Archive | 18 septembre 2008

FCO: vaccination générale

Le comité national de suivi de la fièvre catarrhale ovine s’est réuni le 17 septembre afin d’établir le bilan de la campagne de vaccination et de faire le point sur l’évolution sanitaire et des aides apportées à la filière. En ce qui concerne le sérotype 8, 40 millions de doses ont été livrées depuis mars dernier dont 29,4 millions pour les bovins, permettant de vacciner près de 80% du cheptel bovin et 10,6 millions pour les ovins, permettant de vacciner 96 % du cheptel  ovin.

Le calendrier de livraison a été totalement respecté pour les vaccins ovins. Le retard de livraison des doses bovines lié à un incident sur un lot de fabrication a été totalement rattrapé par la libération d’un lot cette semaine en cours d’acheminement vers les plateformes.

Cette vaccination a permis de protéger une partie importante des cheptels et de rétablir les flux commerciaux. 14 300 nouveaux foyers ont  été déclarés depuis la reprise de l’activité virale essentiellement sur des animaux non encore vaccinés.

Par ailleurs, des doses « bovines » sont encore mobilisables dans le cadre de l’appel d’offre passé en novembre auprès du laboratoire INTERVET. Une enquête va être conduite par les services de l’Etat pour estimer les besoins complémentaires des départements.

En ce qui concerne le sérotype 1, 11,2 millions de doses ont été livrées depuis mars dernier dont 4,5 millions pour les bovins, et 6.7 millions pour les ovins permettant la vaccination obligatoire des animaux de 18 départements du sud-ouest de la France suite à la décision prise fin aout comte tenu de l’extension de l’épizootie vers le nord et l’est.

Le Premier Ministre a annoncé au SPACE le financement d’un marché portant sur un besoin de 50 millions de doses qui permettra de vacciner progressivement l’ensemble du cheptel français à l’exception des 18 départements déjà servis.

L’appel d’offre correspondant a été lancé ce jour.

Miche Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, a rappelé que « l’objectif à moyen terme est d’instaurer à partir de la fin de l’année une vaccination complète et simultanée de l’ensemble du territoire contre les sérotypes 1 et 8 pendant la période hivernale »

Pour le mois de septembre, 930.000 doses bovines et 460.000 doses ovines seront disponibles pour vacciner dans les nouvelles zones touchées par l’extension de la maladie les animaux des foyers FCO, les animaux destinés à l’export et les animaux à haut potentiel génétique.

Des contacts sont actuellement poursuivis avec l’ensemble des laboratoires fabriquant le sérotype 1 pour définir rapidement un calendrier prévisionnel des livraisons des doses disponibles au cours des prochains mois. Par ailleurs, des discussions sont engagées avec la commission européenne pour préciser les conditions de financement du vaccin et les modalités d’organisation de la campagne de vaccination. Des contacts sont parallèlement en cours avec les autorités sanitaires italiennes et espagnoles pour étudier, dans un cadre communautaire ou bilatéral, des dispositifs adaptés aux zones, non touchées par la FCO, mais vaccinées à titre préventif.

Des réunions très régulières du comité de suivi seront maintenues au cours des prochaines semaines pour préciser la stratégie vaccinale et faciliter la concertation avec les professionnels.

La réunion du comité de suivi a permis de détailler les conditions de mise en œuvre du soutien économique apporté à la filière de l’élevage confrontée à une situation particulièrement difficile.

Concernant les aides économiques dont l’instruction est achevée, et afin d’améliorer la trésorerie des exploitations, un acompte sera versé aux éleveurs dès le mois d’octobre.

Par ailleurs, il a été confirmé que les indemnisations « mortalités » (indemnisation sanitaire et complément économique) seront reconduites pour la période du 1er juillet au 15 novembre.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés

Enquête AFTBM: menuiserie Bacchetta à Monestier-de-Clermont

Daniel Bacchetta est menuisier à Monestier-de-Clermont. PME de trois salariés. Il est intéressé par le projet de Pôle2 car cela lui éviterait de devoir descendre à Grenoble, et pour investir (pourquoi pas ?). Sa préférence va au site de St-Michel-les-Portes. Il ne connaît pas le label Bois des Alpes. Il est prêt à adhérer car il préfère utiliser du bois local.

bacchetta-mr-bacchetta.jpg

Daniel Bacchetta

Les bois utilisés

Essence : sapin, chêne, châtaignier ; bois exotiques
Origine : Bois du Nord
Qualité mécanique : pas intéressé par la qualité mécanique des bois en tant que menuisier

Ses attentes

Bois sec < 18% (environ 15%). Pas besoin de traitement : le séchage des bois est suffisant. Teinte incolore
Epaisseur : 65 cm / Longueur < 4m50
Intéressé par les lames de volet, mais ni par le rabotage 4 faces ni  par les terrasses.
Services : Bois avivé, sec, livré et stocks pour disponibilité rapide.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaire (1)

Azur pellets: des granulés pour un développement durable

Aussi bizarre que cela puisse paraître, la société Azur Pellets a vu le jour grâce à un visionnaire. Jacques Roche, charpentier à Pontcharra se lançait, dans les années 80, dans la démarche du granulé bois. Son entreprise n’a pas duré mais on peut dire qu’il a été le premier granulateur de l’Isère.

