Archive | 15 mars 2009

Le groupement en deuil

Lors de l’assemblée générale du groupement des sylviculteurs 38 de Chartreuse, chacun a remarqué l’absence de René Chapuis, membre du conseil d’administration.
Hélas, la nouvelle s’est vite répandue, René Chapuis est décédé, quelques heures plus tôt, accidentellement.
Pendant 10 ans, il a défendu activement les intérêts des forestiers, ses remarques et conseils avisés étaient appréciés, attendus. Il était également membre de Coforêt.

Agé de 72 ans, René Chapuis laissera un grand vide au sein du groupement.

Le président  du GSC, Pierre Basso, ainsi que l’ensemble du conseil d’administration présentent leurs sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Le rosé, ce n’est pas un coupage de blanc et de rouge

Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche, en est convaincu.  Il  s’oppose fermement à l’élaboration de vins de table rosés par coupage de vin rouge et de vin blanc. La réglementation communautaire en vigueur jusqu’au 31 juillet 2009 interdit pour les vins de table (1) le mélange entre vin blanc et vin rouge pour la production de vins rosés. La Commission européenne a proposé de lever cette interdiction de manière à aligner les règles applicables aux vins communautaires sur les règles internationales et à ne pas pénaliser la production européenne par rapport à ses concurrents mondiaux.

Pour Michel Barnier, une telle décision pourrait remettre en cause l’équilibre économique de la filière des vins rosés, qui a mené depuis de nombreuses années une politique d’amélioration de la qualité des produits dans le respect des modes de fabrication traditionnels. Elle nuirait par ailleurs à la bonne information du consommateur qui ne pourrait pas distinguer les vins rosés issus de mélanges des vins rosés obtenus par des méthodes de macération spécifique.

La France a donné son feu vert pour la consultation de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) sur le texte global sur les pratiques oenologiques, le 27 janvier dernier, pour ne pas paralyser la procédure au regard du calendrier d’entrée en vigueur de la nouvelle Organisation Commune de Marché (OCM) vitivinicole (1er août 2009). Toutefois, la France a fait part de son désaccord sur la question de l’élaboration de vins de table rosés et a souhaité que la négociation se poursuive sur ce point. Le vote formel sur le texte interviendra dans les 2 mois à venir.

Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, a alerté dès le 11 février dernier, Mariann Fischer Boel, Commissaire européenne chargée de l’agriculture et du développement rural, sur les difficultés posées par cette levée d’interdiction. La Commission européenne s’est dite prête à réfléchir aux moyens de prendre en compte les inquiétudes des producteurs français.

Le ministre vient de rappeler auprès Madame Fischer Boel son opposition à la proposition actuelle de la Commission. Il estime que les conditions d’une telle évolution de la réglementation ne sont pas réunies, en l’absence de moyens efficaces d’information du consommateur sur les procédés de fabrication de ces produits.

(1) Vins sans appellation ou indication géographique protégée

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Les parcs de Chartreuse, du Vercors reconnus Agenda 21

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDDAT) a reconnu les chartes de  cinq parcs naturels régionaux comme Agenda 21.

En octobre 2007, la Fédération des parcs naturels régionaux de France et le MEEDDAT ont signé un protocole permettant de reconnaître une charte de parc comme Agenda 21.

Depuis, cinq parcs naturels régionaux ont été reconnus Agenda 21 locaux. Et douze déclarations d’intention pour la reconnaissance en Agenda 21 ont été réalisées par des parcs en révision.
Pour la Fédération des parcs naturels régionaux de France, cette démarche accompagne un changement nécessaire de société, dans lequel les parcs confirment leur fonction d’expérimentation.
parc.jpg

Le MEEDDAT a organisé une cérémonie en l’honneur des projets Agenda 21, où ont notamment été distingués ces cinq parcs, dont ceux du Vercors, de Chartreuse, en présence de sa présidente Eliane Giraud.

Jean-Louis Boorloo a précisé qu’il tient « à saluer l’engagement de ces territoires ainsi que leur contribution au développement local ».
Pour Jean-Louis Joseph, président de la Fédération des parcs naturels régionaux de France, « intégrer l’outil Agenda 21 dans les chartes des parcs naturels régionaux doit permettre d’aller encore plus loin dans l’ambition qui est la nôtre ».


