Archive | 21 janvier 2009

Restauration collective: faire la part belle aux producteurs locaux

La restauration collective : un marché, qui laisse envisager de belles perspectives pour les producteurs locaux.
La restauration collective (restaurants des établissements scolaires, des hôpitaux, des maisons de retraite, des cuisines centrales, des restaurants d’entreprise) ainsi que quelques restaurants privés représentent plusieurs milliers de repas par jour.
Le territoire Rhône PLURIEL (Projet Local d’Union Rhône Isère et Loire), compte 180 000 habitants répartis sur 76 communes. A l’intersection des départements du Rhône, de l’Isère et de la Loire il regroupe les Communautés de Communes du Pilat Rhodanien, Région de Condrieu, Collines du Nord Dauphiné et Pays Roussillonnais, la Communauté d’Agglomération du Pays Viennois et les communes de Grigny, Givors et Sainte Colombe.
Depuis 2007,  un groupe de travail a été mis en place pour réfléchir sur la possibilité de consommer localement ce qui est produit localement.
Dans un premier temps, ce groupe de travail a analysé, sur la base de plusieurs retours d’expériences, les conditions favorables et les freins existant vis-à-vis du développement de l’approvisionnement local de la restauration collective.
Il s’est ensuite attaché à recenser les structures de restauration collective du territoire, à identifier leur mode de fonctionnement, à évaluer le volume des denrées consommées et leur demande potentielle en produits locaux et à relever les contraintes relatives à leur approvisionnement. Parallèlement, le groupe de travail a inventorié les différents acteurs agricoles du territoire, leur type de production et leur mode actuel de commercialisation.
Il en est ressorti les éléments suivants :
1. Diagnostic informel : Le contexte est très propice, nous sommes témoins de l’émergence d’une demande croissante, durable et importante des consommateurs pour des produits alimentaires de proximité :
- Recherche de qualité (santé, nutrition…)
- Souci d’une agriculture durable (renouvellement des exploitations, maintien du potentiel agricole, préservation de l’environnement proche…)
- Recherche d’un relationnel individualisé, d’actes citoyens voire de « résistance » sociale (mondialisation, isolement,…), un nouveau sens à la consommation
2. Une agriculture menacée :
- Le système de commercialisation actuel ne permet plus aux agriculteurs de vivre de leur métier.
- La marge économique va à la distribution et échappe de + en + aux agriculteurs.
- L’agriculture subit durement l’évolution des marchés mondiaux (spéculation, évolution de la PAC…)
- Un renouvellement des exploitations insuffisant (1 installation pour 3 départs)
Les enjeux du territoire en ce qui concerne ce projet sont :
1. Organiser et regrouper l’offre locale par la création d’outils économique afin qu’elle soit adaptée et accessible aux consommateurs locaux, aux touristes de passage, aux points de vente locaux …
2. Proposer des produits locaux à la restauration collective (écoles, maisons de retraite, cliniques, …) de notre territoire en soutenant une commande publique citoyenne et durable
3. S’implanter dans une zone commerciale à fort potentiel Permettre aux agriculteurs du territoire d’avoir de nouveaux débouchés rentables.
4. Revenir à des circuits de distribution à taille humaine
Il semble que la mise en place d’une plateforme de distribution de produits locaux soit une nécessité vitale pour l’agriculture locale et la restauration collective.
D’autre part Rhône PLURIEL en assurant l’étude de faisabilité de ce projet serait pleinement dans sa mission et ses objectifs de développement durable :
- Une gouvernance basée sur l’implication des acteurs du territoire : (un groupe de travail qui associe l’ensemble des acteurs : producteurs, gestionnaires de restaurant collectif, élus, techniciens des collectivités territoriales, les services consulaires…)
- Une vocation d’outil économique : en facilitant la mise en relation offre/demande sur l’ensemble des circuits, en maintenant une valeur ajoutée sur le territoire au profit des acteurs économiques, en identifiant les pratiques et les débouchés économiques
- Un impact environnemental : des produits de proximité limitant ainsi les transports (CO²), maintien d’une agriculture gestionnaire du territoire.
- Un volet social : maintien et création d’emplois en agriculture, en logistique et tourisme.

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

Opération Décoodé au lycée Agrotec de Vienne

Le lycée Agrotec de Vienne organise le vendredi 23 janvier de 9 h  à 16 h  une opération de sensibilisation de ses élèves au concept du développement durable.

