Archive | 20 novembre 2008

Faire face à l’engouement de la restauration collective

Bilan du colloque Corabio à Romans-sur-Isère « Comment faire face à l’engouement de la restauration collective pour les produits bio« .
colloque-rhf-corabio.jpg

Le 19 novembre, Corabio a réuni plus de 80 personnes (producteurs, entreprises de transformation et de distribution des produits issus de l’agriculture biologique, élus locaux, techniciens de développement agricole) à l’occasion d’un colloque sur l’approvisionnement de la restauration collective bio à Romans.

Alors même que le Grenelle de l’environnement encourage fortement l’introduction de produits bio en restauration collective et que de plus en plus d’établissements scolaires concrétisent cette démarche dans leur service de restauration, l’offre en produits biologique se révèle insuffisante tant en termes de volumes qu’en termes de circuit de distribution adapté. Le défi est donc de pouvoir répondre à cette demande croissante à partir de produits bio issus de Rhône-Alpes.

Les débats ont donc porté sur les conditions à réunir pour rendre ce marché attractif pour des producteurs bio : organisation collective de producteur pour centraliser les commandes et faciliter la mise en marché, partenariat et contractualisation avec les établissements scolaires afin de faciliter la planification….

Des expériences de restauration collective bio ont été à la fois relatées par des « acheteurs » et des fournisseurs en denrées bio. Le gestionnaire du collège Do Mistrau de Suze la Rousse (26) et la société de restauration SHCB ont ainsi notamment fait part du choix d’introduction de produits bio de façon régulière au sein de leur service de restauration collective en explicitant leurs modes d’achat (adaptation des menus en fonction de l’offre disponible).

Vincent Rozé président de l’association Manger Bio Isère a présenté cette initiative collective de producteurs organisés pour produire et livrer la restauration collective; enfin Bruno Anquetil, chef d’entreprise des Pains de Belledone a montré en quoi ce marché était complémentaire à ses autres débouchés (magasins).

Des ateliers en groupe ont enfin permis d’approfondir des solutions concrètes sur 3 thématiques :

· les produits à mettre en avant, les modalités pour répondre à un appel d’offre, les partenariats avec les restaurants collectifs pour faciliter les planifications de production

· l’organisation logistique de livraison, les modes de relations commerciales, l’intérêt de regroupement de producteurs

· les solutions pour développer l’offre en produits biologiques, via l’installation et/ou la conversion de nouveaux producteurs, les conditions pour rendre attractif ce nouveau marché.

Pour Corabio, l’objectif est de répondre à la demande mais pas à n’importe quel prix : à partir de produits bio régionaux, à des prix rémunérateurs pour les producteurs, en partenariat avec les restaurants collectifs et proposant des actions éducatives en direction des cuisiniers, des responsables d’achats, des convives afin de les sensibiliser aux nécessaires changements de comportements alimentaires.

Catégorie bioCommentaires fermés

Saisonniers, employeurs: réussissez votre saison

Saisonniers, employeurs : posez vos questions et réussissez votre saison ! Rhône-Alpes lance un service d’information unique en France dédié à l’activité touristique saisonnière.

Représentant plus d’un quart des emplois, la saisonnalité est une réalité de l’activité touristique en Rhône-Alpes. Or, il existe dans ce secteur de véritables difficultés, notamment en matière de conditions de vie et de travail.

L’accès à une information de qualité est souvent compliqué pour les saisonniers qui font face à  des obstacles récurrents dans leurs démarches : couverture sociale, accès aux soins, parcours professionnel, pluri-activité …

Pour répondre à cette problématique, « questionSaison » a été crée, dans le cadre du Plan régional de la Saisonnalité dans le Tourisme.

Sylvie Gillet de Thorey, Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée au tourisme et à la montagne et Bernadette Laclais, Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux formations professionnelles, ont lancé cet après-midi ce service d’information unique en France, à l’occasion du 15ème Festival International des Métiers de la Montagne (Chambéry).