Etant passionné de son métier et…tenace, il a réussi à convaincre sa fille Laurence et son époux à se lancer à leur tour dans cette opération. Il avait même mis dans un coin le matériel: »On ne sait jamais ».

Les Caustier  ont créé la société Azur Pellets en septembre 2007.

azur-1.jpg

Il faut savoir que le terme « pellets » signifie: granulé de bois obtenu par la compression de sciures broyées et séchées, sans colle ni additif.

La société est installée à Pontcharra, à quelques encablures des massifs de Belledonne, de la Chartreuse, de la Savoie et de… l’autoroute.

azur-2.jpg

Les  résidus proviennent des scieries locales, ce sont en majorité des résidus naturels de résineux non issus de coupes de bois spécifiques.

azur3.jpg

Cette sciure sert  à alimenter un four qui  va sécher la sciure qui sera transformée en granulés. Ceux-ci seront conditionnés en sachets. Une partie partira même en vrac, récupérée par les agriculteurs par exemple.

azur-5.jpg

Rappelons que le pellet est un combustible propre, écologique et économique. Son coût est plus de 60% inférieur au fioul…
L’entreprise Azur Pellets  qui elle aussi ne pollue pas – la fumée qui s’échappe des cheminées n’est que vapeur d’eau- espère à terme conditionner 7000 tonnes de granulés/an.

Pari réalisable quand on connaît le boum des installations des chaudières bois à tous les niveaux: particuliers, entreprises, collectivités locales.

Les valeurs de cette entreprise qui inaugurera officiellement son siège ce vendredi sont un management responsable pour un développement durable.

Elle le confirme en étant lauréate du Réseau entreprendre Savoie.
A noter que l’entreprise organisera des journées portes ouvertes le 30 octobre dans le cadre de l’opération Granutour. On vous en reparlera.

Pour contacter l’entreprise

plaq_azurpellet.jpg

Catégorie énergiesCommentaires (4)

Coupe Icare: Rhône-Alpes prend l’air…

La Coupe ICARE, soutenue par la Région depuis 1998, est la plus grande manifestation de vol libre au monde. Du 18 au 21 septembre 2008, la 35ème édition se déroule à Saint-Hilaire-du-Touvet dans le Parc naturel régional de Chartreuse et à Lumbin dans la vallée technologique  du Grésivaudan, deux sites emblématiques de la Région Rhône-Alpes.

coupe-icare.jpg
Pendant quatre jours, 10 000 pilotes et 75 000 spectateurs, passionnés du vol libre ou simples curieux, se réunissent autour de nombreuses animations et démonstrations : concours de déguisements des pilotes, salon professionnel des sports aériens, festival international du film du vol libre…

Cette année, lors du concours de déguisements « Icarnaval » les 20 et 21 septembre, le soutien de la Région permettra au pilote Francis Heilmann de s’envoler au volant d’une machine volante de plus de 8 mètres de long, 4 mètres de hauteur et équipée d’une traîne de 100 mètres.

La conception de ce « dirigeable » a pu se faire en partenariat avec ITV, une entreprise régionale innovante.

Engagée dans une politique de développement durable, la Région Rhône-Alpes souhaite faire de la Coupe ICARE un évènement respectueux de l’environnement par la mise en place d’une opération « propreté citoyenne ». Ainsi, l’association Aremacs (Association pour le Recyclage lors des Manifestations Culturelles et Sportives) assurera le tri sélectif des déchets durant toute la manifestation et sensibilisera le public à l’importance d’une démarche citoyenne quotidienne.

La troupe de théâtre de rue Circonstanciel, qui présentera son spectacle « La SPDA, Société Protectrice des Déchets Abandonnés » tout au long du week-end complétera l’action de sensibilisation, souhaitée par la Région.

Catégorie évasionCommentaires fermés

Des biocombustibles très demandés

La flambée des énergies fossiles incite de plus en plus de personnes, particuliers ou collectivités, à faire le choix d’un chauffage au bois. La demande est à la hausse et l’on assiste, un peu partout, y compris en Isère (voir nos articles précédents) à une floraison de projets d’installation d’unités de production de bois sous forme de granulés ( « wood pellets » en anglais) ou de plaquettes (bois déchiqueté).

