Archive | mars, 2009

Gîtes de France: “Mutualisons nos efforts”

L’assemblée générale des Gîtes de France Isère s’est tenue dans le cadre prestigieux du château de Vizille. En cette période de crise, cette réunion des acteurs du tourisme vert a revêtu une importance capitale.

Le président Thierry Blanchet a d’emblée planté le décor.  » On subit la crise. Comment voulez-vous que des salariés qui vont recevoir ces jours-ci, leur lettre de licenciement, aient la tête aux vacances, réservations… Ils pensent d’avantage à préserver leur avenir et celui de leurs enfants. »

Cela n’empêchera pas la structure de ne pas être dynamique et offensive. « On doit recentrer nos actions sur la conquête de clientèle et le renouvellement de l’offre d’hébergements. Cela passe également par des offres originales. La carte avantages clients que l’on est en train de mettre en place a pour mission de fédérer les offres sur la thématique du tourisme vert. On doit également jouer la carte  de la solidarité entre tous les acteurs du tourisme rural et surtout communiquer.

gites1.jpg

La communication est devenue le nerf de la guerre. Une communication moderne et efficace. Nous avons enrichi et dynamisé notre site internet départemental. Il est accessible à l’international car les offres sont traduites en anglais.

Campagne télévision Gîtes de France

Une campagne publicitaire télévisuelle, au niveau national, onéreuse certes, nous permettra, je l’espère, d’augmenter de façon significative la notoriété des hébergements gîtes de France. »

Pour un avenir plus lointain des propositions sont également faites: se positionner sur le tourisme urbain. A ce propos, un gîte a vu le jour en plein centre de Grenoble. Autre piste: la mobilisation des municipalités situées en zones touristiques pour la création de gîtes dans des bâtiments communaux aujourd’hui vides. Le rapprochement avec les partenaires naturels tels que les offices de tourisme et les syndicats d’initiative est également à l’étude.

Pour résister à la crise, le président de l’antenne départementale des Gîtes de France ne voit qu’une solution:  » mutualisons nos efforts. »

Pour mémoire, l’offre iséroise des gîtes est constituée de 868 structures, dont 642 gîtes ruraux et 132 chambres d’hôtes pour un total de 7783 lits.

 Rappel:

Opération  Partez en vacances en Mai avec les « Gîtes de France » !

Découvrez les offres de l’Isère en cliquant sur le visuel:

Catégorie tourismeCommentaires fermés

La FAI en AG à Mens: instructions avant l’estive

Après l’Oisans l’an dernier (c’était aux Deux-Alpes) la Fédération des alpages de l’Isère avait choisi le Trièves pour tenir son assemblée générale. Une première pour le président Denis Rebreyend, élu le 29 mai dernier pour succéder à Fernand Sillon qui, aux Deux-Alpes, avait exprimé son souhait de passer la main.  C’est donc le nouveau président, éleveur de son état (en Matheysine), qui présidait cette assemblée, remerciant Annette Pellerin, maire de Mens et conseillère générale, de son accueil. Eliane Giraud, conseillère régionale à l’Agriculture, participait aux travaux et Christian Nucci vice-président du Conseil général à l’Agriculture, a tenu à faire le lever de rideau.

ag-fai-09.jpg

La remise des sonnailles à Annette Pellerin, maire de Mens et conseillère générale, en présence de Denis Rebreyend et Yves Raffin

La FAI qui a profité de cette AG pour revoir la rédaction de trois articles de ses statuts est « une association qui contribue à la définition et à la mise en oeuvre des politiques de mise en valeur des espaces pastoraux de l’Isère ». Si l’année écoulée s’est caractérisée par la baisse importante des subventions et , en conséquence, un déficit inhabituel, comme l’a rapporté Roger Giraud, le trésorier de la FAI , les partenariats privilégiés avec le Département et la Région, comme le note le président Rebreyend, « connaissent une évolution positive ».

Parmi les éléments, nombreux, figurant dans la colonne Positif, la tenue d’une réunion à propos de la sortie des CTE (contrats territoriaux d’exploitation). Une réunion -préfecture/FAI/CG38- demandée depuis 7 mois par les Groupements pastoraux de l’Isère (voir notre papier à ce sujet), notamment celui du Sénépi, le plus gros alpage organisé du département, qui se trouvent pénalisés par ce changement de régime (passage à la PHAE), devrait se tenir prochainement.

