Archive | 04 novembre 2008

Prix du lait: communiqué de la Fnil

La Fédération Nationale de l’Industrie Laitière a tenu elle aussi à réagir suite à l’échec des négociations concernant le prix du lait. Voici la teneur du communiqué:

« Jusqu’au bout, la Fnil a privilégié la recherche d’un accord interprofessionnel national assorti des nécessaires souplesses pour coller aux réalités des entreprises et des régions.
Dans un contexte d’augmentation historique du prix du lait payé aux producteurs d’environ 18% en 2008, faisant suite à une hausse de 8% en 2007, il demeure toujours indispensable que l’évolution du prix du lait soit en corrélation étroite avec celle des marchés laitiers.
Avec la nouvelle Pac imposée par l’Union européenne, la volatilité des cours des produits industriels (beurre, poudres, ingrédients laitiers) est telle que les ajustements des prix du lait connaissent des amplitudes de plus en plus grandes.
Ainsi dans toute l’Europe, les valorisations sur les marchés laitiers se sont très fortement dégradées depuis le début de l’année 2008. Pendant que les cours mondiaux du beurre et de la poudre s’effondrent les prix du lait en France ont continué de monter. Ainsi, sur la base des prix du lait actuels, la valorisation du couple beurre-poudre enregistre une perte de plus de 100 euros/1000 litres. Cette situation est devenue intenable sauf à mettre en péril toute la filière laitière française.
Toutes les entreprises, y compris celles qui fabriquent des produits de grande consommation (PGC) sont concernées par ces fabrications (co-produits et sous-produits des PGC, excédents hebdomadaires et saisonniers) qui contribuent à équilibrer les marchés.
Dans ces conditions, il est indispensable de redonner aux entreprises françaises un niveau de compétitivité satisfaisant sur le marché européen et de limiter la perte sur les produits industriels en ajustant en conséquence le prix du lait au 4ème trimestre 2008.
Malgré cet ajustement le prix du lait payé aux producteurs aura augmenté de l’ordre de 18% en 2008. »

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Prix du lait: communiqué de la Fncl

Suite au nouvel échec des négociations concernant le prix du lait, la Fédération Nationale des Coopératives Laitières a tenu à réagir via un communiqué. En voici sa teneur:

 » Comme chacune des trois parties, la FNCL a fait le maximum d’efforts pour rechercher un consensus, mais celui-ci n’a malheureusement pas pu être trouvé.
Les causes de cette situation sont dues à la nouvelle politique agricole commune, qui, en supprimant les principaux instruments de régulation des marchés, a exposé le secteur laitier européen aux aléas des cours mondiaux. Nos entreprises et nos producteurs subissent désormais de plein fouet de très grandes fluctuations des cours du couple beurre-poudre, ce qui conduit les entreprises à des pertes de 100 € / 1.000 litres depuis de nombreux mois.
Ces variations erratiques des cours sont particulièrement préjudiciables dans notre secteur où les investissements sont très importants, tant dans la production que dans la transformation.
À très court terme, les entreprises font le maximum pour limiter les conséquences de cette situation, mais il leur est impossible de supporter seules ces pertes extrêmement lourdes subies depuis le début de l’année.
Malgré ce désaccord, la FNCL espère que les trois familles sauront se remettre très vite au travail, pour élaborer un système d’indicateurs permettant d’éclairer les marchés, donnant ainsi un minimum de visibilité aux acteurs de la filière.
Ces indicateurs devront prendre en compte la valorisation du couple beurre- poudre, les valorisations obtenues avec les fromages à l’export et les évolutions du prix du lait chez certains de nos concurrents européens.
La FNCL propose que soit également pris en considération l’évolution des charges des producteurs, ainsi que l’évolution des prix de vente des produits de grande consommation sur le territoire français.
Avec ces différents indicateurs, on peut espérer que le nouveau système permettra à la filière de poursuivre son développement. Les produits laitiers français sont un patrimoine qui ne saurait être sacrifié sur l’autel d’un ultra libéralisme qui ne cesse de montrer ses limites. »

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Prix du lait: toujours pas d’accord

Producteurs de lait et industriels, réunis ce mardi n’ont pu se mettre d’accord sur le prix du lait.

