Archive | 04 septembre 2008

L’art d’associer mets et vins

A l’occasion de la fête du fromage et des produits du terroir qui se déroule les 6 et 7 septembre à Sassenage, vous pourrez découvrir des mets et des vins prestigieux (voir nos précédents articles).
Comme indiqué, sillon38.com sera associé au domaine de La Croix Blanche qui propose des Cotes du Rhône  prestigieux.
L’équipe de sillon38. s’est prêtée au petit jeu consistant à associer les mets présents sur la foire aux vins que vous trouverez sur son stand. Voilà ce que cela donne

- Huîtres: blanc cépage Clairette

- Moules, sauce au bleu: blanc cuvée prestige ou même rosé

- Escargots: rouge cuvée 2004

- Ravioles: rosé

- Vercouline, thioline: blanc cépage Clairette ou rosé

-Fromages: le côte du Rhône village a une certaine préférence mais on dira que c’est en fonction des goûts de chacun….

Rendez vous est pris pour tester et faire ses choix…

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Les députés européens opposés au clonage d’animaux

Le Parlement européen demande l’interdiction formelle du clonage animal à des fins alimentaires dans l’UE. Les députés souhaitent aussi la mise en place d’un embargo sur les importations d’animaux clonés, de leur progéniture, et de la viande et des produits laitiers issus de cette filière.
Dans une résolution adoptée hier par 622 voix pour, 32 contre et 25 abstentions, le PE appelle la Commission européenne à « présenter des propositions interdisant les pratiques suivantes à des fins alimentaires » :

- le clonage d’animaux,
- l’élevage d’animaux clonés ou de leur progéniture,
- la mise sur le marché de viande ou de produits laitiers issus d’animaux clonés ou de leur progéniture, et l’importation d’animaux clonés, de leur progéniture, de leur sperme et d’embryons d’animaux clonés ou de leur progéniture, ainsi que de viande et de produits laitiers issus d’animaux clonés ou de leur progéniture.

Le texte fait référence aux problèmes de santé, de bien-être animal et de mortalité plus élevés chez les animaux clonés et leurs mères porteuses mis en lumière récemment dans plusieurs avis d’experts européens, dont ceux de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et du Groupe d’éthique (GEE). Les députés soulignent aussi que le clonage aurait pour effet de réduire considérablement la diversité génétique au sein des élevages et donc d’augmenter le risque que des troupeaux entiers soient décimés par des maladies.

Les parlementaires estiment par ailleurs que l’utilisation d’une telle technique pourrait nuire à l’image du modèle agricole européen, fondé sur la qualité des produits, le respect de l’environnement et des critères stricts de bien être des animaux. Ils rappellent enfin que la directive 98/58 sur la protection des animaux d’élevage interdit les méthodes naturelles ou artificielles susceptibles de causer des souffrances ou des dommages.

A l’heure actuelle, aucun produit issu d’animaux clonés n’est commercialisé en Europe ou dans le reste du monde mais les experts estiment que ces produits pourraient arriver sur le marché d’ici 2010. Le moratoire des Etats-Unis sur la vente de tels produits, mis en place en juillet 2001, a été remis en cause en janvier dernier par les autorités sanitaires américaines. Alors qu’en Europe, l’EFSA reste prudente sur la question, outre-Atlantique, la Food and Drug Administration a conclu que la viande et le lait de bœuf, de porc et de chèvre clonés sont aussi fiables que celle d’animaux traditionnels.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

La filière broutards déstabilisée

Privés d’exportations pendant plusieurs mois, les broutards français trouvent difficilement preneurs en 2007-2008. Les prix de vente sont peu rémunérateurs. La campagne 2007- 2008 a été particulièrement difficile pour les éleveurs de broutards. La fièvre catarrhale ovine (FCO) fait son apparition en France dès l’automne 2006 et s’étend progressivement. Le bassin allaitant est touché par la maladie à l’automne 2007. Le respect des règles européennes de protection sanitaire impose une restriction des mouvements des animaux. Dans les zones concernées, ces jeunes bovins vendus habituellement maigres pour être finis dans des ateliers d’engraissement spécialisés, sont interdits d’exportation pendant plusieurs mois. La filière est déstabilisée. Chute des ventes à l’exportation, prix réduits de 20% sur les transactions qui subsistent. Un grand nombre d’animaux doivent être maintenus à la ferme et y être engraissés.