Explication de Denis Rebreyend: « Michel Villevieille, DDAF adjoint, a en effet confirmé la tenue d’une rencontre courant avril. Cette demande remonte à la visite du sous-préfet, Michel Créchet, sur l’alpage du Sénépi le 28 août dernier. Charles Galvin avait récemment interpellé le sous-préfet sur ce dossier. Il a été réactivé. Mais le CG38 demande un diagnostic. Joseph Nier, président du Groupement pastoral du Sénépi a transmis à la DDAF les données nécessaires pour établir ce diagnostic qui sera à la base de la prochaine réunion ».

Une bonne partie de l’AG a été consacrée à la prophylaxie et plus particulièrement à la FCO dont plus de 300 cas on été confirmés l’an dernier en Isère. Michel Duprès, directeur du GDS Isère et Claude Colardelle, directeur des services vétérinaires, ont pu exposer tour à tour les recommandations sanitaires pour la saison d’alpage à venir et répondre aux questions des éleveurs présents dans la salle.

Michel Duprès a rappelé que la vaccination contre la FCO  -obligatoire pour les ovins et ovins, facultative pour les caprins- est à ce jour la méthode la plus valable pour la protection des cheptels (on sait que certains éleveurs la refusent), qu’il fallait éviter de monter en alpage des bêtes pleines (une cinquantaine de vélages on été enregistrés l’an dernier), que de nouvelles règles d’identification des ovins entraient en vigueur au 15 avril.

Claude Colardelle a signalé l’installation de deux pièges à Culicoïdes en Isère, un au nord, l’autre au sud. Un projet de pièges en alpages est en cours.

Comme dans toute AG, les commissions de l’association ont rendu compte de leurs travaux. A noter que sept des dix territoires pastoraux isérois auront réalisé leur diagnostic cet été, les trois autres au cours de l’automne. Les premières présentations à la Région sont prévues le 12 juin (4 projets) et le en juillet (date à confirmer pour 3 projets), les trois restants étant prévus fin 2009 ou début 2010.

ag-fai3.jpg

Yves Raffin, Eliane Giraud Denis Rebreyend, Jean Picchioni

Eliane Giraud (ci-dessus) a confirmé la bonne marche de la politique régionale de « Plans pastoraux territoriaux » dont l’objectif est, depuis fin 2006,  de renforcer l’activité pastorale dans ses trois massifs (Alpes, Massif Central et Jura): « Seize plans pastoraux sont engagés. Un seul est signé, celui des Bauges (octobre 2008). Il s’agit de programme d’actions pluri-annuels (5 ans). Pour moi, la priorité, c’est que des groupes se mettent en marche, que les acteurs de terrain fassent des propositions. Il faut voir le pastoralisme comme un élément qui construit nos montagnes. Les travaux engagés commencent à intéresser d’autres régions ».

Ces PPT , animés par des comités de suivi et de pilotage, traduisent bien la volonté régionale de développement concerté et maîtrisé des espaces pastoraux, clé du développement durable. Parallèlement, la mise en oeuvre d’un tourisme pastoral commence à prendre forme, notamment en Isère, où  la FAI, avec Gîtes de France, élabore un « Tour des alpages de Belledonne » qui pourrait faire école à l’échelle du département.

Un coup de gueule au cours de l’AG: celui du président du Groupement pastoral de Villard-Reculas, qui, à la suite d’un renouvellement de bail avec la commune, a été récusé pour la raison « qu’il ne répondait pas au cahier des charges ». Cet éleveur en colère se retrouve avec quatre troupeaux de brebis sans alpage. La FAI, par la voix de son président, s’est estimée incompétente pour intervenir dans un différend de cette nature, qui oppose un éleveur et une commune.

Catégorie pastoralismeCommentaires fermés

L’AFRAT continue!

Rencontré à l’AG des gîtes de France Isère, Dominique Zupan, directeur de l’AFRAT.

Si vous lisez régulièrement sillon38.com, vous savez que pour une sombre histoire de subventions, ce centre de formation aux métiers ruraux était en extrême difficulté. On peut employer l’imparfait car Dominique Zupan, à la question: y a t-il du nouveau nous a répondu sans détours:  » oui, il y a du nouveau, l’AFRAT continue. Cela passe par une restructuration qui est en train de se mettre en place. On ne pourra plus continuer le système de formation tel qu’il existait mais on va  se lancer dans l’accompagnement des initiatives, projets des personnes qui veulent innover et s’installer dans des activités rurales et de montagne. Cela passe, certes par une compression de personnel, en particulier au niveau des formations qui ne peuvent plus continuer, mais une nouvelle dynamique se met en place à l’AFRAT »

Voilà une bonne nouvelle!