Les 5 parcs reconnus Agendas 21 locaux

- Parc naturel régional du Morvan
- Parc naturel régional de la Chartreuse
- Parc naturel régional du Vercors
- Parc naturel régional du Massif des Bauges
- Parc naturel régional des Grands Causses

Catégorie parcsCommentaire (1)

Participez à la semaine du développement durable

logo semaine du développement durable : lien vers le site officiel de la semaine du développement durable : www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr

Le 1er avril prochain débutera la 7ème édition de la Semaine du développement durable, à l’initiative du ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, sur le thème de la consommation durable.
Expositions, conférences, actions pédagogiques, animations… seront mises en œuvre par les participants, pour sensibiliser le grand public aux gestes responsables.

Les inscriptions se poursuivent jusqu’au 31 mars sur le site www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr.

Les entreprises, collectivités locales et territoriales, établissements scolaires, associations et services publics sont invités à s’inscrire au plus vite.
A ce jour, déjà plus de 1200 manifestations sont annoncées à travers toute la France : le double de l’année précédente à la même date! Un succès annoncé !
Cet engouement est suscité par un thème fédérateur, la consommation durable, autour des thématiques telles que  l’alimentation, les achats courants, l’énergie, l’habitat, la responsabilité sociale, les transports, le tourisme, les loisirs, l’eau et les déchets.

La Semaine du développement durable donnera au grand public des clefs pour s’ouvrir à d’autres modes de consommation plus respectueux de l’environnement, du travail et du consommateur et lui montrera qu’il est facile et pas forcément plus cher de passer à l’acte !
Lancée en 2002, la Semaine est LE rendez-vous annuel du développement durable.

L’occasion de rappeler les bons comportements à respecter pour préserver notre environnement et contribuer, ensemble, à l’essor d’une croissance verte.
Parce que nous sommes tous acteurs du développement durable

Quelques exemples pour faire des économies en consommant autrement:

• Éviter 10 minutes d’éclairage inutile 3 fois par jour, c’est économiser l’équivalent de 5 jours
d’éclairage en continu au bout d’un an.
• Équiper les robinets de réducteurs de débits fait économiser jusqu’à 40 % d’eau.
• Adopter une éco-conduite permet d’économiser jusqu’à 5 pleins de carburant par an !

Catégorie environnementCommentaire (1)

Mange t-on sain si c’est rapide et pas cher?

L’émission Capital sur M6 aborde un sujet à controverse: rapide et pas cher: peut-on vraiment manger sain? en cette période de crise chacun sait que les économies passent également par la diminution des frais liés à la nourriture.

 

Les industriels de l’agroalimentaire se battent pour proposer des produits à petits prix et faciles à consommer.

Nuggets : enquête sur les secrets d’un aliment mondial

Les ventes des beignets de poulet, rapides à préparer et peu onéreux, explosent. Quels sont les secrets de fabrication de ces fameux nuggets ?

Restauration rapide : la folie des bars à pâtes

En moins de trois ans, des boutiques spécialisées dans les pâtes ont envahi les centres-ville.

Fruits et légumes : révélation sur la nouvelle filière à prix cassés

fraise.jpg

Avec la crise, de plus en plus de supermarchés proposent des fruits et légumes à des prix défiant toute concurrence.

Capital sur M6 ce dimanche 15 mars à partir de 20H40

Catégorie consommation, zoomCommentaires fermés

Groupement des sylviculteurs: AG très constructive

Dense et instructive assemblée générale du groupement des sylviculteurs 38 de Chartreuse.

basso.jpg

Il faut dire qu’elle a été menée par le président Pierre Basso qui a retrouvé « tout son punch perdu » suite à certains aléas de la vie.
Après les mots de bienvenue du maire de Pommiers-la-Placette, commune hôte de cette assemblée générale, Michel Bady, qui a en particulier souligné les différents rapprochements qui s’opèrent entre la Chartreuse et le pays voironnais, on est très vite entré au coeur des débats.

