Archive | 03 novembre 2008

Rapprocher enseignement et recherche

Le Président de la République a voulu engager « une modernisation de nos structures de recherche et d’enseignement supérieur pour établir un regroupement de nos forces et une meilleure synergie entre enseignement supérieur et recherche publique dans le domaine de l’agriculture, de l’alimentation, du développement durable ».
Michel Barnier, Ministre de l’agriculture et de la pêche, et Valérie Pécresse, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, ont confié en mai dernier une mission à Bernard Chevassus-au-Louis, Inspecteur général de l’agriculture, pour qu’il fasse des propositions sur les modalités de ce rapprochement
A l’issue d’une large consultation des organismes de recherche et des établissements d’enseignement supérieur, son rapport montre l’intérêt d’un outil de coopération entre ces opérateurs.

Suite à ses propositions, les ministres se déclarent favorables à la création d’un établissement public de coopération scientifique (EPCS) qui aura pour mission la coordination des stratégies de recherche et de formation dans les domaines de l’agronomie, de l’alimentation, de la santé animale, de la sécurité sanitaire, et de l’environnement.

Cet établissement  aura trois objectifs :
- améliorer la performance du dispositif national de recherche et de formation agronomique
- renforcer sa visibilité, sa reconnaissance et ses capacités d’action internationales
- mobiliser de nouvelles compétences scientifiques originales autour des enjeux de ces domaines.
Il devra faciliter l’implication cohérente et ambitieuse de ses membres dans les pôles  de recherche et d’enseignement supérieur, dans le cadre des politiques de sites voulues par le Gouvernement.
Afin de rédiger  le projet de décret créant l’établissement ainsi que ses statuts, un groupe de travail sera  constitué  par les ministres dans les prochains jours.
Le rapport « sur la création d’un consortium de coopération scientifique pour l’agriculture, l’alimentation, l’environnement et le développement durable » de Bernard Chevassus-au-Louis, est disponible sur les sites :
www.agriculture.gouv.fr  – www.enseignementsup-recherche.gouv.fr

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Les Olympiades des fromages de montagne se préparent

Vendredi 31 octobre a eu lieu à la Ferrière, dans le Jura bernois, la cérémonie de lancement des Olympiades des fromages de Montagne 2009 (qui débuteront dans près d’un an) en présence de M. le Ministre de l’économie, de la coopération et des communes de la République et canton du Jura, Michel Probst et M. le conseiller d’Etat en charge de l’économie du canton de Berne, Andreas Rickenbacher.

tetedemoine.jpg

Tombée du ciel, la tête de moine! Au beau milieu d’un rond-point. D’une dimension impressionnante, la sculpture qui symbolise le fromage phare de la région, rappellera aux visiteurs, touristes et gens de passage qu’ils se trouvent dans le bassin d’origine d’une spécialité fromagère unique au monde et qui participe à sa réputation

Près d’une centaine de personnalités et d’invités ont participé à la cérémonie et dignement inauguré la  Tête de Moine géante qui orne désormais le nouveau giratoire situé au lieu-dit de la Basse-Ferrière.

Cette manifestation majeure pour la région, aura lieu du 22 au 25 octobre 2009. Les 6èmes Olympiades des fromages de Montagne promettent une manifestation d’envergure: un programme d’activités attrayantes, un colloque de premier ordre et avant tout une exposition de fromages et un concours internationalement reconnus. Trente à quarante mille visiteurs sont attendus à Saignelégier, Bellelay & Tramelan.

Des fabricants artisanaux de fromages de montagne du monde entier présenteront leurs produits dans toute leur diversité. Avis aux candidats.

Informations complémentaires sur www.tetedemoine.ch  

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Fête de la forêt de montagne

Plusieurs internautes nous demandent si dans l’année qui vient il y aura une fête de la forêt de montagne. La réponse est positive. Celle-ci, pour sa 11ème édition, se déroulera sur la commune de Chichilianne, les 19-20-et 21 juin 2009. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette commune du Trièves,  à l’est du plateau du Vercors, se situe au pied du Mont Aiguille, une des sept merveilles du Dauphiné. Le Territoire de Chichilianne fait partie du Parc naturel régional du Vercors.

On en reparlera…

Catégorie forêtCommentaires fermés

Formation en direction des élus des communes forestières

Lu sur le site cofor38.over-blog.com qui est celui de l’association des communes forestières de l’Isère, une session de formation à destination des élus des communes forestières.