Cette opération, baptisée Décoodé, se déroulera sous forme de jeu de rôle.

Cette journée s’inscrit dans une démarche globale de l’établissement, qui a été labellisé l’an dernier «éco-école» par la Fédération pour l’Education à l’Environnement en Europe (FEEE).

Elle sera pilotée par la classe de Seconde Générale et Technologique du lycée, qui en effectuera la mise en place et l’animation dans le cadre de l’enseignement de détermination «Ecologie Agronomie Territoire et Citoyenneté». Les élèves seront accompagnés dans ce
travail par Mlle Jourdan, professeur d’agronomie et M. Denizeau, professeur de biologie.

Une centaine d’élèves de l’établissement y participera.

Le groupe viennois d’Artisans du Monde (ADM) prêtera son concours à cette manifestation à travers une animation et une exposition sur le commerce équitable au moment du repas de midi. Les bénévoles d’ADM participeront également à la conférence qui clôturera la journée.

Le lycée Agrotec est également engagé dans d’autres démarches liées au développement durable :

- les opérations «cantine bio» et «lycée éco-responsable» portées par la région Rhône-Alpes ;

- la réflexion portée par le syndicat mixte Rhône-Pluriel sur l’approvisionnement en produits locaux de la restauration collective (circuits courts). Cette démarche innovante estinitiée et pilotée par Rhône-Pluriel.

Catégorie environnementCommentaires fermés

André Pochon raconte son combat

Agronomes et paysans, éd. Quae, 2008
 

André Pochon,  figure de l’agriculture bretonne, que nous avons déjà eu l’occasion de vous présenter dans Sillon 38, est un ardent promoteur et défenseur de l’agriculture durable.

Dans ce livre, « Agronomes et paysans – un dialogue fructueux », il revient sur son combat et celui de son mouvement en faveur d’une conduite d’élevage saine et sur l’histoire de ses rapports avec le monde agronomique.

L’auteur s’est engagé dès les années 60 dans la lutte des jeunes organisations paysannes sur la voie du progrès. Précurseur en matière de respect de l’environnement, il a appliqué avec succès l’adage « gagner plus en travaillant moins ».Le secret de sa réussite ? Pour ceux qui l’auraient oublié : le plat principal au menu d’une vache, c’est l’herbe ! Et l’exploitant qui s’en souvient n’est pas perdant, au contraire ! Aujourd’hui retraité mais toujours militant, André Pochon revient sur son combat en faveur d’une conduite d’élevage saine et sur l’histoire de ses rapports avec les scientifiques de l’Inra. Il relate avec passion les relations contrastées mais toujours fécondes que son mouvement a entretenues pendant quarante ans avec le monde agronomique. Ses anciens partenaires – jeunes chercheurs à l’époque – reviennent également sur leur expérience. Ensemble, ils analysent la situation actuelle.

Collection Sciences en questions.

Éditions Quae, novembre 2008, 72 p.
Prix recommandé 8,50 €

> Informations et commande sur le site des Éditions Quae

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

“L’apprenti”: les “bonnes” critiques de Guy

Ma photo

Guy Chassigneux est un cinéphile averti. Il nous livre ici ses sentiments après avoir vu le film » l’apprenti ».

« Premier film de Samuel Collardey.

Pour revenir à la campagne, je vais au cinéma. Oui, j’avais porté aux nues le dernier Depardon qui touchait au cœur d’un monde à sa fin, à la gravité du monde.

Ici, c’est autre chose mais tout aussi juste : il est question de transmission, et elle est problématique. Dans cette chronique où il m’est impossible de séparer la fiction du documentaire : je crois tout. J’ai été ému, effrayé, j’ai souri.

Le jeune arrive à la ferme avec des responsabilités à assumer qui peuvent sembler démesurées car il est encore avec ses jouets d’enfants et tellement fragile, écorché.

Le paysan, qui doit lui apprendre plus qu’un métier, est remarquable de vérité, de pédagogie. Dans cette ferme du Jura, il y a bien des signes de modernité, l’ordinateur, mais les cours sont toujours aussi boueuses, la naissance d’un veau toujours aussi émouvante, le cochon a beau être pendu pour sa mort à la fourche hydraulique du tracteur mais c’est sa graisse qui sert à traiter les mammites.