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Offres et demandes d’emplois en agriculture avec www.anefa.org

arefa-rh-ne-alpes-1.jpg

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org

Ardèche

Exploitation en élevage caprin et ovin lait recherche un agent d’élevage (H/F) pour effectuer la traite, soins aux animaux et la transformation fromagère. Expérience souhaitée. CDI tps plein.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA1-07.

Drôme 

Service de remplacement cherche un agent d’élevage laitier (H/F). L’agent assurera la traite et les travaux liés aux activités culturales. Les compétences « conduite et entretien de matériel agricole » sont demandées. Autonomie indispensable.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL7-26.

Hte-Savoie 

Exploitation en élevage caprin (55 chèvres) sur le secteur de Thônes recherche un salarié polyvalent pour opérations d’élevage et fabrication fromagère. Rq : Pas de conduite de matériel. CDI tps partiel.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA3-74.

Isère 

Exploitation recrute un agent arboricole (H/F). Vos missions seront les suivantes : la conduite de tracteur, l’ensemble des travaux liés à la production fruitières : taille, éclaircissage, récolte…. CDI tps plein.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAR2-38.

Rhône 

Soc. de négoce de bétail cherche un chauffeur (H/F) titulaire du permis PL, à temps complet ou quelques jours par semaine. Conditions de travail à déterminer avec le candidat retenu. Nécessité de connaître le monde agricole. CDI.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OD13-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain 

Homme cherche emploi d’agent d’élevage bovins lait. Expérimenté. Mobilité : Ain.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL3-01.

Ardèche 

Femme cherche emploi d’agent viticole. Expérimentée. Mobilité : Région Rhône-Alpes. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI9-07

Drôme . Homme cherche emploi d’agent de chai. Expérimenté. Mobilité : Drôme, Ardèche, Rhône.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI41-26

Loire 

Femme cherche emploi d’agent en cultures maraîchères en Loire, Isère, Drôme, Rhône.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DMA2-42

Savoie

Homme cherche emploi d’agent agricole. Etudie toute proposition. Mobilité : Région.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DDI1-73

qzxhwj.jpg

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Tempête Klaus: tous à Bordeaux

Lors d’un précédent article, nous vous informions de la tenue d’une manifestation à Bordeaux afin de soutenir les sylviculteurs du sud ouest victimes de la tempête Klaus.

Ce rassemblement aura lieu le 10 avril à Bordeaux et FORESTIERS PRIVÉS de RHÔNE-ALPES est prête à organiser un transport, à ses frais, pour qu’une délégation importante de notre Région soit présente au sein de cette manifestation. Bien entendu notre département et ses sylviculteurs ne peuvent rater cette action de solidarité.

Pour plus de renseignements et inscriptions le contact est Charles Milliat :
Mail: charmil@club-internet.fr
Fax: 04 76 08 58 34
Courrier: 879 Grande rue 38660 Le Touvet

Catégorie forêtCommentaires fermés

Semaine du développement durable: le Nord Isère se mobilise

Les deux associations « Eco-citoyens du Nord Isère » et « Chavanoz Information EchangesLoisirs », avec le soutien de la MJC de l’Agglomération Pontoise, organisent pendant la Semaine du Développement Durable les événements suivants :
- Du 1er au 7 avril
Exposition sur la prévention des déchets dans le supermarché Carrefour Market de Pont de Chéruy (38230) * :
-mise en évidence des gestes de consommation permettant de limiter les déchets et leurs impacts
- comparatif de prix et de poids d’emballage entre 2 chariots « classique » et « éco-citoyen »
- Samedi 4 avril de 10h à 19h
Animation  par les membres des deux associations sur le parking du supermarché Carrefour Market de Pont de Chéruy (38230) : discussion avec les consommateurs, remise de brochures et d’étiquettes « stop pub » aux personnes intéressées *
- Lundi 6 avril à 20h30
Projection du film « déchets à ménager » de la réalisatrice Cécile Couraud dans la salle des Contamines à Chavanoz (38230). La projection de ce film sera suivie d’un débat portant en particulier sur les initiatives que peuvent prendre les citoyens pour réduire le volume de leurs déchets et augmenter la part de ceux qui peuvent être recyclés
* : événements réalisés en partenariat avec Carrefour
Contact : André MANSIAUX, Président des Eco-citoyens du Nord Isère
06 10 91 38 75
econord38@gmail.com