 

Journée de Formation Oisans-Matheysine le 7 novembre 2008

 

L’Association des Communes Forestières en partenariat avec l’Office National des Forêts organise le 7 novembre prochain, une journée de formation à destination des élus des communes forestières de l’Unité Territoriale Oisans Matheysine.

Le rendez-vous est fixé au vendredi 7 novembre à 13h sur la commune du Périer pour la visite de terrain (Chantiers RTM).
Puis à 15h30 au Foyer de ski de fond du Col d’Ornon (Gîte Auberge Le Chamois) à Chantelouve pour les présentations et discussions autour des thèmes du Bois énergie et des Chartes Forestières de Territoire.

Les Maires des Communes forestières de l’Oisans et de la Matheysine ainsi que leurs adjoints et conseillers municipaux sont conviés à cette journée de la forêt communale.

Pour tout renseignements complémentaires ou inscriptions à la journée, s’adresser à
M. Olivier Chirpaz  (Chargé de mission Communes Forestières de l’Isère) au 04-76-17-22-65

Catégorie forêtCommentaires fermés

Depardon: “La terre des paysans”

En marge de la sortie du documentaire « La vie moderne – Profils paysans », actuellement sur les écrans, le livre « La terre des paysans » présente une sélection de photos de Raymond Depardon sur le monde rural. De la ferme caladoise du Garet, près de Villefranche-sur-Saône où il est né, aux hameaux isolés du Massif central et de la Franche-Comté en passant par le Chili, le célèbre fondateur de l’agence Gamma a fait du monde agricole un de ses thèmes de prédilection. Une centaine d’images en couleurs ou en noir et blanc et parmi elles de nombreux portraits où se lisent  la solitude, la fatigue, la résignation.

livre-depardon.jpg

Ce recueil de photographies prises entre 1956 et 2008 s’accompagne de deux reportages réalisés pour le journal Le pèlerin en 1986 et pour Libération en 1990 ainsi que la transcription des trois films intitulée Profils paysans (L’Approche et le quotidien, Quoi de neuf au Garet ?, et La vie moderne) dont les tournages se sont succédé de 1998 à 2008.

« La Terre des paysans ». Editeur: Seuil
Photographies et textes de Raymond Depardon
150 pages – 36€

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Les aînés ruraux en AG

logo_ar_petit.jpgC’est demain mardi 4 novembre que la fédération départementale des aînés ruraux de l’Isère tiendra son assemblée générale. C’est un des temps forts de cette fédération qui regroupe près de 13000 adhérents répartis dans plus de 180 clubs locaux.

Les clubs des aînés ruraux sont à une période charnière. Les adhérents évoluent, rajeunissent. Il faut donc leur trouver des activités adaptées à leurs besoins. D’autres clubs ont du mal à trouver de nouveaux adhérents. Certains ont même de la peine à renouveller leur bureau… Des présidents souhaiteraient passer la main mais ne trouvent pas de remplaçants.
Pourtant les clubs locaux gardent leur dynamisme et poursuivent inlassablement les tâches premières de leur mouvement: elles sont  liées à la solidarité, la fraternité et l’amitié. Toutes les actions menées dans ce sens reçoivent le soutien des aînés ruraux.

cailly.jpg

La fédération départementale, présidée par Jean Cailly est la courroie de transmission des clubs locaux. Elle a pour missions essentielles celles de les aider dans leurs démarches administratives, de leur apporter des idées nouvelles, de les faire évoluer… Un des buts de  la fédération des aînés ruraux, reconnue d’utilité publique, est d’être présente dans toutes les instances qui traitent et défendent les intérêts des personnes âgées et des retraités.

Tout ceci sera débattu lors de cette assemblée générale qui se déroulera à Voreppe à partir de 9 heures, pour la partie statutaire, et à partir de 11 heures pour la partie grand public avec la participation des élus et personnalités.

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Retraites agricoles et minorations

Dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 08/05/2008, M. Thierry Repentin (Savoie- SOC) attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de la pêche sur la revalorisation des petites retraites agricoles et en particulier sur les conséquences du dispositif de minorations. Les mesures obtenues en 2006 et 2007 concernant l’abaissement de la durée de carrière de 32,5 ans à 22,5 ans ont permis une amélioration de la condition de 300 000 retraités en France.

