Archive | 14 janvier 2009

Les fruits du Québec

Depuis près de 20 ans, la Région Rhône-Alpes partage avec le Québec une tradition d’amitié et d’échanges riches et diversifiés qui porte ses fruits. Initiée en 1989, cette coopération a été officialisée en 1994 par la signature du premier Plan d’action dont l’objectif était de fixer les fondements de la coopération.

Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, et Wilfrid-Guy Licari, Délégué général du Québec à Paris, signent aujourd’hui le sixième renouvellement de cette convention qui précise les objectifs et les orientations pour la période 2008-2010, autour de quatre thématiques principales :
- économie et développement durable
- recherche et innovation
- enseignement supérieur, formation et mobilité universitaire et professionnelle
- culture

Les objectifs principaux :
- favoriser le rapprochement des pôles de compétitivité, Clusters Rhône-Alpes et créneaux d’excellence québécois,
- établir des liens entre les antennes d’Entreprise Rhône-Alpes International (ERAI) et le réseau de représentation du Québec à l’étranger,
- poursuivre les projets visant à placer le développement durable au cœur de la coopération,
- poursuivre les partenariats multilatéraux,
- approfondir les programmes et dispositifs de mobilité universitaire et professionnelle,
- approfondir les partenariats culturels.

Le renouvellement du Plan d’action réaffirme l’attachement de la Région Rhône-Alpes à ses relations avec le Québec et sa volonté de les développer sur le plan économique, social, scientifique et culturel. Pour le Québec, il témoigne de la maturité des liens étroits qui l’unissent à la Région Rhône-Alpes, et de l’intérêt de poursuivre cet élan déjà porteur de nombreux fruits.

La présence du bureau d’ERAI à Montréal, la tenue annuelle des entretiens Jacques Cartier, les échanges d’étudiants, de chercheurs et d’artistes entre le Québec et la Région Rhône-Alpes, les diverses activités culturelles et économiques menées conjointement témoignent de la solidité des liens qui unissent ces deux territoires depuis près de 20 ans.

Catégorie planète TerreCommentaires fermés

Stage légumes bio en Ardèche méridionale

Vous êtes agriculteur (trice), conjoint(e), associé(e) d’exploitation, vous produisez des légumes bio ou conventionnels, ou vous envisagez une production de légumes biologiques.

Un stage de deux jours en Ardèche méridionale est organisé les 10 & 17 février, sur le thème  » Démarrer en production de légumes bio en Sud Ardèche ».
Contacts: Jacques Brunier  responsable du stage ( jacques.brunier @ardeche.chambagri.fr) et Béatrice Delarbre, assistante, au  04 75 20 28 00.

Renseignements complémentaires et bulletin d’inscription sur www.synagri.com/

Catégorie installationCommentaires fermés

Pour un développement rural équilibré en Rhône-Alpes

Hier à Charbonnières, Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes et Eliane Giraud, Conseillère régionale déléguée à l’agriculture, au développement rural et aux parcs naturels régionaux, ont accueilli plus de 200 partenaires et élus des collectivités rhônalpines, afin de débattre du développement rural en Rhône-Alpes.

« Alors que des inquiétudes se font jour sur les engagements de l’Etat, alors que l’Europe est à la croisée des chemins dans un contexte de réforme de la PAC, et compte tenu de l’importance que la collectivité régionale attache au développement rural sur l’ensemble de ses territoires, il était très opportun d’organiser cette journée d’information et d’échanges dès les premiers jours de janvier. » a déclaré Jean-Jack Queyranne.

Les Régions, et Rhône-Alpes au premier chef, ont vocation à être des acteurs majeurs du développement rural. Cela a été réaffirmé dés 2005 dans le cadre du Plan régional pour l’agriculture et le développement rural et du Document régional du développement rural.

Le poids de l’agriculture

Le territoire régional est concerné dans son ensemble. En Rhône-Alpes, l’agriculture valorise à elle seule 35% des sols et le territoire dispose d’un massif montagneux extrêmement riche (pastoralisme, bois, élevage de montagne..). Le développement rural est le meilleur moyen d’assurer la pérennité de l’emploi agricole et agro-alimentaire en Rhône-Alpes : plus de 100000 actifs pour l’agriculture et 47 000 salariés pour l’agro-alimentaire (soit 10% de l’emploi industriel régional).

C’est pourquoi, la Région est très engagée aux côtés des agriculteurs et du monde rural : les contrats d’objectifs et de filières, la politique agro-alimentaire et le lancement à l’occasion du SIRHA d’un projet de cluster Agro-alimentaire, la convention sur la forêt et le bois 2009-2013 et le « réseau rural régional ».

Le Président de la Région Rhône-Alpes a souligné l’actualité particulière de cette journée : « Il y a deux inquiétudes légitimes aujourd’hui : En France, l’Etat semble remettre en cause un certain nombre d’outils destinés au développement rural et au niveau de l’Europe, dans un contexte de réforme de la PAC, il y a des enjeux très importants qu’il va falloir clarifier pour assurer l’avenir de la ruralité. »

La réforme de la PAC doit, en effet, être favorable au développement rural, tout en étant maintenu dans le cadre d’une agriculture compétitive et durable. C’est la position de l’Association des Régions de France (ARF) et également celle de Rhône-Alpes, qui passe par 3 axes : une PAC plus efficace et plus équitable, une PAC qui protège de la mondialisation et une PAC qui prend en compte les défis de l’environnement. 

Jean-Jack Queyranne a ainsi appelé de ses vœux : « Les Régions devraient jouer un rôle plus important (régionalisation des aides directes et du second pilier), la conditionnalité des aides devra être renforcée (responsabilité écologique, compétitivité des exploitation et revenus des agriculteurs), et les instruments de soutien et de gestion des marchés devront être adaptés (actuellement 80% des aides profitent à 20% des exploitations en Rhône-Alpes et 50% des exploitations ne perçoivent rien!).

