Archive | 13 mars 2009

Portes ouvertes dans les MFR de l’Isère

page_r1_c1.jpg

Les MFR de l’Isère ouvrent leurs portes aux dates suivantes :

MFR de Chatte à St MARCELLIN  : vendredi 20 mars après-midi et samedi 21 mars
MFR de CROLLES : samedi 14 mars
MFR de COUBLEVIE : samedi 14 mars
MFR d’EYZIN-PINET : samedi 14 mars et dimanche 15 mars
MFR « Le Chalet » à St-ANDRÉ-LE-GAZ : samedi 21 mars
MFR « La Grive » à BOURGOIN-JALLIEU : samedi 14 mars
MFR « Le Village » à St-ANDRÉ-LE-GAZ : vendredi 20 mars après-midi et samedi 21 mars
CFP  de MOIRANS : samedi 14 mars
MFR « Mozas » à BOURGOIN-JALLIEU : samedi 14 mars et dimanche 15 mars
MFR « St-Barthélémy » à BEAUREPAIRE : samedi 14 mars
MFR  de St-EGRÈVE : samedi 21 mars
MFR de VIF : samedi 21 mars
MFR de VIGNIEU : samedi 21 mars

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Pour un SCoT vert et bleu

Le Schéma directeur de la Région Urbaine Grenobloise de 2000 (SRUG) arrive à échéance. Il doit être renouvelé sous la forme du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) d’ici la fin de l’année 2010. Le SCoT de la RUG est un document d’urbanisme qui va s’appliquer sur 243 communes. Il fixe, notamment, les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire et doit tenir compte de l’équilibre entre le développement urbain, économique, l’activité agricole, la préservation des milieux, sites et paysages naturels ou urbains.

Une fois validé, le SCoT est évalué tous les 10 ans. Les plans locaux d’urbanisme, les plans de déplacements urbains et d’autres documents d’urbanisme locaux doivent être compatibles avec le SCoT.
En intégrant la notion de “limites stratégiques” à l’urbanisation et étant l’un des premiers de France à tenir compte du rôle des corridors écologiques, le schéma directeur de 2000 n’a pas totalement enrayé la régression des espaces naturels et leur morcellement. Il n’a, en particulier, pas défini de limites stratégiques durables aux espaces naturels.

Les associations environnementalistes Alliance PEC Isère, Avenir, Fédération départementale des chasseurs de l’Isère, Fédération départementale des pêcheurs de l’Isère, FRAPNA Isère, Gentiana, LPO Isère, se réunissent pour que le SCoT incarne un changement radical et une modernisation de la conception de l’aménagement du territoire.
La préservation, la restauration des espaces naturels et la prise en compte d’une agriculture durable ne doivent plus être considérées comme des contraintes ou comme un simple accompagnement des politiques d’aménagement mais comme une finalité indispensable aux équilibres humains et écologiques.

Ces associations disent avoir constaté la nécessité de conduire une étude spécifique sur les corridors, ce qui les amène à demander le report des échéances de validation du SCoT. A l’heure du Grenelle de l’Environnement, les signataires souhaitent afficher leur volonté commune de voir ces aspects pris en compte à leur juste valeur et de façon exemplaire dans ce qui pourrait être le plus grand SCoT de France.

Catégorie aménagementCommentaires fermés

Pôle2 du Trièves: le choix des outils

Le projet de Pôle 2 du Trièves (séchage-rabotage-qualification mécanique) qui n’a d’autre ambition que de valoriser le bois local et, partant, de stimuler le développement du territoire via la filière bois, progresse chaque jour. Les élus du département ont dit tout le bien qu’ils pensaient de cette initiative ambitieuse (voir notre article) et qui doit faire figure d’exemple.

Patrick Chion, président de l’AFTBM, l’élément moteur  de la plateforme de Saint-Michel-les-Portes,  pense quotidiennement à cette nouvelle étape, à savoir l’installation de la chaîne de transformation du Pôle2, au choix des outils, à leur positionnement dans le process, aux dimensions les plus appropriées (6 ou 13m?), au nombre de manipulations à effectuer, à la logistique de transport, etc. Les paramètres ne manquent pas et Patrick Chion ne veut négliger aucune hypothèse dans l’objectif d’arriver à une performance optimale.

visite-sandoz.jpg

Le Pr Sandoz explique le fonctionnement des outils qu’il a lui-même conçus. Ci-dessus, Christian de Pierrefeu, Patrick Chion, Jean Bernard, Charles Galvin 