Les paysages sont beaux, la vie violente : les beuveries, les scènes avec le père et la mère séparés, mais aussi tendre : une partie de luge, un au revoir tout en pudeur ».

Vous pouvez consulter le blog de Guy où vous trouverez une foule d’infos qui vous passionneront.

 

  Cliquer sur:

Le blog de Guy: De la politique, du cinéma, des spectacles, des beaux arts, des livres, de l’école, des ballons, des faitout…

Catégorie zoomCommentaires fermés

Sur les écrans: “L’apprenti”

A voir sur les écrans de cinéma, « L’apprenti »,  de Samuel Collardey, avec Paul Barbier et Mathieu Bulle.  Le film, entre documentaire et fiction, raconte l’histoire de Mathieu, 15 ans, élève dans un lycée agricole, et apprenti en alternance dans la ferme de Paul, une petite exploitation laitière des plateaux du haut Doubs.

affiche-apprenti.jpg

Outre l’apprentissage des méthodes de travail de Paul, Mathieu doit s’intégrer à la vie de la famille, prendre ses marques, trouver sa place.
Autour des gestes du travail, des liens se tissent avec Paul. Il apprend à son contact ce qui ne s’apprend pas dans une salle de classe. Car c’est aussi un père absent que Paul remplace…

Samuel Collardey:  » L’Apprenti raconte aussi ce que devient le monde paysan, notamment dans la confrontation d’opinions entre les aînés et les jeunes qui vont prendre la relève. Les apprentis parlent d’“exploiter” et se moquent un peu de leurs maîtres de stage qui parlent de “cultiver”. C’est presque incidemment que le film aborde ces choses-là. Je ne cherche pas à relater les évolutions du monde paysan. Cela ne m’intéresse que parce qu’à un moment, c’est un sujet de conflit entre Paul et Mathieu, un enjeu dans leur relation ».

Ce film a obtenu plusieurs distinctions:

- Prix Louis-Delluc Premier Film
- Prix de la semaine internationale de la critique à la 65e Mostra de Venise
- Prix Spécial du Jury, Festival International du Film Francophone de Namur 2008
- Bayard d’or de la Meilleure Première Oeuvre, Festival International du Film Francophone de Namur 2008

Catégorie zoomCommentaires fermés

Faire ses courses et diviser par 5 les émissions de CO2

Nous sommes très heureux d’accueillir en banière les nouveaux producteurs.com.
On vous rappelle le concept: il s’agit de la boutique virtuelle des nouveaux producteurs. Ce site marchand vous propose de faire vos courses comme si vous étiez au marché de votre quartier ou de votre village

Livraisons à Domicile. Pour toutes les personnes habitant dans le périmètre indiqué dans la page d’accueil du site, vous êtes livrés à domicile par nos transporteurs. Il y a une tournée par semaine : le SAMEDI de 9h à 18h.
Afin de répondre du mieux possible à vos besoins vous avez la possibilité de vous faire livrer le MERCREDI après midi : Si votre commande nous parvient avant le lundi 19h, vous pouvez demander à être livrés le mercredi qui suit, pour cela, il vous suffit de noter dans la zone commentaire de votre commande : « LIVRAISON LE MERCREDI ».
ATTENTION : La livraison le mercredi n’est pas automatique, vous devez OBLIGATOIREMENT en faire la demande dans la zone commentaire de votre commande. Par défaut, les commandes sans l’indication « LIVRAISON LE MERCREDI » sont livrées le SAMEDI entre 8h30 et 18h
Vos Producteurs.  Ils vous présentent leurs exploitations et leur méthodes de culture pour que vous puissiez apprécier leurs produits. Chacun d’entre eux s’est engagé à ne proposer sur ce site, que des produits cultivés selon une méthode respectant l’environnement et la nature.
Vos Produits. Les fiches mises à votre disposition vous permettent d’apprécier les efforts mis en oeuvre pour vous proposer les meilleurs produits. Chaque consommateur peut noter les produits et ainsi vous apporter leur commentaire sur leurs expériences.
Comme à la Maison. Tout comme à la maison, vous pouvez faire votre liste de commissions au fur et à mesure des besoins. Votre contexte est maintenu à jour entre deux visites et vous retrouverez votre liste de courses dans l’état où vous l’avez laissé en partant. Vous n’aurez plus qu’à la compléter et à passer votre commande au moment que vousjugerez opportun.np.jpg

Catégorie consommationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+