Le marché italien essentiel
Comment se passer de son principal marché? C’est le dilemme auquel ont été confrontés les éleveurs de broutards pendant la campagne 2007-2008. Le commerce des broutards est fortement dépendant de l’exportation. Sur les 1 350 000 animaux envoyés d’août 2006 à avril 2007 vers un atelier d’engraissement, plus de 840 000 l’étaient à l’étranger.Environ 730 000, soit 87% sont partis en Italie. Le marché espagnol en représentait 12%.
L’interruption des échanges pénalise également les éleveurs de la péninsule car aucune autre source d’approvisionnement n’existe en Europe. Les broutards français représentent aujourd’hui 87% des importations italiennes. Le solde est assuré pour 4% par l’Irlande, pour 2,5% par la Pologne, pour 2% par l’Autriche ainsi que par la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie.

Les exportations reculent d’un quart
D’août 2007 à avril 2008, les exportations françaises de broutards reculent de 191 000 têtes, soit un quart des exportations assurées pour la même période pendant la campagne de référence 2005-2006. Les pertes étaient de 6% en 2006-2007 au démarrage de l’épizootie en France. À l’automne 2007, la crise frappe les plus gros départements producteurs: Saône-et-Loire, Allier, Nièvre et Creuse. La moitié sud du Massif central bénéficie d’un sursis, mais est également gravement touchée fin décembre 2007. Plus au sud, la Haute-Garonne, le Gers, la Dordogne et les départements pyrénéens restent plus longtemps en marge de l’épizootie et profitent d’un report d’activité.

Avec l’assouplissement de la réglementation, les exportations reprennent en janvier et surtout en février 2008. Elles augmentent de 8 et 27% par rapport aux mêmes mois de l’année précédente. Les opérateurs tentent aussi d’anticiper les sorties, suite à l’annonce italienne de fermeture des frontières à compter du 3 mars 2008. De fait, l’activité des mois de mars et avril recule de 77 et 63% par rapport à mars et avril 2006.
Les animaux conservés sur les exploitations

Dans le même temps, les achats des ateliers d’engraissement français ne compensent pas les pertes d’exportations. Au contraire, les sorties d’animaux maigres de moins de deux ans à destination d’autres élevages en France chutent de 112 000 têtes entre les campagnes 2006-2007 et 2007-2008. Privés d’exportations et maintenus dans leur zone de production, les jeunes bovins restent dans les élevages. L’effectif des animaux de moins de deux ans augmente de 5% entre mai 2007 et mai 2008. La progression atteint 117 000 têtes pour les bovins mâles de moins d’un an et 86 000 têtes pour les génisses et les bovins mâles de type viande d’un à deux ans.

Source: Agreste

Catégorie filière viande, élevageCommentaires fermés

Horaire des trains en gare de Beaucroissant

La foire de Beaucroissant se déroulera, pour cette année 2008, les 13-14-15 septembre. Vous pouvez vous y rendre en train. Comme d’habitude, en effet, certains trains feront un arrêt à Beaucroissant. Voici  le tableau des horaires :

affichebeaucroissant-2008-1.jpg

Catégorie foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Sassenage: rendez-vous au stand sillon38.com

La fête du fromage et des produits du terroir permet de partir à la découverte des mets et vins. Parmi ceux ci on peut citer les escargots, moules, huîtres, charcuteries, fromages… On pourra également déguster des moules au bleu du Vercors Sassenage, une vercouline…

sillon38.com, site d’actualité très branché produits du terroir, sera présent à cette manifestation et ceci de façon originale. Il aura à ses côtés les viticulteurs ardéchois du domaine de la Croix blanche.
L’exploitation tenue par la famille Archambault est spécialisée en Côtes du Rhône.

Vous pourrez découvrir à Sassenage, en Côtes du Rhône rouges la cuvée 2004, nommée au guide Hachette, et 2005; un Côtes du Rhône village 2006 médaillé d’argent au concours de Mâcon 2008; une cuvée prestige 2005, élevée en fûts de chêne, sélectionné par le guide Dussert-Gerbert.
Les côtes du Rhône Blancs seront la cuvée 2005, cépage Clairette et 2006 cépages Viognier et Marsanne.

Les Côtes du Rhône  rosés, année 2007 seront issus de cépages Syrah-Cinsault.

Pour la dégustation, ces côtes du Rhône de haute tenue seront accompagnés de bleu du Vercors Sassenage, comme il se doit..