« questionSaison » se compose de deux outils complémentaires destinés à identifier les besoins des saisonniers et de leurs employeurs et les orienter vers les bons interlocuteurs :
• un portail internet : www.questionSaison.fr
• un numéro Azur : 08 10 69 00 50 (ouvert du lundi au samedi de 8h à 20h, prix d’un appel local) 

Ce service évolutif donne accès à une information sur l’ensemble des thématiques liées à l’activité touristique saisonnière : emploi, logement, formation, santé, droit du travail…

Coordonné par la Région Rhône-Alpes depuis 2007, ce service est le fruit d’une large concertation avec l’ensemble des acteurs de la saisonnalité (services de l’Etat, partenaires sociaux, collectivités territoriales, acteurs locaux et espaces saisonniers rhônalpins).

Plus de 50 partenaires se sont mobilisés pour construire et alimenter régulièrement une base de connaissance régionale unique à partir de leur expérience du terrain.

Avec « questionSaison », la Région Rhône-Alpes et ses partenaires décloisonnent l’accès à l’information des saisonniers et de leurs employeurs, relevant le défi d’une saison touristique réussie !

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Filière bovine: dialogue renoué

Le cabinet de Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche a reçu une délégation interprofessionnelle de la filière bovine afin de discuter de la question de la pesée et du classement des carcasses, question qui a été à l’origine, dans un contexte de marché de la viande difficile, de blocages d’outils d’abattage.
La réunion a permis de renouer le dialogue entre le syndicat national de l’industrie des viandes (SNIV) et la fédération nationale bovine (FNB).

Il a été retenu que l’interprofession bovine, Interbev, mettra en place un groupe de travail de manière à clarifier les pratiques de pesée et de classement des carcasses et à préciser le rôle et la gouvernance de l’association Normabev. De manière à faciliter et à accompagner la réflexion interprofessionnelle, le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche nommera dans les jours qui viennent un observateur qui clarifiera entre autre le rôle des services publiques de contrôle.

Un bilan d’étape est attendu pour la fin janvier 2009. De manière à permettre à l’interprofession de travailler dans un climat apaisé, il a été demandé aux deux familles professionnelles d’éviter les tensions dans les départements en attendant la présentation des premières conclusions fin janvier.

Catégorie filière viande, élevageCommentaires fermés

L’agroforesterie: des arbres dans les champs!

L’agroforesterie ? C’est le mélange, sur une même surface, d’arbres et de productions agricoles. Pourtant, depuis un siècle, les arbres ont été systématiquement retirés, le milieu a été artificialisé. Un retour des arbres dans les parcelles agricoles est-il encore possible ? Souhaitable ? Réaliste ? Il y a mille agroforesteries possibles…

Ce manuel, illustré de magnifiques photos, explore les multiples facettes de l’agroforesterie, association de cultures et d’arbres, qui permet de produire simultanément sur une même parcelle des produits de l’arbre (bois, fruits) et des productions agricoles. Des travaux scientifiques récents montrent que ces mélanges peuvent être très efficaces, à la fois en termes de production, mais aussi en termes de protection de l’environnement.

L’histoire agricole est riche en exemples d’agroforesterie qui perdurent parfois, comme l’association de vigne et d’oliviers en méditerranée ou de maraîchage et d’arbres fruitiers lorsque la terre est rare. Malgré cela, l’idée paraît toujours étonnante tant les arbres ont été extirpés des champs depuis un siècle, en même temps que les cultures ont été intensifiées.
Dans la première partie du livre, Fabien Liagre et Christian Dupraz, chercheur à l’Inra et coordonateur d’un programme européen sur l’agroforesterie entre 2001 et 2005, expliquent le fonctionnement d’une parcelle agroforestière : arbres et cultures modifient mutuellement leurs environnements, et s’adaptent l’un à l’autre, dans un équilibre dynamique.
La seconde partie répond aux questions techniques, de la plantation des arbres à leur récolte, du choix des cultures intercalaires à leur gestion quotidienne, car il y a mille agroforesteries possibles.

