Catégorie | social

Le point sur la retraite des exploitants agricoles

Mme Bernadette Bourzai (Corrèze- SOC) , dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 29/01/2009, attire l’attention de M. le ministre de l’Agriculture et de la Pêche sur les vives préoccupations formulées par les anciens exploitants agricoles quant au montant de leur pension de retraite.

Leur requête porte sur l’application de la loi créant les retraites complémentaires obligatoires afin d’atteindre 75 % du SMIC net. Ils souhaitent également qu’en ce qui concerne leurs revenus fonciers, soit mise en place une franchise au prélèvement de 1,1 % sur les revenus du capital pour financer le revenu de solidarité active. Elle lui demande donc de lui faire connaître ses intentions concernant ces propositions d’amélioration.

Réponse du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche publiée dans le JO Sénat du 26/03/2009 -

La loi du 4 mars 2002 créant le régime complémentaire obligatoire des chefs d’exploitation par répartition fixe, après une carrière complète, un montant total de retraite de base et de retraite complémentaire obligatoire au moins égal à 75 % du salaire minimum de croissance net. Le respect de cet objectif suppose que le montant de la retraite de base, qui est égal, après une carrière agricole complète, à celui du minimum vieillesse et le SMIC évoluent de manière semblable. Si le SMIC augmente plus fortement que le minimum vieillesse, ce qui s’est produit, un écart apparaît.

Une réflexion est nécessaire pour déterminer les conditions de financement du régime qui permettront de respecter l’objectif fixé par la loi du 4 mars 2002. Cette réflexion doit toutefois s’inscrire dans le cadre plus global de l’amélioration des retraites agricoles. En effet, le 23 février 2008, le Président de la République s’est engagé à réduire en priorité les « poches de pauvreté » dans lesquelles se trouvent en particulier les conjointes et les veuves.

Pour traduire cet engagement, le ministre de l’agriculture et de la pêche a installé, en février 2008, un groupe de travail réunissant les organisations professionnelles et les principales associations de retraités agricoles. L’objectif des travaux du groupe était de dégager des mesures prioritaires susceptibles de remédier aux situations les plus délicates en tenant compte de la nécessité de garantir la pérennité financière du régime.

C’est ainsi que, s’inspirant des travaux de ce groupe, le Premier ministre a annoncé, le 9 septembre 2008, une mesure de revalorisation des retraites agricoles et une mesure spécifique en faveur des veuves. La mesure de revalorisation prévue par l’article 77 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 modifie l’actuel dispositif et le simplifie. Elle supprime les coefficients de minorations des revalorisations, comme le souhaitaient de longue date les retraités, et abaisse le seuil de durée de carrière agricole pour ouvrir le droit à la revalorisation pour les personnes dont la retraite a pris effet avant le 1er janvier 2002.

Cette mesure consiste à garantir un montant minimum de retraite égal, pour une carrière complète, à 633 euros par mois pour les chefs d’exploitation et pour les veuves et à 503 euros par mois pour les conjoints. Elle s’adresse à tous ceux dont les pensions, tous régimes confondus, ne dépassent pas 750 euros par mois. Elle sera mise en oeuvre en deux temps.

Depuis le 1er janvier 2009, elle s’applique aux 197 000 retraités ayant au moins 22,5 ans de carrière dans l’agriculture. Le 1er janvier 2011, elle sera étendue à ceux qui justifient au moins de 17,5 années de carrière agricole, soit 35 000 personnes. Son coût global s’élève à 155 millions d’euros, dont 116 millions dès 2009. S’agissant des veuves, elles bénéficieront de la pension de réversion de la RCO.

Cette mesure concerne les conjoints survivants d’exploitants agricoles qui ont pris leur retraite avant le 1er janvier 2003 et qui sont décédés après cette date après avoir bénéficié de la pension RCO à titre gratuit. Cette mesure prendra effet le 1er janvier 2010. Elle concernera 88 683 personnes pour un coût de 54,6 M€. Il s’agit de mesures d’équité ayant pour objectif de venir en aide aux retraités de l’agriculture dont les situations sont les plus difficiles.

Enfin, s’agissant du financement du revenu de solidarité active, le Gouvernement, après avoir étudié plusieurs dispositifs, a choisi le plus juste socialement et le plus efficace économiquement : celui d’une contribution additionnelle de 1,1 % aux contributions sociales sur les revenus du capital, qui sont passées de 11 % à 12,1 % depuis le 1er janvier 2009. Cette contribution, de caractère modeste et à laquelle sont assujettis l’ensemble des bénéficiaires de revenus du capital, a permis d’éviter le financement de la mesure par une augmentation des contributions sociales universelles, telle la contribution sociale généralisée, qui pèse sur l’ensemble des revenus, notamment les salaires et les retraites.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2009
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+