Depuis plusieurs semaines, industriels et producteurs tentent de trouver un accord sur le prix du lait. Les industriels réclamaient une baisse de 40 à 70 cts aux 1000 litres. Ils se disent prêts à accepter une baisse de 30cts. Inacceptable indiquent les producteurs qui évoquent une augmentation des charges de 20% en un an.

Aucune réunion n’est prévue au niveau national mais des rencontres régionales sont possibles afin de tenter de sortir de cette impasse.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

“Soyons cohérents, responsables”

L’invité d’honneur de l’assemblée générale de la fédération départementales des aînés ruraux de l’Isère était un élu à la fédération nationale, Jean-Pierre Garcia. Dans son intervention, il a tenté de dresser un tableau le plus objectif possible du présent et de l’avenir, »sans broyer du noir ».

garcia.jpg

« Les aînés ruraux peuvent être fiers d’être reconnus  mouvement d’utilité publique. C’est d’autant plus remarquable que c’est la seule association de retraités qui a réussi à obtenir cette reconnaissance. Ceci n’est pas une fin en soi et on doit continuer à se battre pour être  des acteurs présents partout.

Notre force est de ne pas être un mouvement passif, bien au contraire, nous sommes une force de propositions, de revendications, celles ci doivent être sensées afin que nous gardions notre crédibilité.

Nous devons être présents dans toutes les instances qui nous concernent, à tous les échelons: national, régional, départemental, local… Sachons également préserver voire développer les partenariats, ceux-ci sont primordiaux.

En un mot: soyons cohérents et responsables. »

A l’horizon 2010, les régions seront davantage concernées au niveau de la politique de santé avec la mise en place des Agences Régionales de Santé. « Là aussi nous devrons être présents. Il faut savoir  que le 5ème risque, la dépendance va aller en progressant de façon vertigineuse. 800000 personnes dépendantes aujourd’hui, 1.200000 en 2040. Les enjeux financiers, humains et sociaux sont considérables. Et surtout il ne faudra pas occulter les aidants.
La fédération des aînés ruraux demande une prise en charge de la dépendance à travers un appel à la solidarité nationale. Cela passera forcement par des prélèvements supplémentaires obligatoires. »

Jean-Pierre Garcia a évoqué l’avenir de la sécurité sociale à travers un « ambitieux projet » d’en limiter les   déficits. »Pari difficile à tenir. Pour cela il faut rentrer des ressources nouvelles et faire des économies. Certaines mesures à l’étude sont positives, d’autres pas du tout. »

Il a parlé  de certaines aberrations: » pour un canal carpien, on peut prescrire au maximum 6 séances de rééducation en Mayenne, 19 en Paca! A uniformiser…

Si certains prix devraient baisser comme les médicaments génériques, les actes de radiologie et de biologie, une part plus importante des remboursements serait prise en charge par les complémentaires maladies, entre 2,5 et 6%. Il ne fait aucun doute qu’assurances et mutuelles répercuteront ce manque à gagner en augmentant leurs cotisations.

Voila pourquoi les mesures annoncées qui ne sont en fait que des mesurettes nous déçoivent, elles sont faites pour ne fâcher personne. On ne parle pas par exemple de la répartition des médecins sur l’ensemble du territoire. »

Jean-Pierre Garcia a évoqué le bien fondé des retraites par répartition, » quand on voit ce qui se passe aux US avec les retraites par capitalisation… ».

Le pouvoir d’achat des retraités a été abordé: « Les augmentations ne suivent pas le coût de la vie. Comment vivre avec 20 euros par jour. On voit de plus en plus de retraités en difficulté, surendettés. Nous intervenons souvent sur ces dossiers.

Cela n’empêche, il faut croire en l’avenir, après la pluie vient le soleil! »

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Festival d’Autrans: journées spéciales aînés ruraux

Du 26 au 30 novembre, RENDEZ-VOUS À AUTRANS, À LA DECOUVERTE DES MEILLEURS FILMS DE LA PLANETE MONTAGNE.

Le Festival International du Film de Montagne d’Autrans qui fête cette année son 25ème anniversaire, figure parmi les cinq plus importants Festivals de cinéma du monde consacrés à la montagne. Unique membre français de l’Alliance internationale pour le cinéma de montagne, le Festival d’Autrans, a su, tout au long de ces 25 années, affirmer ses atouts: convivialité et authenticité.

