Catégorie | assainissement, eau

La bataille de l’assainissement est engagée

Au 31 décembre 2008, la France a recensé 17 500 stations d’épuration sur le territoire national, dont 3083 appartiennent à des agglomérations de plus de 2000 Equivalents-habitants (Eh). Sur ces 3083 stations d’épuration, 268 (9% du total) n’étaient pas conformes en termes de traitement des matières organiques et/ou des nutriments (phosphore et/ou azote) selon les échéances initiales imposées par la directive 91/271/CEE ; elles étaient 522 installations non conformes fin 2006.
Au vu des prévisions de mise aux normes de ces 268 stations d’épuration, 4% resteront non conformes à la fin 2009, 2% à la fin 2010 et à part quelques unités la totalité sera mise aux normes à la fin 2011 comme prévu par le plan d’action lancé en septembre 2007 par Jean-Louis Borloo, ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.

C’est pour respecter ces prévisions que Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno, secrétaire d’État chargée de l’Écologie, et Yves Jégo, secrétaire d’État chargé de l’Outre-mer, ont signé le 20 février dernier avec Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, deux conventions cadres de prêt pour la finalisation de la mise aux normes des stations d’épuration.
Le montant de ces prêts s’élève à 1,2 milliard d’euros pour la Métropole et à 300 millions d’euros pour l’Outre-mer.

En Isère, six  stations d’épuration ont été recensées comme non conformes au 31/12/2008: les communes concernées sont Izeaux, La Côte-Saint-André, La Mure, Le Pont-de-Beauvoisin, Vienne, Vinay.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+