Pierre Basso a tout de suite planté le décor en indiquant que l’activité du groupement pour l’année écoulée a été dense « même si on n’a pas pu réaliser tous nos objectifs mais on a toujours oeuvré pour la défense des intérêts de nos sylviculteurs ».

bois-char.jpg

Le président Basso a tiré la sonnette d’alarme envers certains propriétaires qui, par le fait qu’ils adhèrent à la nouvelle ASA de Chartreuse, délaissent leur groupement. »C’est une grave erreur car nos actions sont complémentaires, l’un ne va pas sans l’autre ».

Autre dossier abordé en toute franchise, sans détours: la certification PEFC.

Depuis quatre ans ce dossier n’avance pas, beaucoup d’énergie a été dépensée pour de piètres résultats.

« Ma position est sans équivoque: chacun doit prendre ses responsabilités et la demande doit être individuelle.

En reconnaissance envers les sylviculteurs qui adhèrent à un groupement, participent aux sessions de formation pour améliorer leurs connaisances, qui s’ engagent à respecter le code des bonnes pratiques sylvicoles, avec entre autres les contraintes liées aux surfaces,  la PEFC devrait être attribuée automatiquement et gratuitement. »

Et le président Basso de conclure ce dossier par « la certification PEFC doit être une récompense, pas une contrainte ».

400 adhérents

L’AOC bois de Chartreuse poursuit sa route et le Comité Interprofessionnel du Bois de Chartreuse, le CIBC, qui mène le dossier était fragilisé jusqu’à cette assemblée générale.

 » Le CIBC ne comptait que 30 adhérents, je suis heureux d’annoncer au président Becle-Berlant l’adhésion de 130 de nos adhérents. « Le groupement savoyard en amenant 220.  » Le CIBC compte désormais plus de 400 membres et sera donc un organisme représentatif fort de notre filière et aura plus de poids pour mener à bien cette importante opération AOC. »

Propos entendus par Eliane Giraud, présidente du Parc de Chartreuse, conseillère régionale en charge de l’agriculture et de la forêt.

Heureuse d’être à Pommiers-la-Placette car « ce sont les enfants de cette commune qui ont élaboré le très attendu jeu du hibou, basé sur le jeu de l’oie ».

Elle a rappelé l’importance que la forêt a sur le territoire de Chartreuse et même au-delà.  » Sachons le mettre en valeur et pour ce nous avons de nombreux atouts qui n’ont pas été, ou pas assez exploités.

Le bois devient une ressource à la mode et pour le bois c’est comme pour  le cochon: tout est bon. On a de multiples possibilités, du bois énergie au bois d’oeuvre en passant par la construction par exemple. Sachons développer les circuits courts qui mettront en avant notre bois local.

Créons des plateformes, deux sont en gestation dont une en partenariat avec le pays voironnais, favorisons l’installation                   d’ entreprises artisanales assez conséquentes, menons à bien le dossier AOC, un dossier très compliqué et la route est encore longue, car c’est la première fois qu’une filière bois demande une AOC…, poursuivons l’amélioration de nos dessertes forestières… voilà par où passe notre salut! »

chart-2.jpg

Sylvain Ougier a présenté au nom du Parc et du CRPF les différentes actions que mènent ses structures en direction de la filière bois: embauche d’un technicien spécialisé en dessertes, gros travail pour le développement de la trufficulture en Chartreuse. »Au début, on pensait au folklore, aujourd »hui on se rend compte qu’il s’agit d’une véritable entité économique. »

« Une formidable possibilité de diversification », soufflera Claude Francillon, du GAEC de Plantimay producteur de lait et propriétaire forestier.

Le tourisme forestier a également une place à prendre, un standard bois de Chartreuse va fonctionner d’ici peu, la Chartreuse aura une place prépondérante lors du prochain salon du bois avec un système de vente directe…

chart.jpg

Comme on le voit, tout est calculé pour mettre en valeur le bois de Chartreuse.

Initiative saluée par Didier Joud de Coforêt: « Attention le bois est en crise et se traite aujourd’hui de façon globale, mondiale. Si la filière n’est pas structurée, on part à la catastrophe et on fera la part belle à des pays comme l’Allemagne ».

Le message a été bien reçu.

Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+