Simples passionnés ou professionnels de la production cinématographique internationale viennent y découvrir les meilleurs films documentaires et de fiction en provenance du monde entier. Le rendez vous est unique et n’a lieu qu’à Autrans. Pour fêter son quart de siècle, l’équipe du Festival donnera à voir ou revoir les dix films majeurs qui ont jalonné l’histoire du Festival. Le public pourra ainsi se remémorer les séquences inoubliables qui ont témoigné d’un quart de siècles d’exploits, de réussites et de drames, et qui ont marqué les différentes éditions de ce rendez-vous annuel, en complicité avec leurs réalisateurs.

En 25 ans, ce petit village du Vercors, niché à 1050 mètres d’altitude, a reçu les plus grands aventuriers et alpinistes, de Jean Louis Etienne à Bertrand Piccard (auteur du tour du monde en ballon) en passant par Reinhold Messner, René Desmaison, Patrick Berhault, Catherine Destivelle, Jean Marc Boivin, Chantal Mauduit, Christine Janin, Stéphanie Bodet…
Alpiniste et amoureux de la montagne,  le réalisateur José Giovanni a été un fidèle et un soutien de la première heure : le grand prix fiction  porte désormais son nom.  La liste des comédiens et personnalités venus au Festival est longue et prestigieuse. Pierre Brasseur, Alexandra Stewart, Catherine et Claude Rich, Bernard Giraudeau, Pierre Richard, Pascale Rocard, Jacques Lanzmann, Georges de Caunes, Charlotte Kady, Robert Enrico, Jean Becker….

Les aînés ruraux à travers le club local du Claret sont impliqués dans ce festival.

Les journées du 26 et 27 novembre sont ouvertes aux aînés ruraux de l’isère mais également des départements voisins.

Comme chaque année, les films selectionnés ces jours-là l’ont été spécialement pour les aînés ruraux.
Renseignements et inscriptions: 04 76 95 35 42 ou 04 76 95 77 80

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Jean Cailly: “l’échange est primordial”

logo_ar_petit.jpg

En fin d’assemblée générale de la fédération départementale des aînés ruraux nous avons discuté amicalement avec le président Cailly.

Il s’est dit satisfait par « la mobilisation des clubs, la salle était comble, les adhérents ont été attentifs aux discours et j’ai trouvé l’ambiance sympa. L’assemblée générale est un moment important car elle permet de se retrouver, de faire le point et surtout de donner et de recevoir des informations. Il ne faut pas oublier que notre mouvement est basé sur plusieurs étages: clubs locaux, fédération départementale, union régionale et fédération nationale. Les infos doivent les franchir dans tous les sens, à tous les niveaux, l’échange est primordial. »

cailly-3.jpg

«  l’ambiance était sympa et le moment des remises de médailles est particulièrement apprécié par les adhérents »

Comme il l’a indiqué, il souhaite l’évolution dans la continuité,  » j’ai un projet qui me tiens à coeur, celui de réactiver le réseau des commerçants ».

Jean Cailly est également président de l’union régionale des fédérations départementales des aînés ruraux. Structure peu connue « et pourtant elle travaille et aura de plus en plus de poids, la région dans son entité ayant plus de pouvoirs et responsabilités. La mise en place des Agences Régionales de Santé en est l’exemple type et celui ci nous concerne au premier chef. »

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Citations à méditer

logo_ar_petit.jpg

Il est une tradition qui perdure. Au cours des diverses interventions, des citations sont évoquées pour imager le mouvement des aînés ruraux. Cette année, au cours de l’assemblée générale de la fédération départementale de l’Isère qui vient de s’achever à Voreppe, on en a retenu deux.

Madeleine Sol, secrétaire générale, en fin de son rapport d’activité a cité un auteur dont elle a perdu le nom:

« le chemin qui mène à ton ami, emprunte le souvent car sans cela les herbes folles l’auront vite envahi »

sillon38.com lance une recherche afin de trouver l’auteur de ces lignes… si vous le connaissez, merci de nous le faire savoir.

Jean Cailly, président, a cité Jean-Jacques Rousseau:

« La jeunesse est le temps d’étudier la sagesse, la vieillesse est le temps de la pratiquer »

A méditer…

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Se mobiliser pour préparer demain

Parmi les moments attendus de l’assemblée générale de la fédération départementale des aînés ruraux il y a bien entendu l’intervention du président.

