Archive | 12 janvier 2009

Il avait tiré sur un loup: condamnation requise

En juillet 2005, Denis Dupérier, berger savoyard âgé de 57 ans a tiré sur un loup. « Etant à la tombée du jour, je pensais qu’il s’agissait d’un chien errant », avait-il expliqué. En janvier 2007, il a été relaxé mais la cour de cassation saisie par l’association France Nature Environnement a ordonné que l’affaire soit rejugée. Cela a été le cas ce matin à Grenoble, quatre ans et demi après les faits, donc, en présence d’une bonne vingtaine d’éleveurs et de bergers mais sans le prévenu.

L’avocat général de la cour d’appel de Grenoble a requis la condamnation du berger, laissant la hauteur de la peine à l’appréciation des juges. Ceux-ci ont jusqu’au 23 février pour trancher.

Catégorie alpagesCommentaires fermés

Les gagnants de la tombola du Téléthon

A l’occasion des voeux de la Chambre d’Agriculture de l’Isère, cet après-midi, Francis Annequin, éleveur laitier retraité, coordinateur adjoint du Téléthon 2008 a remis aux gagnants les lots de la tombola Téléthon organisée par la profession agricole en Isère.

Cette petite cérémonie a eu lieu dans la salle Fréjus Michon en présence de Thomas,  8 ans, ambassadeur du Téléthon 2008,  et de ses parents (sa maman est employée du GDS 38). Nous rappelons la liste des heureux gagnants :
1 – M et Mme Hecq gagnent une semaine pour deux personnes dans un gîte du Finistère
2- Jerôme Crozat gagne un dîner + soirée à Pizay pour deux personnes.
3- M et Mme Rozier gagnent un séjour offert par Gîtes de France

tombola-telethon.jpg

Autour de Francis Annequin, au micro, de Thomas et de sa maman, plusieurs élus parmi lesquels Eliane Giraud, vice-présidente du Conseil régional  à l’Agriculture et aux Parcs naturels, René Jacquin,  vice-président de la Chambre d’Agriculture, Alain Pilaud, conseiller général de l’Isère, Charles Galvin, conseiller général délégué à la forêt, filière bois et montagne.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

SIRHA: les petits plats dans les grands

Premier laboratoire du monde pour toutes les restaurations, le Sirha 2009, Salon International de la Restauration, de l’Hôtellerie et de l’Alimentation, aura lieu du 24 au 28 janvier à Eurexpo Lyon. Ce salon, réservé aux professionnels, s’annonce plus que jamais comme un lieu unique où s’expriment toutes les tendances culinaires internationales.

coupe-patisserie.jpg

La Coupe du Monde de la Pâtisserie qui voit chaque année s’affronter au SIRHA l’élite de cet art, a acquis un prestige international. Le jury de la 10e Coupe du Monde de la Pâtisserie avait décerné la médaille d’Or au trio japonais composé de Yukio Ichikawa, Toshimi Fujimoto et Kazuya Nagata.

Véritable carrefour des talents et des goûts du monde entier, le Sirha fait des grandes compétitions internationales qu’il a créées des moments d’exception laissant libre cours à l’expression de la créativité et des patrimoines gastronomiques du monde entier : le Bocuse d’Or, la Coupe du Monde de la Pâtisserie, l’International Caseus Award et le Mondial du Pain.

Désormais inscrit par les professionnels dans le calendrier de lancement de leurs produits et matériels, le Sirha présente ainsi une offre inégalée aux chefs, aux acheteurs, grossistes, décideurs de toutes les restaurations et de toute l’hôtellerie… venus du monde entier pour ce rendez-vous d’affaires exceptionnel.

Les 2000 exposants et marques attendus (dont 450 internationaux) feront cette année encore du Sirha l’événement majeur où se créent les tendances. Ils constitueront également une source d’inspiration sans pareil, un lieu de partage d’expériences pour toutes les professions, leur ouvrant de nouveaux horizons pour tous les moments de la restauration.