Outre la présentation de ces côtes du Rhône, l’équipe de sillon38.com proposera aux visiteurs de participer à une tombola et de gagner de nombreux lots parmi lesquels des coffrets  de vins issus du domaine.
Autre animation: l’équipe de sillon38.com  travaillera sur le vif en photographiant « tout ce qui bouge » pour en faire un diaporama qui sera diffusé sur un écran, sur le  stand de sillon38.com.
Michel, Gilbert et surtout Chantal vous attendent donc nombreux sur leur stand à l’occasion de la 21ème fête du fromage et des produits du terroir qui se déroule ce week-end à Sassenage.

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

“Les sillons de la colère”

André Pochon, éleveur laitier breton retraité est l’auteur du livre « Les sillons de la colère – La malbouffe n’est pas une fatalité ». Il sera samedi 6 septembre à l’Albenc à l’occasion de la 12e édition du festival  « L’avenir au naturel ». L’occasion de faire connaissance avec cette figure du monde paysan et de lire son livre. André Pochon y dresse un bilan et propose sa méthode. Vache folle, eau potable polluée par l’azote et les pesticides, inondations aggravées par l’arrachage des haies, campagnes vides, production privilégiant la quantité plutôt que la qualité… : le bilan de l’agriculture productiviste est lourd. La solution ? Changer de modèle technique et, pour cela, vulgariser d’autres modes de production et réformer la politique agricole.

jaquette-pochon.jpg

Avec la verve qu’on lui connaît, André Pochon dénonce avec vigueur les erreurs techniques commises depuis les années 1970 et ceux qui, industriels, professionnels agricoles ou décideurs politiques, ont conduit agriculteurs et consommateurs dans l’impasse. Et il démontre, expérience à l’appui, la viabilité d’une agriculture durable, à la fois économe, écologique, saine et productive. Ses « sillons de la colère » tracent une voie vers une économie agricole riche en emplois, vers un environnement et une alimentation de qualité. Une voie que l’auteur propose à tous ceux qui veulent réconcilier la société française avec son agriculture.

Nouvelle édition , préfacée par Jean-Marie Pelt

Collection : La Découverte Poche / Essais (n°238)
Parution : novembre 2006

Nb de pages : 154

Prix : 8 €

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Un mois d’août bien arrosé

Durant les deux premières décades du mois d’août, les températures moyennes sont inférieures aux normales saisonnières sur l’ensemble du territoire, excepté dans l’extrême Sud-Est, la Corse et aux alentours de Dieppe et de Reims. Cependant, la moyenne mensuelle de la France métropolitaine reste très proche de la normale saisonnière (-0,3°), compte tenu d’un réchauffement des températures les derniers jours du mois.

Les précipitations du mois d’août sont excédentaires dans la majorité des régions, atteignant un surplus proche de 30% au niveau national. Toutefois les régions du Sud-Est se démarquent du reste de la France, par une pluviométrie réduite de moitié par rapport à la normale, voir quasi nulle en Corse. Entre le 1er et le 20 août, on observe des variations très importantes de cumul de précipitations suivant les zones concernées.

Elles sont jusqu’à dix fois supérieures à la normale sur la zone du Vivarais. A l’inverse, les précipitations sont deux fois inférieures à la normale, voir quasi inexistantes en Corse, en Lozère et sur une bande allant du pays Niçois aux montagnes de Bigorre.
Depuis le mois de mars, les pluies ont été abondantes, et  les précipitations cumulées depuis le 1er mars 2008 sont supérieures à la normale sur la quasi totalité du territoire. Toutefois, on observe un cumul des précipitations jusqu’à 30% inférieur aux normales dans quelques zones du Sud du territoire, de l’Ile de France et de la Beauce.
Les précipitations du mois d’août, ajoutées aux pluies fréquentes des mois précédents, ont fait remonter le niveau des réserves d’eau sur l’ensemble du territoire. Dès lors, le niveau des réserves utiles des sols est supérieur aux normales sur la majeure partie de la France. Il est presque deux fois supérieur aux alentours du Vivarais, et sur la pointe Finistère. De plus, les zones encore déficitaires, situées essentiellement dans le Sud- Ouest et  sur une large bande allant de la Normandie à la Lorraine, n’ont qu’un écart relativement faible par rapport à la normale, proche de 15%.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+