Archive | 20 février 2009

Le village sportif s’installe à Lans-en-Vercors

Expérience innovante et unique en Europe, le Village sportif de l’Isère a pour vocation de promouvoir le sport, les valeurs du sport et de l’Olympisme partout en Isère. Les modules sportifs du Village totalement itinérant proposent à tous, gratuitement, jeunes et moins jeunes, filles et garçons, 38 disciplines dont 19 praticables par les publics handicapés physiques, le tout sur 4500 m², dans un décor figurant les paysages de l’Isère et déclinant les valeurs du sport pour chaque activité.
Conçu par le Conseil général de l’Isère avec le Comité départemental Olympique et Sportif et la Direction départementale de la jeunesse et des sports, le Village a démarré sa première tournée lors de la rentrée  2008.
Les trois premières étapes organisées à l’automne 2008 ont déjà reçu la visite de plus de 38 000 visiteurs, accueilli 76 établissements scolaires et 31 structures médico-éducatives. Le Village poursuit sa tournée en 2009 avec au moins  9 étapes programmées dans les territoires de l’Isère.

Du 21 février au 2 mars: étape à Lans-en-Vercors.
Le Village y est implanté aux pieds des pistes et pour la circonstance, se fait aussi l’ambassadeur de la candidature de
Grenoble- Isère 2018 aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver présentée au CNOSF le 21 janvier 2009, tout en se préparant à devenir durablement pendant les phases suivantes de candidature auprès du CIO, puis de préparation, un formidable outil de communication et d’échange sur l’Olympisme et les valeurs de la candidature iséroise.
Parmi les temps forts de l’étape :
- samedi 21 février :   cérémonie d’ouverture  par le Président du Conseil général, André Vallini  à partir de 15h  et le Vice-président chargé de la jeunesse, du sport et de l’Isère Olympique, Didier Rambaud.
- lundi 23 février :  table ronde sur l’Olympisme – des valeurs modernes au service de la société  de 18h à 19h.
- jeudi 26 février :  rencontre intergénérationnelle entre des élèves du collège-lycée climatique et sportif  de 10h à 12h de Villard-de-Lans et des compétiteurs de haut niveau en activités ou retraités.

Les prochaines étapes du Village sportif de l’Isère :
Grenoble, du 28 mars au 10 avril, Le Pont-de-Beauvoisin, du 27 avril au 7 mai, Saint-Marcellin,  du 15 au 26 mai , Mens, du 4 au 14 juin, Bourg-d’Oisans du 5 au 19 juillet,  Voiron, du  18 au 28 septembre.

Catégorie loisirs/détenteCommentaires fermés

CREPS de Voiron: la Région fait le forcing

Thierry Philip, Vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes délégué à la santé et au sport, s’est rendu hier à Voiron (Isère) à la demande de Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil régional Rhône-Alpes, pour participer à une réunion organisée par la mairie sur l’avenir du Centre Régional d’Education Populaire et de Sport (CREPS).
En effet, le 16 décembre dernier, le gouvernement a annoncé la fermeture immédiate ou prochaine de 10 des 24 CREPS français, dont celui de Voiron. Face à cette décision unilatérale, la Région Rhône-Alpes, le Département de l’Isère, la Communauté de communes du Pays Voironnais, la Ville de Voiron, le mouvement sportif ont décidé de réagir.

Comme le précise Thierry Philip, « Pour l’instant, l’Etat qui est propriétaire, et donc entièrement responsable du CREPS de Voiron, n’a saisi officiellement par écrit aucune collectivité locale. Nous sommes pourtant prêts à répondre publiquement aux questions qui nous seraient posées ! »

La Région Rhône-Alpes demande donc à l’Etat d’officialiser sa démarche par écrit en affichant clairement ses intentions, tant pour le CREPS lui-même (suppression ? réorientation de ses missions ? décentralisation ?) que pour les collectivités locales indirectement concernées qui n’ont pas été consultées.