Toutefois, le nouveau montant des minorations aboutit à des augmentations très faibles, parfois de l’ordre de 10 à 20 euros par an. Il lui cite l’exemple d’un non-salarié agricole avec une carrière de 22,5 ans dont la revalorisation de la retraite, du fait du dispositif de minorations, se trouve amputée de 82,5 % de son montant.

Ce mode de calcul ne tient pas compte de la spécificité de l’agriculture : dans une période récente de nombreuses femmes étaient conjointes de métayers, d’aide-familiaux, mais n’en étaient pas moins des collaboratrices actives sur l’exploitation. Les organisations agricoles sollicitent la suppression pure et simple des minorations sur les revalorisations des petites retraites. En conséquence, il lui demande quelle suite il entend donner à cette demande.

Réponse du Ministère de l’agriculture et de la pêche publiée dans le JO Sénat du 30/10/2008

Depuis une quinzaine d’années, les pouvoirs publics se sont efforcés d’améliorer la situation des retraités de l’agriculture. Un plan pluriannuel de revalorisation des retraites a été initié en 1994. Il avait pour objectif de porter au niveau du minimum vieillesse la pension de vieillesse des retraités qui ont accompli toute leur carrière en agriculture.

Si sur ce point l’objectif du plan a été atteint, un grand nombre d’exploitants et d’épouses d’exploitants à carrière incomplète n’ont pas bénéficié des mesures de revalorisation successives et leur situation reste difficile. Selon les statistiques de la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole (CCMSA), 91 % des veuves d’agriculteurs sans droits propres ont une pension de moins de 400€/mois.

C’est la raison pour laquelle le 23 février 2008, le Président de la République s’est engagé à réduire les « poches de pauvreté » dans lesquelles se trouvent en particulier les conjointes et les veuves. Pour traduire cet engagement, Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, a installé le 15 février 2008 un groupe de travail réunissant les organisations professionnelles et les principales associations de retraités agricoles. L’objectif des travaux du groupe était de dégager des mesures prioritaires susceptibles de remédier aux situations les plus délicates en tenant compte de la nécessité de garantir la pérennité financière du régime.

C’est ainsi que s’inspirant des travaux de ce groupe, le Premier ministre a annoncé, le 9 septembre 2008, une mesure de revalorisation des retraites agricoles et une mesure spécifique en faveur des veuves. La mesure de revalorisation modifie l’actuel dispositif et le simplifie. Elle supprime, dès le 1er janvier 2009 les coefficients de minorations des revalorisations comme le souhaitaient de longue date les retraités et abaisse le seuil de durée de carrière agricole pour ouvrir le droit à la revalorisation. Elle consiste à garantir un montant minimum de retraite pour les agriculteurs à carrières incomplètes, proportionnel à la durée de cotisation.

Ce minimum de retraite sera égal à 633 €/mois pour les chefs d’exploitation et pour les veuves et à 503 €/ mois pour les conjoints. Cette mesure s’adresse à tous ceux dont les pensions, tous régimes confondus, ne dépassent pas 750€/ mois. Cette mesure sera mise en oeuvre en deux temps. Le 1er janvier 2009 elle s’appliquera aux 197 000 retraités ayant plus de 22,5 ans de carrière dans l’agriculture.

Le 1er janvier 2011, elle sera étendue à ceux qui justifient au moins de 17,5 années de carrière agricole, soit 35 000 personnes. Son coût global s’élève à 155 millions d’euros, dont 116 millions d’euros dès 2009. S’agissant des veuves, elles bénéficieront de la pension de réversion de la retraite complémentaire obligatoire (RCO).

Cette mesure concerne les conjoints survivants d’exploitants agricoles qui ont pris leur retraite avant le 1er janvier 2003 et qui sont décédés après cette date après avoir bénéficié de la pension RCO à titre gratuit. Cette mesure prendra effet le 1er janvier 2010. Elle concernera 88 683 personnes pour un coût de 54,6 millions d’euros. Il s’agit de mesures d’équité ayant pour objectif de venir en aide aux retraités de l’agriculture dont les situations sont les plus difficiles.

Ainsi que l’a indiqué le Premier ministre le 9 septembre à Rennes, le financement de ces mesures sera assumé dans le cadre du rééquilibrage du fonds de financement des prestations sociales agricoles (FFIPSA) que préparent les ministères chargés du budget et de l’agriculture.

Catégorie socialCommentaires fermés

Rencontres solidaires en Isère

Sur fond de crise économique, les expériences et initiatives en économie sociale et solidaire interpellent. Pendant le mois de novembre 2008 et sur les huit départements, les Rencontres Solidaires, initiées par la Région Rhône-Alpes, invitent à découvrir une autre manière d’entreprendre et de penser l’économie.

