. Près de 11 millions d’euros d’aides économiques sont mobilisés depuis un an pour venir en aide aux éleveurs face à cette crise. À cela s’ajoutent les indemnisations liées aux mortalités sur les exploitations et la mise en oeuvre d’un plan de vaccination sur l’ensemble du territoire.

Le commerce des animaux vivants a été perturbé durant le second semestre 2007 et le premier semestre 2008, notamment du fait de décisions des autorités italiennes concernant les conditions d’entrée sur leur territoire d’animaux provenant de zones contaminées par la FCO. Dans un contexte où la FCO connaissait en 2007 un développement très rapide, le ministre de l’agriculture et de la pêche a cherché à maintenir au maximum les flux commerciaux. Ainsi, dès le début du mois d’août 2007, les mouvements des animaux destinés à l’abattage ont pu être rétablis. Ensuite, un règlement communautaire entré en vigueur le 2 novembre a permis l’exportation d’animaux issus de la zone réglementée et de ce fait a facilité le départ, notamment vers l’Italie, d’animaux restés en surnombre dans la zone réglementée.

Il convient de noter que le marché italien a connu dès le début de l’année 2007, indépendamment des effets de la FCO, des évolutions défavorables au maintien des cours dont les niveaux étaient relativement élevés en 2006. En plus des aides réservées aux éleveurs, il a été décidé de prendre partiellement en charge les pertes enregistrées par les opérateurs commerciaux d’août à décembre 2007. Le dépôt des demandes a été réalisé durant le mois d’avril auprès des directions régionales de l’agriculture et de la forêt. L’enveloppe initiale de 3 millions d’euros a été portée à 6 millions pour faire face à l’importance des demandes reçues. L’aide versée, sous dispositif de minimis, sera calculée sur la base de la perte du chiffre d’affaires. L’instruction et le versement des aides sont assurés par l’office de l’élevage. L’Italie a déclenché un second embargo en mars 2008, interdisant l’accès de son territoire aux animaux non vaccinés. La vaccination des broutards destinés aux échanges est actuellement en cours, de façon à lever au plus vite les obstacles au commerce.

Catégorie élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

août 2008
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+