A l’issue de la réunion, le Vice Président a indiqué: « il semble que l’Etat accepte de repousser la fermeture prévue le 31 mars jusqu’en septembre 2010, je m’en félicite mais un moratoire traduit logiquement la volonté de trouver un nouvel élan au CREPS, il doit donc être accompagné de plusieurs engagements rapides de la part de l’Etat ».
Il insiste notamment sur le déblocage des 5 M€ de crédits d’investissements nécessaire pour débuter les travaux de modernisation du site, d’ores et déjà prévus mais stoppés subitement par l’Etat : « Ce chantier mobiliserait des entreprises et soutiendrait l’économie locale, nous sommes totalement dans la logique du plan de relance de l’Etat ! »

Les partenaires présents ont tous marqué leur volonté de sauver le CREPS de Voiron, le personnel de l’établissement a d’ailleurs présenté un projet alternatif dont la Région a souligné l’intérêt d’étudier la faisabilité et pour laquelle elle est prête à cofinancer une étude.  Jean-Jack Queyranne, après avoir échangé avec Thierry Philip et pour manifester l’engagement des acteurs régionaux, a annoncé hier soir deux décisions :
• celle de confirmer par écrit la demande d’un rendez vous urgent déjà sollicité auprès du Ministre de la jeunesse et des sports à Val d’Isère,
• celle de rédiger dès à présent, en concertation avec les différents partenaires, un cahier des charges et de lancer un appel d’offre pour recruter rapidement un consultant, les collectivités présentes à cette réunion ayant accepté de participer financièrement à cette démarche à hauteur de 25% chacune, avec ou sans l’Etat.

En conclusion, Jean-Jack Queyranne indique : « Face à l’indifférence du gouvernement, l’ensemble des acteurs présents hier restent mobilisés, la balle est désormais dans le camp de l’Etat ! »

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Le loup attaque à quelques mètres d’une école!

Lu sur le dauphine.com cet article concernant une attaque de loup à quelques mètres d’une école en Haute-Savoie.
« La biche, d’une centaine de kilos, gisait le foetus et ses entrailles arrachés à côté de sa carcasse. Macabre découverte pour cet habitant du Petit-Bornand-les Glières, samedi dernier.
Locataire de l’ancien appartement de l’instituteur, situé au-dessus de l’école d’Entremont, il a constaté au petit matin, la présence de l’animal, mort à quelques pas de la balançoire des enfants, à une quinzaine de mètres de l’école.
Une bête de plus qui a trouvé sa place sur la fiche de mortalité du président de l’Association communale de chasse agréée (Acca) d’Entremont.

« Avant, on prévenait le lieutenant de louveterie et les techniciens de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, mais avec deux cadavres par semaine entre le Plateau des Glières et le Petit-Bornand, on constate nous-mêmes », explique Franck Maistre. À qui, il ne faut pas dégainer l’argument du chien errant : «Depuis deux ans que le manège dure, on a appris à faire la différence. Le chien errant joue avec sa proie ; le loup, c’est bien plus violent mais plus propre».
Cette biche de 3 ans, qui aurait dû mettre bas au printemps, n’est pas la première retrouvée aussi proche des maisons dans la commune. Une autre carcasse avait été découverte par des habitants, aux Charbonnières, à quelques mètres du trottoir. «C’est en sanglots que j’avais retrouvé la propriétaire» se souvient le président. »

Catégorie loupCommentaires fermés

La filière ovine au balcon

Un espace dynamique et ludique est organisé dans le cadre du Salon de l’Agriculture (21 février-1er mars) pour faire découvrir toute la filière ovine au grand public, la richesse de cette production, la diversité des races et la qualité de ses produits.
Rendez-vous Hall 1, Allée E où seront présentées toutes les facettes de la filière. Sous la bannière « Destination Mouton », près de 7000 m² du Hall 1 seront consacrés aux ovins.

mouton-balcon.jpg
Le mouton au balcon: une curiosité que l’on peut voir à Grenoble, oeuvre d’un artiste de rue

Depuis 2001, Interbev Ovin s’attache à dynamiser l’ensemble de la filière. Cette année, l’interprofession se dote d’un stand bipolaire pour faire partager sa passion du mouton :
- Un premier pôle «Métier, Races, Filière » consacré aux professionnels de la filière présentera la production au travers des races et les spécificités techniques du métier d’éleveur ovin. A tour de rôle, les régions françaises s’approprieront cet univers pour montrer leurs particularités :
Lundi 23 février : Ile de France, Haute-Normandie, Nord Pas de Calais, Picardie, Champagne-Ardenne, Alsace, Lorraine, Bourgogne, Franche-Comté
Mardi 24 février : Centre, Pays de Loire, Poitou-Charentes
Mercredi 25 février : Aquitaine, Languedoc Roussillon, Midi Pyrénées
Jeudi 26 février : Auvergne, Limousin, Basse-Normandie, Bretagne, PACA
Vendredi 27 février : Rhône-Alpes

- Un deuxième pôle « Agneau Presto » dédié au grand public valorisera la diversité et la qualité de cette viande. Différents ateliers de cuisine chronométrés mettront en avant la variété des morceaux au travers de recettes rapides, pratiques et pédagogiques. Les visiteurs gourmands pourront ainsi déguster la viande d’agneau.