C’est dans cette perspective qu’était organisée hier, une visite de l’usine Ecotim, à La Rochette (Savoie) spécialisée dans la conception et la réalisation de charpente bois, de dalles, de parements ou encore de bardage en bois pour la construction de bâtiments publics, commerciaux, industriels et agricoles. Jean-Luc Sandoz, PDG d’Ecotim et président du groupe d’ingénierie CBS-CBT était là pour accueillir Patrick Chion, Charles Galvin, conseiller général de l’Isère chargé de la Forêt, Filière bois et Montagne, Jean Bernard, président de l’UGDFI et Christian de Pierrefeu venu de Noirétable (pôle Bois du Haut-Forez*).

triomatic.jpg

La Triomatic. La machine avait été prêtée 1 mois à l’AFTBM , à titre expérimental, jusqu’à l’inauguration de la plateforme de St-Michel-les-Portes. Son rendement était de plus de 10 secondes par pièce avec deux personnes pour son fonctionnement

Le Pr Sandoz a pu donner tous les renseignements souhaités sur sa Triomatic, machine de classement industriel des bois de structure dans la nouvelle norme européenne EN338, incluant la haute performance (C30, C35, C40) et la très haute performance (C42,C50). Cette machine est basée sur la mesure combinée ultrason de la densité et de l’humidité du bois. Elle offre un très gros rendement de pièces (1pièce/seconde) haute performance et son application est très large, de la scierie au lamellé-collé, des grumes au bois de charpente. Une tête de marquage permet la traçabilité et le marquage CE.

Cette machine fonctionne en série à Hanovre. Elle avait été prêtée 1 mois, à titre expérimental, à l’AFTBM, pour son AG et jusqu’à l’inauguration de la plateforme de St-Michel-Les-Portes. La visite de l’usine Ecotim, riche d’enseignements, n’a malgré tout pas permis de voir  la machine en fonctionnement, dans le cadre d’une chaîne de transformation.

raboteuse-4-faces.jpg

Une raboteuse 4 faces, comme celle qui devrait équiper le Pôle2 du Trièves

* Le Pôle bois du Haut-Forez est le fruit d’une volonté de la communauté de communes des montagnes du Haut-Forez, du groupement des Sylviculteurs du Haut-Forez et du groupe Ossabois. Son activité a démarré au 1er janvier dernier, quelques mois après Saint-Michel-les-Portes (inauguré le 26 avril 2008). Les acteurs des deux pôles (Isère et Loire) entretiennent des échanges soutenus et se rendent régulièrement visite.

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Présence du loup: les FDSEA 73-74 réagissent

« Les pouvoirs publics sont-ils sourds et aveugles ?» Tel est le titre du communiqué que les FDSEA de Savoie et de Haute-Savoie viennent de faire paraître. Chacun aura compris que cette réaction fait suite aux nombreuses  attaques de loup.

« Tout d’abord notre milieu montagnard est bel et bien colonisé par une population de loups significative dont la présence est sous évaluée par les pouvoirs publics.
Le loup modifie substantiellement l’équilibre agro-cynégétique de nos montagnes : il est facteur d’insécurité permanente pour les éleveurs.
Son impact sur l’élevage est catastrophique et il vide en période hivernale les ressources en gibier.
Il ranime des passions démesurées. Les éleveurs aspirent à vivre simplement et dignement de leur métier. Le niveau de stress permanent n’est plus acceptable. Les pouvoirs publics doivent le comprendre.

Transposée au monde de l’entreprise, cette situation serait assimilée à du harcèlement moral.

Agriculteurs, chasseurs, population ne peuvent plus vivre ainsi. La montagne est pour tous symbole de découverte, de liberté, comme une offrande de la nature aux hommes.
Le loup va-t-il obliger constamment à enfermer les troupeaux et à faire régner un climat terrifiant ?

Ce ne sont pas les hommes et les troupeaux qu’il faut enfermer, c’est le loup qui doit vivre dans des espaces clos et dédiés à cette fonction.
De nombreuses positions prises ces derniers jours par des sympathisants écologistes montrent que la haine et la violence traversent pour ce sujet de nombreux mouvements liés au monde de l’environnement.
Il faut que cessent les provocations envers le monde agricole. Celui-ci a pris ses responsabilités depuis longtemps dans notre département en matière d’environnement.
La question du tir hivernal doit être réglée rapidement et déboucher sur un véritable plan de régulation des loups.
Par ailleurs, comme le permet le guide interprétatif de la directive « habitat » 92/42/CEE, des prélèvements doivent être autorisés avec plus de facilité.

Devant l’incapacité des pouvoirs publics à gérer depuis le national des situations locales, les comités de gestion départementaux doivent disposer d’une marge d’action plus grande.

Le ras le bol a atteint son point de paroxysme.

Les pouvoirs publics doivent prendre la mesure de la situation et comprendre que désormais le problème du loup continue à faire croître les tensions et à faire peser un vrai risque pour la sécurité de tous.  »

Les FDSEA de Savoie et Haute-Savoie

Catégorie loupCommentaire (1)


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+