Catégorie environnementCommentaires fermés

Le Vercors à Bordeaux

Lu sur le site internet du Groupement des sylviculteurs du Vercors 4 montagnes l’annonce de la manifestation pacifique de Bordeaux et les modalités d’inscription.

cliche-2009-03-29-12-50-29.jpg

Catégorie forêt du VercorsCommentaires fermés

Vin rosé coupé: Michel Barnier voit rouge

A l’occasion du Forum de Paris sur la Méditerranée à l’Unesco le dimanche 29 mars, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, a rappelé l’attachement de la France aux politiques de qualité et aux produits agricoles sous indication géographique.
Il a confirmé une nouvelle fois son opposition au projet de la Commission européenne de rendre possible la fabrication de vin rosé sans indication géographique par mélange de vin rouge et de vin blanc.
Alors que la Commission propose de lever cette interdiction afin d’aligner les règles européennes sur les normes œnologiques reconnues au niveau international par l’OIV (Organisation internationale du vin), la France a depuis plusieurs mois fait connaître son opposition à un tel projet. C’est grâce à ses vins rosés issus de vignobles d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) et élaborés selon un mode de macération spécifique que la France occupe la place de premier producteur mondial de vin rosé de qualité.
Après que Michel Barnier ait à plusieurs reprises saisi par écrit la Commissaire chargée de l’Agriculture, la Commission vient de faire une proposition de compromis, en proposant des règles d’étiquetage distinctif, à la convenance de chaque Etat membre.
La France ne se satisfait pas de cette proposition, elle est le seul Etat membre  à ne pas l’avoir acceptée.

Pour Michel Barnier : « La seule solution acceptable est un maintien de l’interdiction actuelle de produire des vins de table rosés par coupage de rouge et de blanc. Ce point précis n’est pas négociable. La France fera tout pour que cette interdiction soit rétablie dans le projet de règlement de la Commission. En tout état de cause, la France continuera à interdire la production sur son territoire de vin de table rosé par coupage de vin rouge et de vin blanc, par respect des consommateurs et pour le respect des efforts de qualité et des traditions des vignobles français ».

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Qui sont les paysans de demain? Le profil de la relève

A chaque assemblée générale de l’ADASEA Isère (voir notre article par ailleurs), on peut mesurer, grâce à l’outil statistique utilisé, les changements qui s’opèrent dans le profil des candidats à l’installation. Depuis 2006, dans le cadre de la nouvelle organisation du répertoire départemental à l’installation (RDI), un conseiller spécialisé accueille et accompagne chaque porteur de projet en recherche d’exploitation.

Globalement, les conseillers ADASEA ont accompagné plus de 200 candidats en 2008 dans leur parcours à l’installation. L’an dernier, 101 nouveaux porteurs de projets se sont inscrits au RDI soit presque autant qu’en 2007 (105) . En revanche, en fin d’année, ils sont plus nombreux à être toujours en recherche active d’exploitation (221 candidats contre 188 fin 2007 et 225 fin 2006).

jeune-paysan.jpg

Un peu jeune, tout de même, pour figurer au RDI, non?

A partir des données portant sur les 221 candidats inscrits au RDI fin 2008, on peut dresser, avec l’ADASEA 38, les grandes lignes du profil des candidats, des agriculteurs de demain. On note, entre autres, de plus en plus de couples non issus du milieu agricole, de moins de 40 ans, envisageant une activité de diversification en plus de la production agricole.

Le détail des données de l’ADASEA 38 sur les candidats à l’installation:

- ils sont en majorité isèrois: 57% résident en Isère et 25% dans un autre département de Rhône-Alpes. Les 18% restants viennent du reste de la France (17%) et de l’étranger (1%). Le dynamisme économique de la région Rhône-Alpes, et plus particulièrement de l’Isère (atouts touristiques, population en croissance, débouchés commerciaux) intervient dans le choix des candidats.

- ils cherchent à s’installer en zone de plaine pour 31% d’entre eux, en zone de montagne pour 29%. On note que la montagne conserve une bonne attractivité.

