Archive | 19 février 2009

Nicolas Sarkozy tente de rassurer le monde agricole

Le monde agricole, dans son ensemble, commençait sérieusement à douter de l’intérêt que porte le président de la République pour cette activité. C’est d’une ferme du Maine et Loire, à la veille de l’ouverture du Salon international de l’Agriculture, que  le président de la République a tenté de rassurer le monde agricole.

Il a annoncé le dépôt d’un projet de loi de modernisation de l’agriculture, « avant la fin de l’année » et le déblocage d’une somme de 300 millions d’euros pour en financer les priorités.

Il a précisé qu’il souhaitait prendre les devant plutôt que de subir les changements face à la PAC de 2013.

Tout sera fait pour favoriser la compétitivité et l’organisation économique de notre agriculture, a précisé le président de la République qui a indiqué que le gouvernement allait renoncer aux économies prévues dans le budget 2010 du ministère de l’agriculture.

Vous vous doutez bien que l’on attend avec impatience les réactions des différents syndicats agricoles…

Pour entendre ou lire l’intégralité du discours de Nicolas Sarkozy: www.elysee.fr

Catégorie zoomCommentaires fermés

Le loup et la biche à Lans: précisions

Suite à la mise en ligne de l’information  concernant l’attaque de loups sur une biche, aux portes de  Lans-en-Vercors, C. Gouy-Pailler tient à préciser que cette attaque, n’a pas eu lieu dans une clairière mais bel et bien dans le parc d’une maison, en bordure du village, à moins de 50 m de la RD 531.

Sillon38  le remercie de nous avoir fait parvenir cette information qui prouve que le loup n’a plus peur de s’approcher des maisons d’habitation. Si vous avez d’autres informations concernant cette attaque: merci de nous les faire parvenir.

Catégorie loupCommentaires fermés

La Conf’ en AG à Cognin-les-Gorges

L’assemblée générale de la Confédération Paysanne de l’Isère se tiendra lundi 23 février dans  la salle des Fêtes de Cognin-les-Gorges à 16 heures. Pourquoi à Cognin-les-Gorges?

Parce que, comme le précise la Confédération paysanne, « cela s’inscrit dans la volonté de soutenir un paysan de cette commune, Maurice Veyret, déterminé à s’opposer à certaines  pratiques de la SAFER Rhône-Alpes. Accompagné du Comité d’Action Juridique de l’Isère et soutenu par la Conf’, il vient d’engager un recours contre la SAFER régionale auprès du Tribunal de Grande Instance de Grenoble dans lequel il conteste une décision de rétrocession ».
« A chaque fois qu’une décision nous paraît injuste, illégitime, de quels outils disposons-nous pour réagir? Nous ouvrirons un débat sur cette question avec les adhérents et d’autres organisations impliquées localement dans la gestion du foncier sur des enjeux agricoles et environnementaux ».

Avec la participation d’ Olivier Keller, membre du Comité National.

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

La grande distribution en question

Lundi 23 février à 20h, dans l’amphithéâtre du lycée agricole de Saint-Ismier, une soirée-débat  est organisée par Alliance PEC Isère sur le thème: « La grande distribution: STOP! ». Ce débat aura lieu en présence de Christian Jacquiau, expert-comptable, élu d’ une Chambre de commerce, auteur du livre « Les Coulisses de la grande distribution ». On y évoquera les projets en cours dans le Grésivaudan.

Plusieurs projets d’implantation d’hypermarchés « parmi les plus grands d’Europe » sont en effet actuellement en cours d’étude dans le Grésivaudan. « Or , disent les associations organisatrices de cette soirée-débat, « les concentrations dans la grande distribution française ont abouti à la formation d’un véritable oligopole qui fixe les prix à la production dans un contexte ruinant à la fois les fournisseurs (entreprises et agriculteurs), leurs salariés et les citoyens-consommateurs ».

Les associations dénoncent le mode de consommation imposé par la grande distribution: « Abusant d’une image de magasins soi-disant bon marché totalement injustifiée, ils nous imposent un schéma de consommation induisant un choix de société qui n’est pas celui que nous revendiquons. Les pratiques de la grande distribution française sont politiquement régressives, écologiquement néfastes, socialement et culturellement appauvrissantes. Un commerce éthique doit s’imposer comme la norme, au Nord comme au Sud, en offrant au consommateur des produits à marges raisonnables, permettant de relocaliser et de redéployer une économie de plein emploi ».
Entrée libre.

