Archive | 02 septembre 2008

Un pôle bois n°2 en gestation

Patrick Chion, président de l’association FTBM (Forêts Trièves Beaumont Matheysine Alpes Sud-Isère) n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers. A peine la plateforme bois-énergie de Saint-Michel-les-Portes avait-elle été inaugurée (lire nos articles à ce sujet) qu’il pensait déjà à la suite, avec l’idée fixe de fédérer toujours davantage les acteurs de la filière pour mieux valoriser le bois du sud-Isère  et le vendre. C’est ainsi que « Bois des Alpes » a vu le jour. Une démarche unique de valorisation des bois du massif alpin (Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes) à travers la mise en place et la promotion de la marque collective de certification baptisée « Bois des Alpes ». C’était un deuxième pas de géant. Mais, pour Patrick Chion,  qui vise toujours loin, il reste encore un bout de chemin à parcourir -celui de la 3e transformation-  afin de pouvoir commercialiser dans les meilleures conditions du bois qualifié C30:

patrickchion2.jpg

Patrick Chion

« Pour passer à l’étape suivante, nous voulons connaître précisément les flux de bois utilisés par la troisième transformation, entre menuisiers, charpentiers, maisons à ossature bois, connaître les qualités de bois qu’attendent les utilisateurs, connaître le nombre de machines qu’il faut mettre en place pour satisfaire à ces demandes. Un budget d’1 million € est prévu pour l’investissement machines. Cette nouvelle unité, qui pourrait s’appeler le pôle 2, peut se situer à Saint-Michel-les-Portes ou à Vif. La décision n’est pas encore prise. En attendant, nous avons recruté une stagiaire, chargée de cette mission d’évaluation ».

Ce que souhaite précisément l’AFTBM, à travers cette mission:

- comprendre le fonctionnement actuel de la filière bois sur son territoire : partant du constat de départ que les utilisateurs de la 3ème transformation n’utilisent que rarement du bois local il est nécessaire de connaître les attentes de ceux-ci pour répondre à leurs besoins, et de les quantifier.

-  connaître l’intérêt des utilisateurs sur l’implantation sur le territoire d’une unité de rabotage, tronçonnage, qualification mécanique (Triomatic) et traitement biologique des bois par aspersion et s’ils souhaitent être des partenaires actifs,

-  connaître l’intérêt que les utilisateurs portent à la démarche « Bois des Alpes », et leur adhésion.

annadupleix2.jpg

Anna Dupleix

La stagiaire est une jeune ingénieure diplômée de l’Ecole Centrale de Nantes:  Anna Dupleix, 24 ans, Lilloise de naissance. Elle termine un Master de « Forest products technology » à l’université d’Helsinki, en Finlande. Cet été, elle a travaillé sur le Vercors en tant que chef de projet de valorisation du bois local pour la Communauté de communes. Elle a notamment mené une enquête sur les besoins quantitatifs et qualitatifs. Le Vercors, contrairement au Sud-Isère ou à la Chartreuse ne possède ni scieries ni séchoir. Un travail différent de celui qu’elle commence dans le Trièves. Son stage est de deux mois.

Son « job » s’articule autour de deux grands axes:

a) le recensement :

-    constitution d’une base de données des coordonnées des acteurs de la filière bois Alpes Sud-Isère et sud grenoblois de la 3ème transformation (menuisiers, charpentiers, fabricants de maisons à ossature bois, architectes et prescripteurs),
-     rencontre avec les acteurs de la filière bois du territoire et enquête au sujet de leurs besoins spécifiques en bois, de leurs attentes sur le développement de la filière,
-     analyse des données collectées, restitution des interwiews, compilation des données chiffrées sous forme graphique

b) les propositions d’orientation à suivre :

-      rencontre avec les acteurs,
-     comparaison  avec  la  situation  actuelle  sur  le  secteur  et  l’élaboration  d’une  solution appropriée.

« Si on est bons, on pourrait être en mesure de sortir du bois qualifié en mars », lance Patrick Chion, radieux à la pensée de cette perspective.

Pour franchir cette nouvelle étape, il faut une structure. Patrick Chion est en train  de jeter les bases d’une SCIC, société coopérative d’intérêt collectif, ouverte à tous les acteurs de la filière, propriétaires forestiers privés et publics (communes forestières), menuisiers, charpentiers, scieurs. « Je souhaite vraiment qu’ils  s’approprient cet outil », souligne t-il. Une initiative inédite, une de plus, à l’actif du président de l’AFTBM.


Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires (3)


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+