Horaires :

Du samedi 24 au mercredi 28 janvier

Exposants : 8h- 20h, Visiteurs : 9h – 18

Tarifs :

Salon réservé aux professionnels (un justificatif professionnel pourra être demandé à l’accueil)

Entrée : 75 € pour les visiteurs non munis d’une invitation

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Offres et demandes d’emplois en agriculture avec www.anefa.org

arefa-rh-ne-alpes-1.jpg

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org

Ain

GAEC cherche un agent d’élevage caprin (H/F) pour assurer les soins aux animaux et effectuer la transformation fromagère. Expérience souhaité. CDD de 8 mois.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: OCA1-01

Ardèche

Exploitant cherche un agent d’élevage équin (H/F). L’agent assurera les soins aux chevaux, l’entretien de la structure et des clôtures. Permis B et conduite de tracteur + remorque indispensable. Il travaillera en pleine autonomie. CDD de remplacement tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. Ref:OEL10-26. OEQ1-07

Drôme

GAEC cherche un agent d’élevage bovin lait (H/F). L’agent aidera au suivi du troupeau. Il interviendra dans l’entretien des locaux, la conduite et l’utilisation de matériel et la production de fourrage. Il assurera la maintenance courante des engins agricoles. La personne recrutée devra être capable de conduire le matériel agricole et de s’adapter aux évolutions techniques. En fonction du candidat, l’employeur peut former à la traite. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: OVL5-26

Haute-Savoie

Exploitation (65 vaches laitières / 92 ha) cherche un salarié polyvalent (H/F) pour partager les responsabilités : la personne recrutée organisera les opérations liées à la conduite de l’élevage. Elle interviendra également dans la gestion administrative de l’exploitation. Expérience impérative. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. Ref: OVL7-74

-Exploitation cherche un agent d’élevage caprin polyvalent (H/F) pour seconder le chef d’exploitation dans les opérations d’élevage, fabrication et commercialisation. Expérience souhaitée. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. Ref: OCA2-74

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Haute Savoie

Homme cherche emploi d’agent d’élevage bovin ou ovin. Titulaire d’un BEPA et d’une maîtrise d’élevage par alternance. Compétence spécifique : conduite de tracteurs. Mobilité : Haute Savoie.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. Ref: DVL3-74

Drôme

Homme cherche emploi complémentaire en agriculture, le mercredi et le jeudi. Etudie toute proposition. Motivé. Mobilité : Drôme.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. Ref: DEL9-26

-Homme cherche emploi de chef d’équipe en viticulture. Expérimenté. Titulaire d’un BAC.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: DVI38-26

Rhône

Homme cherche emploi d’agent d’élevage avicole. Expérimenté. Titulaire d’un BPREA. Mobilité : région.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: DAV2-69

Isère

Homme cherche emploi d’agent d’élevage bovin ou caprin. 5 ans d’expérience en bovins lait. Mobilité : canton de Crémieu.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: DVL5-38

Savoie

Femme cherche emploi d’agent d’élevage caprin. Titulaire d’un BAC (par alternance). Expériences : traite, soins, alimentations des animaux, transformation fromagère et vente. Mobilité régionale.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org.Ref: DCA5-73

qzxhwj.jpg

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Journée nationale de la raquette

Chaque année, la Journée Nationale de la Raquette à neige a pour objectif de permettre à tous ceux que la découverte de la montagne hivernale en raquettes à neige intéresse, de se familiariser avec l’activité dans de bonnes conditions et au sein de groupes de dimension conviviale.

En famille, entre amis, ou seul, la JNR offre donc à chacun la possibilité de s’initier ou de progresser dans l’activité grâce aux conseils des professionnels et des cadres fédéraux pour une pratique qui reste, avant tout, un loisir de découverte de la montagne hivernale dans toutes ses facettes : milieu naturel, milieu patrimonial et milieu humain.

La dimension environnementale est omni présente ainsi que tous les conseils relatifs à la sécurité des pratiquants et au respect des autres usagers de la montagne, en particuliers les adeptes des glisses nordiques qui évoluent sur des itinéraires dédiés.

