Archive | 29 novembre 2008

Yves Borel: sachons préserver notre AOC noix de Grenoble

Au cours de la soirée festive organisée pour fêter les 70 ans de l’AOC noix de Grenoble, le président du comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a tout naturellement pris la parole.

Yves Borel s’est dit satisfait des différentes animations qui ont été organisées autour de « la meilleure noix du monde ».

Mais il est tout de suite entré dans le vif du sujet.

borel.jpg

 » Hélas, certains politiques sont absents ce soir, j’aurais bien aimé qu’ils entendent que nous sommes des producteurs dont chacun reconnaît la qualité de notre travail mais nous sommes également les garants de l’aménagement du territoire. Si nos paysages sont  beaux, nous y sommes pour beaucoup. Nous jouons également un rôle important dans l’économie, dans la vie locale.

Ceci pour dire qu’il faut garder un maximum de nuciculteurs dans nos campagnes. »

Yves Borel a rappelé que l’AOC noix de Grenoble représente 9000 hectares de vergers répartis sur trois départements: Drôme-Isère et Savoie. 1400 producteurs sont agréés pour produire de la noix Aoc.

« En octobre, on ne nous voit plus, on nous cherche, nous sommes dans les champs afin de récolter un fruit tout à fait exceptionnel, qui a des qualités reconnues, même au niveau de la santé. Une noix qui est appréciée, la preuve ses parts de marché s’agrandissent. »

Et d’ajouter: « Cette année, la récolte est très satisfaisante mais il ne faut pas occulter certaines zones de productions qui ont été victimes de calamités météo. Je mettrais un certain bémol: comme on dit chez nous: cette année les petites ne sont pas grosses… »

borel-2.jpg

Le président du CING a démontré le rôle très protecteur que joue l’AOC.  » Notre noix de Grenoble est un produit de qualité, reconnu, exploité selon un cahier des charges très strict. Cette AOC facilite également la tâche à nos metteurs de marché. On ne peut que remercier les initiateurs de cette démarche pour leur perspicacité.

Il faut absolument garder cette AOC et s’adapter à tous les niveaux afin de la pérenniser. »

Yves Borel, sous forme de boutade, a rappelé que la noix de Grenoble a failli s’appeler la noix de Tullins et il s’est dit fier que l’on place Vinay comme la capitale de la noix de…Grenoble.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Les 70 ans de l’AOC noix de Grenoble dignement fêtés

C’est dans « sa » maison du Grand séchoir à Vinay que l’AOC noix de Grenoble a fêté son 70ème anniversaire.

Pour l’occasion, elle a mis les petits plats dans les grands en proposant un buffet à base de produits locaux, où la noix était omniprésente, de haute tenue.

Auparavant, le président du Grand séchoir, Georges Pelletier a tenu a rappeler que la noix de Grenoble vient de vivre une période très dense à travers son mois et les différentes manifestations qui ont été organisées pour l’occasion.

noix.jpg

Il a surtout mis à l’honneur « les hommes et femmes qui, depuis 70 ans, permettent à la noix de Grenoble d’être tout simplement la meilleure noix du monde, à savoir les producteurs mais également toute la filière ».
Le président Pelletier a cité les personnages clés dans cette aventure. De Robert Mazin, le fédérateur en passant par Coco Ageron, Alain Rivière, Pierre Gallin Martel, Jean Luc Revol, Robert Pinet, Jean Claude Darlet, André Uzel, Christian Noël et bien d’autres encore. » Ils ont fait la renommée de la noix de Grenoble et ont uni leurs efforts pour la valoriser dans le monde entier mais également la défendre et lui permettre de franchir les divers obstacles qui ont jonché son histoire. Une histoire qui est loin d’ en être à son dernier chapitre… »

Le Président Pelletier a rendu un hommage particulier et plein d »humour à « un descendant des néanderthaliens dont toutes les générations produisent des noix à Vinay depuis cette époque. Un homme qui a gardé la carrure de ses ancêtres et qui a une tête aussi dure qu’une coque de noix: le président actuel du comité interprofessionnel de la noix de Grenoble: Yves Borel. »

Georges Pelletier est tellement sûr de son coup qu’il a insisté pour que la presse relaie l’info…

Nous aborderons les grandes lignes de l’intervention d’Yves Borel dans un prochain article.

noix-3.jpg

La soirée s’est prolongée par des spectacles hauts en couleur, originaux comme ce sketch dit en patois et par la signature très attendue du jumelage entre le pays du sud Grésivaudan et un petit Etat issu de l’ex Urss: le Boguestan. Son drapeau étant constitué d’une noix….

noix-2.jpg

Il a été très difficile de couper le ruban qui scelle le jumelage entre le pays du sud Grésivaudan et le Boguestan!

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Vinay fête la noix

La fête de la noix se déroule le dernier week end de novembre tous les deux ans.