Petit tour d’horizon avec la documentation de l’AGEDEN, agence grenobloise d’étude et de développement des énergies nouvelles.

Bois déchiqueté : petit bois de forêt et chutes de scierie

Le bois déchiqueté est produit à partir de bois ayant une valeur commerciale faible : bois d’exploitation forestière de petit diamètre, chutes de scierie. Les chaufferies individuelles sont le plus souvent approvisionnées à partir de la ressource forestière, qui croît chaque année en France, offrant un potentiel important de développement du chauffage automatique au bois déchiqueté.

Les trois critères de qualité du bois déchiqueté sont : le taux d’humidité : proche de 20 %, l’absence totale de corps étrangers (cailloux, clous…), la taille des morceaux : environ 3 x 2 x 1 cm, pas plus de 5 cm de long.

De manière générale, les chaudières au granulé de bois sont plus souvent adaptées à l’habitat individuel en milieu rural, péri-urbain, voire urbain. Les chaudières au bois déchiqueté trouvent, quant à elles, de multiples applications : de l’habitat individuel en milieu rural jusqu’au chauffage de plusieurs bâtiments (lotissements, usage agricole, bâtiments communaux…).

L’unité utilisée pour le bois déchiqueté est le MAP (m3 apparent de plaquettes). Elle représente la quantité de bois déchiqueté contenue dans un volume d’un m3.
1MAP = 0,6 stère de bûches =900 kWh = 90 litres de fioul

tableau_bois.jpg
Bois granulé: un cylindre de sciure compressé

La transformation du bois génère des quantités très importantes de sciure. Celle-ci est principalement récupérée dans les scieries, parfois dans les entreprises de la seconde transformation du bois (menuiserie, raboterie). Elle est séchée puis compressée à chaud dans des presses à granulé. La cohésion du granulé est faite par la lignine, composant naturel du bois qui est libéré lors de sa compression. Le seul adjuvant autorisé pour le granulé de bois est un liant végétal, du type amidon de maïs.

Le granulé est un combustible dont le taux d’humidité est inférieur à 10 %, ce qui lui confère une très haute densité énergétique. Son diamètre est généralement de 6 mm, et il mesure 1 à 3 cm de longueur. Un granulé de bonne qualité est bien lisse et présente une surface brillante. Il ne doit pas être trop friable et poussiéreux.

Le granulé bois intéresse les investisseurs privés. La société Wood Pellets Industry, par exemple, qui s’est implantée récemment dans le parc logistique des Echerolles de Saint‑Loup (Allier). Il s’agit de la première unité de production de ce type dans le centre de la France. A la clé, 23 emplois cette année et huit postes supplémentaires à l’horizon 2010. Prévu entre 100 000 et 120 000 tonnes la première année, le volume de production annuel devrait ensuite atteindre les 150 000 tonnes. L’approvisionnement de l’usine se fera à 100 % via la filière bois régionale.

Un bilan énergétique positif

Ces combustibles nécessitent peu d’énergie pour leur fabrication : 1 unité d’énergie consommée à la production en restitue 6 à la consommation en bois granulé, ou 15 en bois déchiqueté. A titre de comparaison, le bilan énergétique des combustibles fossiles et de l’électricité est toujours négatif : la quantité d’énergie utilisée pour leur production est supérieure à la quantité d’énergie qu’ils restituent lors de leur utilisation.

D’ici à 2020, 20% de la consommation énergétique européenne devront provenir de sources d’énergie alternatives : telle est l’ambition du plan présenté en janvier dernier par la Commission européenne. Dans ce plan, la filière bois énergie a son rôle à jouer, tout comme l’éolien, le solaire, etc.

L’AGEDEN dispose d’une permanence Info Energie, sur rendez-vous. Renseignements: 04 76 23 53 50

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Choix des essences et changement de climat

Les techniciens du CRPF, Sylvain Ougier et Didier Joud, le groupement des sylviculteurs Chartreuse et l’Association Syndicale Autorisée (Forêts de Chartreuse) vous invitent à participer à une réunion d’ information ayant pour thème: choix des essences de plantation suite au changement de climat.

Cette journée aura lieu le JEUDI 25 SEPTEMBRE, 14 H 30.
ATTENTION:le lieu de Rendez vous a été modifié suite à la fermeture de la route d’accès à St Pierre de Chartreuse
, pour raisons de travaux.