Cette année, elle était particulièrement attendue. C’était en effet une première pour Jean Cailly qui a succédé l’automne dernier à Pierre Durand.

C’est devant une salle pleine, à Voreppe que  Jean Cailly a pris la parole.

aines-cailly.jpg

Il a rappelé que la fédération départementale a été constituée en 1980. 90 clubs locaux y ont adhéré.  » Aujourd’hui nous sommes 12750  adhérents répartis dans 175 clubs. C’est dire le travail phénoménal réalisé par mes prédécesseurs et leurs équipes, l’ensemble des bénévoles, partenaires, organismes de tutelle, hommes politiques, fédération nationale… »

Jean Cailly a souligné la participation des aînés ruraux aux travaux de l’association Alertes  » que nous soutenons pour la défense des droits des retraités, en accord avec la fédération nationale. Celle ci retenant comme résolution aux journées nationales:

accentuer notre représentation et la défense des intérêts des personnes âgées et des retraités. »  

A ce propos le président Cailly a précisé que la fédération est présente dans différents organismes afin de se faire entendre, faire des propositions..

Jean Cailly a rappelé avec force que »si rien du passé ne doit disparaître, l’avenir mérite réflexion et obligation à s’adapter…dans le calme et la sagesse ».

La fédération des aînés ruraux est reconnue d’utilité publique. » Cette reconnaissance est due en grande partie à tout le travail de proximité, de bénévolat envers les plus démunis, ceux qui souffrent, qui sont seuls, exercé par les clubs, donc par vous qui a été pris en considération. Nous pouvons, vous pouvez être fiers de cette reconnaissance! »

défibrillateurs: action de grande envergure

Entrant bien dans ce cadre, les aînés ruraux ont mis en place l’opération « sirène du coeur » en partenariat avec les sapeurs pompiers de France.

« Il s’agit de récupérer des fonds permettant l’acquisition de défibrillateurs pour équiper les lieux ou leur utilité est importante. C’est une action de grande envergure basée sur plusieurs années. »

defibri.jpg

Les modèles choisis et présentés à la salle sont très faciles d’utilisation. Ils sauveront, c’est certain de nombreuses vies.

En conclusion, Jean Cailly a rappelé que la fédération a ses oreilles grandes ouvertes. « Nous serons toujours à votre écoute, on prendra en compte vos suggestions en matières d’actions nouvelles, de développement, de fonctionnement ».

c’est tous ensemble que nous préparons demain.

« On doit combattre l’immobilisme, accueillir de nouveaux adhérents, développer les actions intergénérationnelles, s’adapter à notre époque, préparer notre avenir avec la sagesse de nos anciens et la force des générations plus jeunes. »

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Une AG dense et dynamique!

logo_ar_petit.jpg

L’assemblée générale de la fédération départementale des clubs des aînés ruraux de l’Isère qui vient de s’achever a été dense, c’est le moins que l’on puisse dire!

Menée avec beaucoup de dynamisme par le président Jean Cailly, cette rencontre annuelle, importante pour les 175 clubs locaux et leurs 12750 adhérents, a permis de faire le point sur le présent mais surtout de se projeter dans l’avenir.

.salle.jpg

Ceci s’est vu à travers les différents rapports présentés et les diverses interventions. En un mot les clubs, aidés par leur fédération doivent réussir un sacré pari, celui de se rajeunir. Pour ce, ils doivent être plus attractifs et offrir aux nouveaux adhérents des activités novatrices et adaptées à tous. Nul ne doit être rejeté. Les diverses interventions sont toutes allées dans ce sens.

On développera dans nos prochains articles celles du président Jean Cailly et de Jean Pierre Garcia, invité d’honneur, intervenant au nom de la fédération nationale des aînés ruraux.

durand.jpg

Les anciens présidents de la fédération restent fidèles au groupement. On reconnaît les ex présidents Durand et Bossan au premier rang de l’assemblée.

medailles.jpg

En fin d’assemblée générale la fédération honore, à travers une remise de médailles ses adhérents les plus méritants.

restau.jpg

Suite à l’assemblée générale, les aînés se retrouvent pour un repas convivial où la bonne humeur est de mise.

