Catégorie | élevage

Grippe aviaire: la France solidaire de l’Egypte

La France a fait don à l’Égypte de 24,5 millions de doses de vaccin pour la vaccination des volailles contre l’influenza aviaire. Ce don est estimé à plus d’un million d’euros. Ces vaccins avaient été achetés par la France en 2006 auprès des laboratoires INTERVET pour prévenir une éventuelle propagation du virus dans les élevages de volailles, suite à l’apparition d’un foyer en février 2006.
Depuis 2007, la situation au regard de l’influenza aviaire est favorable sur le territoire français. C’est la raison pour laquelle le ministère de l’agriculture et de la pêche a décidé de donner ces vaccins à l’Égypte où la maladie sévit encore. Plusieurs foyers en élevage de volailles ont encore été découverts cet été, touchant essentiellement des élevages traditionnels dans les campagnes autour du Caire, dans le delta du Nil ou le long du Nil.
Après vérification de leur efficacité et de leur stabilité par le laboratoire INTERVET, sous contrôle de l’Agence nationale du médicament vétérinaire (AFSSA-ANMV) qui a pu confirmer une validité de leur usage jusqu’en mars 2009, les vaccins ont été acheminés par bateau vers l’Égypte ; ils ont été réceptionnés par les autorités égyptiennes en octobre dernier. Leur déploiement dans tous les gouvernorats d’Égypte est en cours, et le programme de vaccination devrait s’achever fin janvier 2009.
Ce don de vaccins traduit les bonnes relations entre la France et l’Égypte, en particulier dans le domaine agricole. Il illustre également notre volonté de coopération internationale pour lutter contre le virus de l’Influenza aviaire.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur


Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+