Archive | 03 septembre 2008

Chrysomèle du maïs: la FRAPNA dénonce la méthode de traitement

La FRAPNA s’élève contre le traitement chimique de la chrysomèle du maïs, dans l’Est lyonnais, par hélicoptère. Depuis  mercredi 27 août, un arrêté préfectoral met la profession agricole en demeure d’agir contre la chrysomèle du maïs, suite à la découverte de 8 de ces insectes courant août. « Comme trop souvent hélas, la réponse de la profession est disproportionnée puisque des traitements chimiques généralisés à l’aide d’hélicoptères sont prévus à compter de ce lundi 1er septembre, en dépit des risques pour les riverains et bien sûr pour l’environnement », précise la FRAPNA.

La chrysomèle du maïs est un petit insecte, un coléoptère, originaire d’Amérique. Cet été, comme l’an passé, des chrysomèles du maïs ont à nouveau été détectées dans les plaines de l’Est Lyonnais : 8 insectes capturés sur 3 placettes de suivi parmi un réseau de 600 points de capture et c’est toute la profession agricole qui vacille.

« Outre Atlantique, ni les OGM, ni la surabondance de pesticides n’ont jamais réussi à résoudre le problème. Pourtant, une solution existe : la rotation des cultures pour empêcher la reproduction de l’insecte! Malgré l’existence de cette solution, ce mercredi 27 août, une réunion d’information à l’attention des agriculteurs de l’Est Lyonnais annonçait la mise en place d’opérations de traitement par hélicoptères à la deltaméthrine, un puissant insecticide. Celles-ci pourraient intervenir dès le 1er septembre en dépit du fait que de telles méthodes de luttes agro-chimiques ont des conséquences sur la santé publique et sur l’environnement… Les riverains n’en sont d’ailleurs pas encore informés.
La deltaméthrine est un insecticide non sélectif c’est à dire qu’il détruit non seulement l’insecte ici visé, mais potentiellement l’ensemble des insectes présents dans les zones traitées : papillons, abeilles et autres espèces utiles. De telles méthodes d’un autre temps sont aujourd’hui inacceptables alors que l’abandon des traitements aériens figure dans les engagements du Grenelle de l’Environnement.
Par ailleurs, l’Est Lyonnais est une zone majeure pour l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération lyonnaise : les captages de Corbas, Marennes et Chassieu sont notamment proches des zones de traitement. Les exploitations biologiques du secteur de traitement sont également menacées de pollution et donc de déclassement de leur production ».

Dans ce contexte, la FRAPNA, Fédération Rhône-Alpes de Protection de la NAture, demande que l’on mette enfin en œuvre une vraie politique de diversification et de rotation des cultures dans les grandes plaines céréalières de Rhône-Alpes ainsi que des pratiques plus respectueuses des agriculteurs, des populations riveraines ainsi que de l’environnement. Ceci implique bien entendu le nécessaire et immédiat renoncement aux traitements pesticides par hélicoptères ainsi que la conduite d’une réflexion approfondie sur le devenir des liens entre agriculture et société, ainsi qu’entre agriculture et environnement…

Catégorie environnementCommentaires fermés

Sassenage, fête du fromage: programme copieux

Ce samedi 6 septembre débutera la 21ème foire du fromage et des produits du terroir. Cette manifestation organisée par la confrérie du bleu du Vercors Sassenage fait aujourd’hui référence au niveau des manifestations qui mettent en avant la gastronomie. Comme d’habitude le programme concocté par la confrérie est copieux. Il faut dire que les producteurs ont une nouvelle fois répondu présents. Justement au niveau des nouveautés, on peut citer le stand de sillon38.com associé au domaine de la Croix blanche, spécialisé en Côtes du Rhône.
Voici le programme de cette manifestation qui se déroulera à Sassenage, parc Sasso Marconi ce week-end.

Samedi 6 et Dimanche 7 Septembre
• A partir de 9 heures :
Exposition, dégustation, vente de produits du terroir.
Charcuterie, fromages divers, huitres, moules, fruits, légumes, confiserie, vins de Savoie, Bordeaux ,Côtes du Rhône, vente de bleu du Vercors-Sassenage, Champagne, dégustation de Vercouline (raclette à base de Bleu du Vercors-Sassenage) et Thioline (saucisse en gratin de pommes de terre au bleu).
Animation musicale.

