Catégorie | vie syndicale

Le fonds des Calamités Agricoles en question

Dans un communiqué, la Coordination rurale souligne le fait que « le sinistre observé le samedi 24 janvier dernier dans le Sud-ouest confirme l’importance du Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles (FNGCA) dans la protection des risques non assurés.

La nouvelle assurance aléas climatiques, que l’Etat s’est proposé de soutenir auprès des agriculteurs, devait progressivement se substituer à ce fonds.

Or, le ministère de l’Agriculture est sur le point de publier un arrêté fixant des exclusions (dont les grandes cultures) au champ d’application du FNGCA au 1er janvier 2009.

L’accès à l’assurance aléas climatiques pour les cultures implantées à l’automne étant clôturé depuis le 31 octobre 2008, les cultures d’hiver qui ont subi des dégâts d’inondation dans le Sud-ouest pourraient se trouver sans aucune couverture de risque.

L’Organisation des Producteurs de Grains et la Coordination Rurale demandent donc que la date d’entrée en vigueur de l’arrêté qui fixe les exclusions au champ d’application du FNGCA soit reportée au 1er janvier 2010, de sorte qu’un tuilage entre les deux systèmes de d’assurance permette aux agriculteurs de s’organiser en conséquence.

Il est par ailleurs surprenant de découvrir que le taux de soutien de l’Etat pour cette assurance aléas climatique qui était initialement prévu à 35% a été ramené à 25 %.

Les conditions économiques actuelles pour les grandes cultures sont sources de fragilisation de ce secteur. Dans ce contexte, les producteurs ont plus que jamais besoin d’un engagement ferme et de longue durée de l’Etat à leurs côtés ».

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8575 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2009
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+