Cette soirée-débat est organisée par Alliance PEC Isère en partenariat avec Artisans du monde Crolles — ATTAC Isère et Grésivaudan — FRAPNA Isère – La Coccinelle Bavarde — La Clé des champs — MNEI — NONAAUCHAN — Radio Grésivaudan — Trait d’Union.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Granulés: Natural Energie entend jouer les leaders

Dans le sillage du développement durable, le bois énergie monte en puissance et les investisseurs privés sont nombreux à se lancer ou à se recycler dans la production de ces bio-combustibles que sont les granulés de bois (wood pellets, en anglais). Le contexte s’y prête: la flambée des énergies fossiles incite de plus en plus de personnes, particuliers ou collectivités, à faire le choix d’un chauffage au bois. La demande est à la hausse. L’offre également.

Comme le rapporte l’Echo Drôme Ardèche-Le Valentinois, l’entreprise Desby Drôme (Le Grand-Serre), soutenue par son principal actionnaire, la coopérative « La Dauphinoise », a investi 1M€ dans son outil de production avec l’ambition de devenir le premier fournisseur de granulés bois de Rhône-Alpes.

Spécialisée jusqu’à présent dans le négoce de paille et de bois, l’entreprise dirigée par Jérémy Ageron, a fait le choix de réorienter son activité. Elle vient de remplacer son générateur au gaz naturel par une chaudière d’une puissance de 8 mégawatts utilisant la biomasse comme source d’énergie. Ce nouvel outil de 50t est arrivé d’Auvergne où il a été fabriqué. Natural Energie -c’est le nouveau nom de cette unité – devrait produire 25 000t de granulés/an à raison de 5t/h.

Rappelons que dans le cadre du Salon des énergies renouvelables, qui se déroule à Eurexpo Lyon du 25 au 28 février, les acteurs du chauffage au granulés de bois se mobilisent. Le lancement de Propellet sera, entre autres, l’occasion de deux réunions-débat vendredi 27 et samedi 28 février, en présence des représentants de la filière bois.

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Les énergies propres en vitrine à Eurexpo Lyon

Les quatre pôles de compétitivité des nouvelles technologies de l’énergie (NTE), Capenergies, Derbi, S2E2 et Tenerrdis, participeront ensemble au Salon des Energies Renouvelables (EnR) à EUREXPO LYON, du 25 au 28 février, événement de référence dans ce domaine.
Cette participation s’inscrit dans la stratégie de développement des pôles qui s’appuie sur une complémentarité ainsi qu’une visibilité globale. Ces actions communes se sont concrétisées par la signature, en juin 2008, d’une charte de coopération « Energies renouvelables ou non productrices de gaz à effet de serre ».

Elles se poursuivent aujourd’hui par la mise en place d’un stand éco-conçu interpôles. Celui-ci a pour objectif premier de montrer des premiers résultats issus des projets labellisés par les pôles « NTE » sous forme d’une vitrine technologique. Dans la continuité des travaux du Grenelle, les  4 pôles sont là pour répondre aux différents enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique et accélérer l’introduction de produits innovants sur les marchés du bâtiment, de l’industrie et des transports (ces secteurs représentant en France plus de 90% de la consommation d’énergie finale et plus de 60% des émissions de gaz à effet de serre).

Parmi les projets labellisés par les pôles, trois seront exposés dans la vitrine technologique. Thématiques : énergie solaire, pile à combustible et efficacité énergétique dans le bâtiment. Des démonstrations seront également présentées pendant toute la durée du salon sur le stand 9E58 :

Cool PV : Refroidir les panneaux photovoltaïques
L’Etat français souhaite favoriser le développement d’une filière industrielle de production de panneaux photovoltaïques (PV) intégrés au bâti. Les industriels français Clipsol et Cristopia, associés à des acteurs de la recherche, collaborent au sein du projet Cool PV pour mettre au point des solutions évitant l’échauffement des panneaux PV lorsqu’ils sont intégrés en toiture. Les bénéfices apportés par ce projet se verront sur l’augmentation de la durée de vie et du rendement des installations, deux paramètres essentiels pour les clients.