- la majorité des candidats (8/10) a un projet HCF (hors cadre familial).  59% d’entre eux ont un diplôme leur conférant la capacité professionnelle pour s’installer avec la DJA. C’est une augmentation de 5% par rapport à 2007

- plus de 2 sur 3 ont moins de 40 ans: 70% des candidats du RDI ont moins de 40 ans et sont donc éligibles aux aides à l’installation. Par rapport à 2007, on note que les moins de 30 ans sont plus nombreux: +7%

- les projets en association diminuent: 34% des candidats cherchent à s’associer (16%) ou envisagent de le faire (18%). En 2007, près de 40% des candidats envisageaient une association.

- les projets en couple sont de plus en plus nombreux: 21% en 2008 contre 14% en 2007. Une tendance que l’ADASEA explique du fait que les projets des candidats du RDI font partie intégrante de leurs projets de vie. La plupart des candidats ne sont pas issus du milieu agricole et viennent d’autres branches professionnelles. Ils ont une motivation très forte pour l’agriculture et ont fait le choix d’investir dans une réorientation complète.

vocation-fromager.jpg

La vocation peut commencer tôt!

- 2 projets/3  en production animale: 70% des candidats envisagent de développer une activité d’élevage comme activité principale. Plus d’un quart des candidats (27%)  s’orientent vers l’élevage ovin ou caprin. Parmi les projets équins (14%), la moitié est centrée sur l’élevage, l’autre sur les activités agri-rurales (centre équestre, pension de chevaux). Le maraîchage (petits fruits, PPAM) intéresse 14% des porteurs de projets, les céréales 8%, l’apiculture 3%.

- de plus en plus de candidats envisagent une activité de diversification en plus de la production agricole: atelier de transformation, accueil pédagogique, hébergement et restauration à la ferme. En 2008, 38% des projets intègrent une activité de transformation et vente en circuits courts et 42% une activité d’accueil à la ferme.

- plus d’un quart des porteurs de projets (26%) choisissent l’agriculture biologique, par conviction et/ou par souhait d’augmenter la valeur ajoutée du produit. En 2007, ce pourcentage était de 24%.

Catégorie installationCommentaires fermés

Tonte de printemps au camp de la Valbonne

Franck Debaecker est journaliste et photographe. Il a participé mardi dernier à l’opération tonte de printemps des 500 brebis du CREN (Conservatoire Rhône-Alpes des espaces naturels) sur le territoire de la commune de Bélignieu, dans l’Ain. Cinq « french tondeurs », comme il les appelle, étaient à l’oeuvre. Du grand art! Un reportage que sillon38 relaye volontiers avec l’accord de Franck (franck debaecker.com):

Sur le camp militaire de la Valbonne sur la commune de Bélignieu (01), 500 belles se préparent, un brin fébriles. En effet, ce venteux mardi de mars est un grand jour pour les adorables donzelles aux regards tendres et aux coquines bouclettes et comme il y a un peu de retard dans le programme, elles donnent de la voix. Ne vous méprenez pourtant pas, elles n’ont pas rendez-vous avec le colonel de la base pour une étrange revue cabaret, certaines un peu naïves ne rechigneraient pas. Non, aujourd’hui, c’est entre les mains expertes et agiles de Sarah, Mathieu, Julien, Greg et Jean que ces gamines passeront. A elles les plateaux et les sunlights de ces « French tondeurs » (à l’instar des french doctors…).

Car aujourd’hui, c’est la tonte, un moment important dans l’année attendu par Mathieu, 42 ans, berger depuis 98, et éleveur salarié par le CREN, le Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels (http://www.cren-rhonealpes.fr/part1/presentation.htm). Mathieu gère depuis deux ans un troupeau de 340 mères qui comprend en tout 500 têtes. 500 Thônes et Marteau sur un cheptel français estimé à 5000 têtes. C’est donc sur le site Natura 2000 administré par le CREN que ces brebis civiles pâturent en zone militaire, charge à Mathieu, leur éleveur, de jongler avec les horaires des manœuvres du régiment pour mener son troupeau dans leurs parcs.

Merci à toute l’équipe pour m’avoir laissé capturer ces quelques moments, merci à Nico (le costaud qui attrape avec dextérité les brebis pour les présenter aux tondeurs et ainsi gagner du temps) pour nous avoir montré sa technique du ippon, un bien beau mouvement… F. D.

Catégorie alpagesCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+