Il est fixé AU PARKING DEVANT L’EGLISE DE ST LAURENT DU PONT

Programme

visite sur le terrain (munissez vous de chaussures de marche)
Les thèmes suivant seront abordés:
-Les connaissances de base a la description des stations (sol ‘ flore)
-La diversité des stations forestières et les facteurs expliquant cette diversité
-Les répercutions sur le choix des essences et la conduite des peuplements forestiers

Toutes les personnes intéressées par ce sujet seront les bienvenues.
Renseignement auprès du technicien CRPF: 04 76 88 75 20
ou du Président des sylviculteurs: 04 76 56 30 66

Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Développement durable: les communes s’impliquent

La commande publique, celle des collectivités locales, pèse un poids important dans l’économie française (15 % du PIB) et doit (ou devrait) avoir valeur d’exemple pour la société dite civile.
Pour orienter l’action des communes de l’Isère en faveur du développement durable, Rhônalpénergie-Environnement et Créabois Isère leur ont proposé de signer une charte par laquelle elles s’engageraient à encourager l’utilisation du bois matériau issu de forêts gérées durablement et à promouvoir et développer le bois énergie.
Rien de terriblement révolutionnaire, donc, mais un cadre concret de mise en application de principes de base favorisant le développement local et durable.

Pour donner à cet engagement la lumière qu’il mérite, le Conseil général de l’Isère organise une signature publique des maires qui auront décidé de s’engager.

Cette signature aura lieu le
Mardi 21 octobre à 17h
au Conseil général de l’Isère,
à l’issue des Assises de la Forêt et du Bois.

Si vous êtes conseiller municipal ou maire d’une commune de l’Isère et que vous souhaitez des renseignements sur cette opération, contactez Créabois Isère.

Renseignements auprès de Patrick Lambouroud
Créabois Isère
13, rue Billerey – 38000 Grenoble – Tel : 04 76 46 51 44

Catégorie forêtCommentaires fermés

Patrimoine: Rhône-Alpes s’estime “maltraitée”

A l’occasion des 25ème Journées européennes du patrimoine qui se tiendront ce week-end, et compte tenu des menaces qui pèsent sur le patrimoine français, Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes tire la sonnette d’alarme :

« La situation est sérieuse dans tout le pays : les crédits du patrimoine accordés par l’Etat à ses Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) en 2008 ont chuté de 20 à 40% par rapport à 2007. Comme le souligne le récent bilan sur l’état du patrimoine, le nombre de monuments en péril est passé de 32% à 41% entre 2002 et 2007. Notre patrimoine n’est plus entretenu correctement et il se dégrade rapidement !

La Région Rhône-Alpes a été particulièrement maltraitée par le ministère de la Culture cette année. En effet, pour rattraper le retard accumulé dans les paiements aux entreprises de restauration, 2008 a été décrétée année blanche : aucun nouveau chantier n’a été ouvert, ce qui à ma connaissance est sans précédent. Les seuls chantiers poursuivis sont ceux qui étaient déjà cofinancés par la Région (Ambronay, Vienne, couvent de La Tourette à Eveux…) On s’est donc contenté d’expédier les affaires courantes !

Pour 2009, le ministère de la Culture pratique un black-out total sur son budget. Il y a donc lieu d’être inquiet, d’autant plus que l’année blanche n’aura pas suffi à apurer les factures en souffrance.

Outre les préjudices irréversibles subis par les monuments eux-mêmes, cette situation fait peser une grande menace sur le développement touristique de notre Région. Sans oublier les conséquences pour les entreprises spécialisées, obligées de mettre la clé sous la porte, entraînant avec elles suppression d’emplois et perte de précieux savoir-faire.

Non content de se désengager du spectacle vivant, du cinéma et de l’action culturelle, l’Etat abandonne à présent une de ses responsabilités premières, la conservation de notre patrimoine. »

Catégorie zoomCommentaires fermés

La DRIRE s’intéresse au nettoyage à sec

Les établissements de nettoyage à sec ( pressings), ont une activité qui, au-delà de son intérêt pour nous tous, peut présenter des inconvénients et des risques pour I’environnement (odeurs, bruits, émanation de solvants chlorés et génération de déchets toxiques, …). C’est pour cette raison que cette activité relève de la législation sur les installations classées.

Un rappel de la réglementation a été fait récemment aux exploitants de ces installations afin de les sensibiliser.

Dans le cadre du programme d’action du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, une opération nationale de contrôle des pressings sera conduite au dernier trimestre 2008 par les Directions Régionales de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement. Au niveau national, environ 200 pressings seront contrôlés de manière inopinée par les inspecteurs des installations classées.

Cette action entre également dans le cadre du Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) des agglomérations de Lyon et Grenoble qui ont pour objectif d’améliorer la qualité de l’air et de faire un état des lieux des émissions toxiques pour la santé. Ainsi, dans la région Rhône-Alpes, une trentaine de pressings seront contrôlés.

Les résultats de ces contrôles feront l’objet d’un bilan régional qui sera communiqué après l’opération.

Catégorie environnementCommentaire (1)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+