Attention toutefois, pour réussir un tel projet, il faut être agriculteur mais aussi savoir s’occuper des arbres. Ce livre complète un guide pratique des plantations d’arbres sur les surfaces pâturées, publié par le Cemagref en 2000.

Éditions France Agricole, 2008, 416 p.
Prix : 43 €

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

L’IGP pour le boeuf de Bazas

La Commission européenne a ajouté récemment deux dénominations de produits agricoles et alimentaires à la liste des indications géographiques protégées (IGP). Il s’agit de la viande française « Bœuf de Bazas » et de la pâtisserie finlandaise « Kainuun rönttönen ». Les deux dénominations s’ajoutent à la liste d’environ 800 produits déjà protégés en vertu de la législation sur la protection des indications géographiques, des appellations d’origine et des spécialités traditionnelles.

logoigp.jpeg

Le Boeuf de Bazas avait obtenu le Label Rouge en juin 1997. Ce Label de terroir vient donc d’obtenir  l’IGP, ce qui implique que le Boeuf de Bazas est produit sur une zone déterminée qui comprend le département de la Gironde, une grande partie des Landes et les cantons limitrophes de la Gironde et des Landes dans le Lot et Garonne et le Gers.

Pour être labellisés en Boeuf de Bazas, les animaux doivent être nés, élevés et engraissés dans la zone définie plus haut et doivent répondre aux exigences d’un cahier des charges très strict sur la traçabilité, l’alimentation, le sanitaire et le bien être animal.

Un terroir reconnu       
Issu des meilleures races bovines à viande Bazadaise, Blonde d’Aquitaine et Limousine, le Bœuf de Bazas est sélectionné dans les élevages agréés et qualifiés sur une zone qui s’étend de la Gironde à une partie des Landes et les cantons limitrophes du Gers et du Lot et Garonne.
Après une jeunesse au pis de sa mère, le Bœuf de Bazas poursuit sa croissance harmonieuse au pâturage. Grâce à une alimentation naturelle, riche, à base d’herbe et de céréales, le Bœuf de Bazas arrive à maturité dans des conditions exceptionnelles. Grâce à des techniques performantes de transport et d’abattage, les éleveurs livrent aux bouchers des viandes n’ayant subi aucun stress, dûment sélectionnés à l’abattoir après les contrôles vétérinaires.

Catégorie filière viande, élevageCommentaires fermés

“Europeana” est en ligne

Europeana, la bibliothèque multimédia européenne en ligne, est accessible au public dès aujourd’hui. En se rendant sur http://www.europeana.eu, les internautes du monde entier ont maintenant accès à plus de deux millions de livres, de cartes géographiques, d’enregistrements, de photographies, de documents d’archives, de tableaux et de films en provenance des bibliothèques nationales et d’institutions culturelles des 27 États membres de l’UE.

Europeana offre de nouveaux moyens d’explorer le patrimoine européen: toute personne s’intéressant à la littérature, à l’art, aux sciences, à la politique, à l’Histoire, à l’architecture, à la musique ou au cinéma pourra accéder gratuitement et rapidement aux plus grandes collections et aux plus grands chefs-d’œuvre européens dans une bibliothèque virtuelle unique, en passant par un portail disponible dans toutes les langues de l’Union européenne.

Ce n’est là toutefois qu’un début. En 2010, Europeana donnera accès à des millions d’œuvres représentant la grande diversité culturelle de l’Europe et comprendra des rubriques interactives telles que des communautés thématiques. De 2009 à 2011, environ 2 millions d’euros provenant de fonds communautaires y seront consacrés chaque année.

La Commission envisage également de faire participer le secteur privé à l’expansion ultérieure de la bibliothèque numérique européenne. En septembre 2007, dans une résolution votée à une large majorité, le Parlement européen avait soutenu la création d’une bibliothèque numérique européenne.

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+