Les thèmes abordées par les promenades et randonnées en montagne sont nombreux :

  • faune : observation des traces et des indices de vie pour mieux comprendre leur mode de vie hivernal,
  • flore : organisation du couvert végétal en zone de montagne,
  • géologie et lecture de paysage : pour comprendre l’organisation des paysages, l’emprise glaciaire et les phénomènes d’érosion,
  • patrimoine : organisation générale des villages de montagne, agro-pastoralité, architecture du bâti en fonction des contraintes de relief, de climat, d’usage économique et des ressources locales en matériaux,
  • gens de montagne : une occasion unique de rencontrer des gens qui vivent et travaillent en montagne, en lien avec le tourisme mais souvent en phase avec d’autres activités traditionnelles

Chaque activité de promenade ou de randonnée est encadrée soit par un professionnel Accompagnateur en Montagne, soit par un cadre fédéral habilité.

Les groupes ainsi constitués, au gré des thèmes proposés, restent de taille n’excèdant pas 12 à 15 personnes pour que l’activité reste conviviale, permettent de réels échange d’information entre les uns et les autres et ne donne pas lieu à une trop grande pression anthropique sur l’environnement.

La journée nationale s’est déroulée ce dimanche, sous un beau soleil et a attiré beaucoup d’adeptes, chevronnés ou pas sur les sites choisis, à savoir pour l’Isère:

ALPE DU GRAND SERRE 
AURIS EN OISANS 
CHAMROUSSE 
CHICHILIANNE 
COL DE MARCIEU – PLATEAU DES PETITES ROCHES 
COL DE PORTE 
GRENOBLE – COL DE L’ARZELIER 
LA RUCHERE 
OZ EN OISANS 
PAYS DE CORPS 
PRAPOUTEL LES 7 LAUX 

Catégorie loisirs/détenteCommentaires fermés

Télé: vivre dans le pays le plus pauvre du monde

Hadiza, ses trois enfants et son mari Mansour, agriculteur, vivent dans le pays le plus pauvre du monde : le Niger.

.

Hadiza et deux des trois enfants qui lui restent : Fahiza et Aboubacar.
© Jean-Louis Saporito

Chaque année, le même scénario se répète, plus ou moins tragique, au moment où les greniers se vident alors que la nouvelle récolte se fait attendre: c’est ce qu’on appelle le temps de  » la soudure « .

Que la pluie soit en retard et la crise fait son apparition. La malnutrition guette alors les enfants qui meurent en nombre en bas âge. Que la pluie soit trop abondante et les épidémies se déclarent.

Comment fait-on face aux enjeux d’une vie dans un tel contexte ?

Pour Hadiza et les siens, chaque opération même la plus banale, comme boire de l’eau ou se nourrir, et plus encore quand il s’agit de se soigner, devient une aventure quand l’eau est tirée du puits, la nourriture se fait rare à cause de la sécheresse et l’hôpital le plus proche se trouve à des journées de marche…

Découvrez cet émouvant documentaire, réalisé par Jean Louis Saporito, sur France 5, mardi 13 janvier, 20h35.

Catégorie zoomCommentaires fermés

Télé: alerte dans nos assiettes

 Peu à peu, les Français, que l’on croyait attachés aux plaisirs de la table, se sont mis à négliger leur alimentation, aux dépens de leur santé. Une santé qu’ils mettent en péril puisque notre espérance de vie risque de baisser à cause de notre mauvaise alimentation.
Durant 18 mois, le réalisateur, Philippe borrel s’est intéressé aux habitudes alimentaires actuelles des Français.Il en ressort que les bouleversements de nos modes de vie ont radicalement changé le contenu de nos assiettes. Les produits transformés se sont imposés. Mais ils ont un impact négatif sur la santé des consommateurs.Trop riches en sucre, en sel et en gras, ils ont cependant pour eux leur côté pratique. Or, en France, un adulte français sur deux est en surpoids et le pays compte huit millions d’obèses.

Les scientifiques s’alarment. Mais tous les consommateurs ne sont pas logés à le même enseigne. Tout dépend du porte-monnaie, du niveau d’éducation, du temps passé à décrypter les compositions ou à préparer les repas.

Alerte dans nos assiettes: lundi 12 janvier, 20h50 CANAL +

Catégorie consommationCommentaires (3)

La RGPP en question

Mme Michèle San Vicente-Baudrin (Pas-de-Calais- SOC), dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 24/04/2008, attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire sur les orientations actuelles de la révision générale des politiques publiques (RGPP) et, dans ce cadre, sur le projet d’organisation territoriale de l’État.

