Catégorie | prophylaxie

Risques sanitaires: le GDS plus que jamais mobilisé

Créé en 1954, le GDS de l’Isére regroupe 95 % des éleveurs de bovins, ovins et caprins du département soit environ 5000 éleveurs.
Ceux-ci luttent ensemble contre les maladies infectieuses de leurs animaux. La FCO (maladie de la langue bleue) et la campagne de vaccination – devenue obligatoire par arrêté du ministère de l’Agriculture du 4 novembre 2008 -  a occupé une bonne partie des échanges de l’assemblée générale du Groupement de défense sanitaire du cheptel de l’Isère, ce matin à la Maison des Agriculteurs.

Il faut dire que cette épizootie pour laquelle on a recensé pas moins de 24 sérotypes dans le monde est d’autant plus inquiétante que le nombre des chercheurs spécialistes de la question est confidentiel. Les spécialistes des Culicoides, ces insectes vecteurs du virus, se comptent sur les doigts d’une main en Europe. Le président Michel Boursier regrette à ce sujet le désengagement de l’Etat vis-à-vis de la recherche. Une situation qui fait que l’on fait la chasse aux moucherons avec les moyens du bord, en posant des pièges à Culicoides chez des éleveurs, avec des résultats très aléatoires.

aggds.jpg

Christian Nucci, qui participait aux travaux de l’AG, en tant que vice-président du Conseil général chargé de l’Agriculture, s’est félicité que « le Département ait maintenu le laboratoire vétérinaire départemental. On n’a pas le droit de jouer avec tout ce qui concerne la santé animale, a t-il souligné. Et il est bon que cela soit confié à des personnes qui n’ont aucun intérêt dans les résultats des études menées « . Précisons que ce laboratoire est un outil du Département au service de la santé publique intervenant dans le domaine de la sécurité sanitaire et alimentaire. Il ne faut donc pas confondre la Direction départementale des services vétérinaires (Etat), chargée de l’inspection et de l’application de la réglementation, représenté ce matin par Catherine Gadaud, et le laboratoire vétérinaire départemental qui effectue des analyses et du conseil. Le hic est que ce laboratoire n’a plus de directeur.

Campagne de vaccination FCO

Les éleveurs ont jusqu’au 30 avril  pour faire vacciner leur animaux (les bovins de plus de 2,5 mois et les ovins de plus de 3 mois). Et les questions ne manquaient pas, dans la salle. Le président Boursier et le directeur Michel Duprès, vétérinaire de son état, ont eu, notamment, l’occasion de rassurer les éleveurs présents sur la question des « effets indésirables du vaccin ». Le GDS 38 a recensé quatre ou cinq cas, pas plus. Deux cas, l’an dernier. Michel Boursier rappelle à ce sujet « qu’en cas de suspicion d’un effet secondaire, l’éleveur se doit d’alerter la pharmacovigilance » et que dans tous les cas « il doit se conformer au protocole, à la rigueur scientifique ».

Des témoignages d’éleveurs ont fait état de quelques initiatives peu protocolaires comme le mélange des vaccins sérotype 1/sérotype8. Une faute grave pour Michel Boursier: « Les vaccins ne sont pas faits pour être mélangés. Cela mérite des poursuites ». Michel Duprès, enfonce le clou: »On ne peut pas sortir de l’ATU. Cela engage la responsabilité du vétérinaire ».

La vaccination par l’ éleveur. Où en-est-on?

Michel Boursier rappelle que ce débat fait rage. Le GDS a toujours considéré l’éleveur comme le premier infirmier de son troupeau: « Je me suis moi-même impliqué pour que les éleveurs aient la possibilité de le faire. Pourquoi, au GDS 38, on se bagarre pour former les éleveurs si ce n’est pour ça? Il faut pourtant reconnaître qu’on a perdu. Les vétérinaires ont reculé. La prochaine stratégie de campagne vaccinale sera différente de celle-ci. D’après mes informations, on s’orienterait vers une stratégie volontaire et non plus obligatoire. Mais, dans ce cas, quid des aides euopéennes? Quid du tarif du vaccin? »

Le cas des éleveurs qui refusent de faire vacciner leurs bêtes

Selon un témoignage dans la salle, quatre éleveurs du Vercors refusent de faire vacciner leur bétail. A quoi doivent-ils s’attendre?

Michel Duprès: « Ces éleveurs s’excluent eux-mêmes de toute aide du GDS. La vaccination est obligatoire, ils sont donc en infraction par rapport à la règlementation. Ils peuvent être passibles d’un PV de 4e catégorie (750€/bovin ou ovin). La DSV peut imposer cette vaccination sans aucune aide. Je rappelle qu’il n’existe qu’une seule dérogation: elle s’applique au cas de lots de taurillons destinés à l’ abattage ».

Le cas des bêtes en estive

Michel Duprès: « Les élevages qui montent en alpage doivent être en règle avec la prophylaxie. Bref, le troupeau doit être vacciné avant de monter en estive ».

A noter que les GDS de France ont mis en place une Caisse de solidarité Santé animale pour venir en aide aux exploitations infectées par le virus de la FCO.

Par ailleurs, le rapprochement avec le Contrôle laitier (CIEL) et la Chambre d’Agriculture s’est concrétisé fin 2008. Une mutualisation des moyens qu’a saluée Christian Nucci. Isère Elevage a vu le jour, réunissant en un même lieu les services de comptabilité du GDS et du CIEL.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+