Samedi 6 septembre

• 9 heures : ouverture de la fête du fromage
• 12 heures : Inauguration officielle.Possibilité de se restaurer sur place.
Diverses animations accompagneront le samedi après-midi.
• 18 heures 30 :
Cérémonie d’intronisation de diverses personnalités sur le site de la fête, parc Sasso Marconi
• A partir de 19 heures: nocturne  parc Sasso Marconi avec restauration proposée par les différents exposants.
• A partir de 21 h, spectacle et bal.

Dimanche 7 septembre
• 9 heures :
Ouverture de la fête, dégustation et vente des produits du terroir.
• 12 heures :
Apéritif musical et convivial. Restauration sur place.
• Après-midi :
Diverses animations prévues sur le site du Parc Sasso Marconi.
• 20 heures :
Clôture de la manifestation.

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Le SPACE, du 9 au 12 septembre à Rennes

Le SPACE, Salon professionnel des productions animales en France, est le rendez-vous incontournable pour toutes les entreprises du secteur de l’élevage au niveau mondial. Il se déroule tous les ans en septembre, pendant 4 jours, au Parc-Expo de Rennes.  SPACE 2008 aura lieu du mardi 9, jour de son inauguration officielle par le Premier minsitre, au vendredi 12 septembre, de 9h à 18h. Il accueille cette année 1264 exposants dont 358 internationaux.

vaches-beaucroissant07.jpg

Situé au cœur d’une des plus grandes régions d’élevage en Europe, il regroupe l’ensemble des acteurs français et étrangers impliqués dans les productions animales dans toute leur diversité : aviculture, cuniculture, lait, productions bovine, ovine et porcine.
Les exposants du SPACE sont tous des fournisseurs des éleveurs : alimentation et nutrition animales, bâtiments et équipements d’élevage, génétique, santé animale, manutention et transport à la ferme…

Le SPACE est un carrefour exceptionnel d’échanges et de contacts professionnels. En complément de leur visite des stands, les visiteurs pourront également :
- Assister à des conférences et des colloques de haut niveau.
- Prendre connaissance des résultats des travaux de la recherche grâce à la plate-forme Recherche et Développement.
- Assister à des concours, présentations (plus de 800 animaux), et ventes aux enchères d’animaux d’une haute valeur génétique. Plus de 600 bovins de 12 races différentes seront présentés dans le cadre du salon. Concours, présentations de descendances et vente aux enchères se succéderont sur le grand ring. Dix races ovines et caprines sont aussi engagées.

- Découvrir des élevages et unités agro-industrielles de la région, grâce à un programme spécifique destiné aux étrangers.

Catégorie foires/salonsCommentaires (2)

Ovins: l’avenir se jouera t-il à Limoges?

C’est demain que doit débuter à Limoges la conférence européenne sur l’avenir de l’élevage ovin en Europe. Plusieurs délégations de la Confédération paysanne ont rappelé aux pouvoirs publics ces derniers jours, la nécessité absolue de mettre en place sans délai une aide d’urgence et une cellule de crise nationale pour redonner espoir aux moutonniers.
Si le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, a annoncé, après son entretien avec la Confédération paysanne, une conférence avec l’ensemble des partenaires de la filière pour fin septembre, aucune avancée n’a été notée quant à l’enveloppe de 150 millions d’euros nécessaire pour venir en aide immédiatement aux éleveurs d’ovins viande.
« Les caisses de l’Etat sont vides », se bornent à répéter en chœur ceux qui ont décidé, à travers les différents cadeaux fiscaux, de ne pas les remplir, souligne la Confédération paysanne. « Nous rappelons qu’en 2005, le gouvernement n’a pas saisi les opportunités réglementaires permettant  de soutenir l’élevage ovin (article 69 notamment).
Toutes les solutions doivent être envisagées sans attendre : solidarité entre secteurs de production agricole, attribution prioritaire de DPU, mais aussi participation des acteurs de l’amont et de l’aval de la filière. Les sociétés importatrices de viandes d’agneau et la grande distribution qui réalisent depuis longtemps des profits énormes sur le dos des consommateurs et des producteurs, doivent être mises à contribution : à l’image de la « taxe poisson » mise en œuvre par le gouvernement en janvier 2008 pour alimenter le plan de soutien à la pêche, une « taxe ovin» pourrait être perçue auprès des opérateurs commerciaux, sur la vente de viande ovine ».

Pour la Confédération paysanne,  » la conférence européenne des 4 et 5 septembre à Limoges n’a de sens que si l’avenir immédiat des éleveurs peut être assuré. Sinon ils seront bien peu nombreux ceux qui pourront bénéficier d’une hypothétique réorientation des aides PAC à partir de 2010″.
Le syndicat maintient son appel à se rassembler le 5 septembre à Limoges afin de perturber le déroulement de cette réunion et de montrer la détermination et la mobilisation des moutonniers pour défendre leur revenu.