Bahia : Kit de formation pour la filière Hydrogène/Pile à combustible
Dans l’objectif d’un soutien de la filière hydrogène énergie et pile à combustible, il est impératif de développer des formations de qualité à destination des actuels et futurs techniciens et ingénieurs. Ainsi le projet Bahia a permis la réalisation et la commercialisation de « kits » consacrés au fonctionnement de la pile à combustible, intégrant un banc didactique pour des expérimentations concrètes. Une offre sans équivalent proposée par Helion.

SESAME : L’électronique au service de l’efficacité énergétique dans les bâtiments
Réduire nos consommations d’énergie dans les bâtiments de 15 à 20% au-delà des comportements de leurs habitants ou de solutions d’isolations. SéSAME, projet innovant porté par Legrand, Sorec, STMicroelectronics et WIRECOM Technologies, permet d’équiper un bâtiment de systèmes électroniques communicants par courant porteur en ligne (CPL) de façon à assurer la gestion efficace de l’énergie des bâtiments.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Inondations 2008: cinq communes prises en compte

La Préfecture de l’Isère nous informe que par arrêté interministériel du 9 février 2009 publié au Journal Officiel du 13 février 2009, les communes suivantes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle au titre des inondations et coulées de boues.

inondations du 4 septembre 2008 : CHARANTONNAY – DIEMOZ – PANOSSAS
inondations du 4 au 5 septembre 2008 : SERPAIZE – SILLANS

Les sinistrés disposent en conséquence d’un délai de dix jours à compter de la date de publication de l’arrêté interministériel, pendant lequel ils pourront déposer auprès de leurs compagnies d’assurance (si cela n’a pas encore était fait) un état estimatif de leurs pertes afin de bénéficier du régime d’indemnisation prévu par la loi.

Au titre du même arrêté les communes suivantes n’ont pas été reconnues en état de catastrophe naturelle :

inondations du 3 au 4 septembre 2008 : JANNEYRIAS
inondations du 6 septembre 2008 : DIEMOZ

Catégorie assuranceCommentaires fermés

Les lieux de dissémination n’ont rien de confidentiel

Un arrêt de la Cour de justice européenne, communiqué mardi, stipule que le droit d’accès du public aux informations s’applique aux disséminations d’OGM, que les États membres ne peuvent invoquer une exception d’ordre public pour s’opposer à la divulgation du lieu de la dissémination d’organismes génétiquement modifiés.

A l’origine de cette décision, l’affaire C-552/07: M. Pierre Azelvandre, habitant de Sausheim, souhaite connaître la localisation des essais d’OGM en plein champ effectués sur le territoire de sa commune. Le 21 avril 2004, il  demande au maire de Sausheim (Haute-Alsace) de lui communiquer, pour chaque dissémination ayant eu lieu sur cette commune, l’avis au public, la fiche d’implantation qui permet de localiser la parcelle implantée, et le courrier préfectoral accompagnant ces documents. Il  demande également les fiches d’information pour toute nouvelle dissémination qui aurait lieu en 2004.

En l’absence de réponse à sa demande, il saisit la commission d’accès aux documents administratifs (CADA) d’une demande de communication de ces documents. Le 24 juin 2004, la commission rend un avis favorable pour ce qui concerne la communication de l’avis au public et de la première page du courrier préfectoral d’accompagnement. En revanche, elle se prononce contre la communication de la fiche d’implantation parcellaire et de la carte de localisation des disséminations au motif que cette communication porterait atteinte au secret de la vie privée et à la sécurité des exploitants concernés.

À la suite de cet avis, le maire de Sausheim n’ayant pas communiqué l’ensemble des documents du dossier, M. Azelvandre  conteste ce refus devant la justice administrative française.

Le Conseil d’État, saisi en dernier lieu du litige, interroge la Cour de justice sur la définition du « lieu de la dissémination » qui ne peut être tenu pour confidentiel au sens de la directive du 12 mars 2001 relative à la dissémination volontaire des OGM dans l’environnement (1) et sur l’interprétation des obligations d’information du public en la matière, telles qu’elles résultent du droit communautaire. En particulier, il est demandé à la Cour si, les autorités nationales peuvent s’opposer à la communication de la fiche d’implantation parcellaire et de la carte de localisation des disséminations au motif qu’elle porterait atteinte à l’ordre public ou à d’autres in