La Région Rhône-Alpes sera donc particulièrement vigilante pour que le développement rural sorte gagnant de cette réforme. »

Le budget régional 2009 consacré à l’agriculture, la forêt, les industries agro-alimentaires et le développement rural s’élève à 36 M€.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Adhésion à un groupement: l’exemple du Vercors 4 montagnes

C’est l’heure du renouvellement des adhésions dans bon nombre d’associations, syndicats, groupements. C’est le cas par exemple pour celui du Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 montagnes.
Nous avons demandé à Daniel Bonnet, président du GS4M quels sont les avantages d’adhérer à un groupement forestier.

president

« Deux cas de figure…

- Le propriétaire n’a pas de connaissances forestières.

Bien souvent il ignore même les limites de sa propriété. Dans ce cas pourquoi rester solitaire quand le regroupement lui permettra de se plonger dans le monde forestier, de découvrir et d’apprendre la gestion forestière en général et la gestion la plus appropriée à son patrimoine.
Pour cela, toute une organisation forestière est déjà en place.
Le premier contact avec un Groupement permet une visite « gratuite » de sa propriété, avec un technicien, et un premier diagnostic oral de l’état présent et des perspectives envisageables…
L’adhésion à un Groupement, modeste en soi, permet d’être abonné à deux revues forestières: Sylve 38 – au niveau départemental et Le Forestier Privé à l’échelle régionale (vulgarisation et technique).

Elle permet également de pouvoir se garantir, à des conditions avantageuses, en Responsabilité Civile contre les risques éventuels occasionnés aux tiers.

Autres avantages, ceux de

-Faire partie d’un Syndicat à l’échelon local, relais de la Fédération des Forestiers Privés de France qui siège à Paris (la défense des droits de propriétaire).
-Rencontrer d’autres propriétaires lors de réunions de formation sur le terrain, avec l’encadrement des techniciens  du Centre Régional de la Propriété Forestière Rhône-Alpes(CRPF), mais aussi les techniciens de la Coopérative qui pourront vous aider pour l’exploitation et la commercialisation de vos bois.
-Comme toute Association, des bénévoles s’impliquent pour créer la communication entre tous les membres et des réunions (Assemblée Générale..)permettent de mieux se connaître et d’évoluer ensemble…

- Le propriétaire est bien aguerri

Il a son autonomie d’où l’importance de rejoindre une association.

Son expérience sera utile à tous en mettant en exergue l’utilité de créer une bonne desserte, de se regrouper pour gérer des parcelles en commun, d’exploiter en commun (chacun gardant son indépendance), de faire connaître les avantages du regroupement et d’une bonne gestion en respectant notre environnement (certification PEFC)

De plus ces regroupements procurent des avantages fiscaux… des aides substantielles pour des travaux…
Etant en permanence en contact toutes les structures où l’on parle FORET, l’encadrement désigné est au fait des évolutions (chauffage bois, avancées technologiques, barèmes de prix…) et permet d’informer au mieux les propriétaires adhérents.

Tout un tas de bonnes raisons pour rejoindre un Groupement de Sylviculteurs, faire partie de toutes les structures forestières. »

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

Vous êtes propriétaire forestier sur le Vercors 4 montagnes, vous souhaitez plus de renseignements sur le groupement; cliquez sur www.gs4m.com/

BULLETIN
D’ADHESION 2009

telecharge

Catégorie forêtCommentaires fermés

Se préparer à passer en bio

Vous êtes agriculteur (trice), conjoint(e), associé(e) d’exploitation, en cours d’installation, vous avez un projet incluant une conversion à l’agriculture biologique.  La Chambre d’Agriculture de l’Ardèche vous propose un stage de 2 jours à Privas les 20 et 27 janvier : « Se préparer à passer en bio ». Pas de pré-requis nécessaire.

Contacts:

Jacques Brunier  responsable du stage et Béatrice Delarbre, assistante : 04 75 20 28 00

E-mail : jacques.brunier @ardeche.chambagri.fr

Chambre d’Agriculture de l’Ardèche, 4 avenue de l’Europe Unie – BP 114 – 07001 PRIVAS CEDEX
Tél : 04 75 20 28 00 Fax : 04 75 20 28 01 –

Infos complémentaires sur www.synagri.com/

Catégorie installationCommentaires fermés

JO 2018 à Grenoble, les sites choisis

logo grenoble 2018

Grenoble est candidate à l’organisation des jeux olympiques d’hiver. Ceux de 2018, soit 50 ans après ceux qu’elle a organisés en 1968. Le dossier avance et on sait à présent quels seront les différents sites et massifs où pourraient se dérouler les différentes compétitions.

La station des Deux Alpes verrait se dérouler les épreuves de ski alpin, l’Alpe d’Huez le snowboard et le ski alpin, Autrans le biathlon, le saut et le combiné nordique, Méaudre le ski de fond, Chamrousse le freestyle et le snowboard.

L’agglomération grenobloise, véritable noeud de l’organisation, accueillerait les épreuves de  patinage artistique et de vitesse, le short track, le hockey sur glace, et le curling.

Le village olympique, quant à lui, serait implanté sur l’esplanade, Porte de France, à Grenoble.

Grenoble mais également Annecy, Nice et Pelvoux-Ecrins sont candidates à la candidature aux JO-2018.

Le CNOSF doit décider le 18 mars de l’opportunité de déposer une candidature française auprès du CIO et si oui laquelle.

Le CIO décidera ensuite en 2011 de la ville hôte. Munich (Allemagne) et Pyeongchang (Corée du sud) sont les deux villes candidates déclarées et favorites.

Catégorie sportCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+