Catégorie ovinsCommentaires fermés

Fête de l’Albenc: l’agriculture au programme

Pour sa 12 ème édition le Festival de l’Avenir au naturel de l’Albenc (38) consacre une bonne partie de son programme de conférences-débats à des thèmes liés à l’agriculture. Ces rencontres ont lieu à la salle des Fêtes de l’Albenc. L’entrée est libre. Voici le programme:
- vendredi 5/9 à 18h: Les agro-carburants: le mirage du pétrole vert avec Fabrice Nicolino écrivain, journaliste à Terre sauvage, auteur de « La faim,La bagnole, le blé et nous » chez Fayard et Pierre Bertrand, auteur de « Huile végétale, un vrai biocarburant », aux éditions Terre Vivante.

pochon.jpg
André Pochon sera à l’Albenc samedi. Cet éleveur laitier à la retraite, installé en 1954, a combattu dès l’origine les méfaits de l’agriculture intensive. Depuis sa Bretagne, il invente ainsi, avec une poignée de collègues, la fameuse « Méthode Pochon » que tout agronome connaît, et qui, sur le terrain, permet de limiter les engrais grâce à des prairies de trèfle blanc

-samedi 6/9 à 16h30: Plaidoyer pour une agriculture durable: la malbouffe n’est pas une fatalité par André Pochon (ci-dessus), agriculteur breton à la retraite fondateur du Centre d’Etude pour une agriculture plus autonome, auteur du livre « Les Sillons de la colère »,  éditions La Découverte.
-samedi 6/9 à 18h: OGM: simple avancée technologique ou véritable choix de société avec Christian Velot, chercheur en génétique.
-dimanche 7/9 à 9h: Projection du film « Cultivons la Terre ». Pour une agriculture durable, innovante et sans OGM. Débat avec Yves François, président de Télé promotion rurale, Gérard Leras, conseiller régional et Chantal Gehin, présidente de l’Alliance.
-dimanche 7/9 à 13h : Quelles agricultures face au défi alimentaire mondial? avec Aurélie Trouvé, co-présidente d’ATTAC

Programme complet sur www.enisere.asso.fr ou au 04 76 36 50 10

Catégorie natureCommentaires fermés

Préserver l’eau vive de nos montagnes

C’est l’objectif affiché par Mountain Wilderness à travers l’exposition « Joindre l’inutile au désagréable… Eau vive, la face cachée de la petite hydroélectricité » qui se tient en ce moment à la Maison de l’Environnement de Grenoble jusqu’au vendredi 26 septembre.
Les espaces naturels d’eau vive, ruisseaux, torrents, rivières, sont une composante forte, essentielle, du paysage montagnard. De tous temps, les cours d’eau ont contribué au développement économique et social des vallées : ils sont recherchés par les pratiquants et les visiteurs comme source d’aventure, de contemplation, de bonheur et d’équilibre… Ils sont aussi reconnus par la loi sur l’eau comme des réservoirs de biodiversité.

Mountain Wilderness souligne que, pourtant, les derniers espaces d’eau vive sont en danger. L’association  s’est saisie de la question de l’aménagement des cours d’eau de montagne et a fait ce constat accablant : il ne resterait que 10 à 15 pour cent de linéaire de rivière de montagne encore non aménagés. L’association dénonce, entre autres, l’aménagement hydroélectrique du Rizzanese, superbe torrent de la montagne corse.

affiche-mnei.jpg

A l’heure du Grenelle de l’environnement où l’on considère l’électricité comme une énergie propre, Mountain Wilderness, au-delà des débats sur le nucléaire, apporte son regard sur l’hydroéléctricité. Cette production est extrêmement minoritaire et quelques efforts pour réduire la consommation globale pourraient épargner de nombreux cours d’eau.

A travers cette exposition originale et décalée, Mountain Wilderness souligne quelques paradoxes de la société actuelle où l’alimentation électrique d’objets absolument nécessaires à notre confort moderne (chauffe-pied éléctrique, réfrigérateur avec télé intégrée, etc) se fait au prix de l’aménagement hydroélectrique de nos montagnes.

A découvrir, avec beaucoup d’humour, à la Maison de l’Environnement, du 2 au 26 septembre.
Entrée libre du lundi au vendredi, 9h-12h / 14h-18h

Maison de l’Environnement – 5 place Bir Hakeim – 38000 Grenoble
Renseignements : 04 76 54 31 62 / info@mnei.fr

Catégorie eauCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+