Archive | 08 janvier 2009

Rhône-Alpes: appel à projets en écotourisme

Deuxième région touristique française, Rhône-Alpes favorise les solutions nouvelles et alternatives pour construire le tourisme et les loisirs de demain. L’objectif ? Permettre d’ici quelques années aux rhônalpins de bénéficier d’une offre écotouristique, c’est-à-dire qui respecte l’environnement, le patrimoine et les atouts de la région, tout en impliquant fortement les usagers.

Pour initier cette dynamique, la Région lance un appel à projets « Territoires écotouristiques exemplaires ». Collectivités, associations, entreprises et acteurs du secteur touristique ont jusqu’au 15 février 2009 pour proposer un projet global et concerté à l’échelle de leur territoire.



Public concerné
La politique régionale en faveur de l’écotourisme peut concerner tous territoires de Rhône-Alpes investis dans une démarche de développement durable et présentant un fort engagement de médiation à la nature, à l’environnement, à l’écologie, aux patrimoines et aux populations locales. Ces territoires devront faire preuve d’exemplarité dans leur champ d’intervention via notamment le regroupement d’acteurs et la coordination du projet de territoire éco-touristique par une structure porteuse identifiée.

Montant de l’aide/accompagnement proposé

Les territoires sélectionnés bénéficieront d’une aide financière de la Région et seront destinés à servir d’image forte pour l’attractivité de Rhône-Alpes et d’exemples pour l’ensemble des sites afin de favoriser la construction de l’offre éco-touristique à moyen et long terme.

Les projets retenus seront financés au taux moyen de 25%.
Une enveloppe maximale de 500 000 € (investissement et fonctionnement) est réservée par territoire éco-touristique sélectionné pour une durée de trois ans.


Modalités d’attribution

Quelques territoires représentatifs de la diversité de Rhône-Alpes seront sélectionnés en 2009. Un dossier de candidature permettant d’appréhender la motivation du territoire pour rentrer dans la démarche écotouristique doit être déposé avant le 15 février 2009.
(Les candidats disposeront ensuite d’un délai de 3 mois, pour déterminer précisément leur contrat et le retourner au Service Tourisme Durable avant le 15 juin).


Contact(s)

Région Rhône-Alpes
Direction de l’Économie, du Tourisme, de la Recherche et de la Technologie
Service Tourisme Durable
78 route de Paris – BP 19
69751 Charbonnières-les-Bains Cedex
Tel : 04 72 59 41 12 / 49 67
Fax : 04 72 59 43 53
Email : tourismedurable@rhonealpes.fr

Catégorie environnement, territoiresCommentaires fermés

De nouvelles missions pour les vétérinaires

Charles Guené, sénateur de la Haute-Marne a remis aujourd’hui son rapport à Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche. La mission confiée à Charles Guené par le Premier ministre en juin 2008, répond à la volonté de la profession vétérinaire libérale de réfléchir à l’évolution de ses missions, comme en témoigne le titre du rapport « vers une profession vétérinaire du 21ème siècle ». La profession vétérinaire libérale est un des piliers du système sanitaire français de santé animale.
Dans un contexte d’accroissement des échanges mondiaux, il est nécessaire d’être vigilant face à l’émergence et à la diffusion possible de facteurs de risques. La fièvre catarrhale ovine en est l’illustration et a nécessité la mobilisation de la profession vétérinaire pour faire face à cette crise.
Le rapport de Charles Guené, à l’issue d’une large consultation des acteurs concernés, a apporté des orientations constructives. Michel Barnier a décidé d’ores et déjà d’engager plusieurs de ces propositions.
1/ L’évolution des missions des vétérinaires et de la notion d’acte vétérinaire
De nouvelles missions seront confiées aux vétérinaires sanitaires :
- la visite sanitaire sera étendue aux filières porcine et aviaire au cours du deuxième semestre 2009, dans la continuité de la visite sanitaire obligatoire de tous les cheptels bovins mise en place en 2005. Les conditions d’extension de la visite sanitaire à la filière ovine seront également étudiées.
- Les missions sanitaires d’hygiène alimentaire au titre de la santé publique pourront être confiées à certains vétérinaires agréés. Les modalités d’agrément seront précisées par décret au deuxième trimestre 2009.
- De même, un décret en Conseil d’Etat précisera les modalités selon lesquelles des vétérinaires pourront être reconnus comme vétérinaires officiels pour la certification à l’exportation des animaux vivants et de leurs produits autres que les denrées.

Les propositions du rapport du sénateur Guené sur la vaccination seront mises en œuvre rapidement. Il s’agit  notamment de la possibilité pour les éleveurs de vacciner leurs animaux lorsque la vaccination est facultative et qu’elle ne nécessite pas de certification. Un groupe de travail sera mis en place pour définir les conditions dans lesquelles la vaccination pourrait être effectuée, lorsqu’elle est obligatoire, sous la responsabilité et en présence du vétérinaire.