Au coeur de l’espace ovin, un ring
« Destination Mouton » permet de voir en quelques pas plus de 40 races qui font la richesse et la diversité de la production ovine française. Sur le ring, tout au long de la journée et pendant toute la durée du salon, des animations et démonstrations seront organisées. Au programme :

- « Chien de Berger, un vrai métier »

-« Si ton tonton tond ton mouton »

- « A fleur de peau », le savoir faire des mégissiers
- « L’avis du boucher »
- « En faire tout un fromage … de brebis »
- « En faire tout un fromage… de chèvre »
- « 24h avec un éleveur de mouton »
- « 24h avec un éleveur de chèvre »
- « La laine de mouton dans ma maison ? »
- « C’est qui la plus belle ? » concours et présentations de races ovines
- « Le jeu du berger ; sur les chemins de la transhumance »

Une compétition unique : les Ovinpiades des Jeunes Bergers
Dès l’ouverture du SIA,  samedi 21 et dimanche 22 février se déroulera la 4ème finale nationale et les 1ères rencontres européennes des jeunes bergers.
Dans une ambiance conviviale, 30 candidats, âgés de 16 à 25 ans, de 15 régions françaises se disputeront la première place du podium aux cours d’épreuves variées : quad, parage, notation d’état corporel et théorie.
Le lauréat national aura la lourde tâche de défendre les couleurs de la France contre des candidats anglais, espagnols, irlandais et néerlandais.

Catégorie Non classéCommentaires fermés

Objectif Terres 2020: produire plus et mieux

Comme l’a annoncé le Président de la République lors de son déplacement dans le Maine et Loire, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la pêche, a présenté hier Objectif Terres 2020, un plan pour un nouveau modèle agricole. Ce plan constitue une réponse d’ensemble à la double nécessité de produire plus et de produire mieux.
Il est construit à partir des réflexions menées dans le Grenelle de l’environnement et des assises de la forêt et de l’agriculture et autour de démarches innovantes, écologiquement durables et productives.
La démarche part du constat que l’agriculture et la forêt doivent relever 5 défis majeurs :
1.         Mieux utiliser une eau qui se raréfie
2.         Contribuer à la restauration du bon état écologique des eaux
3.         Contribuer à la richesse de la biodiversité et des paysages
4.         Protéger les sols agricoles
5.         Mieux maîtriser l’énergie et lutter contre le réchauffement climatique
Elle identifie 5 voies pour y parvenir :
6.         Réduire l’usage et l’impact des produits phytosanitaires
7.         Engager chaque entreprise agricole dans le développement durable
8.         Développer les potentialités de l’agriculture biologique
9.         Remettre l’agronomie au centre de l’agriculture
10.       Repenser des pratiques adaptées aux territoires

Soixante mesures sont définies qui sont autant de réponses, de propositions, pour relever ces défis et mettre en œuvre ces voies.
Il vise ainsi à construire un nouveau modèle agricole en faisant se rencontrer les choix politiques et les volontés individuelles, dans une dynamique d’ensemble.
Le plan fera l’objet d’un suivi au moyen notamment d’une série d’indicateurs, avec une instance nationale regroupant tous les partenaires et acteurs concernés.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Prix de vente d’un chêne, de bas en haut

scan-foret.jpg

PRIX

La fourchette de prix suivant les qualités est la suivante:

- qualité A : 190 à 580 euros le M3

- qualité B : 175 à 330 euros M3

- qualité C : 57 à 175 euros le M3

- Qualité D : 11 à 30 euros le M3

Attention: un chêne ne comporte pas nécessairement l’ensemble des différentes qualités

Source : ventes groupée UNISYLA : Sophie.FARINOTTI@ UNISYLVA.com

Catégorie forêtCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2009
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+