Cette année cette  manifestation aura une saveur particulière par le fait qu’elle marquera la fin des festivités organisées dans le cadre des 70 ans de l’AOC noix de Grenoble.
Pendant deux jours, ce samedi 29 et dimanche 30 novembre, la noix sera donc à l’honneur à travers différentes animations mais elle sera également entourée de nombreux et divers produits du terroir.

Le rendez-vous est fixé au gymnase de Vinay.

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Pays du Grésivaudan: dissolution du syndicat mixte

Dans la perspective de la future Communauté de communes du Pays du Grésivaudan, l’assemblée départementale a approuvé hier, en préambule du débat sur les orientations budgétaires du Conseil général de l’Isère, la dissolution du syndicat mixte du Pays du Grésivaudan.

Une dissolution volontaire et anticipée, donc, la nouvelle structure intercommunale étant encore en gestation.
Les élus, conduits dans cette entreprise par François Brottes, député de l’Isère et président dudit syndicat mixte, ont depuis plusieurs mois engagé  les démarches visant à créer sur le périmètre (1) de l’actuel syndicat mixte du Pays du Grésivaudan une communauté de communes née de la fusion des communautés actuelles (La COSI, la CIAGE, les communautés de communes du Balcon de Belledonne, du Haut Grésivaudan et du Plateau des Petites Roches) et regroupant en outre les communes du SIZOV ainsi que celles actuellement hors intercommunalité.

Le premier pas vers cette communauté de communes unique a été l’arrêté pris par  le Préfet de l’Isère le 25 septembre 2008. Les communes concernées ainsi que les communautés de communes ont désormais 3 mois pour se prononcer sur cette création.
Parallèlement, les élus avaient décidé lors du comité syndical du 16 octobre dernier de lancer la procédure de dissolution volontaire et anticipée du Syndicat mixte du Pays du Grésivaudan, dans un souci de meilleure gestion, lisibilité et afin de pouvoir mettre en oeuvre dans les plus brefs délais le réseau de transports collectifs à l’échelle des 49 communes du Grésivaudan.

(1) Le périmètre administratif du Syndicat mixte du Pays du Grésivaudan regroupe 49 communes. Il fait partie de l’arrondissement de Grenoble. Il comprend 6 cantons dont certains ne sont inclus que partiellement dans le Pays et 49 communes pour une superficie de 700 km2 soit une densité moyenne d’environ 127 habitants au km2. 

Catégorie collectivitésCommentaires fermés

Envie d’aventure? Essayez la randonnée nordique

La filière nordique a besoin d’innover, de se diversifier, d’attirer des pratiquants ou de simples amateurs de paysages enneigés, et ainsi de faire vivre les territoires ruraux l’hiver. Les premières assises du nordique qui se sont déroulées il y a quelques jours à Chambéry dans le cadre du festival des métiers de montagne, l’ont clairement souligné.

Le ski de randonnée nordique, mélange de ski de fond, de ski d’alpinisme et de télémark, fait partie des pratiques susceptibles d’attirer des amateurs aimant évoluer dans des espaces vierges, libres de balisage.

Pour notre partenaire, Régis Cahn, rencontré en juin dernier à l’occasion du lancement des GTV (Grandes traversées du Vercors), « c’est un formidable outil de découverte et d’exploration pour traverser les forêts, les prairies, les lacs gelés, les plateaux et vallons enneigés… C’est un ski de raid, de grande traversée et d’aventure. Il est utilisable par le plus grand nombre car il ne requiert pas de véritable compétence technique comme par exemple le ski alpin, le ski de montagne ou encore le télémark ».

Régis Cahn parcourt les massifs français et étrangers à la découverte d’itinéraires sauvages. Adepte du bivouac hivernal et des raids nordiques, il souhaite partager sa passion et son enthousiasme ! Allez voir son site pour tout savoir sur cette pratique: www.skirandonnenordique.com

Le ski nordique n’est pas très répandu en France ; il est pratiqué par des passionnés ou des professionnels accompagnant des clients en région arctique. Le Jura et le Vercors se distinguent particulièrement pour la pratique du ski nordique, mais d’autres régions s’y prêtent également : le Massif Central, le Bugey, les Vosges, le Dévoluy, les Pyrénées, etc.

Le principe est simple : le talon est toujours libre ! La chaussure n’est pas maintenue, ni à la montée, ni à la descente.Ces dernières années, ce ski a beaucoup évolué. Au cours des années 1970, les skieurs nordiques utilisaient des skis de fond pour traverser les espaces naturels non damés.

ski_rando_nordique.jpg

(photo Régis Cahn)

A quoi reconnaît-on des skis de randonnée nordique ?

Ils sont plus larges que les skis de fond et sont munis de carres.
Ils sont plus légers et moins larges que des skis d’alpinisme.
Le talon, n’est pas maintenu et permet de réaliser des virages en « style télémark ».
Les fixations peuvent être des fixations de Télémark (norme 75 mm) ou des fixations NNN BC (fixation spéciale pour la randonné nordique).
Certains modèles sont munis de cale de montée.

Catégorie loisirs/détenteCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2008
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+