Industrie, services à la personne, banque, assurance, insertion par l’activité économique, action sanitaire et sociale, commerce équitable, culture, tourisme, sport… Les associations, coopératives et mutuelles qui composent l’économie sociale et solidaire interviennent sur de nombreux secteurs. Portées par un projet collectif, ces entreprises créent une économie au service de l’homme.

En Rhône-Alpes, l’économie sociale et solidaire, c’est 23 000 entreprises, 210 000 salariés, soit 10% de l’emploi régional. Modèle économique à part entière, l’économie sociale et solidaire et sa contribution réelle à l’économie restent pourtant encore mal connues des Rhônalpins. Les Rencontres Solidaires sont l’occasion de découvrir ses acteurs, son incidence, ses solutions…

En partenariat avec la CRESS Rhône-Alpes (Chambre Régionale d’Economie Sociale et Solidaire), la Région propose, pour la deuxième édition des Rencontres Solidaires, plus de 40 événements sur les huit départements de Rhône-Alpes : cafés-débats, portes ouvertes, forums, parcours de découverte, projections, animations pédagogiques…

Les rendez-vous en Isère : 
- Le 3 novembre : Projection-débat « OGM, en quoi ça gène ? » à 19h30 – Salle Juliet Berto à Grenoble.
- Du 3 au 28 novembre : Exposition « Autres échanges, autre monde » au Pôle jeunesse à Grenoble.
- Du 4 au 18 novembre : Exposition interactive sur le commerce équitable. 20 place Charlie Chaplin à Bourgoin-Jallieu.
- Le 5 novembre : Rencontres culturelles proposées par Happy Culture, les Moyens du Bord et Artilud à 9h à Grenoble.
- Les 5 et 19 novembre : Projections sur le voyage solidaire à  Villefontaine (37 bis rue Emile Zola – Les portiques)
- Le 6  novembre : Vernissage de la sortie du journal Les Antennes à 18h30 à Grenoble.
- Le 10 novembre : Projection-débat « Paysannerie dévastée, l’humanité en danger? » à 19h30 à Grenoble.
- Le 17 novembre : Projection-débat « Manger ou conduire, il faut choisir ? » à 19h30 – Salle Juliet Berto à Grenoble.
- Le 18 novembre : « Entreprendre au service des territoires : les sociétés coopératives d’intérêt collectif », débat proposé par l’URSCOP Rhône-Alpes à 9h30 à l’espace Rhône-Alpes à Grenoble.
- Le 18 novembre : Jeu quizz et petit-déjeuner équitable à 10h. 20 place Charlie Chaplin à Bourgoin-Jallieu.
- Le 18 novembre : Portes ouvertes à la SCIC Soligren proposées par l’URSCOP Rhône-Alpes à 14h à Grenoble.
- Du 18 au 21 novembre : Exposition sur le commerce équitable à Pont de Chéruy.
- Du 18 au 22 novembre : Exposition « Tourisme solidaire : vacances, j’oublie tout ? », projection du film « Au cœur des réalités paysannes » et petit déjeuner solidaire – Place Michel Coëtoux à Pont de Claix.
- Le 24 novembre : Projection-débat « De la fourche à la fourchette, le règne de l’agrobusiness ? » à 19h30 à Grenoble.
- Le 27 novembre : Visite d’un chantier d’insertion Passiflore, à 14h30 à Tullins.
- Le 27 novembre : Visite d’un chantier d’insertion Les Jardins de la solidarité, dans le cadre du programme-découverte proposé par le CFP Rhône-Alpes à 14h30 à Moirans.
- Le 27 novembre : Forum – débat proposé par le CFP Rhône-Alpes à 16h30 à Moirans.

