Archive | 20 septembre 2008

FCO: la pénurie de vaccins inquiète les JA

L’annonce faite  mercredi par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche d’un nombre très faible de vaccins disponibles pour les mois à venir plonge les éleveurs des zones concernées par la progression du sérotype 1 dans l’inquiétude. Jeunes Agriculteurs souhaite que les stratégies sanitaire et économique soient appliquées avec la plus grande responsabilité.

La progression importante et subite de la maladie, une disponibilité en vaccins très faible ne laisse que peu de choix. « La pénurie de doses de vaccins doit nous faire adopter une conduite responsable, pour accompagner les éleveurs » commente William Villeneuve, président de Jeunes Agriculteurs. Nous demandons que la vaccination se déroule selon la progression de la maladie, département par département, en privilégiant la vaccination du cheptel souche.

Une stratégie économique pour maintenir nos débouchés

Cette stratégie sanitaire, ne doit pas occulter la problématique de la campagne d’exportation de broutards vers l’Italie. Dans l’attente d’une réelle stratégie vaccinale, les contacts avec les autorités italiennes doivent s’intensifier pour maintenir les échanges commerciaux entre les élevages français indemnes de la maladie et les élevages italiens. « Ne cédons pas à la panique, faisons preuve de pragmatisme pour maintenir les échanges d’animaux et l’activité des éleveurs de nos deux pays. La solidarité européenne entre les éleveurs doit ici prendre tout son sens. » poursuit William Villeneuve.

Enfin, Jeunes Agriculteurs rappelle que l’indemnisation des pertes directes et indirectes doit intervenir dans les plus brefs délais, aux montants initialement annoncés, pour soulager les trésoreries des exploitations en grande difficulté.

Catégorie élevageCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2008
L Ma Me J V S D
« août   oct »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+