Alors que le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire a été présenté comme un «outil de service public unique au monde» appuyant son organisation sur la nécessaire prise en compte du développement durable dans les politiques publiques, la RGPP en cours vise, sous l’impulsion du ministère de l’intérieur, a faire disparaître ce service public.

En effet, parmi ces orientations figurent la suppression de tous les services déconcentrés de l’État, en région comme en département en les plaçant sous l’autorité des préfets de région et en ne conservant que les fonctions régaliennes de l’État au sein des préfectures, la création d’agences ou d’établissements ou l’externalisation vers le privé pour les quelques missions techniques publiques conservées, un nouvel acte de décentralisation visant à transférer de force aux collectivités diverses fonctions ou missions (biodiversité, police des eaux, prévention des risques…).

Dès lors, la présence territoriale de l’État ne relèverait plus que d’un seul ministère, celui de l’intérieur, et l’ensemble des moyens de l’État serait de l’unique responsabilité du préfet de région. Une telle organisation bouleverserait les fondements républicains sur lesquels sont organisés l’État et les collectivités. Elle entraînerait la fin d’un État acteur, solidaire, opérateur, prestataire, partenaire, conseil et stratège, la fin du service public technique de l’aménagement durable du territoire, proche des citoyens, des professionnels, des entreprises et des collectivités territoriales, acteurs essentiels dans la mise en oeuvre des politiques publiques.

Aussi, elle lui demande ce qu’il entend faire pour maintenir et développer le service public de l’aménagement et du développement durable du territoire.

Réponse du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire publiée dans le JO Sénat du 08/01/2009

La réorganisation de l’administration territoriale de l’État ne remet pas en cause l’existence de services déconcentrés aux niveaux régional et départemental, mais prévoit de tirer parti des synergies entre les missions exercées, pour améliorer le service à l’usager, la lisibilité de l’organisation et l’efficacité de l’action.

Ainsi, le premier comité de modernisation des politiques publiques (CMPP) a décidé le 12 décembre 2007 la fusion des services régionaux du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDDAT), à savoir des directions régionales de l’équipement (DRE), des directions régionales de l’environnement (DIREN) et des directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE).

Cette fusion permettra aux futures directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) de promouvoir un aménagement durable des territoires, intégrant les problématiques d’aménagement du territoire comme de protection de l’environnement.

Au niveau départemental, la généralisation de la fusion des directions départementales de l’équipement (DDE) et des directions départementales de l’agriculture et de la forêt (DDAF) déjà expérimentée dans huit départements, a été actée. Le décret du 27 novembre 2008 étend cette disposition à 47 départements supplémentaires, à compter du 1er janvier 2009.

Le troisième CMPP du 12 juin 2008 et la circulaire du Premier ministre du 7 juillet 2008 ont précisé le cadre de l’organisation départementale, basée sur deux ou trois directions départementales. Parmi celles-ci, la direction départementale des territoires (DDT) traitera des politiques à impact territorial. Elle sera constituée sur le socle des DDE-DDAF fusionnées et des services « environnement » des préfectures. Le réseau scientifique et technique du ministère ainsi que les services en charge de l’ingénierie connaîtront une évolution vers le coeur des politiques publiques du MEEDDAT, et vers les actions contribuant directement au développement durable, dans un contexte budgétaire dont chacun mesure la difficulté.

Le deuxième CMPP du 4 avril 2008 a ainsi décidé le désengagement progressif des missions d’ingénierie publique concurrentielle, mais réaffirmé explicitement le maintien des prestations d’assistance technique de l’État pour des raisons de solidarité et d’aménagement du territoire (ATESAT) pour les petites communes et intercommunalités.

Le comité de modernisation des politiques publiques n’a pas programmé de nouveaux transferts de compétence du MEEDDAT aux collectivités, que ce soit dans les domaines de la biodiversité, de la politique de l’eau, de l’urbanisme ou de la prévention des risques. Le « Grenelle de l’environnement » constitue un formidable enjeu qui doit pouvoir s’appuyer, pour son déploiement, sur des services et des agents confortés dans leur technicité. Le ministre d’État est particulièrement attaché au maintien de la capacité d’expertise et des compétences techniques de son département ministériel, qui s’avèrent indispensables à la réussite de ses missions au service de l’environnement et de l’aménagement du territoire.

Catégorie territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+