Retrouvez tout le programme sur www.rencontressolidaires.rhonealpes.fr

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Un coin de Québec à Alpexpo

Pour célébrer les 400 ans du Québec, la Foire internationale de Grenoble (31 octobre-11 novembre) lui  dédie un pavillon exclusif. Spectacles, gastronomie et produits typiques, la Foire participe à la fête et vous invite à la découverte de la Belle Province ! Fourrures et accessoires d’animaux sauvages, sculptures de canards sauvages en bois, art inuit, artisanat amérindien, calumet de la paix et tomahawk, vêtements polaires, savons et artisanat québécois, feuilles naturelles dorées or fin et sulfure en verre, Idéal Blox, circuits puzzle, jouets du Québec, produits de beauté à base d’émeus, bijoux et pierre.

affiche_foire.jpg

Parmi les produits du terroir québécois: bière, thé, tisane, caribou, saumon sauvage, saucisses et terrines à base de bison, produits d’érable, sirop et pancakes… Une occasion unique de découvrir la culture et les traditions de la plus française des provinces canadiennes !
A ne pas manquer : les projections quotidiennes du film « Québec au Fil du Saint Laurent » en présence des réalisateurs E. Braquet et P. Moreau, les musiques country, cajun ou blue grass du groupe Châkidor, les légendes et contes traditionnels de Luc Laroche ainsi que  le spectacle « Montréal Cabaret » (vendredi 7 novembre).

Mais outre les cousins de la Belle province, la Foire internationale de Grenoble, ce sont au total plus de 700 exposants et marques. Ils présentent toutes les nouveautés dans les domaines de l’aménagement de la maison, du shopping et de la gastronomie : un choix incomparable pour s’informer auprès de professionnels, avoir une vision globale de l’offre, comparer les produits et les services, trouver de nouvelles idées, concrétiser ses envies et donner vie à tous les projets au meilleur prix.

affiche_foire.jpg

INFOS PRATIQUES

Foire Internationale de Grenoble – 31 octobre au 11 novembre 2008. Horaires: 10 à 20h
Alpexpo – Parc des Expositions – 2 Av. d’Innsbruck – 38100 GRENOBLE  – Tél. 04 76 39 66 00
Nocturnes :
• lundi 3 nov. : spectacle « The Men of Striptease Worldshow » et nocturne des secteurs gastronomie, artisanat international et restaurants jusqu’à 22h.
• vendredi 7 nov. : spectacle « Montréal Cabaret » et nocturne de toute la Foire jusqu’à 22h. Entrée Sud : Parvis Alpexpo – Entrée Nord : Parvis Alpes Congrès
Accès : • En voiture, suivre rocade sud, sortie n°6 Alpexpo (Parking visiteurs gratuit)
• En tramway, Ligne A, arrêt Grand Place / Alpexpo
• En bus : Ligne 13 arrêt Alpexpo
Programme complet et 200 invitations à gagner sur: www.foiredegrenoble.com

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Vercors: se diversifier

Nous avons rencontré la présidente du Parc naturel du Vercors, Danièle Pic, lors de la soirée consacrée à la fête du bleu, une conversation à bâtons rompus s’est engagée.

« Le Vercors va bien même si nous sommes inquiets face à la crise internationale qui nous secoue. Forcément on ne va dépenser que l’essentiel et mettre de côté le superflu. Cela veut dire qu’en zone touristique comme la nôtre, on risque de souffrir. Le souci majeur est que nous sommes démunis!

Il va falloir trouver des parades. Je crois beaucoup au développement touristique à l’année. Aux acteurs concernés de mettre en place des activités propres à chaque saison afin d’attirer du monde, des familles sur le plateau. J’appelle  ça le tourisme des quatre saisons. Les circuits GTV en sont un exemple type. On doit bien entendu poursuivre notre travail de qualité, à tous les niveaux.

L’agriculture doit poursuivre son rôle de production et d’entretien du territoire. Je crois beaucoup aux circuits courts, à la vente directe, à la diversification ».

daniele-pic.jpg

Danièle Pic, présidente du Parc naturel régional du Vercors

Quand on parle agriculture en Vercors, le bleu est évidemment en première ligne. « Il nous assure une bonne promotion locale grâce à son AOC. Je regrette qu’il peine à être reconnu au niveau national. Certes, il est en concurrence avec plus de 600 fromages, son AOC est jeune, dix ans, mais il faut qu’il se fasse sa place et qu’il soit davantage connu et consommé. En un mot, il faut qu’il décolle et on doit l’aider. »

Danièle Pic pense également que d’autres producteurs devraient se lancer dans la fabrication  du bleu fermier et en faire de la vente directe. Pour info, ils sont une dizaine sur le plateau à le faire actuellement.

Quant à la Fête du bleu, « c’est un excellent vecteur de communication, de promotion du bleu mais également du Vercors dans sa globalité. Une fête qui doit poursuivre sa route, évoluer. L’année prochaine, elle se déroule à St Nizier, sur les hauteurs de Grenoble, il faudra tenir compte de ce paramètre. »

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+