Michel Barnier a d’autre part demandé à la direction générale de l’alimentation de travailler avec la profession vétérinaire pour établir une définition de l’acte vétérinaire et les modalités de fixation des tarifs forfaitaires d’intervention, notamment dans le cadre du mandat sanitaire.
2/ La dynamisation de la profession vétérinaire
Le rapport identifie les freins au développement de cette profession libérale. Michel Barnier a souhaité que les propositions de Charles Guené sur les mesures fiscales et celles concernant l’organisation et la transmission des entreprises soient approfondies en concertation avec le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, le secrétariat d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services, ainsi que le ministère de la Justice.
3/ L’évolution de la formation
Au-delà de la nécessité de renforcer dans le cursus des études vétérinaires les langues étrangères et la gestion d’entreprise, le rapport constate une disparité entre la durée des études vétérinaires en France et celles d’autres pays européens. Il met l’accent sur l’importance d’une évaluation des écoles au plan européen.
Michel Barnier demande à Bernard Vallat, directeur général de l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) et président du conseil d’administration de l’école nationale vétérinaire de Toulouse d’animer un groupe de travail sur la nature et la durée du cursus des études vétérinaires et sur les modalités de recrutement dans les écoles.
Le sénateur Charles Guené présentera son rapport aux organisations professionnelles, en présence du Ministre, le mercredi 14 janvier à 16 heures.
Le rapport est consultable sur le site www.agriculture.gouv.fr
http://agriculture.gouv.fr/sections/publications/rapports/rapport-guene-sur/view

Catégorie élevageCommentaires fermés

Trophées de Savoie: COFORET nominée

ApWEB_CHEMIN_11136_1214839692rès une phase d’appel à candidatures lancée cet été et qui a recueilli plus de 120 dossiers, 10 commissions constituées d’experts et d’acteurs socio-économiques ont désigné cet automne 3 nommés dans chacune des 10 catégories de prix des Trophées de Savoie 2009.

Depuis le 5 janvier et jusqu’au 31, c’est maintenant aux Savoyards que s’ouvrent les Trophées de Savoie nouvelle version avec le vote du public. Le principe est simple : via le site internet www.tropheesdesavoie.com, chacun peut dès maintenant découvrir les vidéos des 3 nommés dans chaque catégorie et voter en ligne pour le candidat de son choix dans une ou plusieurs catégories.
Les lauréats seront fêtés le 6 mars prochain dans la toute nouvelle salle Le Phare à Chambéry lors de la soirée des Trophées de Savoie.

Une démarche participative s’inscrivant pleinement dans le nouveau visage qu’Hervé Gaymard, Président du Conseil général, a voulu donner à cette manifestation. « Mon souhait était vraiment de faire de cette soirée un temps festif et populaire, ouvert à tous les Savoyards et les Savoyardes. Notre territoire regorge de richesses et de porteurs de projets, à tous les niveaux et dans tous les domaines, les Trophées de Savoie sont là pour le mettre en valeur. Chacun pouvait candidater, et tout le monde peut désormais voter sur internet ; je compte sur la mobilisation des Savoyards pour donner leur voix ».

Populaire, mais aussi festive sera cette soirée du 6 mars. Organisée au Phare, elle sera « le premier temps fort de cette enceinte moderne qui manquait à la Savoie et pour laquelle le Conseil général a consacré près de 4 millions d’euros« , précise Hervé Gaymard. Une soirée à laquelle 3000 personnes sont attendues pour l’occasion, et qui mêlera remise de prix et plateau artistique.

COFORET a été retenue dans la catégorie « AGRICULTURE – FORET » et fait donc partie des 3 candidats nominés, pour l’utilisation des données numériques et du GPS dans une opération de « massification forestière » en regroupant plus de 100 propriétaires voisins pour une opération groupée de récolte de bois par câble sur la commune d’Hauteluce et portant sur un total de 4 000 m3.

Catégorie forêtCommentaire (1)

Un procédé d’épuration: les filtres plantés de roseaux

Aujourd’hui, près de six mille communes françaises de moins de deux mille habitants ne disposent toujours pas de station d’épuration. Or les effluents domestiques ont des impacts non négligeables sur la qualité des cours d’eau.  En milieu rural, une des solutions consiste à installer des stations à filtres plantés de roseaux.
Ce sont les chercheurs du Cemagref qui à la fin des années 80 ont défini les conditions de réussite du  procédé.  Cette technique rustique offre les avantages d’une exploitation simple et relativement peu onéreuse tout en ayant des performances de traitement très intéressantes…Les recherches se poursuivent pour piéger les résidus de phosphore ou encore dégrader les boues activées issues des procédés intensifs d’épuration.

Comment ça marche ?

Le lagunage naturel et, plus récemment, les filtres plantés de roseaux se sont fortement développés dans le domaine du traitement des eaux usées des petites collectivités. Leur association permet, dans certains cas, d’accroître les capacités hydrauliques tout en maintenant un niveau de qualité optimum. Cette fiche ne parle pas de techniques intensives (disques biologiques, lits bactériens, boues activées) aussi envisageables en petites collectivités.

epur.jpg

Le filtre planté de roseaux est un procédé extensif d’épuration bien adapté au traitement des eaux usées des petites collectivités grâce à sa simplicité d’exploitation (à faible coût) et à sa fiabilité de leur fonctionnement. Son efficacité est aujourd’hui prouvée en ce qui concerne l’élimination du carbone et la nitrification. En revanche, ce n’est pas le cas du phosphore, molécule responsable de l’eutrophisation des rivières. L’enjeu pour les scientifiques du Cemagref est de concevoir un procédé simple, bon marché et respectueux de l’environnement pour éliminer le phosphore.

Le Cemagref poursuit son travail sur le dimensionnement, la gestion et la conception de ces stations pour les adapter à des réseaux d’assainissement collectant beaucoup d’eaux parasites et, à terme les réseaux unitaires. Par ailleurs, les recherches se poursuivent pour accroître les performances sur la rétention du phosphore et pour réduire les concentrations d’azote global rejetées, en promouvant des conditions favorables à la dénitrification. Les très faibles rejets de sels ammoniacaux déjà obtenus ne sauraient en effet suffire dans certaines zones sensibles à l’eutrophisation.

Contact : Alain Liénard, Lyon
Tél. 04 72 20 87 87
alain.lienard@cemagref.fr

Catégorie assainissementCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+