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

La confédération paysanne dénonce le dysfonctionnement de la CDOA

Suite à une action menée par la confédération paysanne, à la DDAF de l’Isère, le 30 octobre, nous avons reçu des éléments complémentaires concernant cette manifestation.

Une dizaine de personnes se sont rendues à la DDA de l’Isère l’après-midi du jeudi 30 octobre, afin de distribuer des tracts et rencontrer le personnel administratif.
Les manifestants ont été reçu par Guy de Vallée, responsable de la partie « Structures » de la Cdoa pour discuter des dossiers Vidon, Peysson et Lopes. Les représentants de la Confédération Paysanne de l’Isère ont mis en avant les dysfonctionnements de la Cdoa à travers la mauvaise application du Schéma Directeur Départementale des Structures.
les revendications suivantes ont été avancées :
- Le SDDS doit être mieux appliqué et à ce titre que les membres de la Cdoa doivent approfondir leur connaissance de ce document et des articles du code rural auxquels il fait référence.
- La Cdoa doit être le lieu d’un débat politique, s’appuyant sur les orientations de l’article I du SDDS afin d’éviter les écueils d’une application froide des textes qui nient les réalités de terrain.
Guy de Vallée a répondu sur les sollicitations et a accepté de revoir sa copie concernant le dossier Vidon, admettant que la Cdoa n’avaient peut être pas eu tout les éléments en main pour prendre sa décision.

Guy de Vallée a été également interpellé sur les pressions que subit Yoann Peysson localement pour accéder aux terres qui lui ont été accordées en Cdoa.
Chacun espère qu’une nouvelle Autorisation d’Exploiter sera prise, rendant Mireille Vidon prioritaire sur les terres qu’elles demandaient afin de péréniser l’exploitation qu’elle transmettra à son fils.
La confédération paysanne demande à ce que la DDA use de ses pouvoirs pour faire appliquer le droit et permettre à Yoann Peysson de s’installer et a apprécié l’écoute de l’administration ce jour là mais annonce qu’elle  restera vigilante sur la suite de ce dossier et des prochaines décisions de la Cdoa.

Voici les arguments de la confédération paysanne qui ont été distribués par tract.

cliche-2008-11-04-14-00-10.jpg

Halte à la concentration des moyens agricoles
entre les mains de quelques grosses fermes !

Lors de la Cdoa du 26 juin dernier, Mireille Vidon et Eléonore Lopez faisaient des demandes d’autorisation d’exploiter, pour conforter leurs exploitations modestes. Ils n’ont obtenu que des double-autorisations d’exploiter face à deux frères en EARL qui ne cessent de cumuler les terres et les droits à prime sur le plateau de Crémieu. Yoann Peysson qui souhaite s’installer en chèvres transformation en GAEC a obtenu des terres pour atteindre la demi-SMI. Mais les frères Gandon  (à qui a été refusé l’autorisation d’exploiter) s’opposent sur le terrain à ce que le jeune installé dispose des terres qui lui ont été accordées. Dans le contexte local où des pressions sont exercées sur les propriétaires, les double-autorisations mettent en difficulté ces paysans pour obtenir un bail. Une demande de recours gracieux motivée auprès du préfet a été faite le 28 août dernier. Sans réponse.
La Conf de l’Isère en a marre de voir se répéter les mêmes scénarios d’un accaparement du foncier par une poignée de paysans qui se croient tout permis.

DENONCONS LE NON-RESPECT du SYSTEME d’ATTRIBUTION des TERRES !

NOUS DENONCONS LES DYSFONCTIONNEMENT du CONTROLE des STRUCTURES
à travers les décisions rendues par la Cdoa !!!

Nous dénonçons la mauvaise application du Schéma Directeur Départemental des Structures, document officiel de référence qui fixe les priorités à respecter concernant l’aménagement des structures des exploitations agricoles. Nous dénonçons le corporatisme du syndicat majoritaire qui interprète les textes en faveur d’une agriculture toujours plus tournée vers l’agrandissement et qui pénalise la vie de nos territoires.  Les membres de la Cdoa doivent favoriser les attributions confortant la viabilité des exploitations et l’installation de nouveaux paysans !
 La Confédération Paysanne de l’Isère

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+